Jean-Gabriel Pageau a commenté que le départ de Derick Brassard rend la vente de feu bien réelle après toutes les rumeurs entendues à gauche et à droite.

Brassard parti, Pageau restera-t-il ?

Jean-Gabriel Pageau est à nouveau le seul Gatinois des Sénateurs, mais il reste à voir s’il le sera encore après la date limite des transactions de lundi.

Le départ de Derick Brassard pour Pittsburgh pourrait signifier que le d.g. Pierre Dorion a décidé de garder les services du petit centre qu’il avait lui-même repêché du temps qu’il était dépisteur-chef, mais il faudra attendre l’heure limite de 15 h lundi pour en être bel et bien certain.

Pageau, lui, ne savait pas trop quoi penser après le revers de 5-3 de samedi contre les Flyers d’un autre ancien Olympique, Claude Giroux, qu’il a été appelé à surveiller pendant la majorité de la rencontre. Une chose était certaine, le départ de son concitoyen rendait la vente de feu encore plus réelle, après toutes les rumeurs entendues à gauche et à droite.

« C’est certain que c’est une business, c’est quelque chose qu’on ne contrôle pas vraiment et ça donne un choc à tout le monde, c’est certain. C’est réel, on ne sait jamais ce qui peut se passer, mais d’un autre côté, il faut garder la tête haute, on a des matches de hockey à jouer et on veut en gagner le plus possible d’ici la fin de la saison », a-t-il confié au Droit.

Interrogé à savoir si l’échange de Brassard pourrait avoir un effet positif sur ses chances de rester avec le club de son patelin, seul dont il a porté les couleurs chez les professionnels, il a rétorqué : « Je n’en ai aucune idée. Je l’espère, je suis bien ici à Ottawa, c’est ma ville, je retire de la fierté à représenter les Sénateurs et je souhaite rester. »

Il racontait que Brassard, acquis des Rangers contre Mika Zibanejad et un choix de deuxième ronde à l’été 2016, l’a beaucoup aidé pendant son séjour avec les Sénateurs. « Il m’a aidé comme centre, avec les mises au jeu notamment. Il a été un bon vétéran pour nous, il était bon pour la communauté aussi, à Ottawa et Gatineau. Je perds un bon chum aussi, on ne peut que lui souhaiter le meilleur avec son nouveau défi avec les Penguins. Je suis certain qu’il va bien faire. D’un autre côté, on a obtenu de bons espoirs selon ce que j’ai pu lire, un choix (de première ronde) et un défenseur (Ian Cole) qui a déjà gagné la coupe Stanley, on n’en a jamais assez de ça. On va les accueillir à bras ouverts », a-t-il noté.

Il est question que l’espoir acquis des Penguins, le gardien Filip Gustavsson, s’amène en Amérique du Nord à la fin de sa saison en Suède pour jouer quelques parties dans la Ligue américaine. Ce choix de deuxième ronde en 2016 a été nommé le gardien par excellence du dernier Championnat mondial junior.

Cole, lui, ne s’est pas rapporté aux Sénateurs à temps pour le match de samedi contre les Flyers. Il pourrait être échangé lundi, lui qui deviendra agent libre le 1er juillet. Lors du match de samedi, Zack Smith a comblé le poste de deuxième centre, mais il est susceptible de changer d’adresse lui aussi.

BURROWS ET ODUYA SOUMIS AU BALLOTAGE

Alexandre Burrows n’a plus qu’un match de sa suspension de 10 parties à purger, mais il n’est maintenant plus clair s’il aura l’occasion de le faire dans l’uniforme des Sénateurs.

L’attaquant québécois a été soumis au ballottage par le D.G. Pierre Dorion dimanche midi, en même temps que le défenseur Johnny Oduya, qui a été laissé de côté samedi alors que le club tentait de l’échanger, apparemment sans succès. Les deux vétérans pourraient donc être réclamés avant midi lundi par une autre formation de la LNH, qui n’aurait rien à verser en retour. 

Oduya, qui a un salaire de 1 million $, pourrait intéresser une formation qui cherche à ajouter de la profondeur à sa ligne bleue, mais il serait surprenant que Burrows soit repêché alors qu’il lui reste une autre année de contrat à un salaire élevé (2,5 millions $) pour un joueur relégué au quatrième trio cette saison. Burrows avait 3 buts et 5 passes en 51 parties avant d’être suspendu pour avoir agressé Taylor Hall, des Devils, le 6 février dernier.

Il a été acquis il y a un an presque jour pour jour, le 27 février, alors que les Sénateurs ont cédé l’espoir Jonathan Dahlen aux Canucks de Vancouver pour obtenir le vétéran de 36 ans. S’il n’est pas réclamé au ballottage, les Sénateurs pourraient le céder à leur club-école de Belleville pour faire de la place à un plus jeune joueur, pour ensuite racheter son contrat l’été prochain.

Le centre Jimmy O’Brien, un ancien premier choix du club, a pour sa part été soumis au ballottage alors qu’il signé un contrat à deux sens pour le reste de la présente saison et la suivante, lui qui est le meilleur compteur des Senators de Belleville.