«J’ai grandi en le regardant jouer, [Marian Gaborik] était un de mes joueurs favoris à voir à l’oeuvre.» se rappelle Derick Brassard.

Brassard était déjà lié à Gaborik

Quand il a complété la stratégie de Marian Gaborik pour compter le but égalisateur contre les Sabres de Buffalo jeudi soir, Derick Brassard a établi une connexion avec un joueur auquel il était déjà lié sans jamais lui avoir parlé.

Le centre gatinois des Sénateurs d’Ottawa a été échangé contre l’ailier droit acquis des Kings de Los Angeles avec Nick Shore mardi en retour de Dion Phaneuf et Nate Thompson. C’était le 3 avril 2013, au cours d’une saison raccourcie par un lock-out, quand les Blue Jackets de Columbus l’ont cédé aux Rangers de New York avec deux autres joueurs (Derek Dorsett et John Moore) pour obtenir Gaborik et deux joueurs des mineures (dont l’ex-Olympique Steven Delisle).

« On n’a pas encore eu l’occasion de s’en parler, il est arrivé seulement mercredi et il a joué le match de jeudi, a-t-il indiqué après la pratique des siens vendredi. Le temps file, c’est certain. J’ai grandi en le regardant jouer, il était un de mes joueurs favoris à voir à l’œuvre. C’est comme ça que ça peut arriver, on a été échangés l’un contre l’autre, mais là, on joue ensemble et parfois en même temps sur la glace, c’est assez “cool”. »

Brassard n’était pas sur le même trio que le Slovaque de 36 ans pour son premier match, celui-ci ayant plutôt pris place aux côtés de Matt Duchene et Mike Hoffman, avec qui il a compté un but en faisant dévier un tir d’Erik Karlsson. Il était le sixième attaquant envoyé sur la glace quand les Sénateurs ont retiré leur gardien pour tenter de créer l’égalité, et il a été bien repéré à l’embouchure du filet par l’ancien troisième choix au total du repêchage de 2000, par le Wild du Minnesota.

« J’ai regardé la reprise sur vidéo et “Duchy” (Duchene) a fait un bon jeu le long de la bande pour lui refiler la rondelle. Je suis resté de l’autre côté pour élargir le jeu et il (Gaborik) a fait un bon jeu pour me trouver là. C’est le genre de choses qu’il fait depuis plusieurs années, je n’ai pas été vraiment surpris », a noté Brassard.

Duchene, qui a récolté trois passes dans le gain de 3-2 des siens, n’a pas été surpris lui non plus.

« Ça a bien fonctionné, c’est évident. “Gabby” s’est bien intégré, on a pu voir pourquoi il a été un joueur d’élite dans la ligue si longtemps. Il a d’excellents instints et il voit bien le jeu. Tu peux le mettre sur n’importe quel trio et ça va “cliquer” assez bien. “Hoff” (Hoffman) et moi, on a établi une bonne relation depuis un bon moment et c’était bien avec un autre gars comme ça », a indiqué Duchene.

Grand jongleur de trio devant l’éternel, l’entraîneur-chef Guy Boucher ne s’est pas évidemment pas engagé à garder ce trio intact longtemps. « On commence comme ça et on va voir comment ça va “fitter”. Ça peut changer n’importe quand », a-t-il réitéré vendredi.

Gaborik, l’auteur de 404 buts et 406 passes en 1020 matches dans la LNH, va affronter samedi après-midi des Rangers avec qui il a passé trois saisons et demie, entre 2010 et 2013.

Brassard, lui, disputera le 699e match de sa carrière contre la formation qui l’a échangé à Ottawa contre Mika Zibanejad à l’été 2016. Il atteindra ensuite le plateau des 700 parties, à moins d’une blessure, lundi à Nashville. Il arrive à ce match en ayant compté un but à ses trois dernières sorties, après avoir soigné une blessure au bas du corps pendant deux matches.

WHITE RETOURNE À BELLEVILLE

Au lendemain d’un match où il n’avait obtenu que 8:46 minutes de temps de glace, l’attaquant recrue Colin White a été cédé aux Senators de Belleville vendredi tandis que Max McCormick a fait le trajet inverse pour revenir à Ottawa. Ce dernier ne devrait pas affronter les Rangers samedi vu que Gabriel Dumont est remis de sa blessure à la cheville et que Guy Boucher a l’intention de le réintégrer dans son alignement.

« Concernant White, on veut lui donner assez de minutes de jeu pour son développement. En insérant Gaborik et Shore, plus (Magnus) Paajarvi, ça fait beaucoup de nouveaux joueurs. On veut que le “kid” ait assez de temps de glace, qu’il joue en avantage comme en désavantage numérique pour garder sa confiance. C’est la bonne décision pour tout de suite, on va le revoir bien assez tôt », a déclaré Boucher.

White a profité de son dernier séjour de 12 matches pour compter ses deux premiers buts dans la LNH.