John Tortorella a eu un impact sur la carrière de Derick Brassard : « Je dois beaucoup à John », reconnaît le centre gatinois.

Brassard a laissé un bon souvenir à Tortorella

COLUMBUS - Les Sénateurs d'Ottawa vont affronter l'équipe surprise de la LNH jeudi soir en rendant visite aux Blue Jackets de Columbus alors qu'ils poursuivent leur voyage de cette semaine amorcé par un impressionnant gain à St. Louis.
Parlant de surprise, l'entraîneur des Jackets John Tortorella a mentionné mercredi après la pratique des siens au Nationwide Arena qu'il a été fort surpris de voir son ancien protégé avec les Rangers de New York, Derick Brassard, être échangé aux Sénateurs l'été dernier.
« Moi, j'ai adoré ce kid. Dès le premier jour avec nous, une fois qu'il a compris comment on faisait les choses, il a été un joueur très constant pour nous à New York. La transaction m'a surprise, quoique je ne connais pas beaucoup l'autre gars (Mika Zibanejad) impliqué dans l'échange. Il a vraiment bien joué pour moi. Comment se débrouille-t-il ici (avec Ottawa) ? », a-t-il demandé aux journalistes d'Ottawa passés le rencontrer.
La réponse est que le centre gatinois pivote présentement un très dangereux trio, entre Zack Smith et Mark Stone, même si sa production offensive - 8 buts et 21 points en 42 parties - n'est pas tout à fait à la hauteur des attentes placées en lui par ses nouveaux patrons.
« On commence à avoir de la constance avec nos trois premières lignes. Celle de Brassard aurait pu avoir deux ou trois buts de plus mardi (à St. Louis, dans un gain de 6-4 où Stone a obtenu un doublé). La ligne fonctionne, elle a de la drive. J'aime beaucoup leur éthique de travail, qu'on a aussi sur la ligne de (Jean-Gabriel) Pageau et celle de (Kyle) Turris est de plus en plus travaillante, avec un Bobby Ryan qui drive beaucoup présentement », a noté l'entraîneur des Sénateurs Guy Boucher lors de son point de presse de mercredi.
Un entraîneur très juste
Brassard, pour sa part, n'est pas surpris d'avoir vu Tortorella mettre de l'ordre dans la cabane à Columbus depuis qu'il est arrivé en relève à Todd Richards en octobre 2015, après un début de saison désastreux (huit revers de suite) des Jackets.
« "Torts" est très juste et il est capable de sortir le meilleur de ses joueurs, c'est sa force comme coach. Il y a des ressemblances entre lui et Guy (Boucher) dans la façon qu'ils sont intenses lors des pratiques, dans la chambre et lors des réunions. Ça ne me surprend pas de voir qu'il a du succès ici », a-t-il commenté.
« J'ai eu une excellente expérience quand j'ai joué pour lui, je dois beaucoup à John. Il m'a donné de bonnes responsabilités quand je suis arrivé à New York, il m'a fait confiance et la mienne a augmenté à cause de ça. Je l'ai beaucoup apprécié », a rappelé l'ancien des Blue Jackets, échangé aux Rangers en avril 2013.
À la fin de cette saison écourtée par un lock-out, Tortorella avait été congédié et remplacé par Alain Vigneault. Celui qui a gagné une coupe Stanley à Tampa Bay en 2004, bien avant que Boucher soit un de ses successeurs, a ensuite dirigé les Canucks de Vancouver pour une seule saison désastreuse, avant d'aboutir à Columbus.
Les Jackets ont une fiche de 3-4-0 depuis qu'une séquence de 16 victoires consécutives qui leur a permis de se hisser au premier rang du classement général - qu'ils partageaient avec Washington au classement en date de mercredi matin - a pris fin.
« Pendant notre séquence, il y a eu des matches pires que ceux qu'on a perdus récemment. C'est ça le hockey, la ligne est fine, parfois tu trouves un moyen de l'emporter grâce à ton gardien ou tes unités spéciales. Mais je dirige le club dans le moment présent et je trouve qu'on ne joue plus au même rythme que lorsqu'on était à notre meilleur », a-t-il noté au lendemain d'un gain de 4-1 contre la Caroline.
Drôle de caprice du calendrier, les Blue Jackets affronteront à nouveau ces mêmes Hurricanes samedi avant de s'amener à Ottawa dimanche pour un match revanche.
Un premier but en 15 matches pour Pageau
Jean-Gabriel Pageau a déjoué Carter Hutton mardi.
Jean-Gabriel Pageau n'a pas été particulièrement soulagé de marquer un premier but en 15 parties mardi soir dans le gain contre les Blues.
«C'est certain que contribuer à l'offensive, c'est bon pour ma confiance, c'est bon pour moi. Je manquais beaucoup de chances, surtout dans les dernières parties, j'étais autour du filet, je déviais des rondelles qui passaient proche. Ça fait juste du bien de voir une rondelle traverser la ligne des buts», a dit celui qui a obtenu aussi une passe sur le deuxième but du match de Mike Hoffman, qu'il a repéré au haut de l'enclave pour un puissant tir sur réception.
Pageau a quatre buts en quatre parties en carrière contre les Blues, et il a maintenant plus de buts contre un gardien (3) que dans un filet désert (2) cette saison. «
Cette ligne-là (avec Tom Pyatt) joue en tabarouette, a dit Guy Boucher à ce sujet mercredi. Si tu ne regardes pas les noms, c'est difficile de dire quel est notre premier trio et c'est pour ça qu'on joue bien de ce temps-ci, on a de la profondeur.»