Le défenseur des Sénateurs, Erik Brännström, a eu besoin de huit points de suture après avoir reçu le patin d’Auston Matthews sous l’œil gauche durant le match contre les Maple Leafs mercredi.

Brännström père a eu la frousse

Nicklas Brännström a eu bien peur pour son rejeton Erik mercredi soir quand il reçu le coup de patin d’Auston Matthews sous son œil gauche.

Le père du défenseur recrue des Sénateurs d’Ottawa n’a pas pu s’endormir, même si la partie était présentée au milieu de la nuit en Suède, avant d’avoir des nouvelles du jeune homme de 20 ans comme quoi il s’en était tiré avec plus de peur que de mal, soit huit points de suture et un œil au beurre noir.

«Je regardais ça au milieu de la nuit et j’étais supposé me coucher après parce que j’avais un vol pour venir ici (jeudi), mais je n’étais pas capable. Il m’a finalement envoyé un texto pour dire que tout allait bien. Il a été chanceux dans sa malchance», a-t-il confié au Droit après avoir regardé son fils pratiquer au Centre Canadian Tire vendredi.

À LIRE AUSSI: Pas de congé pour Brännström

Brännström père a failli voir un scénario de la fin de la saison dernière se répéter, alors qu’il était venu à Ottawa parce que les Sénateurs avaient prévu de rappeler son fils pour un de leurs derniers matches, sauf qu’il s’est blessé à un poignet en jouant avec les Senators de Belleville, ce qui a mis fin à sa saison.

«J’avais pu voir un match de l’équipe contre Toronto en sa compagnie, ça avait été un bon match. Là, je suis très fier de voir qu’il s’est taillé un poste au début de la saison et je suis heureux d’être ici pour son premier match local (samedi contre les Rangers). Pour moi, c’est énorme, et pour lui, c’est un moment spécial», souligne Brännström père, lui même un ancien joueur dans la Ligue élite suédoise (avec Skelleftea et Färjestad, notamment) ainsi qu’en Allemagne (Rosenheim).

Ayant été entraîneur de ses équipes de hockey mineur, c’est lui qui a eu un gros mot à dire dans la décision du petit Brännström de devenir un défenseur.

«Il était gardien d’abord après avoir appris à patiner. Ensuite il est allé joué en avant, et j’étais content parce qu’il n’était plus devant les filets. Mais je l’ai utilisé à la défense à un moment donné et je trouvais qu’il était encore meilleur à cette position, il jouait à sa façon et il s’est bien développé par la suite. C’est le fun de le voir jouer, je suis fier de lui», note Nicklas, qui a un autre fils hockeyeur, Isac, 21 ans, jouant dans la Ligue élite suédoise.

L’arrière obtenu dans l’échange de Mark Stone l’hiver dernier n’a pas de souvenir de son père comme joueur, vu qu’il n’avait que quatre ans quand il a pris sa retraite.

«Il a quand même été une inspiration en jouant longtemps en Suède. Mon frère et moi, nous étions toujours avec lui et il nous disait toujours à quoi nous attendre. C’était bon de l’avoir comme modèle à suivre... Et il m’a converti en défenseur parce que mon équipe n’en avait pas vraiment des bons», a souligné le jeune Brännström vendredi.

«J’ai aussi vu quelques vidéos où il a compté des buts, il était pas mal fier de nous montrer ça», a-t-il ajouté en riant.

Brännström aura l’occasion de passer un peu de temps avec son père avant qu’il ne reparte dimanche, et contre les Rangers, il retrouvera aussi un ami d’enfance, l’attaquant Lias Andersson, un choix de première ronde (7e au total) en 2017. Celui-ci s’est fait remarquer au match inaugural des Rangers jeudi en chutant de tout son long en patinant sur un fil de caméra de télévision lors de la présentation des joueurs. «J’ai vu ça, je vais le taquiner demain, c’est certain», a dit Brännström.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Le 4 de Phillips retiré ?

Les Sénateurs vont profiter des cérémonies d’avant-match de samedi pour leur première partie à domicile de la saison pour faire une annonce, vers les 18 h 50, visant à honorer un de leurs anciens au courant de la présente campagne. La rumeur courant sur les réseaux sociaux vendredi voudrait que le chandail numéro 4 de l’ancien défenseur Chris Phillips, qui détient le record du plus de matches joués dans l’uniforme de l’équipe (1179), soit retiré de la circulation pour se retrouver au plafond du CCT, aux côtés du 11 de Daniel Alfredsson.

Chris Phillips

En plus de la présentation des joueurs, une nouvelle chanson thème intitulée The Kids Are Alright (slogan du club pour cette saison, « Les jeunes débarquent », étant la traduction française) sera interprétée par le duo d’Ottawa Elijah Woods x Jamie Fine, qui offrira également une prestation au premier entracte.

***

Sabourin cas douteux

Belle histoire du camp d’entraînement et du premier match à Toronto où il a compté son premier but dans la LNH, l’attaquant d’Orléans Scott Sabourin manquait à l’appel lors de l’entraînement de vendredi, sa place aux côtés d’Artem Anisimov et Tyler Ennis étant occupée par Filip Chlapik.

Scott Sabourin

« Il est arrivé aujourd’hui et il était endolori de la pratique d’hier. Il aurait pu s’entraîner, mais les chances qu’il joue demain diminuent s’il pratique. Je m’attends à ce qu’il joue, mais on va voir (samedi matin) comment il se sent », a indiqué l’entraîneur-chef D.J. Smith, qui a l’intention d’utiliser le vétéran Mikkel Boedker lors de ce match après l’avoir laissé de côté mercredi à Toronto.