Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En quarantaine lui aussi pendant deux semaines en raison d’un contact avec une connaissance qui a eu la COVID-19, Erik Brännström a pu faire son entrée au camp des Sénateurs en toute tranquillité dimanche alors que toute l’attention était tournée vers Tim Stützle.
En quarantaine lui aussi pendant deux semaines en raison d’un contact avec une connaissance qui a eu la COVID-19, Erik Brännström a pu faire son entrée au camp des Sénateurs en toute tranquillité dimanche alors que toute l’attention était tournée vers Tim Stützle.

Brännström a repris confiance en Suisse

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
En quarantaine lui aussi pendant deux semaines en raison d’un contact avec une connaissance qui a eu la COVID-19, Erik Brännström a pu faire son entrée au camp des Sénateurs en toute tranquillité dimanche alors que toute l’attention était tournée vers Tim Stützle.

Le défenseur acquis contre Mark Stone aurait normalement été un des joueurs à surveiller à ce camp d’entraînement, cherchant à s’assurer d’un poste malgré l’arrivée de plusieurs vétérans pendant la saison morte, les Erik Gudbranson, Josh Brown et Braydon Coburn.

Sa tâche est grandement compliquée par son absence lors des 10 premiers jours de camp, alors que l’entraîneur-chef D.J. Smith a laissé entendre dimanche que la plupart des coupes seront effectuées après un dernier match intra-équipe lundi soir au Centre Canadian Tire.


« En Suisse, j’ai retrouvé ma façon de jouer, mon poignet va mieux. Je sens que j’ai gagné assez de maturité pour jouer dans la LNH. »
Erik Brännström

«Je suis heureux d’être de retour, les quarantaines ne sont pas si amusantes que ça. J’ai eu beaucoup de plaisir à patiner avec les gars», a indiqué Brännström en visioconférence après son premier entraînement dimanche.

L’arrière suédois de 21 ans est rendu habitué à être encabané chez lui, alors que sa formation suisse de l’automne, les Tigres de SCL à Lagnau, ont eu à se plier à deux quarantaines pendant qu’il était là.

«J’ai trouvé ma confiance en jouant là-bas, je faisais des jeux comme par le passé, c’était une bonne équipe avec des bons gars. Ça a été bon pour ma confiance et bon de jouer des matches, vu que je ne savais pas quand je jouerais à nouveau. Ça a été bon pour moi... En ayant eu des quarantaines en Suisse, je sais comment composer avec ça. On en a eu une de 10 jours, suivie d’une pratique et on a joué un match le lendemain. J’ai pratiqué avec les blessés (samedi), donc j’ai deux entraînements dans les jambes et je vais être prêt à jouer (lundi)», a-t-il laissé entendre, notant qu’il «ne savais pas exactement» où et quand il a eu le contact fatidique menant à son dernier confinement.

Brännström avait amorcé la saison 2019-2020 à Ottawa, participant à 31 matches où il s’était contenté de quatre mentions d’assistance avant d’être rétrogradé à Belleville, où il a retrouvé son flair offensif (3 buts, 23 points en 27 parties). En Suisse, il avait récolté huit points (deux buts) en 10 rencontres avant de traverser l’Atlantique à nouveau.

«Je pense que dans la Ligue américaine, je faisais plus de jeux avec la rondelle et je jouais avec plus de confiance. Je pense que je perdais ça quand j’étais ‘en haut’. En Suisse, j’ai retrouvé ma façon de jouer, mon poignet va mieux (il avait été blessé à la fin de 2018-2019). Je sens que j’ai gagné assez de maturité pour jouer dans la LNH», a-t-il souligné, se disant autant à l’aise à jouer du côté gauche que du droit.

+

ENTRE LES LIGNES...

- Les Sénateurs ont soumis le nom du défenseur franco-albertain Maxime Lajoie au ballottage dimanche. Le défenseur de 23 ans avait connu un excellent début de carrière dans la LNH, avec 7 buts et 8 passes en 56 matches à sa saison recrue sous Guy Boucher, qui l’aimait beaucoup. Blessé par la suite, il n’a pas eu beaucoup de chances de se faire valoir sous D.J. Smith (six matches dans la LNH l’an dernier).

- Derek Stepan a indiqué qu’il avait de l’expérience avec un camp d’entraînement abrégé, entre le dernier lock-out et une année où il s’est rapporté aux Rangers de New York après avoir attendu de signer un contrat pour ce faire. Après avoir sauté la glace, il s’est fait demander si c’était comme faire du vélo. «Oui, sauf qu’il faut le faire en grimpant une montagne», a-t-il blagué.

- Les Sénateurs vont tenir un dernier match simulé lundi soir et après coup, ils devront déclarer leur alignement de 23 joueurs mardi, veille du début de la saison dans la LNH (même si leur premier match n’est que vendredi). Certains joueurs seront soumis au ballottage auparavant, probablement. «Nous allons avoir des décisions difficiles à prendre, il y a plusieurs jeunes joueurs qui continuent de montrer à quel point ils ont travaillé pendant l’été afin de lutter pour un poste. Ça va aller jusqu’à la dernière minute, on va devoir décider qui va affronter les Maple Leafs de Toronto», a indiqué Smith.