Malgré la défaite, il y avait du positif à tirer de la rencontre de jeudi soir face aux Kings, dont le but égalisateur de Ryan Dzingel.

Boucher reprend un discours positif

SAN JOSE — Guy Boucher préfère de beaucoup regarder le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide à l’heure actuelle.

L’entraîneur-chef des Sénateurs a passé un savon à ses joueurs lors de leur pratique de mardi en débarquant en Californie, mais depuis, il ne cesse d’être positif dans tous ses commentaires en public, histoire de remonter le moral d’une équipe qui n’arrive pas à retrouver le sentier de la victoire.

« On a joué avec beaucoup plus d’ardeur. Il (Boucher) a tenté d’allumer un feu au derrière de certains d’entre nous récemment et ça a définitivement fonctionné, a souligné le défenseur Cody Ceci après le match de jeudi soir à Los Angeles. Nous avons travaillé plus fort (mercredi à Anaheim) et encore (jeudi soir). Nous allons dans une bien meilleure direction. L’intensité est meilleure, on joue mieux en tant qu’équipe et on commence à voir de meilleurs résultats. »

Ceci, qui a joué un solide match jeudi contre les Kings, avait été relégué à un poste de septième défenseur pour cette seule pratique de la semaine, et il semblait en danger d’être relégué aux gradins, lui qui est critiqué de toutes parts par les partisans sur les lignes ouvertes et les réseaux sociaux. Boucher s’est cependant ravisé et il a mieux fait, même s’il a mal paru sur un de deux buts des Ducks mercredi soir.

Boucher pense que toute l’équipe a mieux joué lors de ses deux sorties dans la région de Los Angeles, après une performance désolante dans une défaite par jeu blanc de 5-0 à Winnipeg dimanche dernier.

« L’effort a été remarquable (jeudi soir) comme il l’avait été hier. Le niveau de combativité était élevé, on n’a pas abandonné pour revenir créer l’égalité avec quelques secondes à jouer. Les gars se battent avec ardeur et ils se battent ensemble... Il y a beaucoup de positif à retirer et c’est exactement comme ça qu’on va regarder ça », a-t-il souligné.

« J’ai pleine confiance que nous sommes en train de bâtir quelque chose de solide. Nous avons eu une période d’ajustement, beaucoup de choses sont arrivées en même temps, incluant des blessures et de nouveaux gars qui ont fait leur entrée... Au milieu de toutes ces parties difficiles que nous avons perdues, dont certaines où on aurait mérité un meilleur sort, ce qu’on voit maintenant, c’est qu’il y a des gars qui se développent, qui s’améliorent et une chimie qui se développe. Le résultat n’a pas été là, mais en ne changeant pas un processus qui est bon, ça va rapporter. C’est quand tu paniques et que tu changes plein de choses qu’il y a un danger que ça empire », a ajouté Boucher.

Celui-ci estime qu’au cours de la séquence de 11 matches où son club n’a qu’une victoire, les Sénateurs n’ont vraiment joué que deux mauvais matches, un où ils n’ont pas joué intelligemment à Washington et celui de dimanche à Winnipeg où ils ne se sont tout simplement pas présentés.

« Nous avons eu plusieurs bons matches (dans cette séquence), il nous manquait juste ce 5 % d’instinct du tueur pour achever l’adversaire, je pense par exemple au match contre l’Arizona et les Islanders à domicile. Nous avons joué de très bons matches qui n’ont pas donné le résultat voulu. Mais (jeudi), nous avons montré quel genre d’équipe on peut être, contre un des meilleurs clubs de la ligue présentement, et il faut bâtir là-dessus en s’en allant à San Jose. Si on joue toujours de cette façon, on va gagner sept ou huit matches sur 10 », estimait le centre Matt Duchene.

Les Sénateurs ont encore une chance de finir leur périlleux périple de sept matches en 14 jours avec un dossier respectable, celui-ci étant de 1-3-1 avant de le conclure en rendant visite aux Sharks, qu’ils ont vaincus à leurs trois dernières visites à San Jose, puis de s’arrêter à Buffalo mardi sur le chemin du retour.

Leur calendrier un peu fou ne leur donnera pas de répit puisqu’ils recevront les Rangers de New York mercredi, avant d’amorcer leurs préparatifs pour la Classique hivernale qui les opposera au Canadien de Montréal samedi prochain au parc Lansdowne.

LES SÉNATEURS EN BREF

Bonne sortie de Condon

Retiré du match de dimanche dernier après avoir alloué cinq buts aux Jets à Winnipeg, le gardien substitut Mike Condon est bien revenu à la charge jeudi soir au Staples Center même s’il a écopé d’une autre défaite en prolongation ou tirs de barrage (sa quatrième de la saison, contre deux gains et deux revers en temps régulier). Il a arrêté trois échappées en plus de réaliser un arrêt spectaculaire du bloqueur contre Marian Gaborik en première période.

« C’est toujours bon de se reprendre après une sortie difficile. Le seul moyen de s’en sortir est de passer au travers, c’est une citation de Mark Twain que j’applique dans ma vie. C’était bien de pouvoir compétitionner à nouveau », a-t-il dit après la rencontre où il a fait face à 38 lancers.

Dernier balayage

Les Sénateurs avaient balayé la Californie au début de la séquence mémorable du « Hamburglar », Andrew Hammond, à la fin de février 2015, ce qui s’était avéré une première pour eux. Ils sont maintenant en danger d’être balayés dans cet état, ce qui leur est arrivé à six reprises au cours de leurs 25 ans d’histoire (il y a eu des balayages de deux parties avant l’arrivée d’Anaheim dans le circuit), la dernière remontant au début de la saison 2013-2014, quand ils s’étaient inclinés 4-3 en prolongation à Los Angeles le 9 octobre, avant de s’incliner 3-2 à San Jose et 4-1 à Anaheim quelques jours plus tard.

Avant de défaire les Sharks 4-2 le 7 décembre 2016 pour un troisième gain consécutif à leurs dépens grâce au but gagnant de Chris Kelly, les Sénateurs n’avaient jamais gagné deux matches de suite à San Jose.

Entre les lignes

Blanchi à ses six derniers matches, le centre gatinois Derick Brassard demeure en quête de son 400e point en carrière, un plateau que l’ex 67 Logan Couture, des Sharks, pourrait atteindre lui aussi alors qu’il ne lui manque que deux points pour l’atteindre...

Les Sharks ont des promotions intéressantes pour attirer les amateurs du nord de la Californie, eux qui remettront une statuette à tête branlante (« bobblehead » en anglais) du capitaine Joe Pavelski déguisé en Capitaine America pour le match contre les Sénateurs samedi. Plus tard, en mars, ils planifient aussi un match où ils remettront une statuette du genre avec Joe Thornton torse nu, en souvenir d’une photo mémorable prise dans les rues de Pittsburgh pendant la finale de 2016.