La soirée-bénéfice annuelle des Sénateurs a eu lieu dimanche soir au Hilton Lac-Leamy. Le propriétaire Eugene Melnyk était présent pour l’occasion, accompagné des défenseurs Dion Phaneuf et Erik Karlsson, de la présidente de la Fondation Danielle Robinson ainsi que de Barbara Cook et Dan Greenberg, le président de Ferguslea Properties Limited.

Boucher n’a rien à craindre, dit Dorion

Armé d’une prolongation de contrat de trois ans, le directeur général des Sénateurs d’Ottawa Pierre Dorion entend évaluer un peu tout le monde dans son organisation une fois que la présente saison d’enfer sera terminée.

Mais une chose est certaine à la lumière d’une entrevue accordée au Droit en marge de la soirée-bénéfice de la Fondation des Sénateurs dimanche soir au Hilton Lac-Leamy de Gatineau, sa sécurité d’emploi est aussi une bonne nouvelle pour l’entraîneur-chef Guy Boucher.

« J’ai déjà parlé de ça et Guy, c’est mon coach. Pour moi, il n’y a rien qui change. On va voir comment ça va aller pour le reste de cette année et l’année prochaine et après ça, on prendra des décisions. On va regarder toute l’organisation, les joueurs, etc. Mais de ce côté-là, rien ne change », a-t-il assuré lorsqu’interrogé au sujet de l’entraîneur-chef québécois qu’il a embauché à l’été 2016.

Dorion avait déjà donné un vote de confiance à Boucher, qui a un contrat jusqu’à la fin de 2018-2019, à la mi-décembre.

Appelé à commenter la nouvelle entente de son patron annoncée par le propriétaire Eugene Melnyk vendredi, qui liera l’homme de hockey d’Orléans aux Sénateurs jusqu’à la fin de la saison 2021-2022, Boucher avait dit samedi à Toronto qu’il était heureux de ce rebondissement inattendu, survenu dans la foulée du départ du président de l’équipe, Tom Anselmi.

« C’est la meilleure chose pour que l’organisation aille de l’avant, je pense que ça montre une stabilité dont nous avons absolument besoin. Le propriétaire a fait de l’excellent travail pour montrer ça en mettant Pierre sous contrat, c’est bon de savoir que les choses vont être faites à sa façon alors qu’on va de l’avant », a-t-il dit.

Dorion a réitéré dimanche qu’il a un plan d’action, soumis à Melnyk (qui était présent à la soirée de dimanche) lors d’une rencontre de deux jours à sa résidence des Barbades la semaine dernière. Il ne serait pas question ici de rebâtir l’équipe au complet, mais plutôt d’apporter quelques changements assez majeurs pour la relancer alors que le noyau de cette formation s’est rendu en finale de l’Est la saison dernière.

« Je ne veux pas donner de nom au plan. On a trois grosses semaines (d’ici à la date limite des transactions dans la LNH), je suis bien excité pour l’avenir de l’équipe, ce qui s’en vient. Je sais qu’on a de bons joueurs ici. Les trois prochaines semaines vont dicter ce qu’on va faire. On est en 29e place, donc on doit regarder à faire un ou deux pas en arrière pour que l’équipe soit bonne à long terme. J’aimerais qu’on ait une équipe qui n’espère pas faire les séries chaque année, mais plutôt qui sait qu’elle va les faire », affirme Dorion, lui dont l’organisation devrait rater la danse du printemps cette saison pour une troisième fois lors des cinq dernières années.

Melnyk a déclaré dans son communiqué de vendredi que le club sous Dorion donnerait la priorité au repêchage, au dépistage et au développement, des sphères où il a lui-même avoué en décembre qu’il avait « coupé à l’os ». « C’est un côté qu’on va définitivement regarder à améliorer, on va voir combien ça coûterait pour ajouter des dépisteurs », a dit Dorion à ce sujet.

Samedi à Toronto, il avait laissé entendre qu’il ne voulait pas parler de joueurs en particulier quand il s’est fait demander ce qu’il entendait faire avec les dossiers de ses deux meilleurs joueurs, Erik Karlsson et Mark Stone, qui seront en quête de nouveaux contrats l’été prochain. « Quand il est question de nos bons joueurs, nous voulons nous assurer qu’ils soient ici pour longtemps », a-t-il cependant affirmé.

Karlsson a confié dimanche soir que « c’est une bonne nouvelle, on sait qui va mener le groupe pour au moins les trois prochaines années. Moi, je ne me soucie que de cette année, essayer de bâtir quelque chose pour l’avenir. Le reste, on va s’en occuper pendant l’été, je ne m’en inquiète pas trop en tant que joueur. »