Maxime Lajoie a été sélectionné en cinquième ronde par les Sénateurs lors du repêchage de 2016.

Boucher mise gros sur Lajoie

Guy Boucher n’a pas caché son admiration pour Maxime Lajoie depuis son arrivée dans l’organisation des Sénateurs d’Ottawa en même temps que lui.

L’entraîneur-chef qui entame la dernière année de son contrat a maintenant l’air prêt à parier en partie sa sécurité d’emploi sur le jeune défenseur de 20 ans, alors qu’il semble d’ores et déjà assuré d’un poste pour amorcer la saison régulière dans la LNH avec la décision annoncée vendredi de céder l’arrière Christian Wolanin au club-école de Belleville, en même temps que l’attaquant Filip Chlapik.

Ces retranchements ont réduit à 24 le nombre de joueurs en santé au camp de l’équipe, à la veille de son dernier match hors-concours, samedi soir au Centre Canadian Tire alors que le Canadien de Montréal s’amènera.

Comme il est acquis que le troisième gardien Mike McKenna s’en ira à Belleville lui aussi, il ne reste qu’une décision à prendre, soit de retrancher un défenseur (Christian Jaros ou Ben Harpur) pour en conserver sept, ou un attaquant (Max McCormick ou Colin White) si l’équipe décide de garder huit arrières. Boucher avait déjà signifié en début de semaine que le chiffre magique pour amorcer la campagne était 22 joueurs (le maximum alloué est de 23).

Wolanin, un choix de quatrième ronde en 2015, avait impressionné à la fin de la dernière saison quand il a obtenu une audition de 10 parties à sa sortie de l’université North Dakota.

Mais Lajoie, un choix de cinquième ronde en 2016, a fait encore mieux que lui lors du tournoi des recrues et au camp principal de l’équipe. Jeudi soir à Chicago, il a joué plus de 23 minutes, dont six sur le jeu de puissance (contre 3:35 pour Thomas Chabot), en plus d’être à l’origine du but vainqueur de Max McCormick quand il s’est porté en échec avant pour ensuite refiler la rondelle à son partenaire pour cette soirée, Dylan DeMelo.

« Je me suis senti vraiment à l’aise lors de ce match. C’était assez facile en jouant avec un gars comme DeMelo, qui a une couple de saisons sous la ceinture, a dit Lajoie après le match. Je pense que j’ai assez bien joué. Quand je transporte la rondelle un peu plus, c’est que je joue à ma façon. Je patine pour appuyer l’attaque et créer des chances en zone offensive. C’était un peu surréel d’être sur la glace contre un gars comme Jonathan Toews, que j’ai regardé à la télé en grandissant. Je l’ai vu arriver à un moment donné et c’était un peu effrayant. »

Boucher semblait parler de Lajoie après le match quand il a déclaré que « certains gars jouent bien, et ils rendent les décisions plus faciles ».

« Nos jeunes sont de loin notre meilleure récolte des trois dernières années », a-t-il ensuite mentionné, parlant également des attaquants Brady Tkachuk et Alex Formenton, qui semblent assurés de leurs postes.

« Nous allons probablement avoir une autre décision à prendre (samedi soir) et il faudra peut-être laisser de côté un ou deux vétérans, on va voir. On veut surtout jouer avec ce qui sera notre équipe », a-t-il aussi indiqué.

Concernant Lajoie, il a noté « qu’il a été brillant il y a deux ans en sortant de nulle part, il a été brillant au camp de l’an dernier, et il brille encore. Il est plus vieux, plus fort et plus détendu. Il est très calme avec la rondelle et il nous donne beaucoup à penser, ce qui est positif pour lui ».

+

BON DÉPART POUR KARLSSON

Deux semaines plus tard, l’échange d’Erik Karlsson continue à faire jaser.

Dans son entrevue avec TSN diffusée jeudi soir, le d.g. Pierre Dorion a dit qu’il n’avait aucun regret d’avoir envoyé à San Jose un joueur qu’il avait lui-même repêché du temps où il était responsable du dépistage amateur pour les Sénateurs.

«Quand vous échangez un joueur du calibre d’Erik, il va y avoir beaucoup de gens, beaucoup de partisans, qui vont être mécontents. Mais en fin de compte, c’était le meilleur moment de le faire. Il nous a donné du bon hockey pendant plusieurs années, mais c’était la bonne décision et la bonne direction à donner à l’équipe», a réitéré Dorion.

Quelques minutes après la diffusion de son entrevue, Karlsson a fait ses débuts dans l’uniforme des Sharks, obtenant une passe dans un revers de 4-3 contre les Flames de Calgary. Son partenaire à la ligne bleue était le Québécois Marc-Édouard Vlasic.

«C’était bien. C’était facile de jouer avec Vlasic, il m’a appuyé souvent, ce que j’apprécie beaucoup», a-t-il déclaré.