Alex Burrows a été l’unique marqueur des Sénateurs samedi. Ça n’a pas suffi pour battre les Blue Jackets à Columbus.

Boucher déplore un calendrier «ridicule»

Guy Boucher n’aime pas utiliser les rigueurs du calendrier qui a été donné à son club comme excuse pour leurs problèmes de cette saison, mais ça reste un fait que celui-ci n’a pas été commode.

L’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa ne pouvait que le concéder après la défaite de 2-1 de son club samedi soir à Columbus, aux mains de Blue Jackets qui empochaient un septième gain d’affilée et mettait fin à la modeste série de trois victoires consécutives des siens.

« On a donné ce qu’on avait pour cet autre back to back. Ils nous attendaient à la maison. C’était notre quatrième match lors de deux soirs consécutifs en 15 jours où l’adversaire nous attendait sans avoir joué la veille. À un moment donné, il faut être juste envers les joueurs. C’est ridicule. Ils ont quand même poussé jusqu’à la fin, ils ont vidé le réservoir. C’est extrêmement difficile et nos joueurs se battent à travers ça », a-t-il commenté.

Les Sénateurs mènent la LNH pour le nombre de matches à disputer en l’espace de 24 heures, avec 19, comparativement à 13 la saison dernière. Leur fiche lors des premiers matches est maintenant de 9-5-3 après leur gain de 3-2 vendredi contre Dallas, et de 5-9-2 lors des seconds matches.

Lors de leurs 11 derniers matches de la saison 2017-2018, il leur reste deux autres séries du genre à disputer, le 26 mars en Caroline et le lendemain à domicile contre les Islanders de New York, puis ils vont conclure la campagne en visitant Pittsburgh et Boston les 6 et 7 avril.


« « À un moment donné, il faut être juste envers les joueurs. C’est ridicule. » »
Guy Boucher

Retour à la normale

La prochaine semaine sera plus « normale » alors qu’ils vont jouer tous les deux jours à compter de mardi avec la visite des Panthers de la Floride, suivie de celle des Oilers d’Edmonton jeudi avant d’aller à Detroit samedi prochain.

« Comme joueur, tu préfères toujours ce genre de calendrier où tu as une journée pour te préparer entre les matches. C’est plus facile d’être constant dans ce temps-là. Mais il faut composer avec le calendrier du mieux qu’on le peut. C’est la main qui nous est donnée, un back to back avec du voyagement qui nous fait arriver à 2 h 30 du matin (nuit de vendredi à samedi). On ne contrôle pas ça et il faut juste composer avec. Je pense qu’on a fait du bon travail à ce chapitre (samedi), mais on a peut-être juste manqué un peu d’énergie », a dit l’attaquant Alexandre Burrows, auteur du seul but des siens en première période.

Dans le système d’alternance de gardiens préconisé par Boucher en cette fin de saison en raison du calendrier ainsi que la position de l’équipe au classement, c’est le gardien substitut Mike Condon qui est appelé la plupart du temps à affronter les tirs adverses lors du second match de ces séquences.

« Les circonstances n’étaient pas idéales, mais les gars s’en sont bien sortis quand même, quoiqu’il semblait évident à l’occasion qu’ils avaient des difficultés. Ils jouaient quand même avec beaucoup de cœur. Il faut s’attendre à ça quand tu arrives aussi tard en ville. Défensivement, on s’en est bien tiré, et les gars ont bien mis (Sergeï) Bobrovsky à l’épreuve à l’occasion, mais il a résisté », a indiqué Condon, qui a perdu 12 de ses 13 derniers départs à l’étranger.

Seuls Boone Jenner et Markus Nutivaara, ce dernier en avantage numérique, ont réussi à le déjouer alors que Condon a fait face à 35 tirs, contre 24 pour Bobrovsky.

C’était la 24e défaite des Sénateurs par la marge d’un seul but cette saison, eux qui ont un dossier de 16-13-11 lors de ces parties serrées.

DZINGEL S'EN TIRE À BON COMPTE

Alors qu’il se débrouillait fort bien aux côtés de Matt Duchene et Mike Hoffman dernièrement, ayant atteint le plateau des 20 buts pour la première fois de sa carrière, l’attaquant Ryan Dzingel s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment samedi quand Hoffman l’a atteint en plein casque avec un violent tir frappé en troisième période. 

Il n’est pas revenu au jeu par la suite, mais Guy Boucher a dit après la rencontre que c’était surtout par précaution. 

« À l’heure actuelle, il va bien, il y a eu plus de peur que de mal. On va voir (dimanche) comment il se sent, quelle sera l’analyse finale. Tu ne veux pas voir ça, c’est tellement un bon kid, tu sympathises avec lui », a dit Boucher. 

« C’est toujours effrayant de voir ça, mais il semble qu’il a été atteint à un bon endroit et qu’il va être correct pour le prochain match », a pour sa part révélé le capitaine Erik Karlsson. 

Les Sénateurs s’étaient rendus à Columbus avec le minimum de 20 patineurs, l’attaquant Mark Stone étant toujours sur la liste des blessés, lui qui pourrait revenir au jeu mardi contre la Floride cependant.