Le défenseur des Sénateurs Mark Borowiecki testera le marché des joueurs autonomes.
Le défenseur des Sénateurs Mark Borowiecki testera le marché des joueurs autonomes.

Borowiecki sur le marché des joueurs autonomes

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
À moins d’un mois de l’ouverture du marché des joueurs autonomes dans la LNH, le 9 octobre prochain, il appert que les Sénateurs vont perdre un de leurs joueurs les plus impliqués dans la communauté en Mark Borowiecki.

Le vétéran défenseur de 31 ans a récemment changé la biographie de son compte Twitter pour mentionner qu’il est «un joueur de la LNH» alors qu’il se disait auparavant un «joueur des Sénateurs. Interprété comme un signe qu’il tenterait sa chance sur le marché alors qu’il est agent libre sans compensation, cette théorie s’est confirmée jeudi alors que son agent, Steve Bartlett, a déclaré au site The Athletic que des négociations ayant eu lieu avec le DG des Sénateurs Pierre Dorion au courant de la dernière saison n’ont pas abouti.

«En date de maintenant, nous pensons qu’il est fort probable que nous allons tester le marché des agents libres pour la première fois de la carrière de Mark, a dit Bartlett. Je pense que Mark a beaucoup à offrir à plusieurs équipes.»

Normalement reconnu pour sa robustesse, l’arrière originaire d’Ottawa qui a joué toute sa carrière dans l’organisation vient de connaître sa meilleure saison offensive, avec 7 buts (un sommet parmi les défenseurs de l’équipe) et 18 points en 53 parties.

Borowiecki n’a pas retourné un appel du Droit, mais il a confirmé au Ottawa Citizen qu’il tournera effectivement la page.

«Je pense que c’est la bonne décision pour les deux partis, a déclaré Borowiecki. On s’entend pour dire que c’est la meilleure façon d’aller de l’avant. Je me concentre là-dessus et on verra ce qui va arriver le 9 octobre.»


« Je pense que Mark a beaucoup à offrir à plusieurs équipes. »
Steve Bartlett

Salaires d’entraîneurs réduits

Les Sénateurs d’Ottawa avaient annoncé en avril dernier la mise à pied temporaire d’employés à temps plein de leur compagnie mère, Capital Sports and Entertainment.

Au même moment, ils avaient annoncé que d’autres employés se verraient accorder un congé ou devraient accepter une diminution de salaire en raison de la pandémie de la COVID-19, mais ce qu’ils n’avaient pas dit, c’est que même leur personnel d’entraîneur, D.J. Smith en tête, était soumis à ces mesures.

Selon TSN, la Ligue nationale de hockey a dû intervenir dans un conflit entre les entraîneurs, déjà parmi les moins bien payés du circuit Bettman, et l’équipe.

Rétroactivement au 13 juillet dernier, ceux-ci reçoivent maintenant leur plein salaire.

Plusieurs autres équipes de la ligue ont adopté des mesures similaires, mais aucun autre cas de contrats d’entraîneurs non-respecté n’a été répertorié jusqu’à maintenant.

À Dallas, le directeur général Jim Nill a volontairement accepté que son salaire soit amputé de 50 % afin de préserver un certain nombre d’emplois dans les bureaux de l’équipe.

Lors de l’annonce des mises à pied temporaires et des diminutions de salaire, les Sénateurs avaient indiqué par voie de communiqué que ces mesures visaient «à garantir la continuité des opérations» de l’équipe.

Un programme d’aide aux employés temporairement mis à pied avait alors été créé, venant s’ajouter aux prestations d’assurance-emploi jusqu’au 3 juillet prochain, couvrant jusqu’à un minimum de 80 % de leur salaire de base.

« Nos employés ont continué de travailler avec dévouement pendant cette période difficile, avait alors déclaré le propriétaire Eugene Melnyk. Nous désirons les remercier pour leur loyauté en offrant un soutien alors que nous faisons tous face à des défis hors de l’ordinaire. Même si l’industrie du sport et du divertissement est lourdement touchée, nous passerons à travers cette situation en restant engagés ensemble. J’ai hâte au jour où il sera sécuritaire d’ouvrir à nouveau nos portes et d’accueillir nos employés, partisans et partenaires communautaires.»