Mark Borowiecki et son épouse attendent la naissance de leur premier enfant.
Mark Borowiecki et son épouse attendent la naissance de leur premier enfant.

Borowiecki en congé parental

Mark Borowiecki n’a pas accompagné ses coéquipiers au Manitoba vendredi, non pas parce qu’il ne voulait pas passer une longue nuit à Winnipeg comme le veut la vieille chanson de Pierre Lalonde, mais plutôt parce qu’il doit se préparer à bientôt passer des nuits très courtes chez lui à Ottawa.

Attendu depuis neuf mois, le premier enfant du défenseur des Sénateurs et de son épouse Tara était sur le point de faire son entrée dans le monde, Borowiecki ayant dit dès mardi que c’était « une affaire d’heures ».

Dans ce contexte et alors que son équipe n’est pas dans la course pour une place en séries éliminatoires, l’équipe a recommandé au vétéran de 30 ans de rester au chevet de sa conjointe. Cody Goloubef va le remplacer contre les Jets et Andreas Englund a été rappelé de Belleville pour être le septième défenseur en cas de besoin.

« Il ne sera pas du voyage, non. Son épouse est très proche d’accoucher et c’est bon pour lui d’être près de sa femme. C’est un beau moment pour lui et sa famille et il aimerait continuer à jouer, mais sa famille a besoin de lui », a fait savoir l’entraîneur-chef D.J. Smith.

C’est le directeur général Pierre Dorion qui a pris la décision pour Borowiecki, allant le voir pour lui dire qu’il avait la bénédiction de ses patrons pour prendre un congé parental.

« Il est un gars qui fait passer l’équipe en premier. Si on lui avait dit qu’il devait jouer, il aurait probablement joué, mais Pierre est allé le voir et la bonne décision est de le laisser être avec sa famille. Le crédit doit aller à Pierre, il est celui qui lui a dit directement : “Tu ne fais pas ce voyage” », a relaté Smith.

Il y a une faible possibilité que Borowiecki aille rejoindre l’équipe à Denver pour le deuxième match du voyage, mardi contre l’Avalanche, « si tout s’est bien passé » avec l’accouchement, a ajouté Smith.

En l’absence de Borowiecki, celui-ci avait remanié ses duos à l’entraînement de vendredi avant le départ pour Winnipeg, Thomas Chabot retrouvant Dylan DeMelo comme partenaire alors que Ron Hainsey, qui en a arraché contre l’Avalanche formait une troisième paire avec Goloubef. Nikita Zaitsev est demeuré avec Mike Reilly, cette paire ayant fait du bon travail la veille contre le premier trio du Colorado, pivoté par Nathan MacKinnon.

Ce deuxième rappel cette saison est sorti de nulle part pour Englund, le Suédois de 24 ans qui roule sa bosse depuis quatre ans dans l’organisation.

« Tu ne sais jamais quand l’appel va venir, a dit l’arrière à caractère défensif qui a joué 12 parties dans la LNH cette saison (amassant deux passes). On va voir ce qui va arriver, si je joue ou non. »

Celui-ci est un pilier à la ligne bleue du club-école de Belleville, qui a dû se débrouiller sans lui vendredi soir lors d’un duel contre les Marlies de Toronto, ses rivaux naturels. « Tout va comme sur des roulettes là-bas, c’est fantastique alors que nous sommes capables de gagner tous nos matches, même quand on tire de l’arrière, on l’a montré samedi dernier à Laval en effectuant une remontée de trois buts lors des six dernières minutes de jeu avant de l’emporter 5-4 en prolongation. On croit en nous présentement, c’est une bonne sensation et c’est toujours plus facile d’aller à l’aréna, nous sommes tous des athlètes professionnels qui veulent gagner », a-t-il confié.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Wolanin à Belleville

Alors qu’Andreas Englund a été rappelé et que Christian Jaros n’a pas joué vendredi soir en raison d’une blessure, les Senators de Belleville obtiendront du renfort à la ligne bleue la semaine prochaine. Le défenseur Christian Wolanin a annoncé lui-même qu’il doit se rapporter à l’entraîneur-chef Troy Mann lundi. Il va terminer la saison dans la Ligue américaine après s’être blessé sérieusement à une épaule juste avant le début du camp d’entraînement, ce qui avait nécessité une opération. « Je me sens un peu comme si c’était la veille de Noël, vraiment pas mal excité. On ne m’a pas dit quand je vais jouer un premier match et je ne veux pas être celui qui va gâcher les choses là-bas. Quand ils vont vouloir me lancer dans la mêlée, je vais être prêt », a-t-il indiqué alors que ses coéquipiers préparaient leur départ vers Winnipeg.

Tkachuk « impliqué »

L’entraîneur-chef D.J. Smith n’a pas aimé la suggestion que Brady Tkachuk a distribué 10 mises en échec lors du match de jeudi contre l’Avalanche en grande partie parce que son club a couru après la rondelle une bonne partie de la soirée. « Il a compté un but et obtenu sept tirs pour aller avec ces 10 coups d’épaule... Il était impliqué dans le match. Il devient de plus en plus un leader pour nous chaque jour, il tire les autres dans la bataille en jouant avec émotion, il se défonce à chaque présence... Il joue jusqu’au buzzer et c’est fantastique de voir ça, d’autres vont bientôt suivre son exemple », a-t-il commenté.

Entre les lignes

Le DG Pierre Dorion a accompagné son club à Winnipeg vendredi,  en profitant pour aller voir l’espoir Mads Sogaard, espoir des Tigers de Medicine Hat, jouer à Brandon. Il reviendra cependant à Ottawa dimanche pour assister à un des deux matches de l’Océanic de Rimouski (et d’Alexis Lafrenière) contre les Olympiques.

Les Jets ont déjà joué sept matches en après-midi cette saison (fiche de 6-2-1), eux qui sont le club de la LNH qui en ont le plus à l’horaire cette saison avec 14. Les Sénateurs ont un dossier de 1-3 lors des parties qui ont commencé à 16 h ou avant.

Le gardien Kevin Mandolese a eu une mention honorable pour le titre de gardien du mois dans la LHJMQ, présentant une fiche de 7-1 et un taux d’efficacité de ,930 avec les Screaming Eagles du Cap-Breton, lui qui avait mérité le même honneur en décembre avec les mêmes statistiques... L’espoir Shane Pinto n’a pas ralenti la cadence à son retour à l’université du North Dakota après le Championnat mondial junior, ayant récolté sept points en sept matches en janvier.