Chris Kelly  a laissé tomber les gants, dimanche, pour une dixième fois en carrière dans la LNH.

Bons et moins bons souvenirs de Boston

Chris Kelly se souvient bien, trop bien de sa dernière présence sur la patinoire du TD Garden de Boston.
C'était le 3 novembre 2015 contre les Stars de Dallas, le match où il s'est fracturé le fémur de la jambe gauche, ce qui a mis un frein à sa saison 2015-2016 et aurait très bien pu mettre un terme à sa carrière.
« C'était ma première présence du match et c'est arrivé trois secondes après avoir sauté sur la glace, mon patin est resté pris dans une craque de la glace. Je pensais qu'un joueur adverse m'avait frappé avec son bâton, mais il n'y avait personne. Ça avait été trois secondes de qualité, vous pouvez l'écrire », a-t-il lancé en riant lundi, à la veille de son retour pour affronter le club avec qui il a gagné la coupe Stanley en 2011.
Kelly a affronté les Bruins à deux reprises déjà, mais c'était à Ottawa. Il revient à Boston, où il a passé plus de cinq saisons, pour la première fois depuis qu'il a fini sa réhabilitation. Il est d'ailleurs allé saluer l'entraîneur responsable du conditionnement physique des Bruins lundi matin, celui qui l'a aidé à se remettre sur pied afin qu'il puisse poursuivre sa carrière, signant un contrat comme joueur autonome pour revenir à Ottawa l'été dernier.
« Quand tu reviens affronter ton ancien club pour la première fois, c'est toujours spécial. Ça se trouve que ça n'arrive qu'en mars cette année, à la fin d'une longue saison. Tout un contraste avec mon échange d'Ottawa à Boston, alors que mon premier match avait été à Ottawa... Je suis content de revenir parce que je n'aurais pas voulu que ma dernière présence au TD Garden soit celle où j'ai été blessé », a-t-il souligné.
L'entraîneur-chef Guy Boucher a récemment commenté que son centre de 36 ans a « retrouvé ses jeunes jambes » depuis qu'il forme un quatrième trio efficace avec les vétérans Victor Stalberg et Tommy Wingels. L'auteur de 5 buts et 7 passes pour 12 points, avec un différentiel de moins-15, a même été assez fringant pour lâcher les gants pour la première fois cette saison, dimanche, contre Torey Mitchell, des Canadiens tenant d'ailleurs très bien son bout alors que son combat précédent remontait au calendrier présaison de 2015, contre Justin Abulkader, des Red Wings de Detroit.
Il y a eu quelques autres échauffourées en fin de match contre Montréal, mais Kelly assure qu'il ne s'agissait pas là de chercher à préparer le prochain affrontement contre les Canadiens, samedi prochain au Centre Bell.
« Dans le cas de mon combat, c'était deux gars qui luttaient pour la rondelle. Ça fait partie du hockey et on était d'accord pour lâcher les gants. Ça finit là, ce n'était pas une affaire de chercher à donner le ton pour le prochain match. Parfois, ces choses-là arrivent au courant d'un match de hockey. On passe à autre chose », a noté Kelly, dont c'était le 10e combat dans la LNH selon le site hockeyfights.com.
Le vétéran des Sénateurs est convaincu que son club sera en mesure de tourner la page après un week-end décevant contre Montréal.
« Dans le hockey d'aujourd'hui, tu dois avoir la mémoire courte. Même quand tu joues bien, tu dois passer au match suivant. C'est la même chose quand tu n'as pas ta meilleure sortie. Tu dois oublier ce match assez rapidement et te concentrer sur le prochain. Je pense que pendant la majorité de l'année, nous avons été en mesure de mettre les parties précédentes derrière nous et de penser seulement à la prochaine. Là, le prochain match en est un gros, on affronte les Bruins dans leur aréna et ils jouent bien récemment. On se concentre là-dessus », a-t-il souligné.
Les Sénateurs en bref
Ratés de l'attaque à cinq
Membre des unités de jeu de puissance, Dion Phaneuf n'aimait pas la suggestion que les ratés de celles-ci contre les Canadiens, en prolongation samedi et au premier tiers dimanche quand les Canadiens ont obtenu plusieurs chances en désavantage numérique, ont contribué grandement au revers du week-end. « La vérité est qu'ils (les Canadiens) ont mieux joué que nous. Nous avons commis des erreurs et on n'a pas joué à notre meilleur, mais c'est fini maintenant... On a confiance en notre jeu de puissance, on a des gars habiles pour le faire fonctionner et il va fonctionner. On l'a déjà fait et on le fera à nouveau. Ce n'est pas juste de dire qu'une seule partie de notre jeu a enlevé du momentum », a ajouté Phaneuf.
Paul fouetté
Le DG adjoint des Sénateurs Randy Lee a dit en entrevue à TSN 1200 lundi que l'organisation avait cherché à fouetter l'attaquant Nick Paul, acquis dans l'échange de Jason Spezza à Dallas, cette saison à Binghamton. « Il a été un peu une énigme cette année, on s'attendait à plus de lui. On l'a défié. Je lui ai parlé, Kurt Kleinendorst (l'entraîneur des petits Senators) a été sur son dos tout comme Shean Donovan et même son agent lui a parlé. On voulait qu'il soit fâché de ne pas être dans la conversation pour un rappel quand on avait besoin de joueurs (à Ottawa). On a porté ça à son attention et il commence à répondre », a noté Lee. Paul a 12 points à ses 15 derniers matches, incluant un but et trois passes samedi dans un gain de 8-4 contre les Marlies à Toronto. Les deux mêmes clubs s'affronteront au Centre Canadian Tire vendredi soir.
Entre les lignes
Chris Kelly n'est pas surpris des succès de Brad Marchand cette saison : « Marchy est un joueur talentueux. Quand tu es son coéquipier, tu vois à quel point il travaille fort, sur la glace comme en dehors. C'est bien de voir qu'il est récompensé maintenant. C'est certain qu'il est une peste, mais ces gars-là font les meilleurs coéquipiers. On le voit ici maintenant avec Alexandre Burrows », a-t-il noté... Guy Boucher n'annoncera que mardi matin qui de Craig Anderson ou Mike Condon affrontera les Bruins. Ce dernier n'a encore jamais joué au TD Garden contre l'équipe de son patelin, qu'il encourageait encore en 2011 quand elle a gagné la coupe Stanley. Il l'a battue 5-1 avec les Canadiens l'an dernier lors de la Classique hivernale et il a une fiche de 2-2-0 contre eux. Celle d'Anderson contre les Bruins est de 10-11-0.