Brady Tkachuk a marqué deux buts dans un gain facile de 4-0 des recrues des Sénateurs aux dépens de leurs homologues du Tricolore.

Bon départ pour Tkachuk

LAVAL — Il va falloir plusieurs années avant de déterminer si le Canadien de Montréal et les Sénateurs d’Ottawa ont fait les bons choix en première ronde du dernier repêchage.

L’espace d’un soir cependant, Brady Tkachuk a donné raison au d.g. Pierre Dorion d’avoir jeté son dévolu sur lui au quatrième rang, tout juste après que Marc Bergevin ait sélectionné le centre finlandais Jesperi Kotaniemi avec la sélection obtenue grâce au coup de dé de la loterie du repêchage.

L’ailier gauche de puissance a marqué deux buts dans un gain facile de 4-0 des recrues des Sénateurs aux dépens de leurs homologues du Tricolore vendredi à la Place Bell.

Chaque fois, il a eu le meilleur sur Kotkaniemi. Sur son premier but, à la première minute du deuxième tiers, il s’est démarqué de celui-ci après sa tentative de mise en échec, a capté une passe d’un côté du filet de son revers et il a contourné habilement le gardien Samuel Harvey avant de soulever le disque dans la partie supérieure, encore du revers. Il a célébré son but dans le coin de la patinoire en bousculant un peu le jeune Finlandais, en prime. Il a ensuite complété son doublé lors d’un avantage numérique de deux hommes, n’ayant qu’à pousser la rondelle refilée par Colin White dans une cage béante. Kotkaniemi était au cachot pour avoir accroché... Tkachuk.

« C’était un match amusant. C’était spécial de porter le chandail pour la première fois dans un match et le fait qu’on ait gagné aide définitivement, a déclaré Tkachuk après coup. Je n’ai rien dit (à Kotkaniemi) après mon premier but, je lui ai juste présenté mon épaule un peu. Il est un excellent joueur, le Canadien devrait être heureux de l’avoir choisi, il va être un excellent joueur dans cette ligue. Je ne pensais pas à jouer contre lui, je voulais juste aider mon équipe à gagner. »

Plus tôt dans la journée, l’entraîneur des petits Sénateurs Troy Mann avait laissé entendre que Tkachuk était un joueur pas mal plus en avance au même âge que Tom Wilson, des Capitals de Washington, à qui il est comparé à l’occasion. « Brady a définitivement beaucoup plus d’habiletés offensives que Tom, qui est un type de joueur différent. Je n’ai pas été près de lui longtemps, mais il me semble aussi qu’il est un excellent joueur d’équipe », a-t-il souligné.

Tkachuk l’a montré en louangeant ses deux compagnons de trio, Filip Chlapik et Colin White, le premier obtenant deux passes dans cette rencontre. Le fils de Keith était certes beaucoup mieux entouré que Kotkaniemi pour cette rencontre, le Tricolore n’ayant aucun joueur ayant disputé un match dans la LNH la saison dernière, contre six pour Ottawa. White a porté le « C » du capitaine, alors que Jaros et Chlapik étaient ses assistants.

Alex Formenton, en désavantage numérique, a marqué l’unique filet du premier tiers, alors que le gardien Samuel Harvey s’est dressé devant les attaques des Sénateurs. Christian Jaros a réussi l’autre en milieu de deuxième, sur un tir sur réception bien préparé par Parker Kelly.

Le match a été marqué par un incident déplorable alors qu’en fin de rencontre, l’attaquant du Canadien Zack Evans a semblé perdre connaissance lorsque frappé solidement en entrée de zone par Jonathan Aspirot, un défenseur des Wildcats de Moncton qui est à l’essai au camp. Evans a quitté la glace en civière. Le Canadien a fait savoir après le match qu’il avait retrouvé ses sens et qu’il a pu bouger ses membres avant de partir vers l’hôpital par mesure de précaution.

Dans la victoire, le gardien Filip Gustavsson a été mis à l’épreuve à seulement 15 reprises, contre 34 pour ses vis-à-vis, Harvey et Stephen Dhillion. Il n’a vraiment eu qu’un arrêt difficile à réaliser, de la jambière aux dépens de Cameron Hills en début de troisième période. « J’aurais préféré jouer pour l’autre club et être plus occupé, mais c’était un match comme ça. Je pense avoir bien fait sur les tirs auxquels j’ai été confronté en tout cas », a dit le cerbère de 20 ans.

Les Sénateurs vont conclure cette Confrontation des recrues en affrontant les espoirs des Maple Leafs de Toronto samedi à 15 h.

+

LE NOUVEAU MÉTIER QUI RENTRE POUR ALEXANDRE BURROWS

Alexandre Burrows a qualifié de « drôle ‘d’adon’ » que son premier match derrière le banc d’une équipe professionnelle soit contre la dernière équipe dont il a endossé le chandail, les Sénateurs. Le nouvel entraîneur-adjoint du Rocket de Laval aurait souhaité un meilleur résultat que le revers de 4-0 encaissé par les recrues du Canadien, mais pour ses joueurs comme pour lui, c’était le métier qui rentre.

« J’étais un peu nerveux au début. Ce matin, c’était mon premier ‘meeting’ du ‘power play’ et j’étais nerveux aussi, mais ça a bien été. Évidemment, j’apprends beaucoup de Joel (Bouchard, l’entraîneur-chef) présentement. Ça m’aide beaucoup de voir à quel point il est bon et il est un bon communicateur, les jeunes l’écoutent et apprennent beaucoup de lui. C’était une première expérience derrière le banc, ce n’était évidemment pas le résultat qu’on voulait, mais c’est un ‘processus’ pour les jeunes. On avait un alignement avec beaucoup de jeunes, c’est bon pour eux d’apprendre dans l’adversité », a-t-il confié après le match.

Pendant l’échauffement, Burrows a passé beaucoup de temps près du banc des Sénateurs pour saluer un des thérapeutes de l’équipe, et quelques joueurs qu’il a côtoyés sont allés le saluer. « Ils sont tous venus me voir, les Colin White, Filip Chlapik, Logan Brown, Alex Formenton, Christian Wolanin et Christian Jaros. J’ai apprécié. Ça ne me dérangeait pas vraiment (un premier match contre eux). J’ai connu plein de bon monde à Ottawa en un an et demi, même si la saison dernière n’a pas été la meilleure au point de vue hockey », a dit Burrows, qui a annoncé sa retraite en juillet dernier.

« C’est spécial d’avoir joué avec un gars -- nous avons été parfois sur le même trio l’an passé -- et qu’il soit derrière un banc maintenant. J’espère qu’il ne dévoilera pas tous mes secrets. Ça va être excitant pour lui. Il a été important pour moi. Quand je suis arrivé avec l’équipe (à la fin de la saison 2017-2018) et que nous avons eu nos bonnes séries, il me parlait tout le temps, il s’assurait que je me sente comme un membre de l’équipe. Il était vraiment un bon gars dans une chambre, je suis content pour lui », a dit Colin White en matinée.