L’attaquant Mikkel Boedker disputera son 700e match dans la LNH mardi contre l’Avalanche du Colorado.

Boedker a patienté pour son 700e match

DENVER — Quand la saison 2019-2020 des Sénateurs s’est mise en branle, Mikkel Boedker ne pensait pas qu’il devrait attendre jusqu’au mois de février pour disputer le 700e match de sa carrière.

L’attaquant danois de 30 ans n’était alors qu’à 11 parties de ce plateau et il ne pouvait pas se douter que le nouvel entraîneur-chef D.J. Smith le prendrait en grippe et ne lui ferait jouer qu’un match par-ci par-là, préférant utiliser des jeunes joueurs ou encore un dur à cuire comme Scott Sabourin à sa place, malgré son salaire de 4 millions $.

Boedker sera cependant de l’alignement pour un deuxième match de suite mardi contre l’Avalanche, un club qui avait payé un assez gros prix — Alex Tanguay et deux espoirs — pour faire son acquisition des Coyotes de l’Arizona, à la date limite des transactions de février 2016.

« C’est pas mal cool, mais ça a pris pas mal plus longtemps que je le pensais pour y arriver. Ça reste une étape importante, 700 matches, ce n’est pas facile d’arriver à un tel total. C’est cool », a-t-il confié après la pratique des siens lundi à l’Université de Denver.

À LIRE AUSSI: Högberg prend la pôle

Laissé dans les gradins lors de 45 matches de son club, Boedker admet que sa situation personnelle a été frustrante au possible.

« Il faut juste demeurer un professionnel, je pense. Ce n’est pas une situation facile et il y a des jours où tu penses que tu vas perdre la tête, certainement. Mais tu dois demeurer un pro, faire ce que tu as à faire en espérant qu’il y a de meilleurs jours qui s’en viennent. Quand tu es dans l’alignement, tu dois jouer avec ardeur pour t’assurer de rester dans l’alignement », a-t-il dit.

Celui qui écoule la dernière année de son contrat ne comprend pas vraiment pourquoi il a été ainsi relégué aux oubliettes de cette façon.

« Je pense que personne ne comprend une telle situation quand ils sont en plein dedans. Tu ne vas jamais accepter de ne pas jouer. Parfois, quand tu connais un mauvais match, tu veux revenir au suivant pour faire mieux, dit-il. Quand tu ne joues pas, tu penses encore que tu es capable de jouer et que tu peux prouver certaines choses. C’est comme pour n’importe quel travail, sauf que le nôtre est examiné pas mal plus par les médias, ce qui fait que c’est plus difficile. Tu parles avec ta femme et ta famille pour demeurer un professionnel. Il faut se présenter chaque jour et ne rien prendre pour acquis... C’est un travail qui te paie beaucoup d’argent, donc tu dois te présenter et travailler, jour après jour. Si des jeunes joueurs de l’équipe veulent le remarquer, ils peuvent certes le faire. »

Deux jours plus tard, Boedker savourait toujours son premier but de la saison compté samedi dernier à Winnipeg, quand le défenseur des Jets Neal Pionk lui a fait une passe en plein dans l’enclave avec une cage béante devant lui.

« C’était bien. Si un gars méritait que cette rondelle se retrouve sur sa palette comme ça, c’était moi. J’étais content de compter et c’était bien de voir la réaction de tous les gars sur le banc, ils étaient contents pour moi et je l’ai apprécié », a-t-il souligné.

C’est grâce à ce petit but, le 117e de la carrière de ce premier choix en 2008 (8e au total), qu’il pourra disputer un deuxième match de suite, a indiqué Smith.

« Il a compté et comme nous manquons de compteurs, ça lui permet de rester (dans l’alignement). Les gars étaient très heureux pour lui et les gars veulent le voir jouer ce 700e match », a-t-il indiqué.

Ce sera un peu plus spécial que ce soit contre un ancien club, même s’il a peu joué pour l’Avalanche. « Je n’ai joué que 18 matches avec eux et c’est cool d’avoir joué une couple de parties avec ces gars-là. Je vais savourer ce 700e match, ça n’arrive qu’une fois dans une carrière », a ajouté celui qui avait ensuite signé un contrat comme joueur autonome avec les Sharks de San Jose, ces derniers le refilant à Ottawa dans l’échange de Mike Hoffman (expédié ensuite en Floride).

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Tkachuk plaque

L’attaquant des Sénateurs Brady Tkachuk distribue les coups d’épaule à profusion de ce temps-ci, pas moins de 16 à ses deux derniers matches. Il s’est ainsi installé confortablement au deuxième rang de la LNH à ce chapitre avec ses 222 mises en échec, 17 de moins que le meneur à ce chapitre, Ryan Reaves, des Golden Knights de Vegas. Il affirmait lundi après l’entraînement des siens qu’il regarde les feuilles de statistique après les matches pour voir ce qu’il a fait dans un match, mais il ne vise pas particulièrement de finir premier à ce chapitre. « Je ne vais pas aller hors de mon chemin pour amasser 10 mises en échec dans un match. S’il y a quelqu’un à frapper, je vais le faire, mais ce n’est pas pour amasser des statistiques impressionnantes », a-t-il affirmé.

Brady Tkachuk

***

Un autre « meilleur ami »

On dirait que partout où il va à travers la LNH, Brady Tkachuk croise quelqu’un qui est « un de mes meilleurs amis ». C’était le cas à Denver alors qu’il a profité de la journée de congé de dimanche pour passer du temps avec Shane Bowers, l’ancien premier choix des Sénateurs en 2017 (28e au total) qui a été échangé à l’Avalanche dans le cadre de la transaction amenant Matt Duchene à Ottawa. « Il était mon co-chambreur à l’Université de Boston et nous sommes devenus très proches. On se voyait tous les jours, et soudainement, on se voit deux fois par année. Il va bien cette saison, c’est un excellent joueur et un meilleur gars », a-t-il noté au sujet de Bowers, qui a 9 buts et 23 points en 36 matches avec le club-école de l’Avalanche, les Eagles du Colorado.

***

Entre les lignes

  • Avec les Eagles, club basé à Loveland (à environ 90 minutes de Denver), Bowers est un coéquipier de l’ancien Sénateur Erik Condra, qui continue à rouler sa bosse dans les mineures, ainsi que du Gatinois Michael Joly, qui a 10 buts et 19 points à sa fiche en 37 matches.
  • Vu que Mikkel Boedker conservera sa place dans l’alignement, Filip Chlapik et Scott Sabourin seront retranchés pour un deuxième match consécutif.
  • Les Sénateurs ont confirmé officiellement lundi ce que Christian Wolanin avait annoncé lui-même vendredi dernier, soit qu’il était cédé au club-école de Belleville pour amorcer sa saison, qui a déraillé quand il s’est blessé sérieusement à une épaule juste avant le début du camp d’entraînement en septembre dernier, ce qui avait nécessité une opération.