Bobby Ryan n'avait pas marqué un seul but à ses cinq dernières rencontres. Il en avait inscrit un seul à ses 12 dernières parties. Celui de jeudi, contre Anders Lindback, a fait du bien.

Bobby Ryan retrouve ses marques

Ça n'a pas été le but le plus important de la soirée. Quand Bobby Ryan a poussé la rondelle dans le filet d'Anders Lindback, au troisième tiers, les Sénateurs menaient déjà par trois buts.
Ça reste un but important. Pour le gars qui l'a marqué, surtout. Le marqueur naturel des Sénateurs n'avait pas marqué un seul but à ses cinq dernières rencontres. Il en avait inscrit un seul à ses 12 dernières parties.
«On dira ce qu'on voudra, ça fait du bien. Ça m'enlève de la pression sur les épaules», a reconnu le très honnête ailier droit.
«J'en dois une à Kyle Turris. Il a presque tout fait sur la séquence. Il m'a servi une superbe passe. Je n'ai eu qu'à lancer», a-t-il ajouté.
Dans notre livre à nous, Turris ne faisait que lui rendre la faveur.
Au deuxième tiers, le centre a marqué le but de la victoire grâce à une superbe passe de Ryan.
«Je dois être franc, je me sens un peu coupable. Bobby a souvent été libre dernièrement. Disons que j'aurais pu lui refiler la rondelle plus souvent.»
Malgré sa léthargie, Ryan est devenu hier soir le premier joueur des Sénateurs à atteindre le plateau des 20 buts cette saison. C'est la cinquième fois depuis 2008 qu'il atteint ce plateau.
S'il en marque 10 autres dans les 28 derniers matches de la saison régulière, il pourra connaître la cinquième saison de 30 buts de sa carrière.
«En début de saison, un gars comme moi se fixe des objectifs. J'ai l'impression que je suis bien parti pour les atteindre», affirme celui qui pourra refaire le plein d'énergie dans les prochaines semaines. Une bénédiction déguisée, le fait de ne pas se retrouver dans l'équipe américaine pour Sotchi?
«Même si j'ai connu des moments un peu moins glorieux récemment, je n'ai jamais perdu espoir. Mes deux partenaires de trio jouent tellement bien... Je me dis que c'est une question de temps. Je vais recommencer à produire.»