Alors qu’il s’est inscrit au programme de soutien aux joueurs, l’attaquant le mieux payé des Sénateurs, Bobby Ryan, n’a pas pris part au match de mercredi soir face au Canadien de Montréal.

Bobby Ryan a besoin d'aide

On ne connaîtra peut-être jamais le fond de l’histoire.

La Ligue nationale de hockey (LNH) et son Association des joueurs (NHLPA) ont émis un très bref communiqué, mercredi matin. Ils se sont contentés d’annoncer que Bobby Ryan s’est inscrit au programme de soutien aux joueurs.

On a pris soin d’ajouter qu’il n’y aurait pas d’autres commentaires.

Le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion, a réagi rapidement. Une demi-heure plus tard, il a fait parvenir une déclaration écrite à quelques journalistes.

« Bobby est un membre important de la famille des Sénateurs d’Ottawa et il a notre soutien inconditionnel dans cette situation. »

C’est tout.

En fin d’après-midi, au Centre Bell, D.J. Smith était tenu de rencontrer la presse pour parler des dossiers d’actualité, avant le match contre le Canadien.

La deuxième question a naturellement porté sur l’attaquant d’expérience qui devra s’absenter pendant « un bon bout de temps ».

« Pierre a déjà émis une déclaration, plus tôt, aujourd’hui. Par respect pour Bobby et pour sa famille, je n’ajouterai rien », a-t-il répondu.

« Je lui souhaite la meilleure des chances », a-t-il néanmoins ajouté.

Les coéquipiers de Ryan n’ont pas parlé aux médias avant le match.

Ça se passe souvent ainsi, lorsqu’un joueur choisit d’entrer volontairement dans le programme de soutien aux joueurs. Mis sur pied au milieu des années 1990, cette initiative a pour but de venir en aide aux joueurs actifs qui connaissent des problèmes personnels sérieux. Dans certains cas, il peut s’agir de problèmes liés à la consommation abusive d’alcool ou la dépendance aux substances illicites.

Ryan pourra choisir de se confier davantage lorsqu’il reviendra au boulot, plus tard, cette saison. Ou pas.

En attendant, on se contentera d’écrire que Ryan a besoin d’aide.

« Le programme est venu en aide à des tas de joueurs. Dans plusieurs cas, nous n’en avons même pas entendu parler. Nous sommes tous très fiers de Bobby Ryan. Il a le courage de chercher de l’aide », a soutenu, sur Twitter, l’ancien gardien Corey Hirsch.

Il a lui-même fait appel aux professionnels pour soigner un trouble obsessionnel-compulsif.

Difficile saison

À 32 ans, Ryan est le joueur le mieux rémunéré chez les Sénateurs, cette saison. Il touche un salaire de 7,25 millions $ US.

Il a surtout eu beaucoup de mal à s’adapter au nouveau système de jeu mis en place par Smith.

Le nouvel entraîneur-chef l’a retiré de sa formation pour une première fois, à la fin du mois d’octobre. Ryan a passé deux matches dans la galerie de la presse.

On lui a donné l’opportunité de reprendre sa place, lors d’un week-end où l’équipe jouait deux matches dans la région de New York. Avec des résultats mitigés.

Ryan s’est retrouvé dans les gradins à nouveau.

Des gens qui ont eu l’occasion de bavarder avec lui, ces derniers jours, l’ont trouvé particulièrement frustré. Il n’a pas marqué un seul but à ses 15 derniers matches. Il n’a pas obtenu un seul petit point durant le dernier mois.

Samedi soir, contre les Sabres de Buffalo, Smith l’a utilisé pendant seulement 12 minutes et 10 secondes. Il a choisi de continuer à voyager avec son équipe. Lundi, fidèle à son habitude, il fut un des premiers joueurs à sauter sur la glace en prévision de la séance d’entraînement des Sénateurs, à Détroit.

Il fut aussi un des premiers à quitter. La séance venait à peine de débuter, officiellement, quand il est rentré au vestiaire.

+

Les Kings dans les parages

Il paraît que certaines équipes suivent les Sénateurs de très près, ces temps-ci. Les Blue Jackets de Columbus, par exemple, auraient affecté des dépisteurs dans plusieurs matches joués par l’équipe, récemment.

Les Kings de Los Angeles rôdent, eux aussi, dans les parages.

Un de leurs dépisteurs était au match remporté 4-3 au Little Caesars Arena de Détroit, mardi soir. Ce même dépisteur a suivi l’équipe jusqu’à Montréal. On le trouvait sur la galerie de presse du Centre Bell, mercredi.

Bons derniers dans l’Association Ouest, les Kings vont bientôt entamer un douloureux processus de reconstruction. Ils vont chercher à se départir de quelques contrats, d’ici la date limite des transactions.

Ils ont déjà fait savoir à Ilya Kovalchuk qu’il ne figurait plus dans les plans de l’organisation.

Hommage à Carbo

Le Canadien a organisé une petite fête pour Guy Carbonneau, mercredi. Le 57e ancien joueur de l’organisation à être intronisé au Temple de la renommée du hockey a été présenté à la foule du Centre Bell. Il a eu droit à une belle ovation.

Claude Julien s’est joint à la foule pour l’applaudir.

« Je suis vraiment content pour lui. Il mérite tout ce qui lui arrive, a fait valoir Julien, durant sa conférence de presse d’avant-match. Je suis content de voir que le Temple de la renommée ne s’arrête pas uniquement aux statistiques. On a pris le temps d’évaluer tout ce que Guy a donné à ses équipes. On se souvient de lui parce qu’il était un bon attaquant défensif. Il était brillant dans les deux sens de la patinoire. Il ne faut pas non plus oublier qu’il était aussi un grand leader. »