Le coéquipier de Ben Harpur et Thomas Chabot, Colin White, s’est interposé entre Austin Watson et Craig Anderson au cours de la deuxième période, à Nashville.

Ben Harpur aime jouer avec Chabot

NASHVILLE — Deux jours plus tard, Ben Harpur ne voulait pas vraiment parler de la punition pour instigateur qui lui a été infligée dimanche quand il a lâché les gants – et corrigé – Sean Kuraly, des Bruins.

« Je ne veux trop toucher à ça, la décision a été prise, c’est du passé et je ne peux rien y changer », a souligné le défenseur des Sénateurs quelques heures avant d’affronter les Predators mardi.

Celui-ci était un peu plus volubile, mais pas trop, quand il a été question de l’uppercut qui lui a permis de sonner Kuraly.

« J’ai juste vu une ouverture, il est un peu plus petit et par le passé, lors des combats que j’ai livrés, j’ai remarqué que des gars veulent se tenir près de moi et parfois, ils sont vulnérables à un uppercut. C’était dans le feu de l’action, je n’y ai pas vraiment pensé », a-t-il expliqué.

Le défenseur format géant de 6’ 6’’ et 222 livres n’utilise pas toujours son physique imposant, ses entraîneurs souhaitant souvent par les années passées qu’il devienne plus méchant sur la glace. Il est quand même rendu à deux combats en seulement 12 matches cette saison, autant que Mark Borowiecki, blessé depuis une dizaine de matches. Il en a déjà livré cinq à son année recrue dans la Ligue américaine, en 2016-2017, et une demi-douzaine chez les juniors.

Reste qu’en général, Harpur est un « gentil géant », ce qui lui a peut-être valu son surnom de Big Smoothie, qui lui a été affublé par le centre gatinois Jean-Gabriel Pageau quand il a compté son premier but dans la LNH il y a deux semaines.

« Ça, c’est de la faute à Pager. Il est comique. Il a beaucoup de temps libre ces temps-ci. C’est une petite farce entre nous. Il aime ça, il se pense très drôle. C’est bien qu’il soit autour de l’équipe à l’aréna. Les gars aiment ça l’avoir dans le giron de l’équipe pour faire des blagues du genre », a relaté Harpur, qui s’est retrouvé en vedette dans une vidéo que Pageau a publiée sur son compte Twitter où on le voit préparer des smooties.

En l’absence de Dylan DeMelo, qui n’est pas du voyage cette semaine, Harpur forme un duo avec le défenseur québécois Thomas Chabot. Après une première expérience à ses côtés dimanche contre Boston (sauf pour les 17 minutes qu’il a passées au cachot), il aime évidemment beaucoup cette idée, même si le gaucher qu’il est se trouve appelé à jouer du côté droit.

« Il est un excellent joueur et chaque fois que je peux lui refiler la rondelle, c’est bon pour moi. J’essaie de m’occuper du côté défensif et ensuite, je lui donne la rondelle et il fait ses tours de magie, dit Harpur. C’est un certain ajustement pour moi de jouer à droite, mais j’ai joué des deux côtés depuis un bout de temps maintenant. Je suis prêt à jouer d’un côté ou de l’autre, n’importe où pour aider l’équipe. »

Pour l’entraîneur-chef Guy Boucher, placer Harpur aux côtés d’un défenseur à caractère offensif est une progression naturelle de son développement. « Pour nous, au cours des deux dernières années, nous avions projeté qu’éventuellement, il serait capable de jouer avec un gars plus offensif, pour l’appuyer en jouant contre les meilleurs joueurs, en jouant de façon physique et avec sa longue portée. Présentement, on lui donne la chance de faire ça, mais il peut remplir plusieurs rôles différents, contre les meilleurs trios ou les lignes plus physiques. C’est bon pour son développement et ça nous permet de mettre à jour nos projections le concernant », a-t-il souligné.

+

LE SÉNATEURS EN BREF

Elliott joue

Acquis la semaine dernière dans un échange des mineures avec les Penguins, le défenseur Stefan Elliott a ensuite été rappelé par les Sénateurs lundi pour faire le voyage des Sénateurs. Comme si ce n’était pas suffisant, il a aussi été lancé dans la mêlée par Guy Boucher mardi soir à Nashville dans un alignement à sept défenseurs, Nick Paul étant retranché pour lui faire de la place. « La dernière semaine a été pas mal occupée, mais ça a été une bonne semaine. C’est une bonne chose, c’est pourquoi je suis revenu jouer en Amérique cette saison », a confié l’arrière de 27 ans, ancien des organisations du Colorado, de Nashville et de l’Arizona qui a joué en Russie et en Suède lors des deux saisons précédentes. « Je pense être capable de jouer dans la LNH et c’est bon d’obtenir cette chance », a-t-il ajouté. Boucher avait même l’intention de l’utiliser à la pointe d’une deuxième unité d’avantage numérique, ayant entendu dire qu’il était un spécialiste à ce chapitre (13 buts en AN dans la LAH en 2014-2015 avec Manchester).

Chabot chante

À la fin d’un entracte où le nouveau « D.J. » des Sénateurs a fait jouer une chanson de Whitney Houston samedi dernier, Thomas Chabot a été suivi par une caméra alors qu’il a sauté sur la glace en chantant les paroles de I Wanna Dance with Somebody. L’extrait a fait les délices de l’équipe des médias sociaux du club, qui a mis en ligne un « karaoké » du défenseur québécois. « Quand j’ai ouvert mon téléphone le lendemain, je me suis dit, ‘Oh mon Dieu’. Je ne savais pas qu’on m’avait filmé », a-t-il raconté mardi. Chabot a donné le crédit à ses parents pour le fait qu’il a connu les paroles d’une chanson sortie 10 ans avant sa naissance. « Quand ils faisaient le ménage, ils mettaient toujours de la musique comme ça... J’aime Céline [Dion] aussi, elle est fantastique », a-t-il lancé en riant.

Chlapik blessé

Mauvaise nouvelle pour les Senators de Belleville, l’attaquant Filip Chlapik ratera de quatre à six semaines d’activité en raison d’une petite fracture à un pied subie en bloquant un tir dimanche dernier contre Toronto, a révélé l’entraîneur-chef Troy Mann aux journalistes de Belleville. Le vétéran Jack Rodewald a pour sa part subi une blessure à l’aine.