Derrière le duo qui s’est détaché au sommet, l’Américain Jack Hugues et le Finlandais Kaapo Kakko, il y aura un peu de suspens à savoir qui les Blackhawks de Chicago, puis l’Avalanche du Colorado avec le choix acquis des Sénateurs d’Ottawa contre Matt Duchene, vont sélectionner vendredi soir en grimpant sur l’estrade du Rogers Arena de Vancouver.

Beaucoup d’options pour les Sénateurs

VANCOUVER — Derrière le duo qui s’est détaché au sommet, l’Américain Jack Hugues et le Finlandais Kaapo Kakko, il y aura un peu de suspens à savoir qui les Blackhawks de Chicago, puis l’Avalanche du Colorado avec le choix acquis des Sénateurs d’Ottawa contre Matt Duchene, vont sélectionner vendredi soir en grimpant sur l’estrade du Rogers Arena de Vancouver.

Les Hawks soupèseraient leurs options entre le centre Alex Turcotte et le défenseur Bowen Byram, et l’Avalanche pourrait laisser passer Byram (si Chicago ne le prend pas) pour sélectionner un autre centre, Dylans Cozens, le DG Joe Sakic ayant dit récemment qu’il pourrait aller « dans un sens ou l’autre » (attaquant ou défenseur).

Du côté des Sénateurs, il faudra attendre quelques heures avant d’utiliser le choix obtenu de Colombus contre Duchene en février dernier, le 19e au total. C’est la première fois de son histoire que le club repêche à ce rang, qui a produit cependant l’espoir Josh Norris, obtenu de San Jose dans l’échange d’Erik Karlsson (choisi en 2017).

Le DG Pierre Dorion l’a dit au début de la semaine, il pourrait y avoir « beaucoup de volatilité » à cet encan alors qu’il pourrait être tenté de sacrifier un de ses deux choix de deuxième ronde (ou un des trois de l’an prochain) pour grimper de quelques rangs si un joueur convoité – « le meilleur joueur pour notre équipe », a-t-il dit lundi – est disponible. Il y a aussi quatre équipes qui ont deux choix de première ronde (Colorado, Los Angeles, Buffalo et Anaheim), ce qui pourrait mener à d’autres transactions sur le plancher du repêchage.

Tout cela pour dire qu’il faut prendre avec un grain de sel les simulations de repêchage qui pullulent cette semaine, l’ordre final pourrait changer.

Cela dit, voici cinq espoirs qui pourraient possiblement intéresser les Sénateurs s’ils parlent comme prévu au 19e rang, autour de 22 h (heure de l’Est), pas nécessairement dans l’ordre des préférences de Pierre Dorion et de son dépisteur-chef Trent Mann.

Ryan Suzuki, centre, Barrie

La rumeur voulait que les Sénateurs demandaient à ce que son frère Nick soit inclus dans une transaction avec Vegas qui aurait envoyé Erik Karlsson et Bobby Ryan dans le désert à la date limite des échanges de février 2018, ce qui a fait dérailler l’entente. Est-ce qu’ils pourraient se laisser tenter par son jeune frère, un centre de 6’ 1’’ qui a récolté 25 buts et 75 points la saison dernière dans la LHOntario ? Ça viendrait ajouter du piquant à la rivalité avec le Canadien, qui a obtenu Nick Suzuki l’an dernier dans l’échange de Max Pacioretty.

Thomas Harley, défenseur, Mississauga

Ils ont beau avoir de bons espoirs à la ligne bleue derrière Thomas Chabot, comme Erik Brännström, Christian Wolanin et le choix de première ronde de l’an dernier Jacob Bernard-Docker, un club n’a jamais assez de bons défenseurs. Harley est considéré comme un arrière très fiable.

Raphaël Lavoie, ailier, Halifax

Le coéquipier du Gatinois Benoît-Olivier Groulx a connu d’excellentes séries avec les finalistes des coupes du Président et Memorial. Il est un attaquant en puissance de 6’ 4’’ et 200 livres qu’on verrait bien causer des maux de tête à l’adversaire sur le même trio qu’un Brady Tkachuk. Le réputé Bob McKenzie, de TSN, ne fait pas de simulation du repêchage, préférant créer un consensus de 10 dépisteurs pour dresser une liste d’espoirs, et Lavoie se retrouve au 19e rang de sa liste.

Victor Soderstrom, défenseur, Brynas (Suède)

Les Sénateurs semblent toujours avoir un œil tourné vers la Suède depuis la belle époque de Daniel Alfredsson et Erik Karlsson. Soderstrom serait un excellent passeur, autant pour effectuer des sorties de zone qu’en attaque.

Alex Newhook, centre, Victoria (BCHL)

Ottawa pourrait possiblement se tourner vers la ligue junior A de la Colombie-Britannique comme pour sa sélection de Bernard-Docker l’an dernier (avant qu’il n’aille à l’université North Dakota). Natif de Terre-Neuve, Newhook est le 13e meilleur espoir sur la liste de Bob McKenzie.

+

Le calme avant la tempête ?

Le soleil plombait sur la superbe capitale de la Colombie-Britannique mercredi alors que le cirque du repêchage de la LNH est débarqué en ville.

Avec les directeurs généraux des 31 équipes et leurs subalternes envahissant les différents hôtels de Vancouver en même temps que les agents de joueurs, il devrait y avoir beaucoup de pourparlers d’échanges dans les couloirs. Lors du passage du Droit à l’hôtel où sont hébergés les Sénateurs (et leurs rivaux de la Bataille de l’Ontario, les Maple Leafs), c’était cependant assez calme. Le calme avant la tempête peut-être ? Pas certain.

Différents recruteurs interrogés avaient des opinions divergentes sur la quantité de propositions d’échanges qui sont formulées.

« C’est très occupé, il y a beaucoup de discussions, mais je n’ai rien entendu qui concerne Ottawa », confiait un assistant directeur général. « Ça bavarde beaucoup à leur sujet », mentionnait de son côté un dépisteur professionnel d’un club de l’Ouest. « C’est comme à chaque repêchage, il y a beaucoup de rumeurs et de discussions, mais pas plus que d’habitude », a indiqué un recruteur amateur dans une autre conversation. Les Oilers d’Edmonton ont pris le haut du pavé dans le moulin à rumeurs quand l’agent du centre Jesse Puljujärvi, le quatrième choix au total du repêchage de 2016, a exigé qu’il soit échangé « sinon il va aller jouer en Europe », a déclaré Markus Lehto à Sportsnet. Auteur de seulement quatre buts et cinq passes la saison dernière, le Finlandais de 21 ans a terminé celle-ci dans la Ligue américaine. Il pourrait s’avérer un projet de réclamation intéressant pour les Sénateurs, si le prix exigé par le nouveau DG Ken Holland est raisonnable (un joueur de troisième trio serait demandé, selon TSN). Pierre Dorion a assez de choix au repêchage en banque (six en tout lors des deuxièmes rondes de 2020 et 2021) pour tenter sa chance, en tout cas. Ça devrait s’intensifier jeudi, alors que les directeurs généraux tiendront une réunion en après-midi pour ratifier certains changements, notamment à propos de l’utilisation des reprises vidéos sur des buts controversés.