Andreas Athanasiou a eu le dernier mot face à Craig Anderson. Sur la photo, il marque le but vainqueur.

Battus par Athanasiou

DETROIT — Les Sénateurs d’Ottawa ont commencé 2018 un peu mieux qu’ils avaient fini 2017, mais le résultat a quand même été décevant en fin de compte.

À leur première visite au Little Caesars Arena, ils se sont inclinés 2-1 en prolongation face aux Red Wings de Detroit alors que le gardien Craig Anderson méritait un meilleur sort.

Anderson a effectué 33 arrêts dans un excellent duel avec son compatriote Jimmy Howard, comme lors du deuxième match de la saison régulière à Ottawa en octobre. Il a particulièrement frustré Andreas Athanasiou, trois fois plutôt qu’une en échappée en plus de le stopper sur un tir de punition à 9:19 de la fin, après qu’il ait été accroché par Dion Phaneuf.

Mais Athanasiou a quand même eu le dernier mot en comptant le but de la victoire, son deuxième de la rencontre, à six secondes du début de la prolongation, s’échappant quand Erik Karlsson a commis un revirement dès la mise au jeu initiale.

« C’était un match avec deux bons Américains qui s’amusaient, il (Howard) a fait de gros arrêts, a commenté Anderson après coup. C’était un de ces soirs où une seule erreur allait être coûteuse... Je pensais avoir eu le numéro d’Athanasiou pendant la majorité de ce match, mais il a beaucoup de vitesse. Malheureusement, il a effectué un excellent tir à la fin. »

Blanchis cinq fois en décembre, dont lors de leur dernier match de 2017 (5-0 contre Boston), les hommes de Guy Boucher ont au moins réussi à marquer lors de ce premier match de la nouvelle année.

Ryan Dzingel a compté dès la première minute de jeu du troisième tiers pour mettre fin à une séquence sans but de 111:18 minutes de son club. Il a profité de la rondelle échappée dans l’enclave par Darren Helm pour déjouer Howard. Les Wings ont contesté la légalité du filet pour obstruction sur le gardien, mais Derick Brassard a vu son bâton toucher celui de Howard en raison d’un coup de bâton d’un défenseur de Detroit.

« C’était un match où les deux clubs se sont échangés des chances, on aurait pu finir mieux à quelques occasions, il y a eu des gros arrêts des deux gardiens et ça ne s’est pas terminé comme on l’aurait souhaité. Si on veut sortir du trou qu’on s’est creusé, on a besoin de victoires », a souligné Dzingel.

Anderson et ses poteaux étaient les seules raisons pour lesquelles les visiteurs étaient encore dans le match après 40 minutes de jeu. Le vétéran gardien a effectué plusieurs arrêts spectaculaires, notamment sur deux échappées d’Anthanasiou au deuxième tiers et lorsqu’il a sorti la jambière en désespoir de cause contre Martin Frk.

Anthanasiou avait réussi à le déjouer au premier engagement quand il a sauté sur le retour de lancer d’Anthony Mantha pour marquer du revers alors que Johnny Oduya assistait impuissant à la scène. Karlsson avait cependant commis un revirement coûteux en tentant une sortie de zone avec l’aide d’une passe du patin auparavant, ce qui a permis aux Wings d’attaquer.

Howard efficace

Alors qu’Anderson a été spectaculaire, son vis-à-vis Howard n’a pas eu besoin de l’être autant jusqu’à ce qu’il sorte la mitaine contre Karlsson en milieu de troisième. Auparavant, son meilleur arrêt avait été sur une déviation de Mike Hoffman en fin de deuxième sur la seule attaque à cinq des Sénateurs, nouvellement remodelée pour l’occasion.

Howard a été aidé par un poteau frappé par Bobby Ryan au premier tiers, et la quincaillerie a aidé tout autant Anderson par la suite, Tyler Bertuzzi et Tomas Tatar les atteignant tous les deux au deuxième tiers tout comme Niklas Kronwall dans les derniers instants du match.

Ce même Hoffman avait auparavant fait du bon travail pour garder la rondelle et écouler une grande partie d’une punition de banc pour avoir eu trop de joueurs sur la glace (une 10e cette saison, un sommet dans la LNH) pendant qu’une punition à retardement était annoncée à Mike Green, des Wings.

Les Sénateurs sont rentrés à Ottawa immédiatement après le match alors qu’ils recevront maintenant les Sharks de San Jose vendredi soir au Centre Canadian Tire.

>> Sommaire du match

Karlsson n’a pas pris le blâme

Non, Erik Karlsson n’a pas fait son mea culpa après la défaite des Sénateurs.

Le capitaine des Sénateurs n’a pas parlé de la gaffe qu’il a commise en prolongation pour permettre à Andreas Anthanasiou de s’échapper encore une fois et de trancher en prolongation. « Les deux clubs ont assez bien joué, mais nous avons été chanceux qu’Anderson (Craig) nous garde dans le match, on aurait pu tirer de l’arrière par plus qu’un but après deux périodes. Il nous a donné une chance jusqu’à la fin. En troisième, on s’est échangé des chances, mais on n’a pas trouvé le moyen de battre Jimmy (Howard) », a-t-il dit au sujet du cerbère des Wings qui a effectué 33 arrêts. 

« On n’en a pas fait assez pour garder les choses serrées dans notre territoire. et on n’a pas capitalisé sur nos quelques chances, dont la mienne (sur une passe de Mark Stone). On a donné trop d’échappées (à Athanasiou) et il a marqué sur la dernière, ça va arriver avec de bons joueurs. On n’a juste pas été assez bons pour gagner », a-t-il ajouté.

L’entraîneur-chef Guy Boucher était satisfait de la performance des siens. « Nos deux premiers trios ont été excellents, notre gardien aussi, comme le leur, ça a donné un match à bas pointage », a-t-il analysé. 

Boucher pensait que son capitaine avait pris le blâme pour le but en prolongation.

« Il sera le premier gars à dire (qu’il a commis une erreur). Il voulait passer la rondelle pour que deux gars partent à l’attaque. Il va regarder le but et se dire qu’il aurait pu faire autre chose. Mais il a aussi obtenu de bonnes chances de compter, il nous a donné des chances offensivement. C’est dommage que ça se soit terminé comme ça pour lui », a-t-il indiqué.