Drake Batherson sait qu’un jour le téléphone sonnera. En attendant l’appel du grand club, l’espoir des Sénateurs tente de s’améliorer à Belleville.
Drake Batherson sait qu’un jour le téléphone sonnera. En attendant l’appel du grand club, l’espoir des Sénateurs tente de s’améliorer à Belleville.

Batherson patiente à Belleville

Depuis qu’il a été rétrogradé à Belleville après s’être taillé un poste au camp d’entraînement et avoir été blanchi lors des deux premiers matches de la saison, Drake Batherson a vu huit attaquants des petits Senators faire des séjours plus ou moins longs à Ottawa.

Nick Paul et Logan Brown semblent s’être taillé des postes permanents, alors que Jean-Christophe Beaudin, Filip Chlapik, Vitaly Abramov, Max Véronneau, Jonathan Davidsson et Jordan Szwarz ont tous obtenu des essais plus ou moins longs (Beaudin est encore avec le grand club).

Batherson, lui, ne s’est pas laissé abattre par son retour dans les mineures : il s’est retroussé les manches et en fin de semaine dernière, il s’est hissé au sommet des compteurs de la Ligue américaine de hockey avec ses 27 points, dont 9 buts, en 21 matches, avant d’être refoulé au deuxième rang cette semaine par Jansen Harkins, du Moose du Manitoba, qui a un point de plus que lui.

L’ancien des Screaming Eagles du Cap-Breton et de l’Armada de Blainville-Boisbriand a particulièrement explosé lors de ses cinq derniers matches. Il a récolté 10 points alors qu’il a été jumelé avec l’ancien Olympique Abramov, jusqu’à ce que ce dernier soit blessé légèrement vendredi dernier. L’attaquant letton Rudolfs Balcers, cédé à Belleville pour retrouver la forme après une sérieuse blessure à un genou subie à la fin du camp d’entraînement, l’a remplacé. Ils ont la recrue Josh Norris comme centre, et le trio fait des flammèches, ce qui a permis à Belleville de remporter ses cinq derniers matches, et de présenter une fiche de 8-2-0 à ses 10 dernières sorties.

« Les choses vont pas mal bien. Je joue avec d’excellents joueurs et notre équipe commence à être en meilleure santé. On joue bien, on gagne des matches et nous avons beaucoup de plaisir », a confié Batherson en entrevue téléphonique avec Le Droit cette semaine.

Balcers a 12 points (quatre buts) en huit matches depuis qu’il est débarqué à Belleville, tandis que Norris, le choix de première ronde des Sharks acquis dans l’échange d’Erik Karlsson, s’impose avec ses neuf buts et 18 points en 18 matches.

« Il [Norris] a été excellent, il fait tout très bien et il n’y a pas de doute qu’il va être un excellent joueur dans le futur. Quant à Balcers, il a créé beaucoup d’offensive depuis qu’il est arrivé, soir après soir. Que ce soit lui ou Abramov, notre ligne fonctionne bien », a souligné Batherson, qui avait complété un dangereux trio avec Brown et Paul la saison dernière.

À sa première saison chez les professionnels, Batherson s’était promené aussi entre Belleville et Ottawa. Rappelé en novembre après un bon début de campagne, il a amassé trois buts et neuf points en 20 parties en jouant un bon moment avec Matt Duchene, avant d’être rétrogradé aux mineures à nouveau.

Il est clair que l’organisation ne veut pas qu’une telle situation se répète avec lui.

« L’an passé, il a été ‘en haut’ six semaines, puis ça a pris quatre semaines avant qu’on le retrouve [après son retour], a indiqué son entraîneur Troy Mann mercredi. Cette saison, il a eu un lent départ, probablement en raison de la déception de ne pas être resté à Ottawa. Mais là, il est de plus en plus constant, ce qu’on lui a demandé en plus de jouer avec plus de fougue et de bouger ses pieds un peu plus en zone neutre. Il ne s’est pas plaint à nous de voir d’autres gars être rappelés. Des gars comme Chlapik, Beaudin et Davidsson, ils savent qu’ils vont probablement redescendre. Avec Drake, c’est différent. [Le DG] Pierre Dorion veut que lorsqu’il va remonter, ce soit pour la dernière fois. Il doit être prêt à 100 %. Mieux vaut qu’il soit trop prêt que pas assez. »

Drake Batherson a évidemment hâte que son téléphone sonne, mais il semble d’accord avec cette philosophie. « Je sais que mon tour va venir. En attendant, je dois travailler pour m’améliorer chaque jour, être plus constant. C’est évident que je veux monter pour de bon la prochaine fois, je ne veux pas être un yo-yo qui monte et descend », lance-t-il.

+

Chlapik rétrogradé

Au lendemain de leur revers de 5-2 à Vancouver et avant d’affronter les Oilers à Edmonton, les Sénateurs ont apporté un changement à leur alignement en cédant l’attaquant tchèque Filip Chlapik à leur club-école de Belleville.

Auteur de deux buts et trois passes en 18 parties dans la LNH cette saison, Chlapik avait été blanchi à ses neuf derniers matches depuis qu’il a compté le but gagnant d’un match contre les Flyers de Philadelphie le 15 novembre dernier.

La décision a permis à Jean-Christophe Beaudin de réintégrer l’alignement, à l’aile sur un quatrième trio plutôt qu’à sa  position naturelle de centre.