Alex Formenton (59) a marqué l’unique filet du premier tiers en désavantage numérique.

Batherson et Formenton se retrouvent

LAVAL — Drake Batherson a passé une partie de son été à patiner à Halifax avec un trio pas piqué des vers : Sidney Crosby, Nathan MacKinnon et Brad Marchand.

Vendredi soir à Laval, l’espoir des Sénateurs a eu l’occasion de compléter une ligne qui pourrait éventuellement faire des flammèches dans la capitale nationale, aux côtés d’Alex Formenton et Logan Brown.

Alors que l’ancien du Cap-Breton et de Blainville-Boisbriand dans la LHJMQ a remporté la médaille d’or du dernier Championnat mondial junior avec Formenton, c’était la première fois qu’ils étaient des compagnons de trio.

« Je me retrouve avec deux joueurs de niveau mondial, qui ont beaucoup d’habiletés et beaucoup de vitesse. On va tous se battre pour un poste, mais on ne regarde pas ça comme ça, on va juste essayer de jouer à notre manière et laisser les entraîneurs prendre leurs décisions à la fin, j’imagine », soulignait Batherson avant le match contre les recrues du Canadien.

« C’est toujours un avantage de jouer avec des gars qui ont autant ou plus de talent que toi. Je suis pas mal content de mes compagnons de trio et j’ai hâte de voir comment ça va se passer. J’ai peu joué avec Drake au Championnat mondial junior, mais ça devrait être amusant de le retrouver sur la glace », mentionnait Formenton de son côté.

L’attaquant de 19 ans qui a joué un match à Ottawa l’an dernier après avoir été retenu par les Sénateurs à la fin du camp d’entraînement arrive au camp en ayant fait le plein de confiance. Déjà un rapide patineur, probablement le plus rapide de l’organisation après le départ de Mike Hoffman, il pense avoir ajouté de la vitesse cet été en travaillant avec Gary Roberts à Toronto.

« Je cherche toujours à ajouter de l’explosivité à mon coup de patin. En même temps, je travaille aussi beaucoup mes habiletés pour que mes mains puissent suivre mes jambes », a confié Formenton, qui a récolté 29 buts et 48 points en 48 parties avec les Knights de London l’an dernier.

Batherson a travaillé les mêmes choses au cours de la saison estivale, mais il a surtout atteint un objectif majeur, soit d’ajouter du poids à sa masse musculaire. « J’avais parlé avec la nutritionniste d’Ottawa que je voulais ajouter du poids. J’ai fini les séries (en finale de la LHJMQ avec l’Armada) en pesant 182 livres, et j’ai fait osciller la balance à 197 livres l’autre jour, donc j’ai pris beaucoup de poids et j’ai grandi d’un pouce. Je me sens bien en arrivant au camp », note l’ailier droit de 20 ans, un choix de quatrième ronde en 2017 (deux tours après Formenton).

Concernant ses partenaires d’entraînement estivaux, Batherson note que ça l’aide énormément à croire qu’il est capable de se tailler un poste dès cette saison dans la LNH.

« Je patine avec eux trois fois par semaine tout l’été et c’est pas mal spécial de patiner avec des joueurs de classe mondiale comme ça. Ça m’aide beaucoup en arrivant ici cette année. Je me souviens que la première fois où j’ai patiné avec eux il y a deux ans, c’était un exercice de passes et mes bras tremblaient de refiler des rondelles à ‘Syd’. Mais après quelques pratiques, tu t’y habitues et tu les considères comme des joueurs réguliers, des gars qui travaillent très forts et qui me donnent des petits conseils ici et là pour me permettre de m’améliorer », relate le fils de Norm Batherson, qui a joué une saison pour le club-école des Sénateurs (alors situé sur l’Île-du-Prince-Édouard) dans la Ligue américaine en 1993-1994.

Pour en revenir aux trios déployés vendredi par l’entraîneur des « petits Sénateurs » Troy Mann, ce dernier a noté que Formenton et Batherson devraient bien compléter les habiletés du centre Logan Brown. « Il a beaucoup d’habiletés, je l’ai vu faire des ‘passes soucoupes’ du revers (jeudi) et je pensais que ce serait bon pour Batherson, qui m’impressionne avec son tir et son habileté à aller au filet pour compter. Et évidemment Formenton, qui a joué dans la LNH et qui, je pense, a de bonnes chances de se tailler un poste dans l’équipe cette année. On voulait donc qu’ils aient la chance de faire bonne impression ensemble et peut-être aussi bâtir une chimie », a-t-il noté.

+

MANDOLESE DEVRA ATTENDRE POUR AFFRONTER LE CH

LAVAL — Ayant grandi en banlieue de Montréal avec Carey Price comme idole, Kevin Mandolese aurait évidemment bien aimé avoir l’occasion d’affronter les recrues du Canadien vendredi soir dans le cadre de son premier camp avec les Sénateurs d’Ottawa.

Kevin Mandolese

Le choix de sixième ronde au repêchage de juin dernier n’a finalement même pas été en uniforme pour cette rencontre où l’espoir Filip Gustavsson a été d’office pendant tout le match, tandis que Jordan Hollett a été son substitut au bout du banc. Ce dernier et le gardien des Screaming Eagles du Cap-Breton se partageront le travail lors de la partie de samedi à 15 h contre les espoirs des Maple Leafs de Toronto.

« Je comprends la situation, il (Gustavsson) arrive d’Europe et il veut jouer en Amérique du Nord, dans la Ligue américaine, donc il veut vraiment avoir un premier match en sol nord-américain. Moi, je suis totalement en accord avec ça et avec le temps de jeu qu’ils vont me donner, je vais faire de mon mieux. Je veux juste avoir du ‘fun’ », a raconté le gardien de 18 ans, qui retournera chez les juniors après sa première expérience à un camp professionnel.

« C’est certain que ça aurait été le ‘fun’ (de jouer contre le Tricolore), mais il va y avoir plein d’autres opportunités de jouer contre Montréal. Jouer contre Toronto, ça va être le ‘fun’ aussi, ça va être la même ‘game’, il faut juste que je fasse ma ‘job’ », a-t-il ajouté.

Mandolese avait fait bonne impression lors du camp de développement qui a suivi le repêchage de Dallas à la fin juin, et il pense avoir continué à s’améliorer depuis. « Je pense que ce que j’ai le plus appris depuis, c’est comment traiter ton corps comme un professionnel. Sur glace, j’ai appris des choses. Il y a des affaires que je savais déjà que je devais améliorer. Mais ce qui m’a vraiment tapé à l’œil, c’est le côté hors glace », dit le gardien qui a passé les premières années de son enfance à Nepean.

Il a aussi vécu une déception depuis, n’ayant pas reçu d’invitation au camp d’évaluation estival d’Équipe Canada junior. « J’étais un peu déçu, oui, de ne pas être invité au camp. Ça va être une motivation, un peu. Ça ne change pas mon but d’avoir une bonne saison. Si j’ai un bon début de saison, je pourrais toujours être invité au camp à Noël. Pour moi, ça ne change pas ma ‘game’, je ne la changerai pas juste pour être invité là. Je vais rester moi-même et on verra ce qui arrivera », note Mandolese.