Vitaly Abramov n’a pas eu l’occasion d’aider ses coéquipiers face au Wild lundi, lui qui a été cédé à Belleville la veille pour poursuivre son développement.

Aventure terminée pour Abramov

Après Drake Batherson et Filip Chlapik, un autre jeune de l’organisation des Sénateurs n’aura pas fait long feu dans la capitale, Vitaly Abramov étant renvoyé à Belleville dimanche avec le petit bonheur d’avoir compté son premier but dans la LNH.

L’ancien Olympique n’avait joué qu’un peu plus de trois minutes samedi dans la victoire de 4-2 contre le Lightning de Tampa Bay, l’entraîneur-chef D.J. Smith réduisant son banc pour jouer à trois trios après le forfait du centre Artem Anisimov en deuxième période.

Cloué au banc tout comme la recrue Scott Sabourin, l’attaquant russe de 21 ans n’a pas eu l’occasion d’affronter le Wild lundi, alors que le club a plutôt décidé de se tourner vers deux vétérans de la Ligue américaine, Nick Paul et Jordan Szwarz, pour remplacer Anisimov, qui a raté le match en raison de sa blessure au bas du corps.

Paul a en fait été laissé de côté, et c’est Szwarz qui a pivoté le quatrième trio flanqué de Sabourin et de Mikkel Boedker.

« Il est un jeune et il n’a joué que trois minutes (samedi). Le développement est important pour nous et je ne peux le réitérer assez souvent que l’avenir de cette équipe est prometteur. Mais un jeune ne peut pas être sur la quatrième ligne et jouer trois ou quatre minutes, ou même huit ou neuf minutes », a expliqué D.J. Smith lundi matin lorsqu’il s’est fait demander par le Droit d’expliquer la décision concernant l’ancien Olympique.

« On l’avait récompensé parce qu’il avait été un des meilleurs joueurs (au camp). Mais si on ne peut le faire jouer régulièrement, il vaut mieux qu’il retourne “en bas” pour jouer. C’est malheureux parce que (samedi), Sabourin a écopé de deux mineures, puis leur trio s’est fait compter un but et “Arty” (Anisimov) s’est fait mal, donc il ne me restait que trois centres. Il restait assez de temps d’arrêt pour qu’on joue à trois trios. Ce n’était pas de sa faute (à Abramov), les choses sont juste tombé comme ça », a-t-il ajouté.

Smith espère qu’Anisimov sera de retour au jeu pour le prochain match, jeudi à Las Vegas. Il ne savait pas après le match de lundi si Szwarz et Paul accompagneraient l’équipe pour le voyage de trois matches dans l’Ouest qui les amènera ensuite à Phoenix et Dallas.

Szwarz est un vétéran des mineures qui a déjà joué 47 parties dans la LNH, avec Boston (12 l’an dernier, amassant trois passes) et les Coyotes, pour qui il a compté quatre buts en 35 parties entre 2013 et 2015. Âgé de 28 ans, il n’avait pas amassé de points lors des trois premiers matches des petits Senators cette saison. Il n’a été utilisé que 3:42 contre le Wild, tandis que le vétéran Boedker, de retour dans l’alignement pour jouer un deuxième match cette saison, a joué un peu plus de six minutes.

Paul n’en est pas à son premier séjour avec les Sénateurs, ayant joué 56 matches avec eux au fil de sa carrière de quatre ans avec eux. Quand il a été retranché au camp, on pensait bien ne plus le revoir, et qui sait s’il va être lancé dans la mêlée. À Belleville, il avait un but et trois passes lors des trois premiers matches, ayant retrouvé ses compagnons de trio de l’an dernier, Logan Brown et Drake Batherson.

« Il avait eu un bon camp avec nous, il avait été “OK” à son premier match hors-concours, puis il n’avait pas été trop bon à Abbottsford. C’est un gars qui est sur la ligne pour nous, je pensais qu’il pourrait se tailler un poste avec nous. À ce point-là, (Rudolfs) Balcers avait été meilleur, donc on avait pris une décision, puis “Rudy” s’est blessé. Il est allé dans les mineures, il a travaillé fort. Il a fait ce qu’il avait à faire. S’il joue (lundi) ou lors du prochain match, il sait ce que ça veut dire pour lui. S’il veut rester dans la LNH, il va devoir venir frapper des corps, être physique », a souligné Smith.

+

Smart consultant

L’entraîneur-chef D.J. Smith a fait savoir en fin de semaine que les Sénateurs avaient embauché l’ancien entraîneur des Ravens de Carleton au basket-ball masculin, Dave Smart, pour agir comme consultant auprès de son personnel d’entraîneurs. Celui-ci, qui est maintenant directeur des opérations basket-ball à Carleton, a présenté une fiche à vie de 591-48 comme entraîneur, remportant 13 championnats nationaux et 13 titres d’entraîneur par excellence du Sport universitaire ontarien. Il était invité à l’occasion à donner des conférences lors du camp de développement estival du club. «Il est un peu comme un entraîneur senior. Quand j’étais à Toronto, Jacques Lemaire remplissait un rôle similaire. Je sais que Dave n’est pas un entraîneur au hockey, mais il a gagné à de nombreuses reprises. Je lui parle quotidiennement, on discute d’idées et c’est une bonne ressource pour nous», a-t-il indiqué.

Pas un Picasso

Le Wild s’était amené dans la capitale en ayant encaissé quatre défaites pour amorcer sa saison sous un nouveau DG, Bill Guerin. Celui-ci pourrait être tenté de limoger son entraîneur Bruce Boudreau, candidat à Ottawa quand Guy Boucher été retenu il y a trois ans, avant longtemps. La victoire des visiteurs lundi était donc importante pour eux. Zach Parise, auteur du but d’assurance dans un filet désert, se balançait pas mal du fait que la victoire n’était pas la plus belle au niveau esthétique. «À ce stade-ci, on s’en balance. Le but ultime aujourd’hui était de noircir la colonne des victoires. Peu importe comment c’est arrivé, il fallait qu’on le fasse d’une manière ou d’une autre», a-t-il souligné dans le vestiaire des gagnants

Entre les lignes

  • D.J. Smith a évoqué la possibilité de changer le personnel sur son jeu de puissance qui en arrache (zéro en 17 jusqu’à maintenant cette saison) après le match de lundi. «Il y a des jeux qui ne se font pas, des joueurs libres à qui on ne passe pas la rondelle», a-t-il souligné.
  • Celui-ci a noté que Jean-Gabriel Pageau «a été notre meilleur joueur encore une fois et il mérite plus de glace». L’auteur d’un tour du chapeau à la Gordie Howe a pourtant joué 19:23 minutes, dont 6:05 à court d’un homme. Il a gagné 12 de ses 18 mises au jeu.
  • Les Sénateurs ont pris la direction de Las Vegas immédiatement après le match, histoire de s’acclimater au décalage horaire en vue de leurs retrouvailles de jeudi avec Mark Stone.