Jean-Gabriel Pageau s'était déchiré le tendon d’Achilles lors du premier jour du camp d’entraînement.

Autre étape franchie pour Pageau

BROOKLYN — Guy Boucher devra encore attendre pour déballer un des cadeaux de Noël qu’il espérait, le retour au jeu de Jean-Gabriel Pageau.

Le centre gatinois des Sénateurs a cependant franchi jeudi une autre étape vers le jour qu’il attend avec l’impatience d’un enfant pour le matin du 25 décembre, participant à l’entraînement de l’équipe en portant un chandail blanc comme plusieurs de ses coéquipiers, signalant qu’il pouvait être frappé par ses coéquipiers. Fini les chandails de couleurs bizarres comme le pourpre ou le vert pour lui.

« Je me sens de mieux en mieux. Je ne dirais pas que je suis prêt à jouer aujourd’hui, mais juste de pouvoir pratiquer avec du contact, ça veut dire que je me rapproche d’un retour. Ça ressemble de plus en plus à une situation de match, c’était ma première journée comme ça et c’est excitant », a raconté Pageau en rentrant au vestiaire après la séance d’environ une heure, qui était ouverte au public.

Interrogé à savoir si quelqu’un avait réussi à lui servir une bonne mise en échec, Pageau a rétorqué en riant : « Ils peuvent bien essayer... »

Plus sérieusement, il a ajouté : « Les gars cherchent à se préparer pour le match (de vendredi), et comme je portais un chandail régulier, ils pouvaient me frapper et certains l’ont fait, sans chercher à me sortir de la patinoire évidemment. Je me suis bien senti, je n’ai pas ressenti de douleur, ce qui est la clef. »

Le vétéran de 26 ans qui s’est déchiré le tendon d’Achilles lors du premier jour du camp d’entraînement, rappelons-le, n’a pas accompagné ses coéquipiers à Brooklyn alors qu’il va continuer plutôt à s’entraîner en solitaire en fin de semaine. Il a laissé entendre qu’il n’y a toujours pas de date encerclée sur son calendrier pour son retour, même si son patron, Guy Boucher, a avancé la mi-janvier comme possibilité.

« C’est la première vraie lumière verte pour lui, plein contact. Ça donne encore plus d’espoir maintenant, il est excité, les joueurs aussi. Mais en même temps, nous allons laisser ça (son retour) arriver. On ne va pas forcer une date en particulier. C’est une question médicale pour ces pratiques, maintenant il reste à savoir quand ce sera sécuritaire qu’il joue un match. Et deux, quand va-t-il être prêt ? Il n’a pas vraiment pratiqué avec l’équipe, et il n’a pas joué depuis si longtemps, depuis l’an dernier en fait. Ça fait longtemps, donc on doit s’assurer de faire la bonne chose, attendre le bon moment. Le personnel médical va me le dire d’abord, lui ensuite et nous allons devoir voir. Ce sont les trois boîtes qu’il faut cocher », a indiqué Boucher lors de son point de presse.

« Je ne mettrais pas dans un match si je vois qu’il est pour tirer de la patte, ça va être quand il va pouvoir jouer un match complet... Il va falloir le faire commencer tranquillement (sur un quatrième trio), ça, c’est certain », a-t-il ajouté ensuite, en français.

Pageau voit la lumière au bout de son tunnel, mais il ne veut pas brûler les étapes non plus : « Je suis quelqu’un d’assez honnête, si je ne me sens pas prêt à revenir, je vais leur dire. Je ne raconterai pas de mensonges même si j’ai hâte de revenir. C’est plus le contraire qui pourrait arriver, que je ne me sente pas correct. Je vais être honnête avec l’équipe comme ils l’ont été avec moi depuis le début. Ce sera un beau cadeau pour moi quand je vais pouvoir revenir », a-t-il confié, notant qu’il ne ressent « aucune douleur » à son tendon rattaché par les médecins du club.

LES SÉNATEURS EN BREF

Une commotion pour Falk

Tout comme Craig Anderson, le défenseur Justin Falk va rater les deux prochaines parties en raison d’une commotion cérébrale détectée dans les jours qui ont suivi le dernier match contre Washington. «À l’origine, on pensait qu’il avait un nerf coïncé dans le cou, mais il a finalement été diagnostiqué avec une commotion», a indiqué le d.g. Pierre Dorion. Son absence ne laisse pas les Sénateurs au dépourvu puisqu’ils ont sept défenseurs en santé présentement. Guy Boucher a annoncé son intention jeudi de réintégrer dans l’alignement le défenseur recrue Maxime Lajoie, qui avait été laissé de côté samedi dernier. Il n’a pas décidé cependant si ce sera dans un alignement à six ou sept défenseurs. Lajoie était de retour avec son partenaire régulier, Cody Ceci, à l’entraînement jeudi.

Un chiot adopté

Le Père Noël est passé au CCT cette semaine alors qu’à leur retour au boulot, les joueurs des Sénateurs ont été heureux d’apprendre que l’équipe a adopté un chiot, un labrador noir qui passera la prochaine année avec eux alors qu’il est entraîné pour devenir un chien-guide pour aveugle. «C’est fantastique. Je n’ai jamais eu de chien en grandissant, mais en vivant avec Mark (Stone), je m’y suis habitué, il en a trois et j’adore ça. Il est plein d’énergie et ça va être amusant de l’avoir avec nous. Je n’ai pas de suggestion pour un nom, mais j’appelle tout le monde “Légende”. Je vais l’appeler comme ça aussi», a dit Brady Tkachuk. Le club utilisera les médias sociaux pour demander des suggestions aux amateurs avant de baptiser le petit chien, très populaire à sa première visite dans le vestiaire.

Entre les lignes

Propriétaire d’un chien, Dylan DeMelo était aussi heureux de l’arrivée du nouveau chiot de l’équipe dans son giron. «C’est dommage qu’on ne peut pas l’apporter sur la route avec nous, quoiqu’il pourrait être une distraction pour les gars. Les chiens sont fantastiques, toujours heureux de te voir, peu importe le genre de jour que tu as. Ça va être le “fun” de le voir grossir. On va espérer que son nom soit drôle et aussi pratique», a-t-il dit... Guy Boucher a réitéré que l’attaquant Nick Paul avait connu son meilleur match de la saison samedi dernier contre Washington «parce qu’il a patiné à fond de train». Il n’a donc pas l’intention de le retirer de son alignement de vendredi à Brooklyn, ce qui voudrait dire que Tom Pyatt devrait rater un deuxième match de suite.