Le centre gatinois Jean-Gabriel Pageau a déclaré forfait et l’entraîneur-chef Guy Boucher doute fortement qu’il puisse affronter les Blues de St. Louis jeudi soir.

Au tour de Pageau de s’absenter

La semaine de congé des Sénateurs d’Ottawa ne leur aura pas permis de retrouver complètement la santé.

À leur retour au boulot mercredi soir lors d’un entraînement tenu au Centre Canadian Tire, les Bobby Ryan, Johnny Oduya, Mark Borowiecki et Nate Thompson étaient présents avec le reste de leurs coéquipiers, mais après une quinzaine de minutes, le centre gatinois Jean-Gabriel Pageau a déclaré forfait et l’entraîneur-chef Guy Boucher doute fortement qu’il puisse affronter les Blues de St. Louis jeudi soir.

La séquence « homme de fer » de 233 parties de Pageau est fortement en danger en raison d’une blessure au haut du corps qu’il s’est infligée lors du dernier match avant la pause, une victoire de 4-3 à Toronto mercredi dernier. Il avait été sonné en troisième période par une mise en échec de Leo Komarov.

« La pause n’a pas compliqué (sa réhabilitation), c’est le contraire. Il avait vraiment besoin de reposer cette blessure-là. La vérité, c’est qu’il ne jouera pas (jeudi) et il peut encore manquer un petit bout. On va attendre de voir (jeudi matin), mais en ce moment, il y a de bonnes chances que l’on soit obligé d’attendre. Quand ton joueur sort en plein milieu de la pratique... »

Par mesure de précaution, les Sénateurs ont retiré le centre Filip Chlapik du match que leur club-école de Belleville disputait au même moment contre Syracuse après une période et il devrait être officiellement rappelé jeudi matin.

Thompson, le centre du quatrième trio qui avait raté les trois derniers matches avant la pause en raison d’une blessure au bas du corps, pourrait remplacer Pageau sur une troisième ligne qui serait possiblement pivotée par Zack Smith, mais cela dépendra de sa disponibilité à lui. Il a dit après l’entraînement qu’il se sentait assez bien, mais qu’il devra attendre de voir comment sa blessure réagira pendant la nuit.

« Pageau joue à toutes les sauces sauf en avantage numérique. C’est mon match-up contre la meilleure ligne de l’autre bord quand on est à la maison, c’est certain. Thompson peut jouer ce rôle-là, mais ça fait un bout de temps qu’il n’a pas joué. Est-ce qu’il peut prendre ce rôle-là ? Est-ce qu’il peut jouer ? On va voir (jeudi). Il y a une question de timing là-dedans. On va voir où on va placer aussi celui qui va monter », a dit Boucher.

Au moins, Boucher pourra compter à nouveau sur Bobby Ryan, qui avait raté le match contre les Leafs en raison d’un index gauche endolori à nouveau quand il a reçu un coup de bâton sur celui-ci lors du match précédent contre Chicago. Ça lui permettra de conserver intactes ses deux premières lignes – Derick Brassard entre Ryan Dzingel et Mark Stone, ainsi que Matt Duchene entre Mike Hoffman et Ryan – qui ont été productives lors des trois gains en quatre parties avant la pause, en faisant abstraction du revers de 8-2 contre les Blackhawks. 

« La pratique était un premier vrai test et après ça, c’est toujours la même chose, qu’elle sera la réaction (du doigt), est-ce qu’il va enfler, est-ce que ça va être au point où il n’entre pas dans un gant ? On va voir (jeudi matin), mais je me sentais bien. La pause a été bonne pour faire diminuer l’enflure. Quand tu ne peux rentrer ton doigt dans le gant et que tu ne peux enrouler le bâton, il n’y a rien à faire même si la douleur est tolérable. La pause d’une semaine a été bonne pour moi, mais je vais devoir jouer avec ça pour le reste de la saison, c’est certain », a raconté Ryan.

« Lors des batailles pour la rondelle devant le filet, tu sais que ça va arriver (un coup de bâton), tu t’y exposes. On savait que ça arriverait à un moment donné. Heureusement, c’est arrivé à un moment où j’ai pu avoir huit jours de congé... On va espérer que la chimie que nos deux lignes offensives avaient avant la pause va continuer, on s’est mis à capitaliser sur nos chances plus qu’autre chose. Avant, on ne profitait pas de nos opportunités », a ajouté l’attaquant américain.

Thompson «surpris lui-même»

Nate Thompson a profité de la pause d’une semaine pour aller faire un tour à sa résidence de Los Angeles, mais ça ne l’a pas empêché de poursuivre ses traitements pour en finir avec la blessure au bas du corps qui lui avait valu de rater les trois dernières parties avant celle-ci. « J’ai été en mesure de faire des entraînements hors glace et avoir des traitements en Californie, m’occuper de mon corps afin que je me sente bien pour la deuxième moitié de saison. Ça s’est bien passé lors de la pratique et il reste à voir comment je vais me sentir (jeudi). Je me suis surpris moi-même considérant que je n’ai pas patiné depuis deux semaines », a-t-il confié après l’entraînement d’une heure des siens, où il a repris place entre les Québécois Gabriel Dumont et Alexandre Burrows.