Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le carrousel devant la cage des Sénateurs d’Ottawa se poursuit de plus belle alors qu’Anton Forsberg est prêt à entrer dans le manège.
Le carrousel devant la cage des Sénateurs d’Ottawa se poursuit de plus belle alors qu’Anton Forsberg est prêt à entrer dans le manège.

Anton Forsberg prêt à sauter dans le carrousel

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le carrousel devant la cage des Sénateurs d’Ottawa se poursuit de plus belle alors qu’Anton Forsberg est prêt à entrer dans le manège.

Le gardien suédois acquis des Jets de Winnipeg par le biais du ballottage la semaine dernière a connu un bon match samedi avec les Senators de Belleville, repoussant 31 des 32 tirs dirigés vers lui dans un gain de 5-1 contre les Marlies de Toronto. À entendre l’entraîneur-chef D.J. Smith après l’entraînement de dimanche, il devrait affronter les Flames de Calgary lundi plutôt que la recrue Filip Gustavsson.

Ce dernier avait été presque parfait en relève à Joey Daccord, blessé à un genou en début de troisième période du revers de 3-2 en tirs de barrage contre les Canucks de Vancouver mercredi dernier. Quand Smith s’est fait demander par le Droit en visioconférence si d’un point de vue de développement des espoirs, il ne serait pas le gardien tout désigné pour obtenir le prochain départ en l’absence des réguliers Matt Murray -- qui a patiné avant ses coéquipiers -- et Marcus Högberg, il a offert une réponse qui indiquait assez bien sa préférence.

«Nous avons beaucoup de gardiens et nous ne pouvons pas développer tout le monde. On va y aller avec le gardien qui nous donne la meilleure chance de gagner à ce moment-ci, a-t-il déclaré. Il (Gustavsson) a bien fait en relève l’autre jour, et Forsberg a fait du bon travail lors du match de Belleville, donc on va regarder la pratique d’aujourd’hui et prendre une décision. L’un d’entre eux va jouer (lundi), et s’il joue bien, il va continuer.»

«Forsberg a été très bon (samedi). Belleville a alloué quatre chances de niveau A et quatre de niveau B et il n’a alloué qu’un but. Il avait l’air très calme devant son filet», a-t-il ajouté.

Forsberg s’est promené entre Edmonton, la Caroline (pour trois jours sans se rapporter à Raleigh) et Winnipeg sans jouer un seul match cette saison, demeurant tout le temps sur l’escouade de réserve ou comme troisième gardien sur l’alignement avec les Jets. Son dernier match remontait au 7 mars 2020, un gain de 3-2 en prolongation contre les Islanders de New York alors qu’il était avec les Hurricanes (il n’a joué que trois matches avec eux la saison dernière, passant la majorité de l’année avec les Checkers de Charlotte dans la Ligue américaine).

Anton Forsberg

«C’est évident que j’ai passé beaucoup d’heures à pratiquer (au cours de la dernière année), donc c’était bien du plaisir que de pouvoir jouer enfin. Et je pense que j’ai bien joué, j’ai vu du caoutchouc ce qui était une bonne chose pour avoir de bonnes sensations. C’est difficile de simuler des situations de match lors des pratiques, c’est différents de jouer des parties, donc c’était bien», a indiqué Forsberg dimanche.

Celui-ci a dû accepter d’être prêté à Belleville pour un séjour de remise en forme étant donné qu’il n’était pas blessé, et il a évidemment acquiescé quand les Sénateurs lui ont offert cette possibilité. «C’est évident que je voulais obtenir un match le plus vite possible. Une fois que j’étais là, j’ai juste essayé de me concentrer sur ce qui fonctionnait lors des pratiques, bâtir mon jeu. Évidemment que tout ne sera pas à point dès le départ, mais si je peux rester à l’intérieur de ma structure, les choses vont bien aller habituellement. Ce ne sera pas différent si je joue (lundi), je vais me concentrer sur moi-même, mon jeu», dit-il.

Forsberg, qui a 28 ans, a joué 48 parties dans la LNH, pour Columbus, Chicago et la Caroline, avec une fiche de 12-15-4, une moyenne de 3,22 et un taux d’efficacité de ,901.

Il ne se plaint pas de sa situation actuelle, où il sera appelé à jouer avec son équipement aux couleurs des Jets en attendant que celui aux couleurs de son nouveau club arrive.

«Il y a bien des gens dans le monde qui ont la vie bien plus difficile. Ce n’est évidemment pas la situation idéale, mais tous ceux qui sont sur des escouades de réserve travaillent forts. C’était la même chose à Winnipeg, les entraîneurs ont été excellents. On travaille sur notre jeu et on se prépare... Il faut avoir l’état d’esprit d’être prêt si votre chance se présente», mentionne-t-il, disant avoir établi un bon rapport au cours de ses premiers jours à Ottawa avec l’entraîneur des gardiens Pierre Groulx.