Les Sénateurs présentent maintenant une fiche de 11-5-1 à domicile.
Les Sénateurs présentent maintenant une fiche de 11-5-1 à domicile.

Anderson vole la victoire aux Sabres

D.J. Smith n'a jamais douté. Pas une seconde.

En milieu de journée, lundi, l'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa a dévoilé l'identité de son gardien de buts partant.

Il a décrété que Craig Anderson affronterait les Sabres de Buffalo, en soirée, au Centre Canadian Tire.

Pas un peu risqué, coach , d'envoyer dans la mêlée un vétéran qui n'a pratiquement pas joué depuis trois semaines ?

« Non, a-t-il répliqué, sans attendre. S'il s'agissait d'un gardien plus jeune, je serais inquiet. Mais Craig connaît vraiment bien notre ligue. Il joue depuis si longtemps... Il est parfaitement capable de revenir au jeu pour livrer une grande performance. »

Et c'est exactement ce qui s'est passé.

Anderson n'avait pas l'air trop rouillé, en soirée, quand il a réussi 43 arrêts pour gagner son sixième match de la saison.

Jean-Gabriel Pageau et Brady Tkachuk ont été les deux autres héros de la soirée. Le premier a marqué les deux premiers buts de son équipe. L'autre a inscrit trois points dans une victoire de 3-1.

« Le repos est une arme », s'est exclamé Anderson lorsqu'il s'est présenté devant les journalistes, après la partie.

C'était un clin d'œil au prédécesseur de Smith, Guy Boucher. À une certaine époque, l'entraîneur québécois servait cette phrase aux médias de façon quotidienne.

Anderson était heureux, mais il devait avoir hâte de quitter Kanata. Il doit s'envoler vers la Floride à la première heure, mardi matin. Il s'en va rejoindre son épouse et ses deux garçons pour le réveillon.

« C'est mérité. Tous nos gardiens ont été solides, depuis le début de la saison, mais cette performance était vraiment remarquable », estime Tkachuk.

Cette performance est remarquable, entre autres, parce que les Sabres n'ont pas une attaque de tire-pois. Ils ont réussi à revenir dans la course aux séries, dernièrement, parce que leurs jeunes vedettes ont pris les choses en main, en même temps.

Rasmus Dahlin est débarqué à Ottawa en surfant sur une séquence de cinq points à ses cinq dernières parties.

Sam Reinhart avait récolté 10 points à ses neuf dernières rencontres.

Jack Eichel ? Eichel avait participé au pointage dans les 18 dernières parties des Sabres. Cette incroyable séquence avait débuté le 16 novembre, à Buffalo, dans un match où il avait marqué quatre buts contre les Sénateurs et Anderson.

D.J. Smith ne doutait pas de son gardien. Ça ne veut pas dire qu'il se sentait à l'aise, quand il s'est installé derrière le banc des joueurs.

C'était le dernier match avant la pause de Noël. L'avantage de la glace ne fonctionne pas, généralement, lors du dernier match avant Noël.

Ce sont plutôt les visiteurs qui sont avantagés.

« Je ne connais pas les statistiques exactes, mais je crois que l'an dernier, une seule équipe jouant à domicile a gagné, le 23 décembre », a-t-il affirmé.

On a vérifié. Il ne parlait pas à travers son chapeau. Le 23 décembre 2018, huit matches étaient à l'affiche. Sept matches ont été remportés par l'équipe visiteuse.

« Je ne blâme pas les joueurs, dit Smith. Ce n'est pas évident. Quand vous êtes à la maison, vous avez souvent des visiteurs. Vous êtes préoccupés par le magasinage de dernière minute. Vous n'avez pas nécessairement la tête au hockey... »

Smith était néanmoins convaincu que ses joueurs travailleraient fort. « Depuis le début de la saison, j'ai été déçu par l'effort de l'équipe à deux reprises, seulement. Et il s'agissait de deux matches disputés à l'étranger. »

Les Sénateurs, mine de rien, continuent d'accumuler des points avec l'infirmerie qui déborde. Thomas Chabot a encore joué plus de 30 minutes.

>> Sommaire

+

Pageau poursuit son chemin

Un autre match à Kanata, une autre petite foule.

Les spectateurs présents ont bien essayé de se mettre à chanter, après le deuxième but des Sénateurs, en troisième période.

« Pageau, Pageau, Pageau, Pageau... »

L'effort, louable, n'a pas donné de grands résultats.

Le Gatinois a quand même réussi à se rapprocher de sa marque personnelle. Il a connu la saison la plus productive de sa carrière en 2015-16. Aux côtés de Mark Stone, il avait alors marqué 19 buts en 82 parties.

Il en a inscrit 18, déjà. Et nous ne sommes même pas à la mi-saison.

Quand il a quitté la patinoire, en fin de soirée, Pageau était surtout heureux d'avoir encore rempli une grosse mission en défensive.

Il a passé la soirée à jouer contre Jack Eichel. Il a réussi à le neutraliser. Il a mis un terme à sa séquence de 18 matches consécutifs avec au moins un point.

« C'était notre premier objectif, en début de soirée. Eichel est tellement dangereux. Il est capable de créer de belles choses à l'attaque, quand il est sur la glace. Il est aussi capable de créer de belles opportunités de marquer pour ses partenaires de jeu. Je dirais donc que ce fut une mission pour notre trio tout entier. Et nous l'avons bien relevé », a-t-il constaté.

« Chucky a été la force dominante de notre trio », complète-t-il.

D.J. Smith a complété cette déclaration, en ajoutant quatre noms à la liste de joueurs qui ont travaillé fort pour contenir les efforts d'Eichel.

« Thomas Chabot et Mark Borowiecki ont passé une bonne partie de la soirée à jouer contre le gros trio des Sabres. Cody Goloubef et Erik Brännström ont fait une petite partie du travail, aussi. Pour stopper un joueur dynamique comme lui, il faut travailler en comité. »