La troupe de Guy Boucher a remporté une victoire de 4-3. Chabot, Hoffman, Dumont et Pyatt ont marqué pour les Sénateurs et la victoire est allée à la fiche de Craig Anderson.

Anderson se relève

TORONTO — Craig Anderson est encore capable de livrer de bonnes performances.

Le vétéran gardien est en train de connaître sa pire saison dans l’uniforme des Sénateurs d’Ottawa. Il a possiblement livré sa pire prestation des cinq derniers mois, mardi soir, face aux Blackhawks de Chicago.

Mais Anderson est orgueilleux. Vingt-quatre heures plus tard, son entraîneur lui a offert l’opportunité de se racheter.

En effectuant 44 arrêts, il n’a pas raté son coup.

Grâce à lui, les Sénateurs ont réussi à battre les Maple Leafs de Toronto, 4-3.

« Je suis bien content, a-t-il déclaré à son retour au vestiaire. Vous savez, c’est la victoire qui compte. Quand on gagne, on peut davantage apprécier nos performances individuelles. »

Anderson n’a pas eu besoin de blanchir l’adversaire pour changer complètement l’allure de la rencontre.

S’il n’avait pas été là, les Sénateurs auraient facilement pu se faire démolir. Exactement comme la veille.

Mardi, les Blackhawks ont pris les commandes du match, dès le départ.

Mercredi, la jeune et dynamique attaque des Leafs a donné l’impression qu’elle voulait prendre le contrôle du match, dès le départ. Le trio de Tyler Bozak, en particulier, profitait de chaque présence sur la patinoire contre le troisième duo défensif des visiteurs.

Mardi, Anderson a fait face à un barrage de 17 lancers au premier tiers.

Mercredi, les Leafs ont lancé 16 fois vers lui dans les 20 premières minutes de jeu.

La différence? Contre Chicago, Anderson a commis la gaffe d’allouer un mauvais but vers la fin de cet engagement. Ce faisant, il a complètement anéanti la fragile confiance d’une formation en déroute.

À Toronto, Anderson a tenu le coup. Il a résisté jusqu’à la fin de la deuxième période, en fait, avant d’allouer un premier but.

À ce moment-là, les Sénateurs avaient réussi à se forger une avance de deux buts. Thomas Chabot et Mike Hoffman avaient réussi à déjouer le gardien des Leafs, Frederik Andersen.

Hoffman, d’ailleurs, a offert une de ses bonnes performances de la saison dans la capitale du hockey au Canada.

Sa grosse performance ne fera rien pour ralentir le moulin à rumeurs, en ce début de saison de transactions où les Sénateurs devraient se ranger dans le camp des vendeurs.

Pas moins de 20 dépisteurs ont suivi le match depuis la galerie de la presse du Air Canada Centre. Certaines formations, comme les Flames de Calgary et les Kings de Los Angeles, avaient même envoyé deux de leurs hommes de hockey pour ce match. Les Blue Jackets de Columbus avaient envoyé leur directeur général.

Série victorieuse

Les Leafs, qui sont engagés dans une belle bataille avec les Bruins de Boston pour le deuxième rang de la section Atlantique, se sont bien battus. Andreas Borgman, James van Riemsdyk et Morgan Rielly ont marqué les buts dans la deuxième moitié de la partie.

Les plombiers Gabriel Dumont et Taylor Pyatt ont inscrit les buts qui ont fait la différence.

« C’est toujours plus agréable quand tout le monde met la main à la pâte », note le capitaine Erik Karlsson.

Même si rien ne semble fonctionner pour eux cette saison, les Sénateurs pourront se consoler, un peu, en se disant qu’ils ont toujours le numéro de leurs plus grands rivaux.

Ils ont signé mercredi une cinquième victoire de suite au ACC. Au cours des 25 dernières années, ils n’avaient jamais connu une aussi longue séquence. Ils présentent une fiche de 11-1-2 dans leurs 14 dernières parties contre Torontois.

>> Sommaire du match

Dumont marque un gros but

Gabriel Dumont était capable d’en rire. Un peu.

« Je niaisais avec les gars, il n’y a pas si longtemps. Je leur disais que je ne marquerais peut-être plus jamais un seul but du reste de ma carrière. »

Finalement, l’attaquant qui est originaire du Bas-du-Fleuve a trouvé le moyen de mettre un terme à sa longue disette. Son but, marqué dans la troisième période du match de mercredi, lui a fait beaucoup de bien.

Vérification faite, il n’avait pas touché la cible depuis le 13 mars dernier.

« Je n’étais pas au courant de la date. Je savais juste que ça faisait un sacré bout de temps », commente-t-il, un sourire dans la voix. 

« C’est évident que certains éléments ont joué contre moi, enchaîne-t-il. Au début de la saison, j’ai pris part à sept des 25 premiers matches du Lightning de Tampa Bay. Ça n’aide pas vraiment à établir son rythme. Je suis arrivé ici et je commençais tranquillement à me sentir à l’aise dans mon nouvel environnement. J’ai réussi à jouer quelques bons matches, mais je me suis blessé. Ça ne m’a pas aidé non plus... »

Dumont est de retour au jeu, bien déterminé à connaître une meilleure deuxième moitié de saison.

Après avoir longtemps jonglé avec ses attaquants, Guy Boucher croit avoir enfin trouvé des trios avec lesquels il peut travailler. Dumont joue depuis quelques parties avec Alex Burrows.

Burrows a préparé le but de Dumont, contre les Leafs. Il en a profité pour récolter sa 200e mention d’aide en carrière.

« Alex, c’est un bon gars. Il n’est pas trop difficile de bien s’entendre avec lui, croit Dumont. Il n’y a pas tellement de Québécois dans la ligue. Nous avons la chance d’en compter quatre, ici, avec Brass et Chabot. Nous nous entendons tous très bien », précise-t-il.