Les Sénateurs d’Ottawa ont tenu tête au Lightning de Tampa Bay, jeudi soir. Mais il leur manquait un ingrédient essentiel pour l’emporter. La performance de Craig Anderson n’était pas à la hauteur.

Anderson encore battu

Ayant joué à Chicago la veille, les Sénateurs d’Ottawa avaient une excuse facile jeudi soir pour ne pas être de taille avec un des meilleurs clubs de la LNH cette saison, le Lightning de Tampa Bay.

Les hommes de Guy Boucher n’ont cependant pas si mal joué à leur retour au Centre Canadian Tire, ayant le meilleur au chapitre des lancers, 36-24.

Le problème, c’est encore une fois qu’un de leurs gardiens, Craig Anderson en l’occurrence, n’a pas été à la hauteur, ce qui fait que les locaux se sont inclinés 4-3 devant leurs 16 204 partisans.

Le troisième gardien du Lightning, Louis Domingue, a réussi beaucoup plus d’arrêts clés que son vis-à-vis, qui a été carrément faible sur le premier but du match, l’œuvre de Tyler Johnson sur un tir de loin semblant pourtant inoffensif.

Le ton était donné et Anderson a cédé aussi devant Victor Hedman au premier tiers, Vladislav Namestnikov et Brayden Point en deuxième, ce dernier à la toute dernière seconde de jeu de l’engagement.

«On jouait un bon match et on a été irrités un peu à un moment donné parce que le score n’indiquait pas l’allure du match, le match était beaucoup plus proche que le score de 4-1 l’indiquait. De voir nos joueurs batailler jusqu’à la fin comme ça, d’avoir beaucoup de chances de marquer, pour une équipe qui jouait un back to back et un trois en quatre, j’ai beaucoup de respect pour le travail de nos joueurs contre une équipe de premier plan», analysait l’entraîneur-chef Guy Boucher après coup.

Ryan Dzingel et Derick Brassard ont obtenu un but et une passe chacun, ce dernier en fin de partie pour réduire l’écart à un but, et Mark Stone a récolté deux mentions d’assistance pour continuer à mener l’offensive des locaux. Stone a un but et neuf passes en sept parties depuis qu’il est revenu d’une blessure au genou, et le Gatinois a cinq buts et quatre passes pendant la même période.

Dzingel a compté le premier but et a ajouté une passe sur le but de Mark Borowiecki qui a amorcé une tentative de retour en troisième. Ce filet a d’abord été refusé parce que Bobby Ryan semblait avoir nui au travail du gardien du Lightning, utilisé en l’absence de Peter Budaj, blessé. La révision vidéo demandée par Boucher a cependant renversé la décision.

Dzingel aurait pu être bien plus productif que ça, mais il a frappé un poteau au premier tiers en plus d’être frustré par Domingue à deux reprises en période médiane, dont une fois en échappée. Mike Hoffman a aussi frappé une barre horizontale en troisième période.

«J’ai obtenu beaucoup de chances, nous avons joué un bon match en général, mais on n’a pas fait le travail, donc ça n’a pas vraiment d’importance. J’ai eu bien des chances et je n’ai pas capitalisé, comme plusieurs d’entre nous. Ça aurait pu aller dans un autre sens», estimait Dzingel.

À son retour au jeu après une absence de 10 matches, Ryan a aussi eu l’occasion de se présenter seul devant l’ancien gardien des Remparts de Québec et des Coyotes de l’Arizona, qui a résisté. Le numéro 9 des Sénateurs a fini sa soirée avec un différentiel de moins-2 et a distribué cinq mises en échec.

Meilleur club de la LNH à l’étranger avec ses 21 victoires en 34 parties, le Lightning 41-17-3) a repris le premier rang du classement général de la LNH avec ce gain, un point devant les Golden Knights de Vegas.

Les Sénateurs (21-29-10) disputeront maintenant un dernier match avant la fin de la période des transactions, qui est lundi à 15 h, en recevant les Flyers de Philadelphie samedi après-midi (14 h).

>> Sommaire du match

« On n’a pas lâché » — Brassard

Derick Brassard ne laisse pas les rumeurs de transactions le concernant ralentir sa cadence.

« On a tous des téléphones, il y a des réseaux sociaux et même la télévision. Ça fait partie de la business, on a tous été là à un moment donné et il n’y a rien à faire, il faut juste bloquer tout ça et essayer de jouer. On essaie toujours de s’améliorer en tant qu’équipe, pousser dans la bonne direction. Ce qui va arriver lundi (date limite pour les échanges) va arriver, on n’y peut rien », a-t-il dit après avoir enfilé son 18e but de la campagne, en plus d’avoir obtenu une passe, dans un revers de 4-3 contre le Lightning.

« Quand tu es dans une situation comme ça, en dehors des séries, et que tu lâches, c’est là que les choses peuvent être un peu délicates. Mais on continue à pousser, c’est bon signe. On va jouer samedi (contre les Flyers) maintenant, et on verra ce qui arrivera ensuite », a-t-il ajouté.

Blessé au cours du dernier mois, Bobby Ryan n’a pas été dans le giron du club dernièrement et il ne pouvait pas parler de l’ambiance qui y règne à l’approche de la date fatidique. « J’ai entendu ce qui se passe, les gars en parlent probablement entre eux à l’occasion : “As-tu entendu ceci ou cela ?” Mais j’en ai manqué un bon bout... On comprend ce qui se passe, c’est la nature de la bête quand tu n’offres pas de bonnes performances, il faut que tu composes avec ça. Moi, j’ai appris dans le passé qu’il ne fallait pas prendre ces choses-là de façon personnelle. Si quelqu’un me dit que je déménage, je vais déménager. Sinon, je serai heureux de rester ici », a-t-il dit.

Le capitaine Erik Karlsson, plus gros nom à circuler dans les rumeurs, évite les journalistes cette semaine. Le défenseur Mark Borowiecki peut comprendre pourquoi. « Je suis ici depuis quatre ans et c’est le plus de rumeurs que j’ai jamais vues, impliquant des gars du noyau en plus. Vous faites de votre mieux pour ne pas y penser, mais nous sommes tous humains, à un moment donné, ça va vous affecter un peu, surtout si vous avez établi des racines ici », a-t-il noté.