L’entraîneur-chef D.J. Smith a confirmé que le vétéran Craig Anderson conservera son rôle de gardien partant avec les Sénateurs cette saison.

Anderson demeure le numéro un des Sens

La priorité des Sénateurs d’Ottawa à l’aube de la nouvelle saison qui va s’amorcer demain à Toronto est de réduire le nombre de buts alloués.

Alors que leur offensive risque d’être moins dangereuse après les départs des Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel, auteurs de 77 des 242 buts comptés l’an dernier, c’est l’évidence même d’avancer que pour connaître un certain succès, ils devront réduire le total de 302 buts accordés en 2018-2019.

Ça passera par une brigade défensive renouvelée, avec quatre nouveaux visages, soit les vétérans Ron Hainsey et Nikita Zaitsev, ainsi que la recrue Eric Brännström et le septième arrière, le vétéran des mineures Cody Goloubef.

Ça va passer aussi par un meilleur appui des attaquants de l’équipe, des centres en particulier, incluant le nouveau venu Artem Anisimov.

Mais comme le nouvel entraîneur-chef D.J. Smith a confirmé lundi que Craig Anderson demeure le gardien numéro un de l’équipe jusqu’à nouvel ordre, une diminution des buts alloués commence avec celui qui présente un taux d’efficacité médiocre de ,900 lors des deux dernières campagnes, le troisième pire parmi les gardiens réguliers de la LNH et bien loin de sa moyenne en carrière de ,915 en neuf ans à Ottawa.

Smith parle cependant d’un « tandem » avec Anders Nilsson, même si ce dernier a connu un camp très ordinaire, un peu comme à plusieurs autres endroits à travers la ligue.

« Je vais certainement y aller avec celui qui est en forme (hot, en anglais), mais pas au point où il va être fatigué et c’est pourquoi il ne joue pas bien. On va travailler avec [l’entraîneur des gardiens] Pierre Groulx, mais je m’attends à ce qu’ils partagent le travail pas mal également », a laissé entendre Smith lundi après l’entraînement des siens.

Ce dernier devait discuter du choix du gardien pour le match inaugural de mercredi au Scotiabank Arena de Toronto avec Groulx, justement. « Je présume que ça va probablement être Anderson... Je dirais qu’il mérite le titre de numéro un pour son travail pendant l’ensemble de sa carrière. Il a été un très bon gardien. En disant ça, Nilsson a eu une très bonne fin de saison dernière ici et il a bien joué. Chaque année est une nouvelle année, les deux ont été bons pendant le camp. Andy a été exceptionnel lors de son dernier match [mercredi dernier à Vancouver], donc il va probablement obtenir le départ », estimait-il.

Le vétéran cerbère de 38 ans obtenait d’habitude le dernier départ du calendrier préparatoire pour aiguiser ses réflexes une dernière fois avant le début de la saison, mais il n’avait pas de problème avec la décision du club d’envoyer Nilsson dans la mêlée samedi à Montréal lors du revers de 4-3 en prolongation contre le Canadien.

« J’ai participé à trois des six matches. Le calendrier a fonctionné comme ça, j’ai eu une couple de jours pour récupérer [du voyage à Vancouver]. J’ai pu prendre les choses aisément pour être prêt pour mercredi, alors que si je ressens un tweak samedi, peut-être que je ne pourrai pas jouer [contre les Leafs] », a indiqué Anderson.

Bombardé de 46 lancers contre des Canucks qui avaient laissé leur premier trio [incluant Elias Pettersson] de côté, celui-ci est quand même optimiste que le système de jeu mis de l’avant par Smith va permettre de lui faciliter la vie.

« C’est le but. Ça va prendre du temps pour que le système soit assimilé, il va y avoir une courbe d’apprentissage et des obstacles en chemin. Mais si on peut s’améliorer à faire ce qu’on veut, je pense qu’à long terme, ça va être mieux pour limiter les chances de compter, les lancers et pour augmenter la possession de rondelle pour nous en allant dans l’autre sens », pense le cerbère qui est à neuf gains près du plateau des 200 avec les Sénateurs, et qui a aussi besoin de deux jeux blancs pour égaler le record de 30 de Patrick Lalime.

+

RÊVE RÉALISÉ POUR BRÄNNSTRÖM ET BATHERSON

Un des « bébés de Belleville » est parti, Logan Brown, mais c’était mission accomplie pour deux autres, Erik Brännström et Drake Batherson.

Ils seront deux des quatre recrues sur l’alignement des Sénateurs pour amorcer la saison régulière mercredi à Toronto, le premier devant se retrouver sur une deuxième paire aux côtés du vétéran Ron Hainsey tandis que le second prenait place aux côtés des vétérans Artem Anisimov et Tyler Ennis à l’entraînement de lundi sur un troisième trio.

Drake Batherson

Les dirigeants de l’équipe ne leur ont pas dit directement qu’ils s’étaient taillés un poste après le dernier match hors-concours de samedi, ils s’en sont juste aperçu en voyant qu’ils n’étaient pas convoqués au bureau de D.J. Smith et du DG Pierre Dorion dimanche, contrairement à Brown, Vitaly Abramov et Christian Jaros.

« Ils ne m’ont rien dit... Je pense que le dernier match a été mon meilleur du camp, j’ai commis un revirement coûteux, mais j’ai bien rebondi par la suite. Je vais tenter de bâtir là-dessus et jouer à ma façon, c’est pour ça que je suis resté ici, je pense... C’est comme un rêve », a indiqué le défenseur de 20 ans acquis dans l’échange de Mark Stone avec Vegas, dont le père va venir de Suède jeudi afin d’être présent pour le match inaugural à domicile de samedi contre les Rangers de New York.

Joueur par excellence à Belleville la saison dernière, Batherson semblait avoir un poste à perdre plutôt qu’à gagner au camp et s’il n’a rien cassé (une passe en cinq parties), il a été retenu quand même, ce qui lui a fait pousser un soupir de soulagement.

« C’est bien de l’avoir su après le match samedi et on ne joue pas avant mercredi, j’ai pu penser à ça lors de la journée de congé (dimanche), mais là, on revient au travail, a indiqué Batherson. Quand je l’ai réalisé, j’ai appelé mes parents et ils étaient super excités. C’est dur sur les nerfs quand tu sais que des coupes s’en viennent après un match. Mais j’étais déjà passé par là (l’an passé) et c’était le fun d’être retenu au lieu d’être coupé. C’est une sensation pas mal fantastique. Là, j’ai hâte que la saison commence », a noté l’ailier droit originaire de la Nouvelle-Écosse.