Les Sénateurs d'Ottawa ont réussi à vaincre les Predators de Nashville 2-1.

Anderson arrête trois tirs de pénalité, les Sénateurs l'emportent

Lorsqu'il est question des tirs de barrage, les Predators de Nashville, tout comme les Sénateurs d'Ottawa, n'appartiennent pas à l'élite de la Ligue nationale de hockey.
Avant le match de samedi soir, les Sénateurs occupaient le 26e rang dans le circuit à 30 formations avec leur fiche de 1-5. Les Predators étaient à la recherche de leur première victoire. Ils arrivaient au 29e rang avec une fiche de 0-4.
Il fallait évidemment que le premier match de la saison entre les deux équipes se termine dans un concours d'habiletés individuelles. Comme c'est souvent le cas, l'équipe qui mise sur le gardien le plus hot l'a emporté. Craig Anderson a stoppé les deux joueurs qui se sont présentés devant lui. Son vis-à-vis Marek Mazanec a été battu par Mika Zibanejad, puis par Jason Spezza.
Les Sénateurs ont obtenu une victoire de 2-1 au Bridgestone Arena.
Anderson, qui présente une fiche de 9-1-3 depuis le début du mois de décembre, dit que cette victoire appartient d'abord aux deux attaquants qui ont déjoué Mazanec au moment opportun.
«Ça fait du bien de voir les gars marquer des buts lors des tirs de barrage. Disons que ça met un peu moins de pression sur les épaules d'un gardien», a-t-il expliqué après le match.
On a choisi ce moment pour lui rappeler qu'il a stoppé trois tirs de pénalité, au total, dans la capitale du country. En première période, le très rapide attaquant des Predators Viktor Stalberg a obtenu ce privilège au terme d'une séquence où Joe Corvo l'a fait trébucher.
Là, Anderson a été forcé de reconnaître qu'il a été brillant.
«Parfois, un gardien a le devoir de se porter au secours de ses coéquipiers. Ce lancer de pénalité avait le potentiel de faire basculer le momentum d'un côté comme de l'autre. Quand j'ai fait l'arrêt, je crois que le vent a tourné en notre faveur.»
Il est vite redevenu le Craig Anderson très humble qu'on connaît par la suite.
«Que voulez-vous que je vous dise? Le soleil brille parfois même sur le péteux des chevaux», a-t-il conclu, quand on lui a parlé de ses nombreux arrêts de la mitaine tout au long de la soirée.
En temps réglementaire, le but des Sénateurs a été marqué par le centre numéro deux Kyle Turris. C'était son 12e de la saison.
Le but des Predators a été marqué par l'ancien centre numéro deux des Sénateurs, Mike Fisher. Il s'agissait également de son 12e de la saison.
L'entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean, s'était permis de laisser son homme fort Matt Kassian de côté parce que «les Predators ne sont pas vraiment reconnus pour leur robustesse».
Dans un match très serré, Colin Greening a été obligé de jeter les gants contre un très coriace Eric Nystrom. Quelques minutes plus tard, Spezza s'est porté à la défense de son coéquipier Jared Cowen. Ce dernier venait de se faire écraser par Rich Clune.
Les Sénateurs, qui ont échappé un seul point lors de leurs trois derniers matches sur la route, ont devancé les Maple Leafs de Toronto. Quand ils ont quitté l'aréna, ils occupaient le cinquième rang de la section Nord-Est. Ils avaient le même nombre de points que l'équipe de quatrième position, les Red Wings de Détroit. Ces derniers détenaient la dernière place qui donne accès aux séries éliminatoires.
«Nous n'accordons pas d'importance à ces choses. Du moins, pas pour l'instant. Nous savons que nous avons beaucoup de rattrapage à faire parce que nous avons connu un mauvais début de saison. Plusieurs équipes risquent de se battre pour les dernières places qui donnent accès aux séries. Nous traversons une bonne séquence, il faut en profiter au maximum pour aller chercher le plus de points possible», croit Spezza.