Anders Nilsson rend de précieux services aux Sénateurs depuis son acquisition.

Anders Nilsson s’impose chez les Sénateurs

Guy Boucher n’a toujours pas identifié son gardien pour le match de samedi après-midi.

Il fait face à un joli petit dilemme.

Il s’agira d’un match assez important, diffusé d’un océan à l’autre. Un match qui donnera le ton au marathon annuel télévisé Hockey Day in Canada sur les ondes de CBC.

Les Jets de Winnipeg seront en ville. Humiliés à Montréal, il y a deux jours, ils voudront à tout prix rebondir.

Tout cela nous laisse croire que Craig Anderson sera d’office.

D’autant plus que le vétéran s’apprête à disputer son 600e match dans la Ligue nationale de hockey. Il préférerait sans doute atteindre cet important plateau devant ses partisans.

De l’autre côté, les Sénateurs ont besoin de gagner des matches pour s’extirper de la cave du classement.

Anders Nilsson a gagné cinq de ses sept derniers matches.

Il a stoppé 45 rondelles pour obtenir son premier jeu blanc de la saison, jeudi.

« Ça va, je ne suis pas trop mal en point. J’ai été occupé, dans le dernier match, mais il faut remettre les choses en perspective. Les Ducks décochent des lancers d’un peu partout », réagit l’athlète de 28 ans.

Dans ses entrevues à chaud, immédiatement après le match, Nilsson a remercié ses poteaux. Ils ont effectué deux ou trois arrêts à sa place, dans ce match.

Après une bonne nuit de sommeil réparatrice, il saluait plutôt le travail de ses coéquipiers.

« Je me sens bien depuis mon arrivée, mais je dois reconnaître que les gars ont eu leur gros mot à dire dans mes récents succès. Nos adversaires n’obtiennent pas beaucoup de contre-attaques en surnombre. Leurs chances de marquer sont plutôt rares. Ça me facilite drôlement la tâche. »

Une chance que les autres sont là pour lui lancer quelques fleurs.

Guy Boucher aime beaucoup son nouveau gardien. « Les choses auraient sans doute été différentes si nous avions pu compter sur lui depuis le début de la saison », dit l’entraîneur-chef.

Nilsson n’a quand même pas tout fait tout seul.

« Je ne vous conterai pas de menteries. Les gardiens de but, tant qu’ils arrêtent la rondelle, je ne m’occupe pas de ça. Notre spécialiste Pierre Groulx a passé beaucoup de temps à évaluer les gardiens des autres équipes quand nous étions à la recherche d’un back-up du calibre de la LNH. Quand il a regardé Nilsson sur vidéo, il a tout de suite deviné qu’il pouvait faire quelque chose de bon avec lui. »

Le taux d’efficacité de Nilsson, chez les Canucks de Vancouver, se chiffrait à 89,5 %.

À Ottawa, il a grimpé à 93,4 %.

« Pierre s’est occupé de lui et on a tout de suite vu une amélioration, tant durant les matches que lors des entraînements. En ce moment, nous avons un super bon mix. Anders est un gars intelligent et réceptif. Il est aussi extrêmement travaillant. Il est en forme. Quand tu lui donnes la chance de travailler avec quelqu’un qui l’a compris... »

La combinaison est bonne.

La combinaison est si bonne qu’on peut commencer à s’interroger quant aux plans d’avenir de Nilsson.

Pour l’instant, il joue le rôle de « gardien de location » à Ottawa. Il sera joueur autonome sans compensation, cet été.

Sur les ondes de TSN 1200, en début de semaine, le directeur général Pierre Dorion n’a pas voulu s’engager. Mike Condon sera peut-être de retour, l’an prochain, et Marcus Högberg s’approche de la LNH.

« Il est tôt, de toute façon, dit Nilsson. J’aime bien Ottawa, mais nous aurons l’occasion de reparler de tout ça. »

+

Mark Stone

UN DERNIER MATCH POUR STONE À OTTAWA ?

Mark Stone continue de faire la moue quand on le questionne sur la date limite des transactions.

Selon l’informateur du réseau TSN, Bob McKenzie, le meilleur attaquant des Sénateurs serait sur le point de se brancher. Il pourrait être fixé sur son avenir dès lundi.

Un reporter a donc rassemblé tout son courage, après l’entraînement de vendredi, pour lui demander comment il se sentait. Le match de samedi pourrait bien être son dernier dans l’uniforme des Sénateurs...

«Je ne pense pas à ces choses-là, a-t-il répondu sèchement. Depuis le premier jour, je vous envoie un seul message. Tout va se passer entre moi, mes agents Craig Oster et Don Meehan et la direction des Sénateurs.»

«Ce sera mon seul commentaire.»

Le match de samedi sera spécial pour Matt Duchene, également.

Le centre numéro un des Sénateurs pourrait lui aussi faire ses adieux aux partisans d’Ottawa, durant cette journée où il disputera son 700e match dans la LNH.

«Le temps file. Il file trop vite à mon goût. Je suis reconnaissant d’avoir pu jouer 699 parties jusqu’à maintenant, mais j’espère qu’il me reste plusieurs belles années devant moi», a-t-il déclaré aux médias.