Grâce à sa blessure, dont on ignore la nature exacte, Alex Chiasson a obtenu congé d'entraînement hier. Ça lui a donné la chance de célébrer son 24e anniversaire loin de la glace.

Alex Chiasson mise sur le 90

Le numéro 91 n'a pas trop porté chance à Alexandre Daigle quand il était avec les Sénateurs.
Vingt ans après son passage dans la capitale, un autre Alex, Chiasson celui-là, s'amène avec de grandes attentes placées en lui, étant donné qu'il a été acquis dans une transaction impliquant un joueur vedette récalcitrant, Jason Spezza.
Non, l'attaquant de St-Augustin-de-Desmaures n'a pas demandé de devenir le deuxième joueur à endosser le 91 à Ottawa. Alors qu'il a effectué sa première apparition publique lors du lancement du nouveau bar Sens House dans le marché By, c'est le 90 qu'il a enfilé, ce que personne avant lui n'a fait dans l'histoire de 22 ans du club.
«J'ai porté le 12 à Dallas, mais quand j'étais jeune, j'ai porté le 9 pendant cinq ou six ans, mais ici, il appartient à Milan Michalek. J'ai choisi le 90 à la place parce que c'est mon année de naissance, il y a un 9 et c'est un nouveau départ avec une nouvelle équipe. C'est une nouvelle carrière qui commence, aussi bien la commencer avec un nouveau numéro et un nouveau chandail», a-t-il expliqué.
Accueilli chaleureusement lorsqu'il a été présenté aux quelque 200 invités qui remplissaient le bar, Chiasson a réitéré ce qu'il avait déclaré au lendemain de l'échange qui l'a amené de Dallas avec deux autres espoirs, Alex Guptill et Nick Paul, ainsi qu'un choix de deuxième ronde en 2015: il aime l'idée de se retrouver dans un marché canadien, plus près de sa famille qui est dans la région de Québec.
«Dès que je suis rentré ici, j'ai senti que c'est totalement différent. On peut voir à quel point le hockey est important au Canada. Les gens sont attachés aux joueurs et à leur équipe. Je ne pouvais rien demander mieux comme accueil. Pour les deux prochaines journées, je vais apprendre à connaître les joueurs et la ville. Je suis super content d'être ici», a-t-il noté.
Un ailier de puissance de 6' 4'' et 205livres, Chiasson avait marqué six buts en sept parties lorsqu'il a été rappelé par les Stars en fin de saison 2012-2013, puis il en a marqué 13 en plus d'obtenir 22 passes en 79 parties à sa première saison complète dans la LNH.
Chiasson aura plus de pression de produire à Ottawa qu'il pouvait en avoir à Dallas.
«Jason Spezza est un des meilleurs centres de la Ligue nationale alors que moi, j'ai environ 80 parties d'expérience. Je vais faire de mon mieux pour aider l'équipe à gagner, mais je suis encore jeune, j'ai beaucoup à apprendre. La prochaine saison est super importante pour moi, c'est mon année de contrat (qui vient à échéance l'été prochain) et j'aimerais commencer ma carrière ici à Ottawa et rester le plus longtemps possible... La pression, il y en a tout le temps. En étant Québécois et venant de pas trop loin, ça en rajoute un petit peu aussi. Mais tout ce que je pouvais faire, c'est travailler fort cet été pour améliorer les aspects de mon jeu qui ont besoin de l'être», a dit celui qui arrivait d'un camp de patinage de puissance de quatre jours à Toronto.
Alex Chiasson confiait qu'il n'avait pas discuté avec Paul MacLean du rôle qui l'attend.
«Mon camp d'entraînement va être super important, j'ai des objectifs personnels et ça va être à moi de démontrer que je suis capable de les atteindre», a-t-il noté.