Ales Hemsky a été solidement mis en échec par Brad Stuart, des Jets, en première période samedi. Ça n'a toutefois pas empêché l'attaquant d'obtenir trois passes dans le gain de 5-3 des Sénateurs.

Ales Hemsky sera bien accueilli à Ottawa

Tard samedi, alors qu'il s'apprêtait à quitter le MTS Centre, Ales Hemsky se posait une question importante.
Les Sénateurs d'Ottawa venaient de compléter leur voyage dans l'Ouest canadien en signant une victoire de 5-3 contre les Jets de Winnipeg. Hemsky pouvait-il considérer qu'il s'apprêtait à rentrer à la maison?
«Ottawa n'a jamais vraiment été ma ville. Ma ville, dans le temps, c'était Gatineau», s'est-il répondu. Dans le junior, je passais pas mal tout mon temps sur la rive québécoise. Je ne traversais pratiquement jamais le pont. En plus, ça fait longtemps. Ça fait 12 ans. Je vais quand même passer un coup de fil à mon ancienne famille de pension. Je vais peut-être faire un petit détour à l'aréna de Hull. J'aimerais bien bavarder avec les gens qui travaillent toujours là-bas...»
Hemsky ne devrait pas avoir trop de misère à se faire de nouveaux amis sur la rive ontarienne. Sa brillante performance contre les Jets devrait lui permettre de gagner la faveur de quelques dizaines de partisans des Sénateurs.
Lorsqu'il répondait aux questions des journalistes, dans le vestiaire, il croyait bien avoir inscrit quatre mentions d'aide dans le match. En révisant les faits saillants du match sur vidéo, les officiels mineurs ont décidé de lui en retirer une.
Trois points, ce n'est quand même pas si mal. Surtout que ses deux partenaires de trio, Milan Michalek et Jason Spezza, ont aussi obtenu trois points contre les Jets. «Lorsque nous avons réuni ces trois joueurs au sein du même trio, nous nous attendions à ce qu'il se passe quelque chose de bon, prétend l'entraîneur-chef Paul MacLean. Contre les Jets, ils ont eu la rondelle pas mal souvent. Et quand ils ont eu la rondelle, ils ont su créer de bien belles choses. Quand ils n'avaient pas la rondelle, ils travaillaient fort pour la récupérer. Tout ça me semble très encourageant.»
MacLean souhaite que ça dure, maintenant. Les Sénateurs auront besoin d'aligner quelques performances du genre s'ils veulent sérieusement revenir dans la course aux séries.
Le moment serait bien choisi d'aligner quelques victoires, puisque quatre des cinq prochaines parties qui seront présentées à domicile.
Hoffman brise la glace
Hemsky n'a pas été le seul à s'être signalé dans la victoire de samedi. À son 12e match en carrière dans la Ligue nationale de hockey, Mike Hoffman a enfin réussi à briser la glace. Il a d'abord obtenu son premier point en effectuant une superbe passe à Kyle Turris. Une quarantaine de secondes plus tard, il a marqué son premier but en carrière.
«Ça me fait vraiment du bien. J'avais obtenu des tas de chances de marquer de qualité dans les dernières parties. J'essayais de me répéter que ce n'était qu'une question de temps. Je gardais le moral en me répétant que le vent finirait bien par tourner en ma faveur», a-t-il raconté après le match.
Joueur dominant dans la Ligue américaine, Hoffman devait bien ressentir une certaine pression de produire au niveau supérieur. Certains de ses anciens coéquipiers de Binghamton - Shane Prince et Mark Stone, entre autres - ne demandent qu'à prendre sa place.
MacLean lui a fait savoir qu'il n'a pas trop à s'inquiéter. «Mike a été très constant depuis son rappel. Il s'est souvent retrouvé au bon endroit, au bon moment. Il a enfin été récompensé.»