Les Sénateurs voudront sans doute être prudents avec Vitaly Abramov, même si sa commotion cérébrale est derrière lui.

Abramov remis de sa commotion

Vitaly Abramov était de retour sur la patinoire vendredi avec ses coéquipiers des Sénateurs, mais il était un peu moins souriant que d’habitude une fois rentré au vestiaire.

L’ancien Olympique est remis d’une commotion cérébrale subie lors du premier match hors-concours des siens à Saint-Jean, Terre-Neuve, mais il n’était pas certain d’affronter le Canadien de Montréal samedi soir afin de revenir dans la course pour une place parmi les 13 attaquants qui amorceront la campagne à Ottawa.

L’entraîneur-chef D.J. Smith a plus tard exprimé des doutes sur sa disponibilité.

« On n’est pas certain. Il (Abramov) a le feu vert pour jouer, mais ça va dépendre si d’autres gars sont amochés. À l’heure actuelle, je dirais non (il ne jouera pas), mais on va voir (samedi) matin », a-t-il indiqué.

Le club veut probablement être prudent avec l’attaquant acquis l’hiver dernier des Blue Jackets de Columbus dans l’échange de Matt Duchene étant donné qu’il s’agissait de sa première commotion cérébrale.

« Ce n’était pas si pire que ça. Je n’ai pas eu de maux de tête, c’est juste que je ne me sentais pas moi-même, j’ai été ébranlé. C’est une blessure un peu bizarre. Ça a pris trois ou quatre jours avant que je me sente comme il faut. J’ai recommencé à patiner ensuite, lundi dernier, et ça s’est bien passé. Je me sens bien maintenant », a-t-il confié au Droit.

Le moment pour une telle blessure n’était évidemment pas bien choisi pour lui alors qu’il lutte pour un des postes disponibles sur un troisième ou quatrième trio.

« C’est ça le hockey, les blessures vont arriver. Il faut bien réagir quand elles se produisent. Je pense que je suis prêt, j’espère jouer (samedi) pour montrer que je peux jouer dans la LNH et me tailler un poste au sein de cette équipe », soulignait Abramov.

Une recrue qui a profité de son absence, et de celle de Rudolfs Balcers (voir autre texte dans cette page), pour revenir dans la course pour un poste contre toute attente est l’attaquant tchèque Filip Chlapik.

Filip Chlapik

« Je ne suis pas trop nerveux alors que le camp s’achève et que je suis toujours ici. Je suis passé par là il y a deux ans. Je prends les choses au jour le jour et on va voir ce qui va se passer, a noté l’ancien des Islanders de l’Île-du-Prince-Édouard. J’espère mériter un poste dans l’alignement. Compter l’autre soir à Vancouver (le but gagnant) aide pour la confiance, c’est certain. J’espère continuer comme ça. C’est le dernier match hors-concours, pour nous, les jeunes, c’est le plus gros match pour montrer qu’on veut être ici et mériter notre poste. C’est pas mal excitant d’être si près du but, même si c’est stressant aussi parce que tu ne sais pas si tu vas rester ici ou non. »

Drake Batherson semblait pas mal moins nerveux, même s’il a été le dernier joueur à rentrer au vestiaire après l’entraînement. « Il y a un peu de nervosité, mais chaque jour, tu veux juste travailler pour mieux assimiler le système de jeu, alors que nous sommes si près du début de la saison », a noté l’ailier droit qui s’est retrouvé aux côtés des vétérans Artem Anisimov et Tyler Ennis lors de l’entraînement de vendredi.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Balcers au rancart

Blessé au bas du corps mercredi soir à Vancouver, l’attaquant Rudolfs Balcers sera absent « pour un bout de temps », a fait savoir le directeur général Pierre Dorion vendredi matin pendant l’entraînement des Sénateurs. Son absence est pour une « période indéterminée » alors qu’il doit passer des tests – vraisemblablement un test d’imagerie par résonance magnétique – pour déterminer l’étendue des dommages. Les résultats devraient être connus en fin de semaine et une absence prolongée serait bien malvenue pour le jeune Letton, qui avait pris une option sur un des postes disponibles en attaque avec un solide camp et surtout un gros match lundi dernier à Abbotsford.

***

Entre les lignes

D.J. Smith a fait savoir qu’Anders Nilsson sera le gardien partant pour le match de samedi soir contre le Canadien. Normalement, le cerbère qui dispute le dernier match préparatoire s’en sert pour être prêt pour le match inaugural du calendrier régulier, mais cette logique pourrait bien ne pas s’appliquer cette fois alors que le vétéran Craig Anderson a connu un camp nettement supérieur à son partenaire. « Anderson a été très occupé mercredi, puis on a fait un long voyage pour revenir. Il (Anderson) a été très bon, et on aimerait donner un autre match à “Nelly” », a-t-il indiqué...

Nick Polano, un ancien dépisteur professionnel des Sénateurs (2002 à 2015) qui a aussi été entraîneur-chef des Red Wings de Détroit, est décédé jeudi à l’âge de 78 ans, après avoir combattu la maladie d’Alzheimer pendant quatre ans.