Vitalii Abramov jouera aux côtés de Filip Chlapik et Jack Rodewald à Belleville.

Abramov de retour «à la maison»

BELLEVILLE — Dans la vie comme au hockey, un petit sourire peut vous mener loin.

Vitalii Abramov s’est joint aux Senators de Belleville la fin de semaine dernière. Selon nos observations, il n’a pas mis de temps à se faire des amis.

Quand la séance d’entraînement de mercredi a pris fin, on lui a demandé de diriger la séance d’étirements de groupe, au centre de la glace. Il s’est exécuté... en souriant.

Quelques minutes plus tard, alors que les joueurs rentraient au vestiaire, on a vu le petit magicien russe taquiner l’entraîneur responsable du développement des espoirs, Shean Donovan. Avec le sourire aux lèvres.

Les gens qui l’ont côtoyé pendant deux saisons et demie, au centre Guertin, ne seront pas surpris de lire tout cela.

« Je vais très bien », a-t-il confié, plus tard, lorsqu’il est venu à la rencontre du journaliste du Droit.

Il n’est pas facile pour un joueur de quitter l’organisation qui l’a repêché.

Abramov a joué une cinquantaine de parties, à peine, avec le club-école des Jackets de Columbus.

« Mais dans mon cas, c’est un peu différent. Puisque Gatineau est la ville voisine d’Ottawa, j’ai un peu l’impression de revenir à la maison. J’ai déjà reçu plein de textos d’amis qui sont contents de savoir que je suis de retour. »

La bonne humeur contagieuse d’Abramov lui a permis de se faire des amis dans le vestiaire des Senators... et des alliés chez les entraîneurs.

« Déjà, avec sa personnalité, il est un plus pour notre organisation. Il est vraiment, mais vraiment facile à diriger. Il accepte très bien les directives. Son esprit de compétition est assez fort, aussi », constate Troy Mann.

« Mercredi, c’était sa première vraie séance d’entraînement complète avec notre équipe. On a pu voir, dans les exercices de jeu simulé, à quel point il est compétitif. »

L’enthousiasme dans le vestiaire, c’est bien beau. L’effort fourni dans les séances d’entraînement aussi. On ne peut cependant pas oublier que les Sénateurs ont envoyé un centre numéro un de la LNH à Columbus pour faire son acquisition.

Le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion, a rappelé qu’il a souvent vu Abramov à l’oeuvre à Guertin.

Chez les Olympiques, le Russe a inscrit 223 points en 145 matches.

« À quel point pourra-t-il contribuer à nos succès à l’attaque ? Ça reste à voir. Nous allons certainement lui offrir toutes les chances », dit Mann.

Les Senators misent sur un premier trio qui fait peur. Drake Batherson, Logan Brown et Nick Paul terrorisent les défensives adverses depuis le début de l’année 2019.

Ce week-end, lorsque le Moose du Manitoba visitera Belleville, Abramov fera partie du deuxième trio des B-Sens. « Nous allons le faire jouer avec Filip Chlapik et Jack Rodewald, qui sont deux de nos meilleurs joueurs. Ça devrait lui donner la chance de faire scintiller la lampe. »

Plus complet

Abramov a fait « scintiller la lampe » à 12 occasions, seulement, avec le club-école des Jackets, les Monsters de Cleveland.

« Ça ne m’affecte pas trop, réagit le joueur. Ils m’ont enseigné plein de choses, à Cleveland. Dans la Ligue américaine je constate que je dois mieux gérer la rondelle. Je ne peux pas essayer n’importe quoi, n’importe quand. »

Abramov devra gagner du muscle, dans les prochains mois. « C’est vrai pour presque tous les joueurs de 20 ans de notre ligue », croit Mann.

+

Stone salue les partisans des Sénateurs

Mark Stone est convaincu que les Sénateurs finiront par redevenir compétitifs. Deux jours après avoir été impliqué dans une transaction majeure, l’ailier droit de 26 ans a publié un court message à l’endroit de ses anciens partisans, dans les réseaux sociaux.

« Vous me connaissez. Je suis un homme de peu de mots. Je veux tout de même que vous sachiez à quel point je suis reconnaissant d’avoir appartenu à la communauté d’Ottawa pendant sept belles années », a-t-il écrit.

Stone a inscrit 311 points en 366 matches avec les Sénateurs.

« Je leur souhaite beaucoup de succès dans l’avenir. Beaucoup de gens extraordinaires font partie de l’équipe. D’autres gravitent autour de l’équipe. L’équipe va trouver un moyen de rebondir », prédit-il.

À son premier match avec sa nouvelle équipe, les Golden Knights de Vegas, Stone a été blanchi. Il a passé 17 minutes sur la glace, dans un trio complété par Max Pacioretty et Paul Stastny.