Depuis qu’il est arrivé à Ottawa, Brian Gibbons a démontré qu’il était un joueur polyvalent.

« Si je joue bien, le reste va se régler », dit Gibbons

VANCOUVER — Tout comme Anthony Duclair, Brian Gibbons s’est joint à sa cinquième équipe de la LNH le mois dernier quand il a été acquis par les Sénateurs à la date limite pour les transactions.

Pour ce petit attaquant de 5’ 8’’ qui n’a jamais été repêché, ça a pris un peu plus de temps pour collectionner autant de chandails différents, lui qui est sorti des rangs universitaires américains, avec Boston College, à l’âge que son nouveau coéquipier québécois a maintenant, soit 23 ans.

Depuis qu’il a été obtenu des Ducks contre le défenseur des mineures Patrick Sieloff, tristement célèbre à Ottawa pour avoir contribué à mettre fin à la carrière de Clarke MacArthur, Gibbons rend cependant de bons services à la troupe de la capitale nationale, ayant compté son troisième but en 10 matches samedi contre Toronto.

Il a six points avec les Sénateurs, soit un de plus qu’en 44 parties avec Anaheim, où il avait récolté deux buts et trois passes.

« J’ai obtenu un nouveau départ et j’ai poussé sur le bouton reset afin de prouver que je pouvais jouer mieux que je l’ai fait à Anaheim. Produire plus et recommencer à jouer comme je l’ai fait l’an passé », confiait Gibbons lundi.

La saison dernière avec les Devils du New Jersey a été de loin la plus productive des quatre passées en majeure partie dans la LNH par celui-ci, alors qu’il y était allé de 12 buts et 14 passes pour 26 points, en plus de présenter un différentiel de plus-10.

Malgré cela, les Devils l’ont laissé partir comme joueur autonome sans compensation l’été dernier et il a accepté un pacte d’un an lui rapportant 1 million $ cette saison offert par les Ducks. Celui-ci va venir à échéance le 1er juillet et à moins que les Sénateurs ne lui fassent une offre qu’il ne pourra refuser auparavant, il risque de se retrouver à nouveau libre comme l’air.

« Je suis comme plusieurs autres joueurs, je dois toujours faire mes preuves, surtout avec ma taille, dit-il. J’ai signé plusieurs contrats d’un an et (les offres) dépendent souvent de la façon dont la saison est allée. Ça a un gros effet sur l’année suivante, la chance qui va t’être offerte. J’essaie donc de jouer de la bonne façon en tout temps, pour bien représenter l’équipe qui m’emploie et me montrer sous mon meilleur jour. J’essaie de ne pas penser à ce qui va arriver l’été prochain. Si je joue bien, le reste va se régler tout seul. »

Couteau suisse

Depuis son arrivée avec les Sénateurs, l’entraîneur-chef par intérim Marc Crawford s’en sert un peu comme d’un couteau suisse.

« C’est un joueur polyvalent, on l’a utilisé à l’aile gauche, au centre et à l’aile droite. Certains soirs, il est sur un de nos trios plus offensifs, d’autres il est sur une (quatrième) ligne qui nous aide à passer à travers un match. Il a très bien répondu à l’appel, il comprend bien le jeu. Sa détermination, son jeu de position, ses batailles pour la rondelle, tout ça est excellent et il a eu beaucoup de reconnaissance pour ça dans notre vestiaire et dans notre organisation. Il nous est très utile et il cadre bien dans la chambre, surtout avec les gars de Boston », a-t-il souligné.

Originaire de Braintree, au Massachusetts, Gibbons a retrouvé les Colin White et Brady Tkachuk qui ont des liens avec « Beantown » tout comme lui, ainsi que, dans une moindre mesure, le gardien Mike Condon, présentement sur la liste des blessés à long terme avec Belleville, mais en rééducation à Ottawa.

« Je me sens de plus en plus à l’aise autour des gars et des entraîneurs. Plus tu es confortable, mieux tu peux jouer sans avoir à penser », a-t-il indiqué à ce sujet.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Véronneau en voyage

Les Sénateurs ont remporté leurs deux matches depuis que l’attaquant Max Véronneau s’est joint à eux à sa sortie de l’université Princeton, et le jeune homme d’Ottawa avait hâte de sauter dans l’avion nolisé de l’équipe lundi pour son premier voyage avec l’équipe préférée de son enfance.

Max Véronneau

« Je suis pas mal excité d’aller à Vancouver en premier, on va espérer pouvoir gagner là-bas également. Personne ne m’a donné de conseils sur la façon de faire mes valises, j’imagine que c’est un voyage normal. Je pense avoir assez d’habits pour le périple », a indiqué celui qui a obtenu son premier point, une passe, samedi contre les Maple Leafs.

***

D’adversaires à coéquipiers

L’attaquant des Sénateurs Magnus Pääjärvi a probablement attiré l’attention de l’entraîneur de l’équipe nationale suédoise en vue du prochain Championnat mondial avec son doublé de samedi contre Toronto. S’il est effectivement retenu pour le tournoi en Slovaquie en mai, il risque alors de se retrouver à jouer avec quelques compatriotes qui ont d’excellentes saisons avec les prochains adversaires de son club, l’attaquant Elias Pettersson et le gardien Jacob Markström.

Magnus Pääjärvi (#56)

« Ils ont une jeune équipe comme nous à Vancouver. C’est fantastique de voir ce que Pettersson a fait comme recrue, et Markström a été solide devant le filet. Ils ont un bon avenir, comme nous... J’ai joué avec Pettersson l’an passé au championnat mondial, mais il s’était blessé et avait peu joué. On va souhaiter pouvoir le faire à nouveau », a-t-il dit au sujet du favori pour remporter le trophée Calder avec ses 60 points, dont 23 buts.

***

Entre les lignes

L’attaquant Zack Smith n’a pas patiné lundi, mais l’auteur de trois passes samedi contre Toronto (un sommet en carrière) a juste besoin d’un peu de repos, selon Marc Crawford. « Il a juste un petit quelque chose qui l’ennuie et un congé lundi combiné à celui de dimanche devrait lui faire du bien », a-t-il indiqué.

Zack Smith

Le centre Colin White, blessé au haut du corps n’a pas accompagné le club à Vancouver, tout comme le défenseur Thomas Chabot (orteil cassé). « On ne s’attend à rien avec eux et si on a une surprise, ce sera une prime », a dit Crawford. L’espoir des Sénateurs Alex Formenton a terminé sa dernière saison régulière dans la LHOntario en amassant deux passes samedi avec les Knights de London, qui ont terminé premiers dans l’association Ouest. Remis d’une blessure à un genou, il a terminé la saison avec 31 points, dont 13 buts, en 34 parties.