Jean-Gabriel Pageau est prêt à aider les nouveaux venus chez les Sénateurs.

« Saison de rédemption » pour Pageau

Jean-Gabriel Pageau est de retour de sa lune de miel et il est prêt à faire face au défi de remettre les Sénateurs sur les rails.

Après ce qu’il a qualifié de « plus beau voyage de ma vie » avec sa nouvelle épouse, Camille Beeby, un périple qui les a amenés en Italie, en Grèce et à Amsterdam, au Pays-Bas, le centre gatinois réalise qu’en tant que vétéran de l’équipe maintenant, il a un rôle de leader à jouer dans un vestiaire qui, selon les propos mêmes du d.g. Pierre Dorion, était divisé la saison dernière.

Pageau dit que les joueurs ne peuvent se laisser distraire par toutes les rumeurs circulant au sujet de l’avenir du capitaine de l’équipe, Erik Karlsson.

« Des rumeurs, il va toujours y en avoir, que ce soit à la date limite des échanges, au repêchage, etc. On ne sait pas encore exactement ce qui se passe avec l’équipe. Présentement, c’est ce qu’on a, on doit travailler avec ça. S’il y a des changements, on va faire un autre plan. Notre but, c’est de se racheter pour l’an dernier, c’est une saison de rédemption. Personne n’a été satisfait de notre saison passée et ça se voit dans le visage des gars quand ils s’entraînent cet été. Ils veulent revenir forts et montrer qu’on a du caractère », a-t-il confié au Droit alors qu’il revenait sur ses patins pour la première fois depuis ses noces du début août à Almonte, à l’ouest d’Ottawa.

Avec le départ de Mike Hoffman, qui sera remplacé par le vétéran Mikkel Boedker acquis de San Jose, et la retraite d’Alexandre Burrows, notamment, il y aura de la place pour des jeunes espoirs de l’équipe dans l’alignement, surtout si l’attaquant Marian Gaborik ne passe pas son examen médical (il a été opéré au dos en avril).

Pageau, qui entamera sa septième saison dans l’organisation (quatrième complète à Ottawa), est prêt à aider les nouveaux venus. « Après une saison comme on a connu, c’est certain qu’il va y avoir beaucoup de changements. C’est tout le temps ‘plate’ de perdre des amis... Mike (Hoffman) était mon voisin dans le vestiaire, on a joué souvent ensemble, on a eu beaucoup de plaisir ensemble. On ne lui souhaite que le meilleur en Floride. D’un autre côté, on va accueillir de nouveaux joueurs et je pense qu’il faut les accueillir à bras ouverts. Ils vont apporter une fraîcheur, de nouveaux joueurs dans une équipe, ce n’est jamais mauvais après une saison comme ça. Ça ne peut que nous faire du bien », estime le numéro 44 des Sénateurs, qui s’est contenté d’une récolte de 29 points, dont 14 buts, en 2017-2018, loin de son sommet de 43 points deux ans plus tôt.

Le Gatinois de 25 ans ne pense pas que le congé qu’il a pris pour convoler en justes noces va nuire à sa préparation pour la saison. « Après le Championnat mondial (en mai), je n’ai pris que neuf jours de congé alors que je prends normalement un bon mois pour me changer les idées. J’étais dans la meilleure forme de ma vie avant de partir, et après être sorti de la région et de l’aréna pour profiter du temps avec ma nouvelle femme, j’ai décompressé pas mal. Maintenant, j’ai encore trois semaines pour revenir en pleine forme et donner un dernier ‘boost’ avant le début de la saison », a-t-il souligné.

+

NOUVEL EMPLOI POUR LEEDER

L’ancien président des Sénateurs d’Ottawa, Cyril Leeder, s’est trouvé un nouvel emploi. Il a été nommé lundi en tant que chef de la direction du Myers Automotive Group. 

Le propriétaire de cette compagnie, Harry Mews, a déclaré que « nous sommes très chanceux que Cyril se joignent à notre organisation ». 

Employé de la première heure des Sénateurs, lui qui avait aidé le fondateur de l’équipe Bruce Firestone à obtenir la franchise, Leeder avait été congédié de surprenante façon par le propriétaire de l’équipe, Eugene Melnyk, en janvier 2017. 

Quelques mois plus tard, il s’était entendu hors cour avec Melnyk pour obtenir compensation pour ce congédiement, une entente qui comporte une clause de confidentialité. 

Il n’est pas le premier ancien président de l’équipe à se recycler dans le monde de l’automobile, alors que l’ancien maire Jim Durrell a pour sa part acheté un concessionnaire situé dans le parc automobile voisin du Centre Canadian Tire.