Alexander Radulov (47) célèbre le but de Jamie Benn (14) en première période contre les Sénateurs d'Ottawa, vendredi soir.

Sénateurs: une défensive qui cause des cauchemars

NEW YORK — La saison de rêve de Maxime Lajoie en attaque se poursuit, mais le jeu défensif de son équipe demeure cauchemardesque et c’est ce qui le préoccupe le plus.

Le défenseur recrue des Sénateurs d’Ottawa a compté son sixième but de la saison vendredi soir alors qu’une autre tentative de remontée des siens n’a pas mené à une victoire, son club s’inclinant 6-4 devant les Stars de Dallas.

«C’était le “fun” de voir ça rentrer, mais c’était un peu trop tard pour l’équipe. On a donné trop de chances (aux Stars) en deuxième et en troisième périodes. Il faut trouver une façon de jouer 60 minutes. On a donné beaucoup de lancers, c’est quelque chose qu’il faut continuer de travailler, notre zone défensive. On sait que l’attaque va venir, on est bons avec ça», a-t-il confié au Droit après le match, et avant le vol qui a mené l’équipe à New York samedi.

Lajoie ne s’inquiète pas trop pour son coéquipier chez qui il habite en pension, le gardien Craig Anderson, qui a fait face à 53 lancers dans un deuxième match cette saison, égalant son sommet en carrière.

«C’est un vétéran, il sait ce qui se passe. Il a été super bon pour nous depuis le début de la saison, on n’a pas grand-chose à lui reprocher. C’est à nous de “figurer” comment arrêter de donner plein de lancers à chaque match», a ajouté Lajoie.

Celui-ci avait un nouveau partenaire pour le match contre les Stars, Christian Jaros, alors que Cody Ceci faisait équipe avec Ben Harpur. Le duo qui jouait ensemble à Belleville l’an dernier n’a été sur la glace que pour un des buts de Dallas. Ça a été plus difficile pour Harpur, qui a fini le match avec un différentiel de moins-2 et a mal paru sur le troisième but des Stars, quand Devon Shore l’a battu à un contre un avant de refiler la rondelle à Taylor Fedun, mal couvert devant le filet par Chris Tierney.

«On a joué du hockey de rattrapage à partir de là, prenant des chances pour essayer d’égaler. Ça fait que tu fais des erreurs et ils en ont profité. Il va falloir regarder du vidéo et trouver un moyen de resserrer notre jeu pour le prochain match (lundi contre les Rangers). On court un peu trop dans notre zone et on manque des assignations», a commenté Ceci. 

Une bonne nouvelle est qu’Anderson, le gardien le plus occupé de la LNH (il a fait face à 756 lancers en 20 matches, 115 de plus que le deuxième, John Gibson, d’Anaheim), n’est pas frustré de voir comment les choses se déroulent devant lui. «On peut compter des buts, on a des gars habiles et on peut revenir dans ces matches où on tire de l’arrière... J’ai trouvé aussi qu’on s’est amélioré pour ce qui est d’allouer des surnombres (vendredi), quand les défenseurs forcent le jeu en zone adverse, ils l’ont fait parce qu’il y avait un avant qui les appuyait», a-t-il souligné.

Il reste que trop souvent dans leur zone, les joueurs des Sénateurs se font hypnotiser par la rondelle et oublient de couvrir leur homme. Ou ils se font battre à un contre un, comme lorsqu’Alexander Raduolov s’est démarqué de Mikkel Boedker pour refiler à Miro Heiskanen dans l’enclave sur le deuxième but des Stars, Matt Duchene arrivant trop tard en repli.

«C’est certain que c’est ça. Ce sont des erreurs de jeunesse, c’est penser à l’offensive à la place de finir ce que tu as à faire défensivement. Tu fais une bonne chose, et là tu suis la rondelle... Les équipes qui sont bonnes, qui sont constantes, ce sont les équipes qui ne se battent pas elles-mêmes. Nous, on se bât nous-mêmes. C’est ce qui se passe en ce moment», estime l’entraîneur-chef Guy Boucher.

Ce dernier a dit après le match que l’attaquant Mark Stone, atteint en plein visage par une rondelle déviée sur son propre bâton, devrait pouvoir jouer lundi contre les Rangers après avoir fini la rencontre à l’infirmerie. Le défenseur Mark Borowiecki et le centre Colin White, qui n’ont pas joué vendredi, seront réévalués sur une base quotidienne.