Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Sénateurs

Plusieurs espoirs des Sénateurs à Belleville attendent l'appel du grand club [PHOTOS]

BELLEVILLE — Mercredi, en fin de matinée, sur la patinoire du sympathique CAA Arena. Les Senators de la Ligue américaine travaillent sur les unités spéciales.

Ça donne lieu à du jeu plutôt intense.

En tant que membre de la première unité de l’attaque massive, Vitalii Abramov réussit à se faire oublier derrière les défenseurs pendant environ deux secondes. La rondelle le trouve. Il marque un but. Et il célèbre... avec un peu plus d’entrain que nécessaire.

En rentrant au banc, les spécialistes des infériorités numériques semblent contrariés. Surtout Andreas Englund et Parker Kelly.

Ce n’est pas quelque chose d’exceptionnel, cet automne, à Belleville.

Le club-école des Sénateurs réunit plusieurs espoirs intéressants, cette saison.

« Il y a certainement beaucoup de joueurs qui, selon nos estimations, ont le potentiel d’évoluer dans la Ligue nationale », remarque leur entraîneur-chef, Troy Mann.

« Il y en a certainement plus que dans le passé. »

Abramov, Drake Batherson, Logan Brown, Filip Chlapik, Jonathan Davidsson, Alex Formenton, Filip Gustavsson, Marcus Högberg, Christian Jaros, Maxime Lajoie, Josh Norris, Nick Paul, Max Véronneau...

Ça crée une ambiance bien particulière. Le climat devient, naturellement, plus compétitif que d’habitude.

« Nous n’en parlons pas ouvertement, dit Batherson. Enfin, nous avons tous le même objectif. Nous voulons tous jouer dans la LNH. Nous sommes tous conscients, aussi, que les postes sont rares. Au quotidien, nous essayons de faire notre travail. Nous essayons de travailler ensemble pour gagner des matches. Cela dit, quand une opportunité se présentera parce que le grand club aura besoin d’aide, nous voudrons tous être en tête de ligne. »

***

Trois objectifs

Tous les espoirs ne sont pas égaux, au départ, aux yeux de l’organisation.

Malgré tout le bruit qu’il a fait lorsqu’il est retourné dans les mineures, Logan Brown demeure un espoir important pour l’organisation.

« Il est au centre de tout ce qu’on fait », acquiesce Troy Mann.

« Ce n’est pas nouveau. Nous comptions déjà beaucoup sur lui, l’hiver dernier, dans la deuxième moitié de la saison régulière. »

Sénateurs

Tkachuk et White séparés

DALLAS — Séparés pour la première fois de la saison en fin de semaine, en deuxième période du revers de 5-2 samedi en Arizona ainsi qu’à l’entraînement dimanche au American Airlines Center, Brady Tkachuk et Colin White ont tous deux dit les bonnes choses en rentrant au vestiaire des Sénateurs d’Ottawa.

Le langage corporel des deux amis de longue date laissait cependant sous-entendre qu’ils ne sont pas trop heureux de se retrouver sur des trios différents, Tkachuk aux côtés de Jean-Gabriel Pageau et Connor Brown, White entre les vétérans Tyler Ennis et Bobby Ryan.

Sénateurs

Le sentiment d’urgence... dès le départ pour les Sénateurs

DALLAS — Dylan DeMelo n’est pas le vétéran des Sénateurs qui fait le plus de bruit, surtout maintenant qu’il n’est plus le partenaire de Thomas Chabot à la ligne bleue.

Il est quand même capable de dire les vraies choses, et l’ancien Shark n’a pas mâché ses mots après la défaite de 5-2 contre les Coyotes samedi soir, affirmant ni plus ni moins que son équipe n’était pas prête pour le début du match.

Sénateurs

Faux départ des Sénateurs en Arizona

GLENDALE - La patience de D.J. Smith a atteint ses limites dans le désert de l’Arizona samedi.

Le nouvel entraîneur-chef des Sénateurs s’entêtait à garder ses jeunes attaquants Brady Tkachuk et Colin White ensemble depuis le début de la saison et du camp d’entraînement, donnant des essais à différents joueurs à leur droite.

White en arrachait cependant et après une première période particulièrement difficile samedi soir au Gila River Arena, il a été remplacé par le meilleur compteur du club en ce début de campagne, le Gatinois Jean-Gabriel Pageau.

La stratégie n’a pas vraiment porté fruit alors que les Sénateurs se sont inclinés 5-2 devant les Coyotes de l’Arizona, dans un match où une salle comble de 17 125 amateurs a été annoncée même s’il y avait plusieurs bancs vides -- mais moins qu’au Centre Canadian Tire récemment.

Les locaux ont pris les devants 2-0 au premier tiers, et les visiteurs n’ont pas été capables de s’en relever. Des buts de Vladislav Namestnikov, en désavantage numérique, et de Chris Tierney, sur un jeu de puissance pour mettre fin à une disette de 22 supériorités numériques sans but, ont été trop peu, trop tard.

Kyle Capobianco, son premier dans la LNH, Oliver Edman-Larsson, Conor Garland et Carl Soderberg ont déjoué le gardien Craig Anderson, mis à l’épreuve seulement 27 fois, alors que Lawson Crouse a complété dans un filet désert pour les Coyotes (4-2-1).

«Ils ont joué mieux que nous en première, ils ne nous ont rien donné alors que nous avons commis des erreurs majeures, la rondelle s’est ramassée dans notre filet. Il fallait jouer du hockey de rattrapage ensuite, ce qui est difficile pour un club qui ne compte pas beaucoup. On a écopé de trop de punitions aussi», analysait Smith après coup.

Concernant sa décision de séparer Tkachuk et White, il a ajouté : «On leur a donné assez de temps et il ne se passait pas assez de choses pour eux. ‘Page’ a été probablement notre meilleur joueur depuis le début de la saison, et j’ai trouvé que sa ligne (complétée par Connor Brown) avait beaucoup de ‘jump’... Et de l’autre côté, j’ai trouvé que White et Namestnikov ont été bons ensemble, j’espère qu’on a trouvé quelque chose là.»

White a terminé le match à moins-3 et il a écopé d’une mauvaise punition en première. Il n’a gagné que 4 mises au jeu sur 13.

Tierney a été impliqué dans une des «erreurs majeures» du premier tiers quand Anderson a envoyé un retour qu’il tentait de déblayer sur lui, permettant à Ekman-Larsson de compter dans une cage béante. Namestnikov a pour sa part fait dévier accidentellement le tir de la pointe de Capobianco.

«Nous avons mal commencé, on n’envoyait pas la rondelle derrière leurs défenseurs et on commettait trop de revirement. Ça s’est amélioré au fil du match, on est revenu dans le match. Ils ont une bonne équipe, très structurée. Mais si on était sortis plus fort comme l’autre match (à Las Vegas jeudi), ça aurait été mieux. C’est toujours difficile de tirer de l’arrière», a indiqué Namestnikov.

Un point positif est que les Sénateurs ont obtenu 21 de leurs 36 tirs vers le gardien Anti Raanta en troisième période, quand ils ont tenté leur remontée. 

L’autre est le but en avantage numérique de Tierney, qui a complété une belle poussée de Thomas Chabot qui est parti d’un bout à l’autre après avoir récupéré la rondelle du gardien Anderson. «C’est bon de ne plus avoir un oeuf dans la colonne (des jeux de puissance), tu y penses un peu. C’est une question d’avoir un plan et de l’appliquer, puis de travailler plus fort que leur ‘P.K.’... Chabot a fait un jeu de haut calibre, c’est assez facile quand il déjoue toute l’autre équipe et me met la rondelle sur la palette. C’est pour ça qu’il va bientôt se faire payer très cher. C’est un jeu incroyable qu’il a fait», a commenté Tierney.

Les Sénateurs (1-5-1) ont pris le chemin de Dallas immédiatement après le match, eux qui finiront ce voyage de trois parties lundi en affrontant des Stars qui connaissent un début de saison difficile eux aussi.

Sénateurs

Duclair revient aux sources

GLENDALE — Anthony Duclair était de retour dans le désert de l’Arizona vendredi, là où il a connu la meilleure saison de sa carrière, sa première.

L’attaquant québécois qui amorce sa première saison complète avec les Sénateurs doit espérer que ce retour au Gila River Arena va lui permettre de retrouver la touche qui l’avait vu compter 20 buts et ajouter 24 passes alors qu’il était une recrue de 20 ans.

Sénateurs

Gros chèque et gros combat pour Scott Sabourin

GLENDALE — En partant à la découverte de l’Ouest, Scott Sabourin a franchi deux autres étapes dans sa nouvelle carrière dans la LNH.

Jeudi contre les Golden Knights, le robuste attaquant des Sénateurs originaire d’Orléans s’en est pris à celui qui est considéré comme le champion des poids lourds de la LNH, Ryan Reaves, faisant preuve de beaucoup de courage même si ce dernier a eu le meilleur sur lui.

Sénateurs

Quand Stone paie la traite

LAS VEGAS — Mark Stone a dit à la veille de ses retrouvailles avec les Sénateurs qu’il ne reste pas tant de joueurs que ça qu’il connaît, mais qu’il s’ennuyait de ses autres membres de l’organisation, les thérapeutes et préposés à l’équipement ainsi que les responsables du conditionnement et des communications.

L’attaquant des Golden Knights a profité de leur passage dans la «ville du Péché» pour leur témoigner son appréciation, alors qu’en plus d’inviter des coéquipiers comme Jean-Gabriel Pageau, Mark Borowiecki, Brady Tkachuk, Colin White et Thomas Chabot, il a aussi payé la traite à ces travailleurs de l’ombre dans une équipe de la LNH.

Sénateurs

Une autre chance pour Nick Paul avec les Sénateurs

LAS VEGAS — Quand il a été retranché au milieu du camp d’entraînement des Sénateurs au retour d’un voyage en Colombie-Britannique, Nick Paul savait que le couperet allait lui tomber sur la tête.

« Je savais que je n’avais pas eu le meilleur match à Vancouver, je n’étais pas content de moi-même. Je savais que ça s’en venait (son retranchement). En retournant à Belleville, je savais qu’il faudrait que je travaille encore plus fort. J’avais travaillé tout l’été et il me manquait quelque chose, là, je suis de retour et j’obtiens une grosse chance et je dois en profiter », a-t-il répondu quelques heures avant d’être lancé dans la mêlée par D.J. Smith, quand Le Droit lui a demandé s’il craignait de ne jamais revenir avec le club de la capitale après cette autre coupe.

Depuis cinq ans qu’il est dans l’organisation des Sénateurs, Paul a souvent fait la navette entre Belleville (et Binghamton auparavant) et Ottawa. Il a joué un total de 56 parties dans la LNH avec eux, répartis sur les quatre précédentes saisons. Le principal espoir acquis dans l’échange de Jason Spezza avec Dallas n’a jamais été capable de faire le saut de façon permanente, cependant.

Smith lui a donné une chance de jouer contre les Knights, un club imposant physiquement, de préférence au vétéran Mikkel Boedker. En l’absence du centre Artem Anisimov, toujours blessé, Jordan Szwarz a pivoté le quatrième trio pour un deuxième match de suite, avec Scott Sabourin comme autre ailier.

« Il (Paul) va devoir effectuer du bon échec avant sur les défenseurs adverses. Pour jouer dans la LNH, il doit avoir une présence physique chaque soir. Il doit lancer les rondelles derrière les défenseurs et aller les récupérer. S’il fait ça, il va avoir une chance de jouer ici », a commenté Smith en matinée jeudi.

Paul arrive en confiance, ayant connu un match d’un but et deux passes dans un gain de 5-4 en prolongation à Binghamton samedi, quand ses compagnons de trio Logan Brown (2-2) et Drake Batherson (1-4) ont aussi explosé en offensive. 

« Notre chimie de l’an dernier est revenue... c’est bon pour la confiance. Ici, je sais ce que j’ai à faire, je ne vais pas reculer dans les coins, je vais jouer l’homme », a-t-il noté.

Sénateurs

Les Sénateurs arrachent un point aux Knights

LAS VEGAS - Les retrouvailles des Sénateurs d’Ottawa avec leur ancien pilier Mark Stone se sont mieux passées que les preneurs aux livres du coin l’avaient prévu.

Remerciant leur entraîneur D.J. Smith pour sa décision de leur donner une journée de congé dans la Ville du péché mardi, ils ont arraché un point de classement aux Golden Knights de Vegas avant de s’incliner 3-2 en tirs de barrage devant 18 7171 amateurs jeudi soir au T-Mobile Arena.

En trois visites à cet endroit, ils n’ont toujours pas perdu en temps réglementaire (1-0-2) alors que cette fois, c’est un but décisif de Jonathan Marchessault qui a fait la différence en cinquième ronde du concours d’habiletés.

Ça couronnait un beau duel de gardiens alors qu’Anders Nilsson a rebondi d’un premier départ chancelant en effectuant 52 arrêts, tandis que son vis-à-vis Marc-André Fleury a effectué plusieurs acrobaties parmi ses 37 arrêts, incluant un arrêt du bout de la jambière contre Connor Brown en prolongation.

«‘Nelly’ a été notre meilleur joueur et il nous a procurés ce point. On s’est bien battu devant lui contre une équipe rapide, mais il (Nilsson) nous a donné la chance d’obtenir ce point et presqu’un point supplémentaire. Il a été incroyable, il arrêtait la rondelle, il la jouait, il s’est fait frapper et s’est relevé pour faire encore plus d’arrêts. On va prendre ce point, c’est un gros point sur la route», a souligné le centre gatinois Jean-Gabriel Pageau, auteur du but égalisateur en début de troisième période quand il sauté sur un retour de lancer pour déjouer Fleury.

Ce dernier a blanchi l’attaque à cinq des visiteurs en quatre occasions de se déployer, ce qui fait qu’elle est maintenant zéro en 21 cette saison. Mais il a réussi de nombreux arrêts spectaculaires, notamment à la fin d’une séquence en deuxième où il avait perdu sa mitaine et son bâton.

«Notre gardien a été excellent, mais nous avons eu nos chances également et le leur a aussi été excellent. On affrontait un gros club physique et on s’est tenus debout devant eux. On a obtenu un point, on aurait aimé en avoir deux. Mais avec plus d’efforts comme ça, on va remporter plus de victoires... On a fait un pas en avant ce soir», a commenté l’entraîneur-chef D.J. Smith.

«On a manqué un peu de chance avec la rondelle. On s'est préparé pour une bonne bataille et on l'a eue. C'était une atmosphère digne des séries et on a bien joué,  mais on aurait préféré gagner», estimait Nilsson, qui avait perdu 6-4 à son premier départ.

Un but de Nick Holden, sur la 200e passe en carrière de Stone, avait lancé les locaux en avant au premier tiers alors que son tir a dévié sur le bâton de Brady Tkachuk à la fin d’une attaque à cinq des Knights. L’unité de désavantage numérique des Sénateurs avait écoulé les 12 punitions précédentes lors des trois matches précédents. 

Reilly Smith a ouvert le pointage, mais Thomas Chabot a répliqué exactement une minute plus tard avec une belle feinte pour contourner Paul Stastny, avant de déjouer Fleury d’un beau tir dans la lucarne. C’était un premier but cette saison pour le défenseur étoile des Sénateurs, qui a connu un fort match. «Il a été excellent toute la soirée et surtout en prolongation. Quand il est sur la glace et qu’il tente d’aller compter, c’est notre meilleure défense», a dit Smith.

L’attaquant Scott Sabourin a tenté de se faire un nom au premier tiers en lâchant les gants contre le poids lourd de la LNH, Ryan Reaves. Mal lui en a pris parce que ce dernier a bloqué sa gauche avant de lui assener quelques coups de poings qui lui ont fait plier les genoux. Il faut quand même saluer le courage de la recrue de 27 ans originaire d’Orléans.

«On a joué avec ardeur contre un club qui est bâti pour les séries. Anders s’est battu toute la soirée. On tente de changer notre façon de jouer et on donne des chances, a souligné le défenseur Mark Borowiecki, qui a distribué huit mises en échec. ‘Saby’ (Sabourin) se sentait obligé de répondre à ce gars-là qui est très ‘tough’ (Reaves), et il l’a fait. Il apporte beaucoup à notre équipe en faisant des choses comme ça.»

Les Sénateurs ont pris le chemin de l’Arizona immédiatement après le match alors qu’ils poursuivront ce voyage en affrontant les Coyotes samedi à Glendale.


Sénateurs

Stone ne regrette rien

LAS VEGAS — Mark Stone ne sait pas trop quels genres d’émotions il va ressentir en affrontant les Sénateurs d’Ottawa pour la première fois jeudi soir au T-Mobile Arena.

L’attaquant des Golden Knights de Las Vegas, échangé à la date limite des transactions notamment contre Erik Brännström, avait pris sous son aile certains des jeunes joueurs de son ancienne organisation, en particulier Brady Tkachuk et Colin White. Il estime que ça va être « différent » de les affronter après avoir cassé la croûte avec quelques-uns de ses anciens coéquipiers mercredi soir.

Sénateurs

Brännström a hâte de jouer à Vegas

LAS VEGAS — L’autre moitié de l’échange de Mark Stone, Erik Brännström, a bien hâte de jouer un premier match de saison régulière dans l’amphithéâtre qui aurait pu être son domicile.

Le défenseur recrue des Sénateurs d’Ottawa n’avait joué que quelques parties hors-concours dans l’uniforme des Golden Knights, puis il avait été cédé à leur club-école des Wolves de Chicago dans la Ligue américaine de hockey sans jamais être rappelé.

Sénateurs

Anderson donne son masque en hommage à Bryan Murray

Craig Anderson a toujours beaucoup admiré feu Bryan Murray, l’ancien directeur général des Sénateurs qui a donné un nouvel élan à sa carrière en faisant son acquisition du Colorado en 2011.

Le gardien numéro un des Sénateurs lui avait rendu hommage l’an dernier alors que l’artiste qui réalise ses masques, la Montréalaise Sylvie Marsolais, avait peint le visage de l’homme de hockey de Shawville décédé du cancer en 2017 à l’âge de 74 ans.

Sénateurs

Un jeu d’impuissance pour les Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa sont à Las Vegas présentement, ayant profité d’une journée de congé mardi dans la «ville du Péché» avant de se préparer aux retrouvailles avec leur ancien pilier Mark Stone jeudi quand ils vont affronter les Golden Knights.

Ensuite, ils vont passer par l’Arizona et à l’approche de l’anniversaire du fameux «Ubergate» de l’an dernier, le 29 octobre, il faut se demander si les joueurs qui font partie du jeu de puissance auraient des critiques à formuler envers l’entraîneur responsable de cette phase du jeu cette saison, Travis Payne, dans l’anonymat de l’arrière d’une camionnette commandée à travers le nouveau partenaire de l’équipe, la compagnie Lyft.

Sénateurs

Les Sénateurs blanchis par le Wild

Les Sénateurs d’Ottawa ont été les dindons de la farce lundi à l’occasion de l’Action de grâce.

Alors qu’ils avaient une chance de coller une deuxième victoire de suite, ils ont été blanchis 2-0 par le Wild du Minnesota devant une autre petite foule au Centre Canadian Tire.

Le gardien Alex Stalock a repoussé leurs 26 tirs pour enregistrer son sixième jeu blanc en carrière et procurer une première victoire cette saison au Wild, qui avait perdu ses quatre premiers matches cette saison. Il a une fiche en carrière de 6-1-1 contre Ottawa, qui perdait un septième match de suite contre le Wild.

Stalock a gagné un duel de gardiens avec Craig Anderson grâce au but de Victor Rask à mi-chemin au troisième tiers, Zach Parise ajoutant un but d’assurance dans un filet désert.

Le vétéran cerbère des Sénateurs a été excellent face aux 34 lancers du Minnesota dirigés vers lui, mais il a été battu du côté rapproché par Rask, après un revirement.

« On a fait beaucoup de bonnes choses, on a eu de bonnes chances tôt dans le match pour briser l’égalité. C’est comme ça qu’on doit jouer, on va se donner une chance chaque soir si on le fait. On s’est montré à nous-mêmes que ça va dans la bonne direction lors des deux derniers matches », a souligné Anderson, qui avait remporté le gain de 4-2 contre Tampa Bay samedi.

Les visiteurs ont été incapables de capitaliser sur leurs six chances avec l’avantage numérique, mais le jeu de puissance des Sénateurs a éprouvé tout autant de difficultés, blanchi en cinq chances (0 en 17 cette saison).

« Est-ce qu’il faudrait me mettre sur le jeu de puissance ? », a blagué le défenseur Mark Borowiecki.

« La clé est de se donner du “momentum”. Si on ne compte pas de but, ça arrive, il y a beaucoup de bons désavantages numériques dans cette ligue. Mais on doit trouver un moyen de générer des chances et prendre une erre d’aller de cette façon, les mettre sur les talons. C’est certain qu’on va travailler là-dessus. Notre “P.K.” (désavantage numérique) a mal commencé, mais on a appris des leçons et on est sur une bonne séquence maintenant (10 en 10) », a ajouté l’assistant-capitaine plus sérieusement.

« C’était un match d’unités spéciales, donc un match pas trop “smooth” pour tout le monde. Il y a eu des gars qui ont passé beaucoup de temps sur le banc à cause des punitions, et il ne se passait pas grand-chose en zone neutre en plus, pas beaucoup de chances de qualité d’un bord comme de l’autre », analysait son coéquipier Ron Hainsey, résumant bien ce match qui ne passera pas à l’histoire. 

La meilleure chance de compter des Sénateurs contre Stalock a probablement été celle d’Anthony Duclair en désavantage numérique, mais le quatrième adjoint de suite lancé dans la mêlée contre Ottawa a sorti la jambière droite au dernier instant.

« Nous n’avons pas été aussi bons qu’au dernier match (contre Tampa Bay), c’est certain. Mais on affrontait un gros club qui envoie la rondelle au fond de la zone et vous attend. Il faut être patient contre un tel club et on ne l’a pas été assez. En mettant de côté les unités spéciales, on s’est mis à commettre trop de revirements. On a manqué de maturité », estimait l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Les Sénateurs (1-4) vont maintenant disputer leurs trois prochains matches à l’étranger, à Las Vegas, Phoenix et Dallas, au cours de la prochaine semaine.

>> Sommaire du match

Sénateurs

Aventure terminée pour Abramov

Après Drake Batherson et Filip Chlapik, un autre jeune de l’organisation des Sénateurs n’aura pas fait long feu dans la capitale, Vitaly Abramov étant renvoyé à Belleville dimanche avec le petit bonheur d’avoir compté son premier but dans la LNH.

L’ancien Olympique n’avait joué qu’un peu plus de trois minutes samedi dans la victoire de 4-2 contre le Lightning de Tampa Bay, l’entraîneur-chef D.J. Smith réduisant son banc pour jouer à trois trios après le forfait du centre Artem Anisimov en deuxième période.

Sénateurs

Pageau et Namestnikov procurent une première victoire à D.J. Smith

À son tour du chapeau contre le Canadien lors de ses premières séries et à ses quatre buts contre les Rangers à ses dernières, Jean-Gabriel Pageau a ajouté un autre exploit hors du commun à sa fiche samedi.

Son tour du chapeau à la Gordie Howe, un but, une passe et une bataille, en a fait la bougie d’allumage d’un surprenant gain de 4-2 contre le Lightning de Tampa Bay samedi après-midi au Centre Canadian Tire, ses Sénateurs d’Ottawa empochant un premier gain cette saison -- et un premier pour leur nouvel entraîneur-chef D.J. Smith -- après trois revers.

Une petite foule de 11 023 amateurs a apprécié son spectacle, ainsi que celui offert par son nouveau compagnon de trio Vldadislav Namestnikov, qui a réussi le but gagnant et le but d’assurance dans un filet désert contre son premier club dans la LNH.

Acquis des Rangers de New York au début de la semaine, le Russe jouait avec son compatriote Artem Anisimov jusqu’en deuxième période, quand il a déclaré forfait en raison d’une blessure mineure au bas du corps. Pageau a été appelé à le remplacer et il a marqué en fin d’engagement en profitant d’un jeu de Namestnikov le long de la bande, à 27 secondes de la fin de la période.

Pageau avait auparavant lâché les gants contre un des attaquants vedettes du Lightning, Brayden Point.

«C’est une première victoire contre une des meilleures équipes de la ligue. On le sait, ils sont encore favoris pour se rendre à la coupe. Je pense qu’on a mieux joué qu’eux à chaque période. On a travaillé plus fort et c’est pour ça qu’on a gagné, a confié Pageau après coup, lui qui ne s'était pas battu dans la LNH depuis le mois d'octobre 2016. Ça fait du bien de compter mon premier but, ça enlève de la pression. L’important était de gagner le match. La bataille, c’est juste arrivé comme ça. Il est un ‘compétiteur’, un de leurs meilleurs joueurs qui a signé un gros contrat. Je pense qu’il cherchait à réveiller son équipe, et de mon côté, je suis compétitif et je n’ai pas peur de personne, donc je n’ai pas hésité.»

Smith a savouré cette première victoire, alors que le défenseur Ron Hainsey («mon oncle Ron», l’a-t-il appelé) lui a remis la rondelle de fin de match, qu’il a pu partager avec des membres de sa famille dans son bureau après coup.

«On cherche à réduire le nombre de lancers alloués et il y a plusieurs gars qui ont joué avec ardeur ce soir, surtout Pageau. Un ‘Gordie Howe’, on ne voit plus ça souvent», a-t-il lancé. 

«J’attendais cette victoire depuis 16 ans que je suis entraîneur. Tu ne penses pas que tu vas perdre tes trois premiers matches, mais on a trouvé un moyen de gagner cette fois», a-t-il ajouté. 

Un moment important dans ce gain a été un but refusé à Nikita Kucherov en troisième période, peu après le but de Luke Witkowski qui créait l’égalité 2-2. Les officiels avaient alloué le but à l’origine, mais ils se sont ravisés après s’être consultés parce que Mikhail Sergachev était entré en contact avec le gardien Craig Anderson. Ottawa n’a même pas eu besoin de demander une révision vidéo.

«Je pense que c’était la bonne décision. Si Kucherov lance et compte avant le contact, c’est une histoire différente, a noté Anderson, qui a effectué 19 arrêts. On va le prendre, c’est un peu de ‘puck luck’... Ça a été énorme pour nous, ça a ramené les amateurs dans le match et ça leur a enlevé du vent de leurs voiles.»

Les Sénateurs ont eu le meilleur 34-21 au chapitre des lancers alors qu’il affrontait un gardien substitut, Curtis McElhinney, pour un troisième match de suite. Colin White a été l’autre attaquant d’Ottawa à le déjouer, sur la 300e passe en carrière de Bobby Ryan. Ondrej Palat a compté l’autre but du Lightning.

Namestnikov a réussi le but gagnant en complétant une passe de Connor Brown sur une descente à deux contre un avec 3:03 à faire au troisième tiers. «C’est certes une bonne sensation de compter contre eux, plus de la moitié du club est encore là de quand je jouais avec eux. Il n’y a pas d’amis sur la glace. L’important, c’est d’avoir aidé mon nouveau club à gagner», a noté Namestnikov.

Les Sénateurs vont maintenant se préparer à recevoir le Wild du Minnesota lundi à 13 h lors du jour de l’Action de Grâce.

Sénateurs

Des gradins vides remarqués au Centre Canadian Tire

C’est mal parti sur la glace pour les Sénateurs d’Ottawa, et il en va de même dans les gradins.

Assis au bout du banc jeudi soir lors de la visite des Blues de St. Louis, champions en titre de la coupe Stanley, le vétéran gardien Craig Anderson a évidemment remarqué que les estrades du Centre Canadian Tire étaient à moitié vides lors de ce troisième revers de suite pour ouvrir la campagne.

Sénateurs

Les Sénateurs s'inclinent 6-4 contre St. Louis

Les Sénateurs d’Ottawa ont offert une performance encourageante à leur troisième sortie de la saison, tenant tête aux champions en titre de la coupe Stanley.

Un mauvais but alloué au mauvais moment par le gardien substitut Anders Nilsson est cependant venu gâcher cet effort, le tir de loin qui semblait pourtant inoffensif de David Perron, son deuxième but du match, faisant la différence dans un gain de 6-4 des Blues de St. Louis jeudi soir devant une petite foule de 9204 amateurs au Centre Canadian Tire.

Anthony Duclair venait de créer l’égalité 4-4 à peine 42 secondes auparavant, profitant d’un bon échec-avant de Bobby Ryan. C’était une réplique à un but de Brayden Schenn qui a capitalisé sur une erreur en zone neutre de Thomas Chabot pour briser l’égalité de 3-3 avec 7:13 minutes à jouer en troisième période.

C’est le première fois de leur histoire que les Sénateurs débutent une saison avec trois revers d’affilée.

«Il y a plusieurs buts que j’aimerais revoir. Si j’avais fait un meilleur travail, on aurait récolté les deux points, a avoué Nilsson, dont c’était le premier départ cette saison, contre un club qu’il avait blanchi 2-0 en mars dernier lors de leur dernière visite. Si on joue toujours comme ça, je suis certain qu’on va gagner plusieurs matches. Nous avons été pas mal solides.»

Les locaux se sont forgés une avance de 2-0 grâce à leur nouvelle filière russe. Vitaly Abramov a compté son premier but dans la LNH et Artem Anisimov a réussi son premier dans l’uniforme des Sénateurs en fin de premier tiers, sur une passe notamment du nouveau venu Vladislav Namestnikov, acquis lundi dernier des Rangers de New York. 

Après deux gros arrêts de leur gardien Jake Allen aux dépens de Thomas Chabot et surtout de Tyler Ennis de la mitaine, les visiteurs sont revenus dans le match en période médiane alors que Perron y est allé d’une savante feinte pour faire mal paraître le défenseur Ron Hainsey, enfilant ainsi son 200e but en carrière pendant un avantage numérique. Oscar Sundqvist a enchaîné un peu plus de deux minutes plus tard après une mise au jeu perdue par Jean-Gabriel Pageau dans sa zone.

«On a joué avec ardeur et on s’est donné une chance contre un excellent club, on aurait pu prendre les devants 3-0. C’est malheureux», estimait l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Concernant Nilsson, ce dernier a ajouté qu’il a «été solide tôt dans le match, mais il aimerait revoir le dernier, on a besoin qu’il effectue cet arrêt. Mais comme tout le monde, il s’est battu et il va être meilleur la prochaine fois».

Chris Tierney avait relancé Ottawa en avant alors qu’Abramov était au cachot, un beau but en désavantage numérique où il a surpris Allen du côté rapproché en s’amenant à un contre un. «On a fait du bon travail pour la moitié du match, mais on a commis des erreurs défensivement et la rondelle s’est retrouvé dans notre filet», a commenté Tierney.

Jay Bouwmeester a ramené les deux clubs à la case départ au début du troisième tiers quand son tir de la pointe a traversé Nilsson, mis à l’épreuve à 36 reprises.

Allen a fait face à 29 lancers à l’autre bout. 

Ryan O’Reilly a scellé l’issue de la rencontre dans un filet désert, lui qui a aussi obtenu deux passes.

«Allen a fait de gros arrêts au bon moment, et il a bien joué la rondelle sauf pour le but (d’Abramov) où il y a eu un mauvais bond, a dit David Perron. C’est bon pour moi d’avoir atteint ce plateau (200 buts), j’en avais entendu parler après le dernier match où j’ai compté. C’est pas mal ‘cool’.»

Les Sénateurs se frotteront maintenant à une autre puissance de la LNH, le Lightning de Tampa Bay, samedi soir au CCT.

Sénateurs

Blais prend plus de place

Samuel Blais a mis la main sur une bague de la coupe Stanley avant même de s’être établi comme un joueur régulier dans la LNH.

En ce début de saison, l’attaquant originaire de Montmagny, près de Québec, s’est attelé à la tâche de montrer qu’il pourrait devenir un joueur important pour les Blues de Saint-Louis alors qu’ils vont tenter de défendre leur titre en 2019-2020.

Sénateurs

L’audition débute pour Anders Nilsson

La bataille pour le poste de gardien de but numéro un va – enfin – débuter.

Craig Anderson a eu le privilège de participer au deux premiers matches de la saison régulière – le match inaugural à Toronto et le match inaugural à la maison.

Sénateurs

Dorion veut être patient avec les espoirs des Sénateurs

Pierre Dorion ne pense pas avoir renié les espoirs de son équipe en ayant cédé Drake Batherson et Filip Chlapik à Belleville, tout en ayant fait l’acquisition de Vladislav Namestnikov.

Le DG des Sénateurs veut tout simplement faire preuve de patience avec eux, et c’est pourquoi dans une saison de reconstruction après la destruction des mois précédents, il veut faire preuve de patience avec eux.

Sénateurs

Namestnikov débarque à Ottawa

Le virage jeunesse des Sénateurs d’Ottawa a été ralenti considérablement cette semaine avec l’acquisition du vétéran Vladislav Namestnikov, survenue au lendemain de la rétrogradation des espoirs Drake Batherson et Filip Chlapik.

Le directeur général Pierre Dorion s’est cependant bien défendu mardi d’avoir conclu la transaction avec les Rangers de New York lundi soir parce que son organisation a changé de cap après les deux premiers revers de la saison, décidant de bloquer le chemin à ses jeunes qui sont supposés « débarquer », selon le slogan pour la présente campagne.

Sénateurs

Les Sénateurs obtiennent Namestnikov des Rangers

Le virage russe des Sénateurs d’Ottawa s’est poursuivi lundi alors qu’ils ont conclu un échange avec les Rangers de New York pour obtenir les services de l’attaquant Vladislav Namestnikov.

En retour, le DG Pierre Dorion a cédé un choix de quatrième ronde au repêchage de 2021 ainsi que le défenseur des mineures Nick Ebert, rapatrié de la Ligue élite suédoise cet été. Dans le cadre de la transaction, les Rangers ont retenu 18,75 % (750 000 $) du salaire de 4 M $ (US) de Namestnikov cette saison sous le plafond salarial. Il sera joueur autonome sans restriction l’été prochain.

« Vladislav est un attaquant rapide qui est bon dans les deux sens de la glace. Il peut jouer autant au centre qu’à l’aile et il va avoir un rôle sur nos deux unités spéciales », a déclaré le directeur général Pierre Dorion par l’entremise d’un porte-parole lundi soir.

Avec le rappel de Vitaly Abramov lundi et les acquisitions de Nikita Zaitsev et Artem Anisimov l’été dernier, les Sénateurs aligneront quatre Russes, du jamais vu chez eux. Âgé de 26 ans, l’ancien du Lightning Namestnikov a totalisé 66 buts et 92 passes pour 158 points en 362 parties en carrière dans la LNH. Un choix de première ronde (27e au total) en 2011, il a cependant été limité à 11 buts et 31 points en 78 parties la saison dernière avec les Rangers.

Il a joué son hockey junior avec les Knights de London, où il a été un coéquipier du centre Chris Tierney.

+

LES SENS EN BREF

  • Brady Tkachuk, au sujet du commentaire de D.J. Smith à l’effet que plusieurs joueurs n’ont pas fourni un assez bon effort lors du deuxième match de la saison : « On aurait définitivement pu en donner plus. On doit travailler plus fort que les autres équipes, on apprend encore à jouer ensemble et il n’y a pas de doute dans mon esprit qu’on va sortir fort (jeudi), surtout contre les champions de la coupe Stanley (les Blues de St. Louis). Il va falloir travailler à chaque présence », a-t-il dit.
  • D.J. Smith a donné une chance à ses joueurs de se sauver quelques longueurs de patinage à la fin de l’entraînement de lundi, mais les deux groupes qu’il avait formés ont dû se prêter à un autre exercice parce que Tyler Ennis et Dylan DeMelo ont raté le filet désert à l’autre bout de la glace.

Sénateurs

Smith passe son message

Après avoir remis en question l’effort de ses joueurs samedi, en plus d’approuver la rétrogradation à Belleville de deux jeunes espoirs en Drake Batherson et Filip Chlapik, D.J. Smith n’attendait pas ses Sénateurs d’Ottawa avec une brique et un fanal lundi à leur retour au travail après une journée de congé.

L’entraîneur-chef a bien commandé plusieurs exercices où les joueurs devaient lutter à un contre un, ou deux contre deux, et il y a eu un peu de patinage à la fin, rien de trop exigeant ou inhabituel pour des hockeyeurs professionnels. Pas une pratique punitive, loin de là, 45 minutes intenses et c’était terminé au Centre Canadian Tire.

En point de presse par la suite, il a été appelé à expliquer la décision de son organisation de reléguer Batherson et Chlapik aux mineures après à peine deux matches (un seul pour ce dernier), pour ensuite rappeler l’attaquant russe Vitaly Abramov lundi.

« Vous savez quoi, je pense que c’est mieux pour lui (Batherson) d’aller jouer des matches “en bas”, de retrouver sa confiance à prendre des tirs. Il travaillait loin de la rondelle, j’ai trouvé qu’il était meilleur l’autre soir [samedi contre New York]. Mais il est un joueur offensif et on voyait sa confiance diminuer un peu. Il ne prenait pas autant de tirs. Il va obtenir des répétitions là-bas, il va jouer sur l’avantage numérique. Il va être un très bon joueur. Il va aller là-bas, se mettre au travail et mériter de revenir », a-t-il indiqué.

Concernant Chlapik, l’attaquant tchèque qui avait obtenu une passe lors du match inaugural à Toronto avant d’être laissé de côté samedi, il a expliqué qu’il « avait été correct contre Toronto, mais il a aussi besoin de jouer plus souvent. Il n’allait pas être dans l’alignement, donc c’est mieux pour lui d’aller jouer là-bas ».

Sénateurs

Le cauchemar de Colin White

Colin White a fait des cauchemars en fin de semaine en pensant à Mika Zibanejad, et ce n’est pas seulement parce qu’il a réussi un tour du chapeau dans la victoire des Rangers samedi.

Le jeune centre des Sénateurs a vu l’ancien centre des Sénateurs le dominer totalement dans le cercle des mises au jeu, lui qui n’en a gagné que deux sur 17 au total alors que le Suédois en remportait 18 sur 22.

Sénateurs

Abramov content d'être déjà de retour avec les Sénateurs

Vitaly Abramov avait retrouvé son sourire habituel lundi alors qu’il était de retour dans la LNH.

L’ancien Olympique n’a pas été trop surpris de recevoir l’appel de se rapporter à la pratique des Sénateurs de lundi, au lendemain de la défaite de 4-1 des petits Senators contre les Marlies de Toronto, lui qui croisera en chemin Drake Batherson et Filip Chlapik.

« On ne sait jamais ce qui peut arriver, donc je pouvais juste aller sur la glace et travailler fort. C’est ce que j’ai fait pendant que j’étais là-bas [à Belleville], et j’ai été rappelé, j’en suis bien content », a-t-il commenté en rentrant au vestiaire après cet entraînement où il a été inséré à la gauche de Chris Tierney et Bobby Ryan.

Celui qui était surnommé « Abracadabramov » à Gatineau n’a pas noirci la feuille de pointage à Toronto samedi, en jouant aux côtés de Josh Norris et Max Véronneau, mais il rapportait avoir eu « quelques bonnes chances de marquer » tandis que D.J. Smith s’était fait dire qu’il a été le meilleur joueur de son club.

Abramov avait déjà impressionné le nouvel entraîneur-chef des Sénateurs pendant le camp des recrues et au début de celui du club de la LNH alors « qu’il comptait chaque fois que je le voyais jouer », a-t-il rappelé.

Ça, c’était avant qu’une commotion cérébrale subie lors du premier match hors-concours à Saint-Jean, Terre-Neuve, vienne freiner ses ardeurs. Il est revenu à temps pour le dernier match du calendrier préparatoire à Montréal, mais il a été retranché le lendemain de celui-ci. « C’est certain que c’est arrivé [sa blessure] à un mauvais moment, mais ça fait partie du hockey. Je pense que je suis de retour au même niveau qu’avant, je n’y pense plus. Je suis prêt à jouer », a noté l’attaquant obtenu dans l’échange de Matt Duchene avec Columbus en février dernier.

Sénateurs

D.J. Smith perd déjà patience

« Les jeunes débarquent » est le slogan francophone de la présente saison des Sénateurs d’Ottawa.

C’est une traduction un peu boiteuse de The Kids Are Alright, mais si ça vaut pour les Thomas Chabot et Brady Tkachuk, tous les jeunes joueurs de cette organisation n’auront pas la même latitude apparemment.

Sénateurs

Chris Phillips a bien gardé son secret

C’était un secret de Polichinelle que les Sénateurs avaient l’intention de retirer le numéro 4 de Chris Phillips de la circulation, mais ce secret, le principal intéressé a réussi à le garder pour surprendre sa mère Carol.

Elle a appris la nouvelle qu’il sera honoré de la sorte le 18 février prochain lors de la visite des Sabres de Buffalo au Centre Canadian Tire quand une vidéo lui rendant hommage a été présentée sur l’écran géant et qu’il s’est amené au centre de la glace pour effectuer la mise au jeu protocolaire avant le premier match local de la présente campagne.

Sénateurs

Zibanejad revient hanter les Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa ont profité de leur match d’ouverture à domicile pour confirmer qu’ils vont retirer le chandail numéro 4 de Chris Phillips le 18 février prochain lors d’une visite des Sabres de Buffalo.

Ils auraient probablement eu besoin de ses services de défenseur capable de contrer les meilleurs attaquants adverses samedi soir alors qu’ils ont été incapables de contenir les élans de leur ancien centre Mika Zibanejad.

Le joueur échangé contre Derick Brassard il y a trois ans a explosé pour trois buts et une passe dans un gain de 4-1 de ses Rangers de New York devant 15 135 amateurs au Centre Canadian Tire.

Aidé de ses compagnons de trio Artem Panarin, auteur de l’autre but en plus d’obtenir une mention d’assistance, et Pavel Bushnevich (trois passes), Zibanejad a marqué de trois façons différentes, soit à forces égales ainsi qu’en avantage et en désavantage numérique. Ça lui donne huit points lors de ses deux premiers matches cette saison

«C’est ici que j’ai commencé (dans la LNH) et je les remercie pour ça. Revenir pour obtenir un tour du chapeau, c’est une soirée dont je vais me rappeler longtemps, a raconté l’ancien choix de première ronde (6e au total) des Sénateurs en 2011. Je ne peux pas expliquer ce qui se passe présentement. Je joue avec des coéquipiers incroyables et j’obtiens beaucoup de chances. Présentement, ça rentre, donc je vais en profiter pendant que ça passe.» 

Le gardien Craig Anderson, qui avait remporté ses cinq derniers départs à domicile contre les Rangers, n’y a vu que du feu, encaissant un deuxième revers de suite en ce début de saison. Il a été moins occupé que lors du match inaugural à Toronto mercredi dernier, au moins, alors que les New-Yorkais ont été limités à 30 tirs en sa direction, contre 42 à Toronto.

«Parfois, un changement d’air fait du bien à un joueur, ça le réveille. Ça m’est arrivé à moi aussi. Quand il est arrivé ici, on s’attendait à beaucoup (de Zibanejad). Peut-être qu’il a changé son entraînement hors-glace, ou autre chose. Chose certaine, il est devenu un joueur d’élite, c’est pourquoi on l’avait repêché si tôt», a noté Anderson au sujet de la première étoile de la soirée.

Le premier tiers s’est terminé sur une égalité de 1-1 puisque Brady Tkachuk a donné la réplique à Zibanejad en faisant dévier un tir de la pointe de Thomas Chabot, un jeu amorcé par Jean-Gabriel Pageau le long de la bande.

Le gardien substitut des Rangers Alexandar Georgiev n’a rien pu faire sur ce jeu, mais il a été solide par la suite face aux 32 lancers des locaux.

L’entraîneur-chef D.J. Smith n’a pas aimé la sortie de son club pour ce premier match à domicile., alors que son jeu de puissance a été blanchi en cinq occasions. 

«Nos unités spéciales nous ont tués, on a donné un but en désavantage numérique et deux en avantage. Leurs gros joueurs en ont profité pour nous faire mal, a-t-il analysé. Sur notre jeu de puissance, on n’a pas travaillé assez fort non plus. Au moins, on a été meilleurs à cinq contre cinq, on ne leur a pas donné grand-chose défensivement. Mais on va devoir ‘compétitionner’ avec plus d’ardeur, surtout dans notre amphithéâtre. C’est inacceptable que certains gars ne se présentent pas. On a bien travaillé lors des pratiques cette semaine, mais on n’a pas travaillé autant (samedi soir). On va avoir trois pratiques cette semaine et il va falloir travailler.»

Smith a quand même accordé un congé à ses joueurs dimanche alors qu’ils devront attendre à jeudi pour disputer leur prochain match, lorsque les champions de la coupe Stanley, les Blues de St. Louis, seront en ville.

Quant à Chris Phillips, le meneur de l'histoire des Sénateurs avec 1179 matches joués dans leur uniforme, il s'est dit «honoré» d'être le deuxième joueur de l'histoire moderne, après Daniel Alfredsson, à voir son numéro être retiré de la circulation. «Ce serait mentir de dire que je n'espérais pas que ça arrive, mais je ne m'y attendais pas. Recevoir cet appel (du propriétaire Eugene Melnyk), c'était un moment spécial», a-t-il indiqué, lui qui a effectué la mise au jeu protocolaire avant le début du match de samedi, en présence de sa mère, à qui il n'avait pas révélé son secret.