Sénateurs

Les Sénateurs en tournée

Les Sénateurs d’Ottawa ont annoncé vendredi les dates des différents arrêts de leur tournée annuelle de la région de la capitale nationale.

Celle-ci se mettra en branle le mardi 27 août au magasin Canadian Tire de Nepean (chemin Merivale), de 16 h à 19 h. Ce partenaire de l’équipe sera ensuite mis à profit lors des arrêts à Aylmer le lendemain, à Rockland le jeudi 29 août, à Arnprior le mardi 3 septembre, à Gloucester (chemin Ogilvie) le mercredi 4 septembre et à Perth le jeudi 5 septembre, aux mêmes heures.

Sylvain St-Laurent

Tout ce qu’on ne savait pas sur Ceci

CHRONIQUE / Cody Ceci n’a pas toujours bien composé avec la pression qui vient avec son métier. Le rôle de hockeyeur d’élite, représentant sa ville natale, semblait parfois lourd à porter.

Il avait déjà des problèmes, à l’époque où il portait les couleurs des 67’s d’Ottawa.

La direction du club s’était éventuellement résignée à l’échanger à l’Attack d’Owen Sound, pour lui permettre de respirer plus à l’aise.

Hockey

Thomas Chabot emballé par l’arrivée de D.J. Smith

À 22 ans, il est déjà l’un des piliers de la défensive des Sénateurs d’Ottawa. À l’approche de sa troisième saison dans la LNH, le défenseur Thomas Chabot voit d’un bon œil l’arrivée du nouvel entraîneur-chef D.J. Smith à la barre de l’équipe ayant terminé au tour dernier rang du classement général.

«J’ai entendu des choses extraordinaires à propos de lui. On dit qu’il est très bon avec les jeunes joueurs, et nous aurons une jeune équipe, alors c’est certain que ce sera positif pour nous, c’est un nouveau départ», disait l’arrière beauceron natif de Sainte-Marie, mercredi, en point de presse au PEPS de l’Université Laval.

Il a eu l’occasion de lui parler brièvement lors de sa nomination au moment où il se trouvait en Europe pour participer au Championnat du monde. «Dans le prochain mois, on va s'asseoir pour regarder ça. Ce sera excitant pour nous d’arriver au camp et de recommencer avec un nouvel entraîneur.»

Chabot était l’un des représentants des 60 joueurs qui participeront au Boot Camp, un tournoi de hockey regroupement uniquement des joueurs professionnels qui aura lieu les 9 et 10 août, à l’aréna du PEPS.

Mais l’occasion était trop belle pour ne pas jaser de la saison qui s’en vient, sa dernière sous l’actuel contrat qui le lie à l’organisation. Et Chabot ne perd pas le sommeil à propos de son avenir à moyen terme.

«Honnêtement, je ne me concentre pas nécessairement là-dessus. J’ai parlé avec mon agent [Dominic DeBlois], et présentement, il n’y a rien qui se passe. Mon but est d’abord de profiter de l’été pour me préparer afin d’arriver au camp fin prêt à entamer la saison et pour jouer du mieux que je peux», disait-il aux médias qui s’informaient de sa situation contractuelle.

À l’idée qu’on lui offre un pacte de transition de quelques saisons ou qu’on lui en propose un à plus long terme, Chabot ne bronchait pas.

«Je suis ouvert à n’importe quoi, mais je n’ai pas encore eu de discussion là-dessus. J’imagine que le jour où l’on sera proche d’une décision, on va s’asseoir et en jaser. Pour l’instant, il reste encore une année à mon contrat, et la seule chose sur laquelle je me concentre c’est d’arriver à Ottawa pour aider l’équipe à avoir du succès. Tout ce qui entoure mon contrat, mon agent va s’en occuper, c’est entre ses mains.»

Troisième marqueur

À sa deuxième campagne dans la LNH, Chabot a brillé de tous ses feux. Il a inscrit 14 buts et amassé 55 points, pour finir troisième marqueur de l’équipe. «Premier, si l’on considère les échanges», disait-il en riant pendant la conférence du Boot Camp, lorsque l’organisateur lui demandait à quel rang il avait terminé…

Partis à Las Vegas et à Columbus (puis à Nashville comme joueur autonome), Mark Stone et Matt Duchene l’avaient devancé aux points chez les Sénateurs. Chabot a aussi profité du départ d’Erik Karlsson pour obtenir un rôle plus accru. Il est déjà un leader après seulement deux saisons derrière la cravate, ce qui l’étonne un peu.

«Oui, ça arrive plus vite que prévu. Le fait qu’Erik parte, ça m’a donné un rôle beaucoup plus gros qu’on aurait pensé pour un gars de mon âge. En même temps, j’ai essayé de profiter du temps de glace que j’avais. L’an passé, on savait qu’Erik ne serait peut-être pas de retour [il a été échangé à San Jose], et j’avais ça derrière la tête tout l’été. Quand la nouvelle est arrivée, j’étais prêt. Oui, j’ai fait des erreurs, et je vais continuer d’en faire, mais ça fait grandir comme joueur», indiquait le défenseur de six pieds et deux pouces.

Il sera encore prêt, dans quelques semaines, lorsqu’il se pointera au camp des Sénateurs. Il voit l’avenir d’un bon œil avec tous les jeunes qui pointent à l’horizon.

«Ça va être excitant d’arriver au camp et de voir tous les gars qui se battront pour un poste. On n’a pas eu la saison qu’on avait espéré, mais on regarde devant nous. Il y a du talent dans notre chambre, la prochaine saison sera intéressante. Je serais fou de dire que je ne voudrais pas que mon équipe ne fasse pas les séries», ajoutait-il en sachant que la réalisation de cet exploit sera difficile. 

Sénateurs

Condon échangé contre Callahan: un échange économique

Pierre Dorion a coché plusieurs cases en faisant l’acquisition d’un joueur blessé à long terme du Lighning de Tampa Bay mardi.

Souffrant d’une maladie dégénérative du dos qui l’a forcé à mettre un terme à sa carrière cet été, Ryan Callahan débarque dans l’organisation des Sénateurs avec un gros contrat qui va permettre à Pierre Dorion d’atteindre le plancher salarial exigé par la convention collective des joueurs de la LNH sans casser la tirelire du propriétaire Eugene Melnyk.

Comme le joueur de 34 ans a été placé sur la liste des blessés à long terme, l’équipe n’aura qu’à débourser 940 000 $ US de son salaire de 4,7 millions $ US pour la saison 2019-20. Les assurances vont s’occuper du reste.

Et comme le salaire moyen de son contrat de six ans est de 5,8 millions $ US, c’est ce chiffre qui sera retenu pour comptabiliser la masse salariale des Sénateurs cette saison. Ce contrat arrivera à échéance à la fin de la saison.

Dans cette transaction, les Sénateurs ont aussi trouvé le moyen de décongestionner leur position de gardien de but puisque Mike Condon a été passé au Lightning avec son salaire de 3 millions $ US en 2019-20 même s’il comptera pour 2,4 millions $ US dans la masse salariale du Lightning. En gros, les Sénateurs vont économiser 2,06 millions $ US en salaires avec cette transaction.

Dernier élément, les Sénateurs ont obtenu un choix de cinquième ronde dans la transaction où ils ont aussi envoyé un choix de sixième ronde au Lightning.

« Cette transaction a été facile à faire de notre côté, car elle répond à plusieurs besoins en même temps », a dit Dorion à The Team 1200 alors qu’il était au Michigan en prévision d’un tournoi junior qui regroupera quatre pays.

« Je ne cacherai pas qu’elle va nous permettre d’économiser de l’argent. Je suis un directeur général populaire depuis quelques mois parce que nous avons beaucoup d’espace sous le plafond salarial. Nous aurons plus de flexibilité pour construire notre équipe maintenant. Nos prochaines transactions devraient servir à améliorer l’équipe à moyen ou long terme. »

Dorion a aussi affirmé que Craig Anderson et Anders Nillson seraient les gardiens du club dans la LNH la saison prochaine. Le départ de Condon règle la question du numéro trois.

« Nous avons de jeunes gardiens dans la Ligue américaine. Nous voudrions que Marcus Hogberg et Filip Gustavsen soient nos gardiens dans la Ligue américaine avec Joey Daccord qui vient de signer un contrat. Restera à savoir si nous les garderons tous les trois à Belleville. »

Le choix de cinquième ronde était un autre élément important dans le marché selon Dorion.

« Nous n’avions pas de choix de cinquième ronde en 2020. Nous en avons un maintenant. Il pourrait servir à aller chercher un joueur ciblé. »

Quant à Ryan Callahan, il ne faudrait pas s’attendre à le voir dans l’entourage des Sénateurs cette saison. Il a été opéré au dos cet été et il a annoncé sa retraite après 878 matches dans la LNH.

« Nous savons que Ryan aurait pu aider nos jeunes joueurs s’il avait été en santé, mais il faut être réaliste. Sa carrière est terminée. »

Selon le site CapFriendly qui comptabilise les contrats de toutes les équipes de la LNH, les Sénateurs verseront 47,5 millions $ US en salaires l’an prochain, mais avec les contrats de Clarke MacArthur, Marian Gaborik et Ryan Callahan, ils arrivent à 65,9 millions $ US. Le plancher des équipes de la LNH a été fixé à 60,2 millions $ US.

Sénateurs

Alex Dubeau croit en son potentiel

Alex Dubeau entreprendra une première saison dans le hockey professionnel, cet automne, à l’âge de 25 ans. Le gardien issu des rangs universitaires canadiens avait quelques options. Il a choisi l’organisation des Sénateurs d’Ottawa, pour une raison en particulier.

Ailleurs, on lui offrait des contrats à sens unique pour jouer dans la Ligue East Coast (ECHL).

Sénateurs

La vie changée de Véronneau

Gros après-midi pour Max Véronneau. En tant qu’invité d’honneur au camp de jour du Sensplex de Kanata, il a signé plusieurs dizaines d’autographes et souri pour d’innombrables selfies.

« C’est cool de se retrouver de l’autre côté de la clôture », dit-il.

Sénateurs

Les Sénateurs font l'acquisition d'Anisimov

Zack Smith s’attendait à quitter Ottawa. Depuis très longtemps, même. Il a quand même subi un petit choc, mardi matin, quand il a reçu un coup de fil de son agent.

Ce dernier lui disait que les Sénateurs étaient sur le point de conclure un pacte avec les Blackhawks de Chicago. 

Tout s’est réglé quelques heures plus tard. En retour de Smith, les Sénateurs ont mis la main sur le centre russe Artem Anisimov.

« Au début de la dernière saison, je me suis fait à l’idée. Je savais que je pouvais être impliqué dans une transaction à n’importe quel moment », a expliqué Smith, dans une conférence téléphonique organisée par les Blackhawks.

L’attaquant trentenaire faisait ici référence aux 24 heures passées au ballottage, au terme du dernier camp d’entraînement.

Il n’a pas été réclamé, à ce moment-là. Ses coéquipiers et ses entraîneurs étaient bien heureux de pouvoir, à nouveau, compter sur lui.

Smith sentait cependant que la direction ne savait plus trop quoi faire de lui.

Les reporters américains ont consulté ses chiffres et ont voulu comprendre ce qui s’est produit.

Il a connu la meilleure saison de sa carrière en 2015-16. Cette année-là, il a marqué pas moins de 25 buts.

La saison suivante, il en a marqué seulement 16.

En 2017-18, il en a inscrit tout juste cinq.

Smith a répondu à cette question de manière franche et directe.

« L’année où j’ai marqué 25 buts, la recette du succès n’était pas bien compliquée. Je jouais avec Mark Stone. »

« Jouer avec Stone, c’était génial. Nous avions Jean-Gabriel Pageau, aussi, avec nous. La complicité était très forte. Dans les années qui ont suivi, j’ai été blessé. J’ai souffert de problèmes de confiance. Tous les joueurs vous le diront. Dans le sport, la confiance, c’est extrêmement important », a-t-il ajouté.

Smith dit qu’il a changé sa façon de penser, depuis.

« Au cours des deux dernières années, j’ai été utilisé dans un rôle strictement défensif et ça me convient parfaitement. Je sais que je suis utile à mon équipe, même quand je ne marque pas. Et j’ai l’impression d’avoir progressé au cours des deux dernières années. »

Les Hawks ont raté les séries de peu, l’an dernier. Ils ont tôt fait d’identifier leur talon d’Achille. Ils ont conservé la pire moyenne de buts alloués de toute l’Association Ouest. Ils ont donc fait de la défensive leur priorité.

Économie

Les Sénateurs, eux, auraient fait un bon coup sur le plan financier en complétant cette transaction.

Selon les données amassées par le site spécialisé CapFriendly.com, Anisimov a touché un boni de signature de deux millions $ US, ces derniers jours. Cette note a été réglée par les Hawks.

Cette transaction pourrait donc permettre aux Sénateurs d’économiser 1,5 million $ US en argent réel.

Pierre Dorion estime qu’Anisimov pourra quand même aider son équipe.

« Il sera un de nos quatre centres. Il sera capable de nous aider dans les unités spéciales, tant en supériorité numérique qu’en infériorité numérique. Il a prouvé qu’il est capable de marquer 20 buts par saison. Il l’a fait à quatre occasions depuis le début de sa carrière. Il est surtout complet. Il est capable de jouer sur 200 pieds », déclare-t-il.

Anisimov sera le deuxième plus haut salarié parmi les attaquants d’Ottawa, derrière Bobby Ryan. Il est sous contrat jusqu’en 2021.

« Nous ne pouvons pas aligner que des jeunes joueurs, insiste Dorion. Nous avons besoin de bons vétérans qui peuvent encadrer les jeunes. »

Sénateurs

Les Sénateurs mettent Lassi Thomson sous contrat

Il faut croire que Lassi Thomson a fait bonne impression, au début du mois, lors du camp de perfectionnement estival des Sénateurs d’Ottawa.

Le premier choix de l’équipe au dernier repêchage est rentré chez lui, pour l’été. Ses agents et la direction de l’équipe ont quand même poursuivi les discussions.

Sénateurs

Hubert Labrie chez les Sénateurs

Ancien capitaine des Olympiques de Gatineau, Hubert Labrie reviendra dans la région, en quelque sorte, la saison prochaine après avoir signé un contrat d’un an avec le club-école des Sénateurs d’Ottawa.

Champion de la coupe du Président en 2008 et finaliste en 2011, Labrie aura 28 ans vendredi. Pour la première fois de sa carrière, il a songé à la retraite après sa dernière saison à Syracuse où il avait retrouvé l’entraîneur-chef Benoît Groulx. Un appel téléphonique l’a toutefois convaincu de poursuivre sa carrière professionnelle dans une huitième organisation en neuf saisons.

Sénateurs

Zaitsev effectue une visite éclair à Ottawa

Nikita Zaitsev n’est pas particulièrement doué quand vient le temps de vendre sa salade.

Le nouveau défenseur des Sénateurs a rencontré les journalistes d’Ottawa pour la première fois, lundi matin. On lui a tout naturellement demandé de nous parler de ses forces, sur la patinoire.

Sénateurs

La députée de Nepean Lisa MacLeod s’excuse auprès de Melnyk

Une ministre ontarienne qui aurait publiquement insulté le propriétaire des Sénateurs d’Ottawa lors d’un récent concert des Rolling Stones soutient qu’elle lui a depuis présenté ses excuses.

Lisa MacLeod a indiqué sur Twitter qu’elle n’avait voulu que donner son avis à Eugene Melnyk sur la tenue des Sénateurs d’Ottawa, son « équipe bien-aimée », qui la préoccupe beaucoup.

Sénateurs

Spezza a songé revenir à Ottawa

Jason Spezza a considéré l’option de revenir à Ottawa avant de s’entendre avec le club de son patelin, les Maple Leafs de Toronto, lundi dernier.

Le centre qui a passé les 12 premières années de sa carrière dans l’organisation des Sénateurs, dont il avait été le deuxième choix au total au repêchage de 2001 a accordé une entrevue à son ancien coéquipier Marc Méthot jeudi alors qu’il travaillait comme co-animateur d’une émission de la station TSN 1200 lorsqu’il a fait cette révélation.

Sénateurs

Dorion doit-il craindre les offres hostiles ?

Pierre Dorion n’a probablement pas trop aimé l’idée de son homologue du Canadien de Montréal Marc Bergevin de faire une offre hostile au joueur autonome avec restriction Sebastian Aho.

Le directeur général des Sénateurs d’Ottawa doit espérer que la tactique ne deviendra pas populaire à travers la LNH, surtout alors que les Hurricanes de la Caroline ont déjà annoncé leur intention d’égaler l’offre du Tricolore qui comportait d’importantes primes à la signature devant être payées dès la première année du pacte de cinq ans.

Sénateurs

Ceci part, Zaitsev et Hainsey s’amènent

Pierre Dorion et Kyle Dubas ont profité de la fête du Canada pour s’échanger des cadeaux empoisonnés.

Les directeurs généraux des Sénateurs d’Ottawa et des Maple Leafs de Toronto ont ignoré le fait que leurs clubs entretiennent des rivalités de longue date et ils ont réalisé une transaction pour se refiler des problèmes, les défenseurs Cody Ceci et Nikita Zaitsev.

Sénateurs

Cody Ceci passe aux Maple Leafs

Cody Ceci était l’hôte d’un party de la fête du Canada à son chalet du nord de l’Outaouais en fin de semaine. La célébration à laquelle assistait son bon ami Jean-Gabriel Pageau a pris une toute autre tournure quand il a appris qu’il allait changer de camp dans la Bataille de l’Ontario, passant de l’équipe de son patelin dont il était un partisan en grandissant à des Maple Leafs qui sont des rivaux de longue date.

«En me réveillant sur mon bateau lundi matin, j’avais 60 messages-textes sur mon téléphone. L’échange était discuté depuis une couple de jours, mais là, c’était fait et il a fallu que je le réalise assez vite alors que j’avais plusieurs appels à retourner», a-t-il raconté lors d’un appel-conférence avec des journalistes d’Ottawa et Toronto lundi après-midi.

«C’est un peu fou. À un moment donné, des échanges entre Ottawa et Toronto, ça n’arrivait pas. Mais quand Dion Phaneuf s’est amené avec nous (en 2016), on dirait que ça a ouvert les valves. Ça va être un peu bizarre, mais je suis content d’obtenir une chance de jouer pour une excellente organisation qui veut gagner, et qui compte certains des meilleurs joueurs au monde», a ajouté Ceci, qui avait été le partenaire régulier de Phaneuf pendant son passage dans la capitale, avant d’être cédé aux Kings de Los Angeles il y a deux ans (son contrat a été racheté la semaine dernière par ces derniers).

L’ancien choix de première ronde (15e au total) des Sénateurs en 2012, qui avait aussi joué la majorité de son hockey junior avec les 67’s, avait apporté une solide contribution à la formation qui s’était rendue en finale de l’Est en 2017, mais il était devenu une cible de critiques au cours des deux dernières désastreuses campagnes alors qu’il a présenté un différentiel accumulé de moins-49 lors des deux dernières saisons.

À LIRE AUSSI: Zaitsev, Brown et Hainsey s’amènent

«Je suis heureux d’avoir la chance de possiblement retourner en séries éliminatoires, et avoir l’occasion d’aller aussi loin qu’on s’était rendu il y a deux ans», note Ceci.

Avec les Leafs, son numéro 5 a été retiré en l’honneur de Bill Barilko et Ceci pensait revenir à son numéro chez les juniors, le 83.

Le hasard du calendrier fait qu’il disputera son premier match régulier dans l’uniforme des Maple Leafs lorsque les Sénateurs seront les visiteurs pour leur match inaugural à domicile, le 2 octobre prochain.

Lui et Ben Harpur, impliqué dans l’échange également, devront attendre jusqu’au 15 février avant d’effectuer son premier retour au Centre Canadian Tire.

«Les matches contre les Leafs étaient toujours spéciaux, ils ont des partisans partout. Même quand on jouait contre la Floride, il pouvait y avoir un gars portant un chandail de Toronto. Ça va être différent d’être de ce côté-là de la rivalité maintenant», a-t-il souligné.

Les négociations pour une entente à long terme avec les Sénateurs n’ayant pas abouti, ce qui a mené à cette transaction, Ceci a accepté une entente pour un contrat d’un an pour 4,5 millions $ avec les Leafs, après laquelle il pourrait devenir joueur autonome sans compensation.

«C’est un choc d’être échangé pour la première fois, et c’est aussi un choc de passer à Toronto», a ajouté Ceci, qui a pu parler au DG Kyle Dubas et à l’entraîneur Mike Babcock lundi.

Les joueurs obtenus par Ottawa dans la transaction n’ont pu être joint lundi, mais l’attaquant Connor Brown, auteur de 20 buts il y a deux ans à sa saison recrue, a commenté en entrevue à TSN qu’il est heureux de suivre l’entraîneur-chef D.J. Smith dans la capitale.

«Je suis excité de jouer pour ‘Smitty’ et par l’opportunité qui se présente à moi. Tout le monde veut jouer le plus possible... Je pense que les gars vont être excités de jouer pour lui (Smith) et nous allons surprendre beaucoup de monde», a-t-il souligné.

Sénateurs

MacArthur de retour dans le giron des Sénateurs

Clarke MacArthur est sur la liste de paie des Sénateurs d’Ottawa comme joueur pour une autre saison, et maintenant, il l’est aussi en tant qu’entraîneur à temps partiel au niveau du développement des joueurs.

Alors que Chris Kelly ne sera pas de retour dans son rôle pour donner un coup de main à Shean Donovan à ce niveau, le club a confirmé l’embauche de MacArthur vendredi en même temps que Jesse Winchester était nommé pour occuper un poste dans les mêmes fonctions à temps plein, lui.

Sénateurs

Parker Kelly, la future peste des Sénateurs?

Parker Kelly pense être prêt à faire le saut chez les professionnels.

Pour cet attaquant qui a été nommé récipiendaire du trophée Jonathan-Pitre à titre de joueur le plus travaillant du camp de développement des Sénateurs pour une deuxième année de suite vendredi, il n’est pas question de retourner dans la LHOuest pour une cinquième saison à titre de joueur de 20 ans.

Le hockeyeur natif de Canmore, en Alberta, n’est pas un espoir aussi connu que les Drake Batherson, Logan Brown ou tous ceux acquis dans de gros échanges (Erik Brännström, Josh Norris, Vitalii Abramov, Jonathan Davidsson, etc.), mais il fait partie de l’organisation des Sénateurs depuis qu’il a été mis sous contrat en 2017, à titre de simple joueur invité non-repêché à un camp de développement.

Il a quand même retenu encore une fois l’attention des dirigeants de l’équipe, qui lui ont remis cet honneur – partagé l’an dernier avec Brady Tkachuk – à nouveau, une première à ce camp depuis les sélections successives de Mark Borowiecki en 2011 et 2012.

« Il a établi le standard chaque jour avec son éthique de travail, et il le fait depuis deux ans », a dit le DG Pierre Dorion pour expliquer sa sélection.

Sénateurs

Bernard-Docker plus gros et plus fort

Jacob Bernard-Docker a un été très chargé, mais ce n’est pas lui qui va s’en plaindre.

Après le camp de développement des Sénateurs de cette semaine, le défenseur droitier qui a été leur deuxième choix de première ronde l’an dernier n’aura qu’un mois pour reprendre son entraînement normal avant de participer à un camp d’évaluation de l’équipe nationale junior du Canada qui aura lieu au Michigan au début d’août.

Sénateurs

De jeunes espoirs des Sénateurs se font remarquer

C’était un match de camp de développement à la fin juin qui ne voudra plus dire grand-chose en septembre.

Mais jeudi soir au Complexe récréatif de Kanata, Drake Batherson a bien affiché ses couleurs : le numéro 19 qu’il a obtenu pour ce camp, il a la ferme intention de le porter dans l’uniforme des Sénateurs d’Ottawa, dans la LNH.

Sénateurs

Josh Norris n'est pas encore prêt pour les contacts

Les partisans des Sénateurs qui se sont rendus au Complexe récréatif de Kanata jeudi soir avec l’espoir d’épier les faits et gestes d’une pièce maîtresse de l’échange d’Erik Karlsson auront été déçus.

Le centre Josh Norris l’était aussi un peu, il aurait bien aimé participer à ce match, mais il comprend l’organisation de ne pas vouloir prendre de chance alors qu’il se remet d’une opération à une épaule.

« Je devrais être prêt à encaisser des mises en échec dans environ un mois, a-t-il indiqué après l’entraînement matinal précédent le match intra-équipe. C’est arrivé lors de notre troisième match du Championnat mondial junior (à Vancouver), mon épaule est “débarquée”, puis elle est revenue en place. J’ai joué le reste du tournoi, mais elle a “débarqué” à nouveau en finale (revers contre la Finlande) et je savais alors que j’aurais besoin d’une opération. »

Le jeune homme de 20 ans a donc raté le reste de la saison de ses Wolverines de l’Université du Michigan, où il avait récolté 10 buts et 19 points en 17 parties avant de se rapporter à la formation américaine. Au CMJ 2019, il a quand même amassé trois buts et trois passes en sept parties, malgré sa blessure.

Principal espoir obtenu contre Karlsson avec Rudolfs Balcers, Norris confiait qu’il ne ressent pas trop de pression d’avoir été impliqué dans un échange aussi important, qui a rapporté sept actifs aux Sénateurs. « Il y a beaucoup de bruit externe, mais je ne porte pas trop attention à ça. J’essaie de contrôler ce que je peux contrôler et être moi-même, c’est tout ce que je peux faire. Pour l’instant, l’important est de revenir en pleine santé, avoir une épaule qui est à 100 % », a-t-il dit.

Bon ami de Brady Tkachuk, il a laissé entendre que ce dernier n’a pas cherché à le convaincre de faire le saut chez les pros ce printemps, malgré sa blessure. « Je me sentais prêt avant d’être blessé, et j’ai beaucoup de monde qui me dit que mon épaule va être correcte pour la saison prochaine... Brady m’appuyait, il ne m’a pas dit quoi faire. Il m’a juste parlé de son expérience avec Ottawa, qui a été excellente la saison dernière. Il m’a donné tous les conseils dont j’avais besoin », a dit l’Américain qui avait été un choix de première ronde, 19e au total, par les Sharks de San Jose en 2017.

Sénateurs

La mésaventure de Vitalii Abramov

C’était journée de tests de patinage et d’exercices de patinage en puissance mercredi au camp de développement des Sénateurs d’Ottawa.

Pour Vitalii Abramov, cette journée difficile au « bureau » qu’est le Sensplex a été rendu encore plus difficile alors qu’une ligne aérienne empruntée pour faire le voyage de la Russie à la capitale a égaré son sac d’équipement.

Sénateurs

Diplôme obtenu pour Max Véronneau

Max Véronneau s’est rapporté au camp de développement des Sénateurs avec son diplôme en ingénierie de Princeton dans sa poche arrière.

Alors qu’il avait encore quelques cours à compléter après qu’il ait disputé une douzaine de parties dans la LNH en fin de saison, dont un projet où il ajouté un moteur à combustion à une voiturette de golf pour en faire un hybride, il a complété le tout maintenant, obtenant le précieux bout de papier lors de la remise des diplômes de la prestigieuse institution de haut savoir au début juin.

« J’ai terminé, je suis un ingénieur maintenant, a-t-il raconté lorsque rencontré mercredi. C’est très excitant parce que si ça (le hockey) ne fonctionne pas, j’ai toujours ce diplôme qui pourra servir. »

L’ingénierie va cependant attendre alors que l’ancien de l’école secondaire Franco-Cité entend tout faire pour se retrouver à temps plein avec le club de son patelin en octobre prochain, après avoir récolté deux buts et deux passes à sa sortie des rangs universitaires américains.

« Je passe mon été à m’entraîner avec notre responsable du conditionnement physique, Chris Schwartz, en compagnie de Jean-Gabriel Pageau et Cody Ceci notamment. J’ai gagné de la force afin d’être plus rapide et plus fort », note le jeune homme de 23 ans qui fait 6’ et pèse 180 livres.

Véronneau, qui a récolté deux buts et deux passes lors de ses 12 matches de fin de saison à Ottawa, en est à sa première expérience à un camp de développement de l’équipe, mais le joueur qui n’a jamais été repêché est un habitué de ces camps pour espoirs.

« C’est mon premier camp à Ottawa, donc c’est tout nouveau, mais en même temps c’est plus facile parce que je connais les entraîneurs et le personnel », a-t-il confié. 

« C’est mon cinquième alors qu’il y a deux ans, je suis allé à ceux de Vegas et Calgary, et l’an passé, j’étais à ceux de Los Angeles et des Devils du New Jersey. Ce sont des camps amusants, mais difficiles en même temps. »

Sénateurs

Kevin Mandolese en quête d’un contrat

La compétition pour le titre de gardien de l’avenir des Sénateurs s’est intensifiée avec leur sélection de Mads Sogaard samedi dernier à Vancouver.

Le cerbère québécois Kevin Mandolese, sélectionné en sixième ronde l’an dernier, n’a pas sourcillé en apprenant que le Danois format géant (6’ 7’’, trois pouces plus grand que lui) s’ajoutait à l’écurie d’hommes masqués qui comprend les six déjà sous contrat en vue de la prochaine saison, les Craig Anderson, Anders Nilsson, Mike Condon, Marcus Hogberg, Filip Gustavsson et Joey Daccord.

Sénateurs

Un camp important pour Brown

Logan Brown pense que l’arrivée de D.J. Smith derrière le banc des Sénateurs est de bon augure pour lui.

« Je lui ai parlé un peu [mardi] alors que je le connaissais un peu du temps où j’étais à Windsor, il était toujours autour, surtout quand nous étions les hôtes de la coupe Memorial, a raconté le premier choix des Sénateurs, 11e au total, en 2016. Je pense que c’est une bonne affaire. Toute familiarité peut aider, il est proche de tous les gars à Windsor, mon entraîneur, mon DG et mes propriétaires. J’imagine qu’il leur a parlé de moi. »

Sénateurs

Camp d'entraînement des Sénateurs: une première impression à faire [PHOTOS]

Le sourire que Lassi Thomson avait accroché au visage vendredi dernier à Vancouver était toujours bien présent lorsqu’il a sauté sur la glace dans la capitale pour la première fois mardi.

Le choix de première ronde des Sénateurs d’Ottawa, qui avait été surpris lui-même par sa sélection au 19e rang, appréciait de se retrouver parmi les 44 espoirs de l’équipe qui ont sauté sur la glace du Sensplex pour la première séance d’entraînement de son camp de développement.

Sénateurs

Les retours de Stone, Karlsson et Vigneault au programme

Le grand retour dans la capitale de l’ancien Sénateur Mark Stone aura lieu le 16 janvier prochain. Ce jour du passage des Golden Knights de Vegas à Ottawa est une des dates qu’il faut encercler sur le calendrier maintenant que l’horaire des Sénateurs pour la saison 2019-2020 a été rendu public mardi.

L’autre date importante est le deuxième retour au Centre Canadian Tire de l’ancien capitaine des Sénateurs Erik Karlsson, après qu’il ait accepté une lucrative prolongation de contrat pour rester avec les Sharks de San Jose. 

Les Sénateurs d’Ottawa savaient déjà qu’ils amorceraient leur saison 2019-2020 à Toronto le 2 octobre avant de recevoir les Rangers de New York au Centre Canadian Tire trois jours plus tard pour leur ouverture locale.

Après ces deux premiers matches, les hommes du nouvel entraîneur D.J. Smith vont recevoir les champions de la coupe Stanley, les Blues de Saint-Louis, le jeudi 10 octobre.

Parmi les principaux matches intéressants, il y a les visites du Canadien de Montréal les 11 janvier et 22 février, et celles des Maple Leafs de Toronto le 15 février et le 28 mars. 

Les Sénateurs seront au Centre Bell le 30 novembre et le 11 décembre, alors que leur autre visite au Air Canada Center aura lieu le 1er février.

De retour dans la LNH avec les Flyers de Philadelphie, l’entraîneur gatinois Alain Vigneault effectuera pour sa part son retour dans la capitale le 15 novembre.

Le calendrier comprend 14 séries de deux parties en deux soirs, incluant une à domicile, les 15 février contre Toronto et le lendemain contre les Stars de Dallas. 

Les Sénateurs auront deux voyages de cinq parties au cours de la campagne, le premier incluant leur visite annuelle de l’Ouest canadien à la fin novembre/début décembre, et le second en mars lorsqu’ils effectueront leur tournée californienne. 

Leur plus long séjour à domicile comprendra six parties de suite, du 13 au 22 février.

Sénateurs

Les espoirs des Sénateurs sous les projecteurs

Les Sénateurs d’Ottawa ont ajouté six autres joueurs à leur banque d’espoirs vendredi et samedi dernier à Vancouver à l’occasion du repêchage de la LNH.

Dès mardi à 13 h 45 au Sensplex de Kanata, ces blancs becs vont sauter sur la patinoire pour montrer ce qu’ils ont dans le ventre aux dirigeants de l’équipe, et aux partisans qui se déplacent afin d’avoir une première impression de ce que l’avenir pourrait réserver à leurs favoris.

Sénateurs

Sogaard, un autre « gardien de l’avenir » pour les Sénateurs

La sélection la plus intrigante du repêchage de Vancouver pour les Sénateurs est certes celle du gardien danois Mads Sogaard.

Pour obtenir ce cerbère format géant de 6’ 7’’ (il a même laissé entendre qu’il est rendu à 6’ 8’’), le DG Pierre Dorion a conclu son seul échange de la fin de semaine, cédant le choix de deuxième ronde (44e au total) obtenu de San Jose (via la Floride) dans l’échange d’Erik Karlsson et celui de troisième tour (83e) acquis dans la transaction envoyant Derick Brassard à Pittsburgh aux Hurricanes de la Caroline pour le 37e choix au total.

Sénateurs

Les Sénateurs misent sur Pinto et Sogaard

VANCOUVER - Les Sénateurs d’Ottawa ont lancé le bal de la deuxième journée du repêchage de la LNH en sélectionnant le centre Shane Pinto.

Ce dernier jouait dans la USHL avec Tri-City après avoir été échangé par Lincoln, mais il ira rejoindre deux autres espoirs de l’équipe, Jacob Bernard-Docker et Johnny Tychonick, à l’université du North Dakota la saison prochaine.

«C’est fou, c’est pas mal surréel, je tremble présentement. C’est fantastique et je veux profiter du moment. Je suis vraiment excité cependant. Je m’attendais à être repêché en début de deuxième ronde. Je n’ai pas eu de misère à dormir hier soir, j’étais drainé mentalement... Ça va être spécial que trois gars repêchés par la même équipe jouent ensemble l’an prochain», a-t-il commenté après sa sélection.

Pinto, qui a récolté 28 buts et 59 points en 56 matches dans la USHL l’an dernier, se considère comme un centre bon dans les deux sens de la patinoire, mais qui «peut compter des buts».

Peu après, les Sénateurs ont échangé leur autre choix de deuxième ronde acquis de Columbus, le 44e au total, aux Hurricanes avec leur choix de 3e ronde pour obtenir le choix 37 des Hurricanes, utilisant ce choix pour sélectionner le gardien danois Mads Sogaard, qui jouait à Medicine Hat l’an dernier. Il est un imposant gardien de 6’ 7’’ qui devient le huitième cerbère de l’organisation, avec les six déjà sous contrat ainsi que Kevin Mandolese, du Cap-Breton, repêché en 2018 à Dallas.

Sogaard vient de la même ville du Danemark, Aalborg, que le gardien des Maple Leafs Fredrik Andersen. «Son père est mon entraîneur des gardiens avec l’équipe nationale junior, c’est comme ça que je connais la famille. Je n’ai pas pensé à la possibilité de l’affronter un jour, mais maintenant que vous m’en parlez, ce serait fantastique», a-t-il lancé.

Sogaard se joint à une organisation qui a déjà plusieurs «gardiens d’avenir» en Marcus Hogberg, Filip Gustavsson, Joey Daccord et même Kevin Mandolese, repêché en sixième ronde l’an dernier. 

«Je n’ai pas pensé à ça encore, j’ai fait un ‘blackout’ quand ils ont dit mon nom et je ne suis pas revenu sur terre encore. Je penserai à ça plus tard, je vais profiter de ce week-end avec ma famille, qui ne me voit pas souvent vu que je m’entraîne à San Diego l’été», a indiqué Sogaard, qui s’entraîne sur glace avec Kory Cooper, entraîneur des gardiens du club-école de Belleville. À Medicine Hat, il a délogé un ancien choix des Sénateurs comme gardien numéro un, Jordan Hollett.

«Pinto a des habiletés et de la puissance, il gagne des mises au jeu, fait bien des petites choses pour ajouter de la profondeur au centre, a expliqué le dépisteur-chef des Sénateurs Trent Mann une fois le repêchage complété. Pour le gardien (Sogaard), on n’en a jamais trop. On aimait beaucoup une couple de gardiens et à un certain point, si un d’eux est le meilleur espoir, il serait difficile de les laisser passer, même si on a de la profondeur à la position.»

Avec leurs autres sélections, les Sénateurs ont obtenu les droits sur deux attaquants de 20 ans, le Suédois Viktor Lodin en quatrième ronde et Mark Kastelic, des Hitmen de Calgary, en cinquième. Ils étaient tous deux absents au Rogers Arena. Ottawa n’avait pas de choix de sixième ronde, alors que le défenseur Maxence Guénette, des Foreurs de Val-d’Or, a été leur choix de septième et dernière ronde. Présent, ce dernier a été soulagé d’entendre son nom. «J’avais des doutes, je me demandais si tout le travail que j’ai fait allait porter fruit. Je pense que ça a porté fruit, même si c’est tard, l’important est d’être repêché», a-t-il confié.

En fin de deuxième tour, avec le 61e choix au total, les Devils du New Jersey ont sélectionné un premier joueur ayant un lien avec la région de la capitale, le défenseur russe des 67’s d’Ottawa Nikita Okhotyuk. Les Devils ont récidivé avec le 80e choix au troisième tour, mettant la main sur l’attaquant Graeme Clarke, qui est originaire d’Ottawa. 

Le seul autre joueur local sélectionné a été le défenseur Jacob LeGuerrier, des Greyhounds de Sault Ste. Marie, en cinquième ronde par le Canadien de Montréal. Il n’était pas présent à Vancouver.

Les joueurs locaux Merrick Rippon (67’s), Xavier Simoneau (Voltigeurs, de St-André Avellin), Mathieu Bizier et David Aebischer (tous deux des Olympiques de Gatineau) entretenaient certains espoirs d’entendre leurs noms dans les haut-parleurs du Rogers Arena, mais ça ne s’est pas produit.