Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Sénateurs

Hawryluk, du renfort obtenu au ballottage

Le directeur général des Sénateurs Pierre Dorion pourrait bien avoir déplacé un premier pion en vue du match d’échec qu’il va jouer d’ici la date limite des échanges de la LNH quand il a obtenu le centre Jayce Hawryluk au ballottage lundi.

Les Panthers de la Floride tentaient de rétrograder cet attaquant de 24 ans, un choix de deuxième ronde en 2014, à leur club-école de Springfield, dans la Ligue américaine de hockey, mais celui-ci devra plutôt se rapporter à Ottawa mardi.

Sénateurs

Les Sénateurs vont rendre hommage à Chris Phillips

Les Sénateurs d’Ottawa vont accrocher le numéro 4 de Chris Phillips dans les hauteurs du Centre Canadian Tire pour l’éternité mardi soir lors de la visite des Sabres de Buffalo.

Le hasard faisant drôlement les choses, il ne reste que quatre joueurs qui ont endossé les couleurs de la formation de la capitale en même temps que lui, alors qu’il disputait la 17e et dernière saison de sa carrière, en 2014-2015 : ce sont le gardien Craig Anderson, le défenseur Mark Borowiecki, le centre Jean-Gabriel Pageau et l’attaquant Bobby Ryan.

Sénateurs

Anisimov procure un gain aux Sénateurs [PHOTOS]

Relégué à un rôle de second plan dernièrement, Craig Anderson a montré en fin de semaine qu’il peut encore rendre de fiers services aux Sénateurs d’Ottawa – ou à une autre équipe en quête de renfort devant le filet.

Le vétéran gardien a réussi un arrêt spectaculaire avec une glissade à deux jambières samedi en s’amenant en relève dans un revers de 4-2 contre les Maple Leafs. Il a ensuite enchaîné dimanche au Centre Canadian Tire en aidant son club à remporter un surprenant gain de 4-3 en prolongation aux dépens des Stars de Dallas devant 13 150 amateurs qui, contrairement à la veille, étaient majoritairement rangés derrière les locaux.

Le Russe Artem Anisimov a procuré ce gain contre une des puissances de l’association Ouest en s’échappant grâce à une passe de Brady Tkachuk, pour ensuite déjouer son compatriote Anton Khudobin du revers avec 1:12 à faire à la période de jeu à trois contre trois.

Les Sénateurs, dont c’était le 20e gain cette saison, mettaient fin à une série de sept revers de suite en prolongation ou tirs de barrage, où ils ont maintenant un dossier de 5-11 (0-5 en fusillade).

«C’était bien de voir Arty [Anisimov] d’aller en échappée pour en finir sans qu’on aille en tirs de barrage, a raconté Anderson après ce qui était sa 199e victoire en carrière avec les Sénateurs. J’ai trouvé qu’on a bien joué du début à la fin. Notre jeu a été constant et les 20 gars tiraient sur la corde en même temps. On a joué de façon calme et en confiance.»

Auteur de 36 arrêts, Anderson a été solide et il n’a rien à se reprocher sur les buts de John Klingberg, Stephen Johns et Joe Pavelski, avec 5:11 à faire au troisième tiers pour créer l’égalité.

Tkachuk y est allé d’un but et deux passes alors que son centre Jean-Gabriel Pageau récoltait un but et une passe, Tyler Ennis étant l’autre marqueur contre Khudobin, mis à l’épreuve 46 fois.

«J’ai regardé le gardien et je savais dès le départ que j’allais faire cette feinte [du revers], il restait juste à espérer que la rondelle rentre dans le filet, a raconté Anisimov en expliquant le but gagnant. Tkachuk a vraiment joué un bon match, il travaille très fort et il n’abandonne jamais.»

De l’espoir pour Duclair

Le vétéran a aussi fait une prédiction dans le vestiaire des gagnants : Anthony Duclair, frustré à de multiples reprises par Khudobin, incluant sur une échappée en fin de match, va secouer sa léthargie de 21 parties bientôt. «Il va compter lors de notre prochain match. Il obtient trop de chances, ça va rentrer pour lui afin de lui enlever ce poids des épaules», a-t-il dit.

L’entraîneur-chef D.J. Smith était d’accord. «Il a ses chances, il a l’air plus confiant, il patine bien. C’était son meilleur match des 10 derniers. Il était dangereux et ressemblait au gars qui comptait régulièrement. On pensait qu’il avait compté [samedi]», a-t-il noté.

Ce dernier a bien aimé la sortie des siens, dont les 46 lancers étaient un sommet cette saison (précédent: 42). «Nous avons paniqué un peu en troisième quand ils ont mis de la pression, mais Andy [Anderson] était là pour faire les arrêts. Nous avons bien sorti la rondelle de notre zone et nous avions de l’énergie. Tous les gars ont contribué», a-t-il souligné.

Les Sénateurs poursuivront ce long séjour à domicile de six matches en recevant les Sabres de Buffalo mardi alors qu’ils en profiteront pour retirer le numéro 4 de Chris Phillips.

›› Le sommaire du match

+

Sénateurs

L’intérim sied bien à Bowness

Même si Pierre Dorion lui avait accordé une entrevue pour le poste d’entraîneur-chef qui est allé à D.J. Smith le printemps dernier, Rick Bowness ne s’attendait pas à agir à nouveau comme entraîneur-chef lors d’un match au Centre Canadian Tire.

C’est pourtant ce qu’il a fait dimanche soir derrière le banc des Stars de Dallas, qui se sont tournés vers lui au début décembre quand celui dont il était l’adjoint, Jim Montgomery, a été congédié pour une « conduite non professionnelle » reliée à des abus d’alcool.

Le premier entraîneur-chef de l’histoire moderne des Sénateurs, après l’expansion de 1992, n’a jamais dirigé les Sénateurs dans l’amphithéâtre de Kanata. Bowness  et son associé, Alain Vigneault, ont été congédiés en novembre de la saison 1995-1996, quelques mois avant le déménagement du Centre municipal. Mais il est souvent revenu comme adjoint, ainsi qu’en 1997-1998 lorsqu’il était l’entraîneur-chef des Islanders de New York.

« C’est toujours fantastique de revenir ici. J’aime la ville. Ma famille et moi avons eu de belles années ici. C’était un bel endroit où élever les enfants. Nous avons eu de bonnes années en dehors de la glace. Sur la glace, ça avait été difficile, mais nous sommes passés au travers », s’est rappelé Bowness avant le match, lui qui avait présenté un dossier de 39-178-18 lors des années d’expansion du club de la capitale.

Bowness avait quitté le Lightning de Tampa Bay il y a deux ans pour se joindre à Montgomery à Dallas, étant toujours à la recherche de la bague de la coupe Stanley qu’il convoite. Il est d’ailleurs devenu le troisième entraîneur de l’histoire de la LNH, après Scotty Bowman et Pat Quinn, à être derrière un banc comme patron lors de cinq décennies différentes.

« Je ne suis pas allé à Dallas pour obtenir cet emploi, je n’avais pas postulé pour être entraîneur-chef. On m’a demandé de finir l’année et c’est ce qu’on va faire. C’est très différent d’être entraîneur-chef dans cette ligue qu’il y a 15 ans. L’horaire est plus exigeant. Il y a plus de coaching à faire avec les jeunes joueurs. Tu dois leur parler beaucoup, ainsi qu’à ton personnel d’entraîneurs. Ça m’a probablement pris un mois avant d’embarquer dans une routine avec laquelle j’étais à l’aise. Mais là, ça va bien. Nous avons une bonne équipe, ce qui rend les choses plus faciles », a dit Bowness, qui a une fiche de 16-8-2 depuis qu’il a pris l’intérim avec les Stars.

« Ça a été une surprise, mais mon fils Ryan m’a appelé immédiatement et il m’a dit : "Ne change rien." Il a raison. Je suis la même personne comme entraîneur-chef. Je sais que je dois prendre des décisions difficiles au niveau du temps de glace et tout ça. Mais je pense que je n’ai pas changé et j’ai de bonnes relations avec les joueurs, ce qui a toujours été important pour moi », a-t-il ajouté.

Le pilote des Sénateurs D.J. Smith mentionnait avant la rencontre que ce qu’il a remarqué en faisant ses devoirs sur les Stars, c’est que Bowness a mieux réparti le temps de glace. « La plus grande erreur de perception des gens concernant Dallas, c’est qu’ils sont un club ultra-offensif avec Seguin et Benn », a-t-il souligné.

Sénateurs

Les Maple Leafs doublent les Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa ont à nouveau offert une bonne opposition aux Maple Leafs de Toronto samedi soir alors que la Bataille de l’Ontario s’est transportée dans un Centre Canadian Tire où les partisans de ces derniers ont contribué à le remplir à capacité.

Les hommes de D.J. Smith ont laissé les visiteurs prendre les devants 3-0, au grand plaisir de la majorité des 18 544 amateurs, et un changement de gardien, Craig Anderson s’amenant en relève à Marcus Högberg, a redonné de la vie aux locaux. Ces derniers ont réussi à réduire l’écart à un but par l’entremise de l’ancien Leaf Connor Brown et du Torontois d’origine Cody Goloubef, avant que Mitch Marner ne scelle l’issue de la rencontre dans un filet désert pour un compte final de 4-2.

Anderson a réussi un arrêt digne des jeux de la semaine sur une échappée en désavantage numérique de Zach Hyman au troisième tiers, sortant la mitaine en même temps qu’il faisait une glissade à deux jambières. Ça n’a cependant pas été suffisant.

«J’ai voulu le surprendre en faisant ça et j’ai été un chanceux, ce qui a fait un bon ‘show’, a raconté Anderson. Je n’ai pas eu le temps de penser à trop de choses (en embarquant dans le match, l’adrénaline a embarqué et ça peut aller très bien ou très mal. Ce n’était pas de la faute de Marcus, D.J. (Smith) l’a dit sur le banc, on avait juste besoin d’un changement pour changer le ‘momentum’. Ils n’ont pas eu de lancer (en deuxième) après le changement.»

Högberg avait alloué un mauvais but dès le départ à Auston Matthews, son 42e de la campagne et son 13e en 15 parties en carrière contre les Sénateurs. Il a ensuite été déjoué en deuxième sur un tir voilé de Jake Muzzin et un tir dévié de William Nylander. 

«Ce n’était pas un changement pour blâmer ‘Hoggy’, il y a eu une couple de mauvais bonds. J’ai juste trouvé que c’était le moment de faire un changement pour tenter de faire tourner le vent. ‘Andy’ s’est amené et il a été excellent pour nous, il nous a donné la chance de gagner le match», a confirmé l’entraîneur-chef Smith, qui donnera le départ à Anderson dimanche lors de la visite des Stars de Dallas au CCT.

Ce dernier vivait un premier match à domicile dans un amphithéâtre rempli de chandails bleus et il a trouvé qu’il y avait une «excellente énergie... on veut ça pour nos jeunes joueurs, un édifice où il y a de l’énergie et où il est difficile de venir jouer».

Goloubef, dont c’était le premier but en 87 matches dans la LNH et son troisième en carrière, a apprécié de jouer dans une telle atmosphère. «Ce sont tous les vrais partisans des Leafs qui ne veulent pas payer 500 $ pour aller les regarder jouer à Toronto. Un amphithéâtre plein est un amphithéâtre plein. Du bruit, c’est du bruit. Ça donne de l’énergie aux gars peu importe qui ils encouragent. On ne les écoute pas vraiment», a-t-il noté.

Son tir voilé pourrait avoir dévié sur la jambe d’Anthony Duclair, ce qui mettrait fin à la séquence de 19 matches sans but de l’attaquant québécois. «Je n’ai pas porté attention à ça. Si c’est son but, c’est son but, on cherchait juste à revenir dans le match», a dit Goloubef. 

Duclair «ne veut pas être ce gars-là, mais il n’a dit sur le banc que ça a touché sa culotte», a pour sa part noté D.J. Smith.

Brown a égalé son sommet personnel avec son 11e but de la saison, une fois que Smith a remanié ses trios pour le mettre aux côtés de Chris Tierney et Vladislav Namestnikov, qui lui ont offert une cage béante avec un bel échange .

«Ils ont capitalisé sur leurs chances, mais nous avons réussi à revenir dans ce match. On va dans la bonne direction d’un point de vue de notre identité d’équipe et de notre éthique de travail. Il y a bien du positif à sortir de ce match», a souligné Brown.

L’arbitre gatinois Francis Charron était d’office pour cette rencontre près de son patelin où le gardien des Leafs Jack Campbell a effectué 25 arrêts.

Les Maple Leafs avaient remporté les deux premiers matches de la série de quatre entre les deux clubs, 5-3 en octobre et 2-1 en prolongation le 1er février dernier. Ils se retrouveront une dernière fois à Ottawa, le 28 mars prochain.

Sénateurs

Une Bataille de l’Ontario très modérée

La Bataille de l’Ontario, dont un autre chapitre sera écrit samedi soir au centre Canadian Tire, a déjà été plus intense au fil des trois dernières décennies.

Les Sénateurs et les Maple Leafs se sont affrontés deux fois depuis le début du présent calendrier. Deux parties remportées par l’équipe torontoise durant lesquelles les deux clubs ont écopé de seulement... 28 minutes de pénalité. Un seul joueur a été réprimandé pour rudesse.

La rivalité ne se compare pas à celle que vivent en ce moment les Oilers d’Edmonton et les Flames de Calgary. Plus de 100 minutes de pénalités ont été décernées dans le dernier épisode de la Bataille de l’Alberta, il y a deux semaines.

Les deux gardiens ont laissé tomber les gants. C’est sans compter Matthew Tkachuk, qui joue le rôle d’agitateur.

« La Bataille de l’Alberta est pas mal folle ces temps-ci », a avoué son frère et attaquant des Sénateurs, Brady Tkachuk (photo).

Sénateurs

Chris Phillips, un modèle de maturité selon ses entraîneurs

Les défenseurs à caractère défensif ont rarement droit aux grands honneurs. Les équipes de la LNH retirent généralement les numéros des attaquants dynamiques qui remplissent les filets adverses.

Il n’est quand même pas trop difficile de trouver des gens capables de nous expliquer la véritable valeur de Chris Phillips, en tant que hockeyeur.

On peut par exemple s’adresser aux entraîneurs qui lui demandaient de passer 25 minutes par match sur la patinoire.

«Chris était un modèle de fiabilité. Il donnait surtout l’exemple par sa grande maturité», affirme Jacques Martin.

Martin a été le tout premier entraîneur-chef de Phillips, dans les rangs professionnels.

Au début de la saison 1997-98, le jeune colosse de six pieds et trois pouces avait beaucoup de talent. Dans la Ligue de hockey junior de l’ouest canadien, il avait complètement dominé la compétition.

Sénateurs

Conversation avec Chris Phillips

Une drôle d’idée a traversé l’esprit de Chris Phillips, récemment.

L’ancien défenseur des Sénateurs d’Ottawa s’apprête à retourner au Centre Canadian Tire pour vivre une soirée mémorable. Le numéro 4, qu’il a porté durant presque toute sa carrière, sera retiré de la circulation à tout jamais.

Sénateurs

Les Sénateurs arrachent un gain aux Coyotes

C’était le match pour appuyer le programme « Le hockey est pour tout le monde » jeudi soir au Centre Canadian Tire.

La plupart du monde dans la capitale a décidé de bouder l’endroit, encore une fois, alors qu’il n’y avait que 9762 amateurs dans les gradins — l’amphithéâtre semblait plus vide que ça — pour voir les Sénateurs d’Ottawa remporter une rare victoire.

Profitant des largesses du gardien Antti Raanta, ils ont défait les Coyotes de l’Arizona 3-2 pour mettre un terme à leur série de six défaites consécutives (0-4-2) et mettre la main sur seulement leur troisième gain en 2020.

Après s’être vu refuser un but mardi au Colorado, Nick Paul a obtenu le but gagnant en troisième quand son tir de loin semblait avoir été arrêté par Raanta, sauf que la rondelle a bondit sur son épaule et derrière lui.

« J’espérais que le bond irait dans le bon sens et c’est ce qui est arrivé. Nous avons continué dans le même sens (qu’à Denver), tout le monde était dans le match et ça a paru, nous avons fait des jeux et frappé des gars dès la première période », a souligné Paul après la rencontre.

C’était un juste retour du balancier pour lui, comme l’a souligné son entraîneur-chef D.J. Smith.

« C’est un joueur fiable qui peut jouer dans toutes les situations, c’est rare qu’il n’a pas de jambes pour un match et c’était bien de le voir compter ce soir après s’en être fait enlever un l’autre soir. Il a encore été très bon, il joue chaque match pour rester dans la ligue et ce sont des gars affamés comme ça que tu veux sur ton équipe », a dit Smith.

Vladislav Namestnikov et Brady Tkachuk avaient lancé les locaux en avant dans la première moitié de la première période, le premier profitant de la vitesse d’exécution de Drake Batherson pour surprendre le gardien et le second faisant habilement dévier un tir de la pointe de Thomas Chabot.

Le gardien des locaux Marcus Högberg a cédé devant Oliver Ekman-Larsson, dont le tir sur réception en avantage numérique a dévié sur un bâton au deuxième tiers, ainsi que devant Jordan Oesterle en troisième. Il a fait face à 34 lancers, alors que Raanta a été mis à l’épreuve 31 fois à l’autre bout.

« C’est une grosse victoire pour nous, on va espérer en ajouter une couple d’autres pendant ce long séjour à la maison, a souligné Tkachuk. C’était un bon effort pour nous, on peut bâtir là-dessus. Nous avions eu quelques parties avec de mauvais départs, on a mis l’accent là-dessus. Nous avions de l’énergie également en revenant devant nos partisans. On veut continuer comme ça... Pour mon but, beaucoup de crédit va à Thomas Chabot qui a réussi à prendre un bon tir vers le filet. »

L’attaquant Tyler Ennis a disputé son 600e match dans la LNH à cette occasion, ratant une bonne chance d’ajouter un but d’assurance en fin de troisième période.

De retour d’un congé parental, le défenseur Mark Borowiecki a quitté le match en troisième période après une collision au centre de la glace avec Lawson Crouse où s’il s’est relevé avec une cheville toute croche. Smith a dit après coup que « c’est moins pire que ça avait l’air sur le vidéo, il n’y a pas de fracture et il va rater un bout de temps, mais il est un “tough”. On va en savoir plus (vendredi). »

Les Sénateurs (19-27-11), qui ont compliqué la vie de Coyotes (28-24-8) impliqués dans la course aux séries dans l’Ouest, vont poursuivre ce long séjour à domicile de six parties en recevant la visite des Maple Leafs de Toronto samedi soir. La foule devrait alors être pas mal plus imposante, quoique composée en grande partie de partisans des visiteurs. Les 9762 partisans annoncés jeudi ont formé la troisième pire foule de la saison, le record demeurant les 9204 du deuxième match local de la saison, en octobre contre St. Louis.

>> Sommaire

+

HÖGBERG A BIEN REBONDI

Marcus Högberg n’a pas accordé beaucoup de mauvais buts depuis qu’il s’est emparé, non officiellement, du poste de gardien numéro un des Sénateurs.

Ça lui est arrivé à un mauvais moment jeudi soir, le tir de Jordan Oesterle lui passant entre les jambières pour réduire l’écart à un seul but à mi-chemin de la troisième période.

Bon signe pour l’avenir, il ne s’est pas laissé abattre par cette erreur et il a fait les arrêts qu’il devait faire pendant le reste de la rencontre pour préserver le gain de 3-2 des siens contre les Coyotes, son troisième contre 12 défaites (7 en prolongation/tirs de barrage).

« Ces situations-là vont se présenter à l’occasion. C’est important de l’oublier et de se reprendre, se concentrer comme il faut pour gagner le match et arrêter le tir suivant, a-t-il répondu au Droit lors de son point de presse dans le vestiaire des gagnants. C’était bien de gagner, j’ai aimé comment nous avons joué pendant 60 minutes complètes. On s’est bien battu, à la fin, on a bien défendu notre filet. C’était bien de voir les gars compter quelques buts. »

Le cerbère suédois de 25 ans a aussi réalisé quelques gros arrêts, notamment contre Nick Schmaltz et Taylor Hall au deuxième tiers, sortant la jambière gauche contre les deux attaquants des Coyotes.

« Il (Högberg) a été bon, je suis certain qu’il aimerait ravoir ce but, mais il y en a probablement trois autres qui auraient été des buts contre plusieurs autres gardiens », estimait D.J. Smith.

Ce dernier a aimé voir son club soutirer deux points de classement à une équipe qui a grand besoin de ceux-ci. « Ces matches-ci sont des parties de séries pour nous, c’est de la bonne expérience pour nos jeunes. On va en avoir deux autres en fin de semaine (contre Toronto et Dallas) », a-t-il ajouté.

Sénateurs

Les Sénateurs de retour à la maison... avant les échanges

Les Sénateurs d’Ottawa sont rentrés les mains vides de leur dernier court voyage, ce qui a porté à six leur plus récente série de revers.

Six, c’est aussi le nombre de matches qu’ils vont maintenant disputer à leur domicile du Centre Canadian Tire — déserté par les partisans locaux — pour essayer de freiner cette séquence où ils ont au moins récolté deux points de classement, en raison de défaites en prolongation ou tirs de barrage.

Sénateurs

Les arguments en faveur de Pageau

Les Sénateurs devaient avoir congé d’entraînement mercredi, mais ils ont plutôt été en transit une bonne partie de la journée, leur vol nolisé n’ayant pu quitter le Colorado mardi soir.

C’est une autre journée qui est passée sans qu’il y ait de développement dans le dossier de Jean-Gabriel Pageau, ou des autres joueurs autonomes potentiels de l’équipe à 11 jours de la date limite pour les transactions dans la Ligue nationale de hockey, fixée au 24 février à 15 h.

Sénateurs

Grubauer a le meilleur sur Högberg

DENVER - Les Sénateurs d’Ottawa ont assez de misère à compter des buts de ce temps-ci qu’ils n’ont pas vraiment les moyens de s’en faire refuser par les arbitres.

Quand un but apparent de Nick Paul n’a pas été alloué parce qu’un des arbitres a jugé que le jeu était arrêté même s’il n’avait pas sifflé, la meilleure chance de compter des visiteurs s’est envolée en fumée alors que le gardien Philipp Grubauer a arrêté tous les 34 tirs auxquels il a fait face pour mener l’Avalanche du Colorado à un gain par blanchissage de 3-0 devant 18 015 amateurs au Pepsi Center.

Les anciens Nordiques remportaient ainsi un cinquième gain d’affilée à leur retour à domicile après un fructueux voyage, eux qui se préparent à jouer un match en plein air contre les Kings de Los Angeles en fin de semaine, tandis qu’Ottawa (18-29-11) encaissait un sixième revers consécutif, séquence où ils n'ont compté que neuf buts.

L’Allemand Grubauer a remporté son duel de gardiens contre le Suédois des Sénateurs Marcus Högberg, qui n’a rien eu à se reprocher sur les buts du Finlandais Mikko Rantanen et du Russe Valeri Nichushkin, en avantage numérique, dans ce match à saveur internationale. Il a fait face à 35 lancers alors que son compatriote Gabriel Landeskog a complété dans un filet désert.

Pour en revenir au but refusé à Paul, le but est sorti de ses amarres quand il a été poussé dans le filet par Landeskog, justement. La rondelle qu’avait arrêtée Grubauer est tombée là où aurait été le filet normalement.

«Je ne suis pas trop certain de ce qui est arrivé, j’ai laissé l’arbitre expliquer à D.J. (Smith) la décision... J’ai perdu un peu mon ‘cool’ après, ce qui n’était pas très intelligent de ma part», a indiqué Paul après coup, lui qui a été envoyé au cachot pour conduite anti-sportive.

«Il (l’arbitre) a dit qu’il n’y avait pas de but, ni de punition. Je ne suis pas d’accord, mais je ne suis par un arbitre. Ils ont un travail difficile à faire et c’est leur décision. Je comprends Paul (de perdre son calme), il travaille fort et c’est la vie et la mort pour lui de compter un but ici et là, donc ça fait mal quand un but lui est refusé quand il pensait avoir compté... Mais il y a eu des signes encourageants dans ce match, nous avons offert une très bonne opposition à un des meilleurs clubs en attaque de la ligue. Je ne peux pas en demander plus à un jeune club, si on joue comme ça, on va gagner plus de matches qu’on va en perdre», analysait l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Rantanen a réussi une belle pièce de jeu où il a réussi un «spin-o-rama» à la ligne bleue pour se débarrasser du défenseur Ron Hainsey, avant d’atteindre la lucarne du revers par dessus l’épaule du gardien pour le but qui devait s’avérer celui de la victoire à la dernière minute du premier vingt.

«Leurs meilleurs joueurs sont leurs plus travaillants. C’est tout un but de Rantanen... Högberg nous a encore une fois tenus dans le match», a souligné Smith.

«Je me sentais bien et le club a bien joué aussi. On va continuer à travailler fort et les résultats vont venir... Grubauer a été très bon, nous avons obtenu de bons lancers, il a fait de gros arrêts... On veut gagner, mais je dois me concentrer à arrêter des rondelles. C’était un bon défi de jouer contre eux», a noté Högberg.

«Nous avons eu de bonnes chances et on n’a juste pas réussi à obtenir ce premier but qui nous aurait donné notre erre d’aller. Mais il y a beaucoup de choses à aimer de notre jeu dans ce match, on a joué avec ardeur jusqu’à la fin, on a rendu ça difficile à un excellent club», a dit le défenseur Dylan DeMelo, qui a fait un mauvais parti à Nathan MacKinnon au premier tiers, Landeskog allant ensuite venger son centre vedette.

Les Sénateurs sont donc rentrés bredouilles de ce voyage de deux parties au Manitoba et au Colorado. Après une journée de congé mercredi, ils vont maintenant disputer leurs six prochaines parties à domicile, à commencer par celle de jeudi quand les Coyotes de l’Arizona seront les visiteurs au Centre Canadian Tire.

Sénateurs

L’Avalanche, un modèle à suivre

DENVER — Quand les Sénateurs et l’Avalanche se sont affrontés à Stockholm, en Suède, en novembre 2017, la formation du Colorado commençait à se relever d’une saison désastreuse de 48 points au classement tandis qu’Ottawa visait haut après lui avoir soutiré Matt Duchene quelques mois après sa participation à la finale de l’Est.

Deux ans et trois mois plus tard, les rôles sont complètement inversés alors que les anciens Nordiques sont redevenus des aspirants à la coupe Stanley, tandis que leurs adversaires de mardi soir au Pepsi Center sont au cœur d’une reconstruction amorcée quelques mois après l’arrivée de Duchene.

Sénateurs

Makar dans une course enlevante pour le Calder

DENVER — Les amateurs de hockey de l’Ouest sont choyés cette saison alors que la course au trophée Calder entre Cale Makar, de l’Avalanche, et Quinn Hugues, des Canucks de Vancouver, est particulièrement enlevante.

Il faut veiller un peu tard dans l’Est pour voir les exploits de ces deux jeunes défenseurs, qui se relancent soir après soir.

Sénateurs

Les Sénateurs en bref

Les événements du jour chez les Sénateurs, en quelques mots.

Kadri blessé

L’Avalanche a fait savoir mardi que le centre Nazem Kadri, l’ancien des Leafs acquis l’été dernier, sera absent pour une période indéterminée en raison d’une blessure au bas du corps subie dimanche dernier au Minnesota.

À l’approche de la date limite pour les transactions du 24 février, son absence pourrait amener le DG Joe Sakic à s’intéresser aux services de Jean-Gabriel Pageau, si les Sénateurs le rendent bel et bien disponible.

En attendant, l’entraîneur Jared Bednar a utilisé J.T. Compher au centre de son deuxième trio, « Il va rater des semaines, a dit Bednar. Oui, c’est une grosse perte pour nous, il fait beaucoup de choses, mais nous avons d’autres gars qui sont excités de remplir les trous dans l’alignement », a dit Bednar mardi matin.

Hainsey pas nerveux

Le vétéran défenseur Ron Hainsey n’est probablement pas très convoité sur le marché des échanges en raison de son salaire élevé (3,5 M$), et il n’est pas trop du genre à s’énerver avec des rumeurs.

Il cherche à partager ce même calme avec ses coéquipiers plus jeunes.

« Il faut se rappeler que quelqu’un te regarde tous les jours quand tu joues dans la LNH. Chaque match te donne une chance de te montrer sous ton meilleur jour », a-t-il indiqué mardi.

Entre les lignes

Laissé de côté avec Scott Sabourin et le défenseur Andreas Englund pour un deuxième match de suite, il ne faudrait pas se surprendre de voir Filip Chlapik prendre le chemin de Belleville au retour de l’équipe à Ottawa mercredi, au petit matin. « Nous développons nos jeunes joueurs et on surveille toujours ce qui serait le mieux pour eux. S’ils ne jouent pas assez ici, il vaut toujours mieux qu’ils jouent beaucoup à Belleville », a dit D.J. Smith...

Smith a joué 34 de ses 45 matches dans la LNH avec l’Avalanche, et il a compté son unique but avec eux. « C’était contre Marc Denis [de Columbus], il n’a rien vu, le tir était trop foudroyant », a blagué Smith...

À Belleville, Troy Mann a fait savoir mardi que le défenseur Christian Wolanin va jouer son premier match cette saison vendredi contre Toronto, mais il ne jouera pas le lendemain, histoire de protéger son épaule reconstruite après une chirurgie.

Sénateurs

Högberg prend la pôle

DENVER — D.J. Smith joue aux cachottiers avec l’identité de son gardien partant depuis le retour de la pause du Match des étoiles, mais comme il a critiqué son vétéran Craig Anderson à mots à peine couverts après le revers de samedi dernier à Winnipeg, il faut s’attendre à ce que Marcus Högberg obtienne la majorité des départs d’ici au retour d’Anders Nilsson.

« Ce n’était pas complètement de sa faute, mais je n’ai pas trouvé qu’il était excellent », avait expliqué Smith pour justifier sa décision de sortir son crochet après deux périodes lors du revers de 5-2 contre les Jets, alors qu’Anderson avait concédé quatre buts sur 22 lancers.

Sénateurs

Boedker a patienté pour son 700e match

DENVER — Quand la saison 2019-2020 des Sénateurs s’est mise en branle, Mikkel Boedker ne pensait pas qu’il devrait attendre jusqu’au mois de février pour disputer le 700e match de sa carrière.

L’attaquant danois de 30 ans n’était alors qu’à 11 parties de ce plateau et il ne pouvait pas se douter que le nouvel entraîneur-chef D.J. Smith le prendrait en grippe et ne lui ferait jouer qu’un match par-ci par-là, préférant utiliser des jeunes joueurs ou encore un dur à cuire comme Scott Sabourin à sa place, malgré son salaire de 4 millions $.

Sénateurs

La confiance est affectée, pense Pageau

DENVER — À part pour un cadeau fait à Mikkel Boedker à l’occasion de son 699e match en carrière, l’attaque des Sénateurs d’Ottawa dans leur revers de 5-2 aux mains des Jets de Winnipeg samedi s’est résumée au 21e but de la saison de Jean-Gabriel Pageau.

En rejoignant au premier rang des buteurs de l’équipe un Anthony Duclair qui n’a pas secoué les cordages pour un 17e match de suite, le centre gatinois n’a fait qu’ajouter à son record personnel qui tombe bien alors qu’il est en quête d’un nouveau contrat à l’approche de la date limite pour les transactions dans la LNH (toujours pas de négociations de ce côté, selon les informateurs du réseau Sportsnet).

Sénateurs

Jets 5/Sénateurs 2: Laine marque 3 fois en avantage numérique

WINNIPEG — Patrik Laine a marqué trois buts en avantage numérique, samedi, propulsant les Jets de Winnipeg vers un gain de 5-2 aux dépens des Sénateurs d’Ottawa.

Son huitième triplé en carrière a aidé les Jets à porter leur récente fiche à 3-0-1, après une série de cinq revers.

Cumulant 23 buts et 28 passes, le Finlandais de 21 ans a déjà dépassé sa récolte de 50 points la saison dernière (30-20).

Kyle Connor a récolté un but et trois passes, tandis que Neal Pionk a fourni un but et deux mentions d’aide.

Blake Wheeler a aussi contribué à deux filets, tandis que Laurent Brossoit a fait 25 arrêts.

Les Jets entamaient un passage de six matches à la maison, leur plus long séjour du genre cette saison.

Jean-Gabriel Pageau et Mikkel Boedker ont riposté pour les Sénateurs, qui perdaient un cinquième match d’affilée.

Craig Anderson a permis quatre buts en 22 tirs avant de céder sa place, au début du troisième vingt. Marcus Hogberg a repoussé 11 tirs sur 12.

Ottawa va rejouer mardi, au Colorado.

Sénateurs

Borowiecki en congé parental

Mark Borowiecki n’a pas accompagné ses coéquipiers au Manitoba vendredi, non pas parce qu’il ne voulait pas passer une longue nuit à Winnipeg comme le veut la vieille chanson de Pierre Lalonde, mais plutôt parce qu’il doit se préparer à bientôt passer des nuits très courtes chez lui à Ottawa.

Attendu depuis neuf mois, le premier enfant du défenseur des Sénateurs et de son épouse Tara était sur le point de faire son entrée dans le monde, Borowiecki ayant dit dès mardi que c’était « une affaire d’heures ».

Sénateurs

La pression monte pour Duclair

D.J. Smith a bien ressenti la frustration qui envahissait Anthony Duclair jeudi soir quand il a réduit son temps de glace.

Au lendemain d’un revers de 4-1 contre l’Avalanche du Colorado où il n’a joué qu’un peu plus de 10 minutes, dont à peine deux présences pour 1:17 minute au troisième tiers, cette frustration était palpable chez lui même si l’attaquant québécois n’a pas voulu discuter du traitement que lui avait réservé son patron avec les médias.

Sénateurs

Un premier duel Batherson-MacKinnon

Lorsqu’il était adolescent à Antigonish, Drake Batherson se rendait souvent à Halifax lors des deux saisons de Nathan MacKinnon avec les Mooseheads, la seconde étant couronnée par une conquête de la coupe Memorial en 2013.

«L’année de la coupe, j’ai bien dû assister à plus de 20 de leurs matches. Il y avait un buzz à travers toute la Nouvelle-Écosse pour les Mooseheads avec MacKinnon, (Jonathan) Drouin, (Martin) Frk et (Zach) Fucale. Ils avaient toute une équipe et je demandais souvent à mon père de faire l’heure de route vers Halifax pour aller les voir jouer», a raconté l’attaquant des Sénateurs jeudi matin, quelques heures avant de disputer un premier match dans la LNH contre MacKinnon et l’Avalanche du Colorado.

Depuis ces moments où il était un simple partisan du club local, Batherson a développé une relation d’amitié avec la vedette de l’Avalanche, avec qui il s’entraîne au cours de la saison estival au sein d’un groupe d’élite comprenant également Sidney Crosby, des Penguins de Pittsburgh, et Brad Marchand, des Bruins de Boston.

«On se tient ensemble à l’occasion, on va jouer au golf de temps en temps avec Sid, et il m’a envoyé un texto cette semaine pour avoir des recommandations de restaurant ici, des choses comme ça. J’ai joué une couple de matches contre Sid et là, ça va être amusant de l’affronter à son tour», a indiqué Batherson.

Le jeune homme commence à peine à s’établir dans la LNH, alors que depuis son dernier rappel, il affiche nettement plus de confiance en ses moyens. Il fait des feintes dignes de MacKinnon et Crosby, comme il le faisait dans la Ligue américaine, dont il était le meilleur compteur avant de revenir à Ottawa au début de janvier.

Ses sessions sur glace avec trois vedettes de la LNH l’ont évidemment bien préparé pour saisir cette chance – tout comme les conseils de son père Norm, un ancien hockeyeur professionnel, et de son oncle Dennis Vial, un ancien Sénateur.

«La première chose qui m’a frappée il y a trois ans quand j’ai commencé à patiner avec eux, c’est à quel point ces gars-là travaillent avec ardeur. Sid produit des saisons de 100 points depuis 14 ans, et Nathan est rendu à ce niveau-là lui aussi, et ils travaillent fort malgré tout à la fin de juin. Tu ne penserais pas que ce serait le cas, mais ils sont ceux qui travaillent le plus fort à ce moment-là et c’est pour ça qu’ils sont si bons», a souligné Batherson.

La vitesse d’exécution et le coup de patin avec la rondelle de MacKinnon impressionnent Batherson. «Ses mains et ses pieds vont à un million de milles à l’heure en même temps, ce qui fait qu’il est difficile pour les défenseurs de le contenir, dit-il. Les gardiens ne savent pas quand il va utiliser son excellent tir également. Tout ce qu’il fait est à 100 % et à un million de milles à l’heure, c’est probablement pourquoi il est un des joueurs les plus dangereux de la ligue actuellement.»

L’ailier droit de 21 ans n’est pas à ce niveau, mais avec un but et quatre passes à ses cinq derniers matches avant celui de jeudi, il était sur la bonne voie pour se tailler un poste permanent à Ottawa, même s’il risque de retourner à Belleville pour les séries de la Ligue américaine ce printemps.

«Je pense que je suis revenu des mineures avec plus de confiance en ayant joué beaucoup et j’ai rapporté ça à ce niveau-ci. Au début, je n’essayais pas les mêmes jeux que je faisais "en bas", mais en devenant plus à l’aise, tu réalises que tu peux faire plus de choses», dit-il.

Son entraîneur D.J. Smith aime l’idée que Batherson s’entraîne avec MacKinnon et compagnie pendant la saison morte. «Quand tu côtoies des joueurs de niveau élite qui sont plus âgés et plus forts que toi, éventuellement, tu vas réduire l’écart et si tu es un compétiteur comme Drake l’est, ton objectif va être de compétitionner avec ces gars-là, être à leur niveau. Tu ne peux pas payer assez d’argent pour t’entraîner avec ces gars-là. Il ne va que continuer à s’améliorer, lui qui l’a déjà fait beaucoup depuis octobre dernier», estime-t-il.

Sénateurs

L’Avalanche domine les Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa ont réussi à contenir les élans de Nathan MacKinnon jeudi soir.

Ils ont cependant eu pas mal moins de succès face à son nouveau lieutenant Cale Makar, jeune défenseur qui a montré pourquoi il est un sérieux candidat au trophée Calder de recrue de l’année en y est allant du but gagnant et d’une passe sur un but d’assurance pour mener l’Avalanche du Colorado à un gain de 4-1 devant une autre maigre foule, 11 465 amateurs, au Centre Canadian Tire.

C’était un quatrième revers de suite pour la troupe de D.J. Smith, qui n’a pas eu besoin de faire du temps supplémentaire cette fois pour s’incliner, après l’avoir fait en tirs de barrage et en prolongation à ses deux sorties précédentes.

À part pour le seul but des locaux, réussi par Brady Tkachuk à la dernière minute du premier tiers, la plus grosse réaction de la foule au cours de la soirée a été lorsque celui-ci a décoché le premier tir au but des Sénateurs, avec 1:42 à faire à l’engagement.

Valeri Nichushkin avait ouvert le pointage sur le neuvième lancer dirigé vers le gardien recrue Marcus Högberg, qui n’a pas eu beaucoup de chance de réagir après un affreux revirement commis par Ron Hainsey.

«Notre exécution n’était tout simplement pas là. J’ai commis le revirement vers la huitième minute, c’est un jeu de zone neutre qui a mis mon partenaire (Thomas Chabot) dans le trouble. Nous ne pouvions pas faire de jeux pour remettre la rondelle à nos avants avec de la vitesse et on s’est donc retrouvés sur les talons», a commenté Hainsey après la rencontre.

Matt Nieto et Makar, sur une passe de MacKinnon pour son seul point du match, ont redonné les devants aux visiteurs en période médiane, une avance qu’ils ont accentué grâce à un filet de J.T. Compher en troisième.

C’est quand même le début de rencontre affreux des locaux qui était pointé du doigt dans leur vestiaire. «Nous n’étions tout simplement pas prêts à jouer, c’est aussi simple que ça. Nous n’étions pas engagés, on ne s’occupait pas des détails. On a fait un peu mieux par la suite, mais ce n’était pas assez», a analysé le défenseur Dylan DeMelo.

«Les gars qui jouaient contre MacKinnon (le trio de Jean-Gabriel Pageau) ont fait du bon travail pour le contenir, c’est au moins ça», a ajouté DeMelo.

Jouant avec Pageau contre eux, Tkachuk a connu un match occupé avec sept tirs au but ainsi que 10 mises en échec, signe cependant que son club pourchassait souvent la rondelle.

«J’ai cherché à jouer de façon physique le plus possible et j’ai eu beaucoup de chances de le faire. Ils ont une bonne équipe et on jouait contre un excellent trio (MacKinnon avec Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen), j’ai essayé de les frustrer autant que possible. Je ne me posais pas de question si on avait la rondelle ou non, j’essayais de frapper quelqu’un», a souligné Tkachuk, dont c’était le 16e but cette saison, lui qui a déjoué le gardien Philipp Grubauer en s’échappant.

Ce dernier a fait face à 26 lancers, la plupart de routine, alors que Högberg a été mis à l’épreuve 34 fois. 

«Il aurait fallu sortir et établir un échec-avant pour ensuite obtenir des lancers au filet. Nous avons tenté de jouer avec beaucoup trop de finesse (‘fancy’, en anglais) contre un club qui a beaucoup trop de talent pour jouer de cette façon. On a joué avec un peu plus d’ardeur à la fin de la période, Brady a tenté d’entraîner les gars derrière lui, mais ils sont trop habiles et quand ils ont pris les devants 3-1, ils ont fermé le jeu au possible», analysait l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Les Sénateurs (18-25-11) vont maintenant disputer leurs deux prochaines parties à l’étranger, samedi contre les Jets à Winnipeg et mardi prochain à Denver contre l’Avalanche (30-16-6) à nouveau.

>> Sommaire du match

Sénateurs

Högberg garde le moral

Le gardien Marcus Högberg a encaissé une quatrième défaite en tirs de barrage mardi contre Anaheim, et une septième en prolongation/fusillade cette saison.

Le cerbère avait remporté la première de ses deux victoires en prolongation contre Nashville le 19 décembre dernier.

Lors des quatre fusillades, Högberg n’a arrêté que cinq des 11 tentatives contre lui, mais ses coéquipiers n’ont compté aucun but à l’autre bout.

«Je pense que je peux être bien meilleur. Je vais regarder des vidéos des buts à mes dépens avec Pierre [Groulx, l’entraîneur des gardiens] et détecter s’il y a un problème. J’étais pas mal confiant là-dessus avant, mais il y va y avoir des hauts et des bas. Je vais peut-être devoir ajouter un harponnage comme [John] Gibson [des Ducks] à mon arsenal, mais surtout, je dois être plus patient», a-t-il raconté.

Le revers de 3-2 contre Anaheim a porté la fiche des Sénateurs cette saison à 0-5 lors du concours d’habiletés (Anders Nilsson a encaissé l’autre revers, en octobre à Vegas).

Sénateurs

DeMelo adopte l’omerta de Dorion

Habituellement fort volubile avec les différents représentants des médias, le défenseur Dylan DeMelo s’est fait très discret mercredi quand il s’est fait demander s’il y avait du nouveau avec sa situation contractuelle.

Un des 10 joueurs autonomes sans compensation potentiels des Sénateurs, DeMelo a ni plus ni moins adopté la loi du silence du directeur général Pierre Dorion, qui cache bien son jeu à l’approche de la date limite des transactions du 24 février. Ça pourrait être interprété comme un signe que des négociations ont été amorcées en coulisses avec son agent, Brian MacDonald.

Sénateurs

Bobby Ryan prépare son retour

Ayant obtenu l’aide dont il avait besoin, Bobby Ryan se prépare à revenir donner un coup de main aux Sénateurs d’Ottawa.

L’attaquant de 32 ans qui avait adhéré au programme de soutien aux joueurs de la LNH le 20 novembre dernier, au lendemain d’un match où il avait laissé de côté contre les Red Wings à Détroit a participé à un premier entraînement avec ses coéquipiers mercredi midi, alors qu’il était dans le giron de l’équipe au Centre Canadian Tire depuis déjà quelques semaines.

Sénateurs

Duclair content de retrouver O’Ree

La routine d’avant-match d’Anthony Duclair a été perturbée un peu mardi soir alors qu’avant d’affronter les Ducks, il a été appelé à participer à la mise au jeu officielle.

C’est assez inhabituel vu qu’il ne porte pas de lettre d’assistant-capitaine sur son chandail. Mais à l’occasion de la visite de Willie O’Ree dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs, l’attaquant des Sénateurs ne demandait pas mieux que de s’impliquer à sa façon. La veille, Duclair avait rencontré l’homme qui a brisé la barrière de la couleur dans la Ligue nationale de hockey, lors d’un match pour célébrer le 125e anniversaire de fondation de la Coloured Hockey League des Maritimes.

« J’avais rencontré M. O’Ree en compagnie de Jordan Subban juste avant mon repêchage en 2013 [au New Jersey] et il m’a dit quand je l’ai revu [lundi] qu’il se souvenait de moi, ce qui était pas mal cool. Il est un vrai pionnier de notre ligue et avec tout ce qu’il fait maintenant [comme ambassadeur de la LNH] pour faire progresser notre sport et pour les joueurs noirs, on ne peut le remercier assez. C’est un honneur de le voir à nouveau », a raconté Duclair quelques heures avant le match au sujet de l’ancien des Bruins de Boston (et des Canadiens de Hull-Ottawa).

Sénateurs

Le point d’extra aux Ducks

Le résultat du match entre les Sénateurs d’Ottawa et les Ducks d’Anaheim avait surtout de l’importance en vue de la prochaine loterie du repêchage.

La bataille entre les clubs de 27e et 28e places dans la LNH ne passera certes pas à l’histoire, ayant été remportée 3-2 en tirs de barrage par les Ducks, pas plus que le nombre d’amateurs qui prenaient place dans les gradins du Centre Canadian Tire.

La foule annoncée de 9238 amateurs était la deuxième pire à l’amphithéâtre de Kanata, celle de 9204 le 10 octobre dernier lors de la visite des Blues de Saint-Louis demeurant le record de médiocrité depuis l’ouverture de l’édifice en janvier 1996.

C’était la cinquième fois cette saison que le club du propriétaire Eugene Melnyk attirait moins de 10 000 amateurs dans un amphithéâtre qui peut en accueillir près du double, et la deuxième en 2020 après les 9637 de la semaine dernière contre les Devils du New Jersey.

Les Sénateurs de l’ère moderne ont déjà fait pire, mais c’était lorsqu’il jouait au Centre municipal d’Ottawa (maintenant l’Aréna de la Place TD) avec ses 10 500 places : le 30 novembre 1995, il n’y avait eu que 8167 spectateurs pour une visite des Islanders de New York, peu après les congédiements de l’entraîneur-chef Rick Bowness et de son adjoint Alain Vigneault.

Pour ce qui est du match lui-même, les Sénateurs ont encore été incapables de procurer un gain en temps réglementaire au gardien Marcus Högberg, qui encaissait un septième revers en prolongation ou tirs de barrage. Ottawa a un dossier de 0-5 en fusillade cette saison, et de 4-11 après 60 minutes de jeu.

Ondrej Kase et Rickard Rackell ont déjoué Högberg lors du concours d’habiletés, alors que John Gibson a arrêté Drake Batherson et Anthony Duclair à l’autre bout, lui qui avait effectué 30 arrêts lors des 65 premières minutes de jeu. Il n’a été pris en défaut que par Batherson et Artem Anisimov lors de jeux de puissance, à chaque fois sur des passes de Mike Reilly.

« On devrait presque souhaiter revenir aux années 1980 pour qu’on ait une nulle et qu’on se sente un peu mieux en retournant à la maison, mais nous avons quand même encore fait de bonnes choses. Nous pouvons lutter avec tous les clubs dans la ligue. Éventuellement, nous allons gagner ces matches serrés », analysait l’entraîneur-chef D.J. Smith après coup.

L’attaque à cinq a produit les deux buts après avoir été incapable de profiter d’un avantage numérique de quatre minutes quand Reilly a été coupé sur la paupière par un coup de bâton au premier tiers. « Nous avons joué un bon match dans notre zone, on a juste commis quelques erreurs et la rondelle s’est retrouvée dans notre filet. Nous sommes dans tous les matches et on laisse filer quelques points de classement, mais on se place quand même dans une bonne position pour obtenir deux points. On peut bâtir là-dessus, il nous reste à s’appliquer un peu plus en prolongation pour éviter d’aller en fusillade peut-être », estimait l’arrière obtenu du Canadien de Montréal le mois dernier.

Les Sénateurs, qui ont perdu les services de l’attaquant Vladislav Namestnikov en raison d’une blessure au bas du corps quand il a bloqué un tir en deuxième période, se prépareront maintenant à recevoir la visite de l’Avalanche du Colorado jeudi au CCT.

+

Sénateurs

Pas de stress pour Anderson

Ça veut peut-être dire quelque chose comme ça peut aussi bien n’avoir aucune signification, mais à moins de trois semaines de la date limite des transactions dans la LNH, les Sénateurs d’Ottawa n’ont pas demandé à Craig Anderson de leur soumettre sa liste de 10 équipes auxquelles il refuserait d’être échangé.

Le vétéran gardien de 38 ans confiait au Droit lundi qu’il « garde l’esprit ouvert vu que c’est hors de mon contrôle, je cherche juste à contrôler mon effort et mes performances quotidiennes ici avec les gars, garder une attitude positive ».