Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Sénateurs

Retour réussi pour Mark Stone

Le vidéo de deux minutes rendant hommage à Mark Stone à son retour en ville était rempli de célébrations émotives de ses buts, une marque de commerce de ses six années de service aux Sénateurs d’Ottawa.

Inspiré par ces souvenirs, et cherchant à procurer une victoire à son nouvel entraîneur-chef Peter DeBoer à ses débuts derrière le banc des Golden Knights de Vegas, Stone n’a pas manqué de souligner comme il se doit son but et sa passe dans un gain de 4-2 jeudi soir au Centre Canadian Tire, où une petite foule de 12 412 amateurs a pu l’applaudir à nouveau pour la première fois depuis son échange du mois de février 2019.

Il a sauté dans les bras de Paul Stastny quand il a complété sa passe dès la première minute de jeu, et il a été encore plus exubérant quand il a déjoué son ancien coéquipier Craig Anderson sur un enroulé en fin de deuxième période.

Les Sénateurs encaissaient un neuvième revers d’affilée à cette occasion.

Vladislav Namestnikov a privé le gardien Marc-André Fleury d’un jeu blanc au troisième tiers, une minute après un but de Chandler Stephenson en désavantage numérique qui scellait l’issue de la rencontre. Ryan Reaves et Connor Brown ont complété le pointage, ce dernier soulignant ainsi son 300e match en carrière.

« C’était un excellent match pour nous, on avait besoin des deux points alors qu’on en avait arraché récemment. On a presque totalement dominé le match du début à la fin, a commenté Stone après coup. Hier a été une journée difficile pour tout le monde dans notre vestiaire, mais aujourd’hui, c’est une nouvelle journée. On avait besoin de commencer sur le bon pied (avec DeBoer), ce qu’on a fait. Compter après 30 secondes de jeu a aidé à nous calmer... Le vidéo m’a rappelé des souvenirs de beaux moments, j’ai eu la chance de participer à deux bonnes fins de saison ici, une en saison et l’autre en séries. »

Après le but tôt dans la rencontre, Anderson avait tenu les siens dans le match à son premier départ en quatre matches, mais il a finalement cédé devant Stone à un bien mauvais moment.

« Il a fait de bons arrêts pour qu’on reste dans le match, mais on n’a pas compté assez pour lui. Le bâton de Mike (Reilly) est resté pris dans sa jambière sur le but de Stone. Tu ne peux pas donner de but au début d’une période ou à la fin, on l’a fait au début de la première et la fin de la deuxième et habituellement, ça ne se termine pas bien », a souligné l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Le vétéran cerbère a fait face à 43 lancers, dont 36 lors des deux premiers tiers. À l’autre bout, Fleury était confronté à 35 tirs, dont 16 en troisième.

« C’est certain que notre début de match n’était pas à point. Lors des 10 premières minutes, ils étaient prêts à commencer, motivés qu’ils étaient avec tous les changements en plus du retour de “Stoney”. C’était un bon effort de tenter une remontée, mais ça n’a pas été assez bon », a souligné Brown, qui y allait d’un but et une passe pour un deuxième match de suite.

La séquence de défaite commence à être pesante dans le vestiaire des Sénateurs. « On sait que ça fait un bout de temps qu’on n’a pas gagné. Nous avons eu des problèmes à la défense pendant trois-quatre semaines, c’était beaucoup demander à nos joueurs de profondeur. On a joué de bons matches récemment, surtout les trois qui sont allés en prolongation, on aurait pu gagner tous ces matches. Nous sommes proches, mais ce soir, les 10 premières minutes ont été un problème », estimait le défenseur Ron Hainsey.

Les Sénateurs (16-23-8) auront une dernière chance de freiner cette séquence avant la pause du Match des étoiles en recevant la visite des Flames de Calgary samedi après-midi lors d’autres retrouvailles des frères Tkachuk, Brady et Matthew.

>> Sommaire du match

Sénateurs

L'offre des Golden Knights pour DeBoer est venue «du champ gauche»

Avant l’affrontement de son nouveau club contre les Sénateurs, les choses ont plutôt mal commencé pour Peter DeBoer en tant qu’entraîneur-chef des Golden Knights de Vegas.

Il était sur le bord d’une piscine en Floride quand l’appel du DG Kelly McCrimmon à savoir s’il était intéressé à prendre la relève de Gerard Gallant est venu «du champ gauche». Après sa réponse dans l’affirmative, il s’est rendu à Toronto pour ramasser quelques complets et ses patins. De là, son vol vers Ottawa a été annulé et il est arrivé trop tard pour l’entraînement matinal des Knights.

«Dans les 24 heures entre le moment où j’ai été approché et l’annonce de mon embauche, il ne s’est pas passé grand-chose qui a bien été, j’espère qu’on pourra changer ça ce soir. C’est un tourbillon, mais pour moi, il n’y a eu aucune hésitation, je voulais sauter sur cette occasion qui se présentait à moi parce que je pense qu’il y a un groupe spécial dans ce vestiaire et j’ai hâte de rentrer dedans et trouver des solutions», a-t-il déclaré jeudi matin en arrivant au Centre Canadian Tire,

L’ancien entraîneur des Sharks, congédié il y a à peine cinq semaines, a dit que l’appel des Knights a été «un choc, mais un bon choc». Il estime que c’est une équipe qui était bien dirigée par Gallant, qui l’avait appelé un «clown» pendant la dernière série opposant les deux clubs (ils ont fait la paix lors d’une rencontre plus tôt cette saison).

Dans le vestiaire avant même qu’il n’ait rencontré les joueurs, ceux-ci étaient un peu anxieux face à ce saut de l’autre côté d’une rivalité intense. «C’est bizarre. Il y a 10 mois, je n’aurais pas dit grand-chose de positif à son sujet. On ne dit pas de belles choses au sujet des Sharks de San Jose dans notre vestiaire», a dit l’ancien Sénateur Mark Stone, pourtant un coéquipier de longue date d’Erik Karlsson.

«Je n’ai pas une trop bonne relation avec lui. Je vais devoir sourire lorsque je vais me présenter à lui, peut-être lui donner une accolade», a renchéri l’attaquant Ryan Reaves.

DeBoer n’entrevoit pas de problème. «J’ai un énorme respect pour les joueurs de cette équipe. Une chose que j’ai apprise à San Jose est que lorsque tu te présentes dans un vestiaire rempli de gens de caractère et de bonnes personnes, il y a moyen de passer à travers les eaux turbulentes, a-t-il indiqué. Ça va être comme revoir une ancienne copine avec qui ça ne s’est pas bien terminé.»

En débarquant dans la capitale comme un cheveu sur la soupe, le nouveau pilote n’allait évidemment pas avoir beaucoup de temps pour apporter des changements en profondeur à la façon de jouer des Knights.

«Pete a gagné partout où il est allé, il a gagné chez les juniors et il continue à gagner dans la Ligue nationale de hockey, atteignant une couple de finales de la coupe Stanley. C’est un gars à qui j’ai parlé beaucoup lorsque nous avons gagné la coupe Memorial à Oshawa, dont il était un copropriétaire. Je lui ai parlé beaucoup tout au long de ma carrière, il est un gars dont les clubs sont orientés sur les détails et ils jouent avec ardeur. Ses clubs sont prêts à jouer chaque soir et j’imagine que ce sera le cas (jeudi soir)», a relaté l’entraîneur des Sénateurs D.J. Smith, notant qu’il est un ancien des Spitfires de Windsor, comme lui.

«Il a fait beaucoup de chemin, a dit DeBoer au sujet de Smith. J’ai beaucoup de temps pour les gars qui ont fait les choses de la bonne façon. Il a commencé dans le hockey junior à se promener en autobus comme adjoint, il a progressé au fil des années et il a eu du succès. Il a travaillé pour cette chance et je pense qu’il fait très bien. Il s’est rendu ici de la bonne manière, c’est un vrai et je pense qu’il va faire de grandes choses ici.»

Sénateurs

Duclair inquiète un peu les Sénateurs

D.J. Smith s’est fait rassurant mercredi après que son attaquant qui s’en va au Match des étoiles la semaine prochaine, Anthony Duclair, ait retraité au vestiaire après avoir patiné pendant quelques minutes à peine.

«C’était surtout par précaution. Il portait de nouveaux patins et il n’était pas à l’aise, mais on s’attend à ce qu’il joue [jeudi]», a assuré l’entraîneur-chef des Sénateurs.

Sénateurs

Pageau ne consultera pas Stone

À pareille date il y a un an, des négociations avaient lieu en coulisses avec Mark Stone et Matt Duchene, deux joueurs que les Sénateurs d’Ottawa espéraient garder dans leur giron pour accélérer leur processus de reconstruction.

Celles-ci n’ont finalement pas abouti et ils ont finalement tous deux été échangés, après avoir fait couler beaucoup d’encre.

Sénateurs

Un 8e revers de suite pour les Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa ne sont plus capables de gagner en temps réglementaire, et surtout pas contre Robin Lehner.

Leur ancien gardien a effectué un gros arrêt avec une glissade à deux jambières pour empêcher Anthony Duclair de faire 3-0 au début du deuxième tiers, et ses Blackhawks de Chicago sont ensuite revenus de l’arrière pour l’emporter 3-2 en prolongation grâce à un but de Jonathan Toews après 42 secondes de jeu en période supplémentaire devant une petite foule de 12 238 amateurs au Centre Canadian Tire.

Le cerbère suédois demeurait invaincu contre Ottawa lors des 60 minutes réglementaires, portant sa fiche à 8-0-3 alors qu’il infligeait un huitième revers de suite à son ancien club (0-4-4), un troisième de suite après 60 minutes de jeu.

«C’est gros que Toews soit allé chercher ce but pour nous, on avait besoin des deux points, a souligné Lehner après ce match où il a réalisé 20 arrêts. Il ne reste plus qu’une couple de gars du temps où j’étais ici, quand l’édifice était rempli presque tout le temps et qu’il y avait une bonne ambiance. C’est un peu triste de voir ça maintenant. L’arrêt [contre Duclair], c’était juste une question d’instinct, je suis à l’aise de lancer mon corps comme ça.»

Connor Brown, qui célébrait son 26e anniversaire de naissance à son 299e match en carrière, avait bien déclenché les hostilités, son but et sa passe lançant les locaux en avant 2-0 au premier tiers.

L’autre filet a été l’œuvre de Chris Tierney à la fin d’un bel échange avec Thomas Chabot, bien remis d’un petit problème à une hanche.

Dominik Kubalik a assuré la réplique des visiteurs avec un doublé, un tir de Patrick Kane déviant sur son patin en fin de deuxième période alors qu’il a déjoué Marcus Högberg entre les jambières sur une échappée au début de
la troisième.

«On a appliqué le plan de match en première période, mais on l’a abandonné progressivement ensuite, c’est décevant qu’on ne joue pas 60 minutes complètes... L’arrêt [de Lehner] leur a peut-être donné de la vie, mais on s’est mis à leur donner la rondelle», a souligné Brown.

Son patron D.J. Smith n’était pas content et il l’a laissé savoir. 

«Ils ont travaillé plus fort que nous pour les deux dernières périodes. On s’est mis à jouer à leur façon, leurs gros joueurs avaient tout le temps la rondelle, on ne l’envoyait pas derrière leurs défenseurs... Quand tu n’obtiens pas de chances de compter, c’est que tu ne travailles pas assez fort. J’ai trouvé que nous avons eu trop de passagers», a-t-il analysé.

Smith estimait que Högberg, qui obtenait un troisième départ de suite et subissait un troisième revers consécutif en prolongation ou tirs de barrage, avait été «notre meilleur joueur, on ne va pas en prolongation sans lui».

Le cerbère suédois a fait face à 30 tirs devant le filet des locaux, le tir de Toews le déjouant après qu’il ait échappé son bâton.
Högberg a vu six de ses sept derniers départs aller en prolongation.

«On a peut-être pensé que ce serait facile après avoir pris les devants 2-0 en première. Hoggy a fait de gros arrêts pour nous, sinon on ne va même pas en prolongation. C’est une opportunité ratée pour nous, on a pourtant confiance qu’on peut protéger une avance à domicile. Il [Högberg] nous donne de bons efforts et il faudra trouver une solution à cette prolongation à trois contre trois», a souligné le défenseur Dylan DeMelo.

Les Sénateurs, qui ont une fiche de 4-8 en prolongation maintenant, poursuivront ce séjour à domicile en recevant la visite des Golden Knights de Vegas jeudi soir alors que Mark Stone effectuera son retour dans la capitale.

>> Sommaire

+

RETOUR GAGNANT POUR ZACK SMITH

Zack Smith a promis à Marc Crawford qu’il ne verserait pas de larme pendant la vidéo hommage que les Sénateurs présenteraient à l’écran géant pour souligner son retour au Centre Canadian Tire et il a tenu promesse, souriant à la foule qui l’ovationnait.

Revenant à l’endroit où il a passé les 11 premières saisons de sa carrière dans la LNH, l’ancien Sénateur a eu un match plutôt tranquille, passant près de 13 minutes pas mal sans histoire sur la glace, à part pour sept mises au jeu gagnées en dix tentatives et un coup d’épaule.

En matinée, il avait salué plusieurs joueurs et employés de l’équipe pour laquelle il a joué 612 matches en carrière (récoltant 94 buts et 99 passes) avant d’être échangé l’été dernier contre Artem Anisimov, contre qui il a pris la mise au jeu initiale. «C’est mon premier retour dans la ville et c’est pas mal spécial de revoir tout ce monde que j’ai appris à connaître et avec qui j’ai passé beaucoup de temps au fil des années, a-t-il raconté. L’ajustement à un nouveau club a été plus difficile que je le pensais. Ça a été un peu frustrant au début [il a été retranché pour quelques matches]. Mais je ne jouais pas aussi bien que je le pouvais. Ça va mieux maintenant, j’ai appris quel est mon rôle et quelle est ma place dans cette équipe.»

Smith, qui a deux buts et neuf points en 40 matches, se doutait qu’il pouvait changer d’adresse à tout moment après avoir été soumis au ballotage en septembre 2018. «Après ça, c’était pas mal évident et je me suis mis à y penser pas mal plus. Mais j’ai quand même été surpris quand l’échange est arrivé, tu n’es jamais très bien préparé à un premier échange dans ta carrière», a noté Smith, qui a apprécié retrouver Robin Lehner ainsi que Marc Crawford, l’ancien adjoint de Guy Boucher qui est adjoint à Chicago. 

Sénateurs

Cohabitation difficile entre Crawford et Lehner

Robin Lehner a gagné un grand capital de sympathie à travers le monde du hockey avec sa lutte contre ses différents démons, l’alcool, la drogue et un trouble bipolaire.

L’ancien gardien des Sénateurs a toujours été populaire au sein des vestiaires où il est passé, en raison de son franc-parler et de ses opinions bien arrêtées sur toutes sortes de sujets, sans parler de sa ménagerie – il avait notamment adopté des piranhas, baptisés en «l’honneur » de journalistes locaux, pendant son séjour à Ottawa.

Sénateurs

Anderson commence à passer le flambeau

Craig Anderson est originaire de la région de Chicago et il a commencé sa carrière professionnelle dans l’organisation des Blackhawks de l’endroit en 2001.

À 38 ans et après 15 matches contre eux au fil d’une carrière de 18 ans dans la LNH, les matches contre les Hawks ne sont plus spéciaux pour le vétéran gardien des Sénateurs d’Ottawa et c’est tant mieux, parce qu’il ne les affrontera pas mardi lorsqu’ils effectueront leur seule visite de la saison au Centre Canadian Tire.

Sénateurs

Retrouvailles en vue pour Anisimov et les Blackhawks

Il va être assez bizarre de voir Zack Smith dans le beau chandail blanc des Blackhawks de Chicago mardi soir au Centre Canadian Tire.

L’honnête attaquant qui a joué 612 parties en 11 saisons dans l’uniforme des Sénateurs effectuera son retour dans la capitale en tant que centre du quatrième trio des Hawks. À ce titre, il risque de se retrouver face à face avec le joueur contre lequel il a été échangé un contre un le 16 juillet dernier, Artem Anisimov.

Sénateurs

Grosse semaine pour Högberg

Les Sénateurs d’Ottawa n’ont rien cassé, durant la dernière semaine. Ils ont subi trois revers en trois sorties. Ils ont accumulé seulement deux points, sur une possibilité de six.

Il n’est quand même pas trop difficile de trouver des éléments positifs, a conclu l’entraîneur-chef D.J. Smith, durant sa dernière conférence de presse.

Sénateurs

Enfin un premier duel Zadina-Tkachuk

DETROIT — Quand Filip Zadina avait vu le Canadien et les Sénateurs lever le nez sur lui au début du repêchage de 2018 à Dallas, il avait fait une promesse.

« J’ai dit à mon agent que s’ils passaient leur tour avec moi, j’allais remplir leurs filets de rondelles, avait lancé l’attaquant tchèque des Mooseheads de Halifax. Je veux prouver à Detroit qu’ils ont fait un bon choix (au 6e rang au total). »

Sénateurs

Sixième revers de suite pour les Sénateurs

DETROIT — La misère aime la compagnie, selon un vieux dicton anglais.

Les Sénateurs d’Ottawa affrontaient un club qui en arrache encore plus qu’eux cette saison, les Red Wings de Detroit, et pour que tout le monde reparte content du Little Caesers Arena, les clubs de 30 et 31e positions au classement général de la LNH ont chacun obtenu un point.

Après les 60 minutes réglementaires et les cinq minutes de prolongation, la formation locale a fait plaisir à ses 18 724 partisans en allant chercher l’autre point de classement à l’enjeu, Dylan Larkin comptant l’unique filet en tirs de barrage pour faire la différence dans un gain de 3-2 des Wings, leur deuxième de suite.

Ce faisant, ils infligeaient un sixième revers de suite aux Sénateurs (0-4-2), qui n’ont pas gagné à l’étranger depuis le 4 décembre dernier (0-4-3).

À LIRE AUSSI: Enfin un premier duel Zadina-Tkachuk

Les visiteurs ont au moins réussi à resserrer un peu leur jeu défensif, accordant deux buts en 65 minutes alors qu’ils en avaient accordé 26 lors de leurs cinq défaites précédentes.

«Nous avons plusieurs gars qui ont joué avec ardeur et nous n’avons pas donné une tonne de chances de compter, et quand on l’a fait, Hoggy (Marcus Högberg) a été excellent et a fait les arrêts», a noté l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Högberg a fait face à 28 arrêts et il s’est particulièrement illustré en prolongation, lors d’une séquence un peu folle où il a frustré Valtteri Filppula deux fois en plus de voir Mike Green frapper un poteau alors que son coéquipier Colin White était étendu dans son enceinte. 

«Il y a eu beaucoup de rondelles sur cette séquence, plus un poteau. Je suis content que nous ayons survécu ce moment... Quand il y a une mêlée comme ça, j’essaie juste d’arrêter la rondelle de quelque façon que ce soit. J’ai fait un arrêt du bâton et l’autre du gant», a relaté Högberg dans le vestiaire.

Il a effectué deux autres arrêts lors de la fusillade, mais à l’autre bout, Jonathan Bernier, mis à l’épreuve 31 fois, a frustré Tyler Ennis, Anthony Duclair et Artem Anisimov lors de leurs échappées, Ennis tentant notamment une drôle de feinte en prenant un tir avec sa palette retournée à l’envers.

Smith avait dit avant le match qu’il s’attendait à ce que son vétéran défenseur Ron Hainsey soit «un peu rouillé» en revenant au jeu après une absence de sept matches. Il l’était finalement beaucoup. La recrue Filip Zadina l’a fait mal paraître en le déjouant sur une séquence au premier tiers où le gardien Marcus Högberg a réalisé deux bons arrêts.

La deuxième période de «l’oncle Ronny» a été encore plus difficile. Il a d’abord écopé d’une punition mineure, et en sortant du banc, il a raté sa passe vers Jean-Gabriel Pageau sur une descente à deux contre un, toujours en désavantage numérique vu que les visiteurs se sont fait prendre avec un joueur de trop sur la glace. Dans les instants qui ont suivi, Hainsey est revenu à la défense et il s’est fait contourner facilement par Dylan Larkin, auteur d’un but spectaculaire qui faisait 2-0.

«C’est rare qu’on a trop de joueurs sur la glace en désavantage numérique, c’est certain que ça a fait mal», a noté Smith.

La réplique des visiteurs ne s’est pas fait attendre alors que 22 secondes plus tard, la tentative d’enroulé de Brady Tkachuk a dévié sur le patin du défenseur Patrick Nemeth, la rondelle se faufilant ensuite entre les jambières de Bernier. White a obtenu une passe sur ce filet, et celui-ci a ensuite utilisé son bâton plutôt que son casque pour marquer seulement son quatrième but de la campagne, faisant dévier habilement le tir de la pointe de Mike Reilly. Pour l’ancien défenseur du Canadien, il s’agissait d’un premier point dans son nouvel uniforme.

Les Sénateurs recevront maintenant la visite du Canadien de Montréal samedi au Centre Canadian Tire.

>> Sommaire du match

+

Sénateurs

Un nouveau chef de la direction pour les Sénateurs

Nomination très importante chez les Sénateurs d’Ottawa.

Le club de la Ligue nationale de hockey a embauché un nouveau chef de la direction, qui sera chargé d’élaborer «la stratégie commerciale globale de l’organisation, plus particulièrement le marketing et le renforcement des relations communautaires».

Il s’agit de Jim Little, un homme de 55 ans qui occupait jusqu’à tout récemment les postes de vice-président directeur et de direction général du marketing et de la culture pour Shaw Communications.

«Nous avons procédé à une recherche approfondie afin de dénicher le bon dirigeant pour orienter l’organisation dans la prochaine décennie», a déclaré le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk, dans un communiqué.

«La vaste expérience et la nouvelle perspective de Jim viendront renforcer les succès de l’entreprise à l’extérieur de la patinoire, et faire entrer notre club et nos partisans dans une nouvelle ère.»

Le poste de chef de la direction était vacant depuis environ huit mois chez les Sénateurs. La dernière personne à l’occuper, Nicolas Ruszkowski, a remis démission après avoir passé moins d’un an en poste.

Les Sénateurs n’ont pas de président depuis presque deux ans. Tom Anselmi a lui aussi quitté l’organisation, en février 2018. Il n’a jamais été remplacé.

Les dernières années, tumultueuses, ont laissé des traces évidentes à Ottawa. Les Sénateurs présentent la pire moyenne de billets vendus dans la LNH, cette saison, selon le réseau ESPN. Ils ont attiré, en moyenne, 11 732 spectateurs lors de leurs 20 premières parties à domicile.

Sénateurs

Hainsey revient aider Chabot

DÉTROIT — La parade des partenaires différents aux côtés de Thomas Chabot se poursuit.

Alors qu’il avait retrouvé celui avec qui il avait joué la majorité de la saison 2018-2019, Dylan DeMelo, mardi à Washington, l’arrière vedette des Sénateurs avait le vétéran Ron Hainsey sur son flanc jeudi alors que celui-ci patinait avec ses coéquipiers pour la première fois depuis qu’il s’est blessé au bas du corps le 19 décembre dernier contre Nashville.

Sénateurs

Rebondir importe plus que gagner

DÉTROIT — Les Sénateurs d’Ottawa se font une fierté d’être compétitifs dans la plupart de leurs matches cette saison, gagne ou perd.

Il n’est pas arrivé trop souvent qu’ils subissent des raclées, mais lors des quatre parties qu’ils ont perdues par une marge de quatre buts ou plus, ils ne sont revenus à la charge pour remporter le suivant qu’une seule fois, soit un gain de 4-2 au New Jersey après leur plus cuisant revers de la saison, 8-2 en Caroline le 11 novembre dernier.

Sénateurs

Cinq Sénateurs susceptibles de changer d’adresse

DéTROIT — Pierre Dorion n’est pas dans le giron de son équipe cette semaine, le DG des Sénateurs étant resté dans la capitale nationale pour tenir sa réunion habituelle de mi-saison avec les dépisteurs professionnels du club.

Les travailleurs de l’ombre que sont Jim Clark, Michael Abbamont, John Perpich et Rob Murphy vont donner leurs opinions sur de nombreux joueurs à travers la LNH et les mineures qui pourraient intéresser leur patron sur le marché des transactions, celui-ci devant s’animer bientôt alors que la date limite du 24 février approche.

Sénateurs

Bernard-Docker et Pinto de retour dans le Dakota du Nord

Jacob Bernard-Docker a fait la fierté des Sénateurs en aidant le Canada à remporter la médaille d’or du Championnat mondial junior qui a pris fin dimanche à Ostrava, en République tchèque.

Le tournoi où le choix de fin de première ronde de 2018 a récolté un but en sept parties l’aurait cependant laissé pas mal vidé, lui qui est rentré en Amérique du Nord affaibli par un virus. Dans un texto lui demandant une entrevue à son retour à Grand Forks, dans le Dakota du Nord, où il joue pour l’université locale, il a respectueusement demandé d’attendre une journée ou deux parce qu’il ne se sentait pas bien.

Sénateurs

Pageau, DeMelo, Boro, même combat

DÉTROIT — Après un cuisant revers comme celui de mardi soir à Washington, il n’est pas nécessaire de faire des requêtes de joueurs au responsable des communications des Sénateurs d’Ottawa.

Jean-Gabriel Pageau attendait patiemment l’arrivée des journalistes dans un vestiaire désert une dizaine de minutes après le revers de 6-1 aux mains des Capitals. Après lui, Dylan DeMelo s’est amené, suivi de Mark Borowiecki.

Sénateurs

Les Capitals rossent les Sénateurs

WASHINGTON — Les Capitals de Washington ont fait une petite faveur aux Sénateurs d’Ottawa en revenant de l’arrière in extremis pour battre les Sharks de San Jose, décevant club dont le choix de première ronde appartient aux seconds, dimanche dernier.

Dans l’optique de la «loterie Alexandre Lafrenière», Alex Ovechkin et compagnie ont fait la même chose mardi.

Meilleure équipe de la LNH quand elle alloue le premier but, et meilleur club tout court au classement général de la LNH, la formation de la capitale américaine n’allait certes pas s’énerver quand les hommes de D.J. Smith ont réussi à se forger une avance de 1-0 au premier tiers mardi soir au Capital One Arena.

Ce qui devait arriver arriva et les Capitals ont explosé pour trois buts sans réplique lors de la période médiane, en route vers un gain facile de 6-1.

La troupe de D.J. Smith se voyait ainsi infliger un cinquième revers de suite. Les Sénateurs encaissaient aussi un huitième revers de suite à Washington, leur dernière victoire remontant au mois de janvier 2014. Ils ont aussi perdu leurs sept derniers matches (0-6-1) contre les champions de la coupe Stanley en 2018.

Washington (30-9-5) a une fiche de 13-8-2 quand l’adversaire ouvre le pointage contre eux.

«On ne leur a rien donné en première, puis nous avons commis des revirements en deuxième, ce qu’ils causent par leur façon de jouer. Ils ont capitalisé sur leurs chances, puis ils nous ont écrasés en troisième, a résumé Smith après coup. Il y a une raison pourquoi ils sont le meilleur club de la ligue. Ils sont gros et forts, ils font de l’échec-avant. C’est une bonne leçon pour nous, on sait ce qu’on doit devenir.»

Artem Anisimov a ouvert le pointage en déjouant son compatriote Ilya Samsonov, mais T.J. Oshie, Radko Gudas et Alex Ovechkin ont répliqué au second tiers. Oshie, son deuxième, et Lars Eller ont ajouté des buts d’assurance en début de troisième qui ont chassé le gardien partant Craig Anderson du match. Il a alloué cinq buts sur 30 tirs alors que Marcus Högberg a arrêté 10 tirs en relève, cédant seulement devant Ovechkin en fin de match. 

Ovechkin enfilait ses 25e et 26e buts cette saison et un 684e en carrière, égalant Teemu Selanne au 11e rang des buteurs de l’histoire de la LNH. En 47 parties contre Ottawa, il a secoué les cordages 29 fois.

«Ils ne nous ont pas surpris, on savait qu’ils ont une bonne équipe. Je pense que nous sommes bien sortis, on a joué une bonne première. Ils ont été meilleurs à partir de la deuxième période. On a quelques jours maintenant pour se regrouper et regarder des vidéos. On a fait de bonnes choses qu’il faut garder, mais il y a encore beaucoup de choses à regarder... On doit continuer à se tenir ensemble pour freiner cette série de défaite. Moi, je continue à croire en cette équipe», a commenté le centre Jean-Gabriel Pageau.

Dans la défaite, l’attaquant Nick Paul s’est blessé à ce qui semblait être la cheville droite en fin de deuxième période et il n’est pas revenu au jeu par la suite. Le défenseur Christian Jaros a aussi été sonné en troisième et il a quitté. «Je ne sais pas si c’est la cheville ou la jambe pour Paul, disons le bas du corps. Il va en avoir pour une couple de semaines certainement, alors que Jaros n’est pas revenu surtout par mesure de précaution. Il semblait correct dans le vestiaire», a indiqué D.J. Smith, qui a dit avoir retiré Anderson «parce qu’il ne méritait pas qu’on laisse l’adversaire marquer impunément comme sur le cinquième but».

«C’est dommage pour Nick, tu ne veux jamais voir ça alors qu’il est devenu un élément important de notre équipe cette saison», a noté Pageau.

Les Sénateurs (16-22-5) iront maintenant passer les trois prochains jours à Détroit avant d’affronter les Red Wings vendredi soir.

Sénateurs

Carlson impressionné par Chabot

WASHINGTON — En route vers un probable premier trophée Norris, John Carlson domine les défenseurs de la LNH à tous les points de vue avec ses 13 buts et 52 points.

À la mi-saison, il y a cependant un domaine où le défenseur étoile des Capitals de Washington cède le haut du pavé et c’est au niveau du temps de glace.

Avec sa récente surutilisation en l’absence de vétérans blessés, Thomas Chabot s’est emparé de la tête dans la LNH pour ce qui est de la moyenne de temps passé sur la patinoire, soit 26:22 minutes par match avant que les Sénateurs ne rendent visite aux Capitals mardi.

Carlson, qui était huitième à ce chapitre (24:58 avant le match), en a pris bonne note et il a été impressionné par la récente série de quatre parties de suite avec plus de 30 minutes sur la glace du numéro 72 d’Ottawa, incluant son sommet de 37:50 minutes le 17 décembre à Tampa Bay.

« Je sais qu’il jouait beaucoup l’an dernier, il est un jeune gars avec des jambes fraîches. Il est un bon joueur, d’après ce que j’ai vu sur vidéo et en personne [en l’affrontant et au Match des étoiles l’an dernier à San Jose]. Il n’a pas l’air fatigué du tout. Jouer plus de 30 minutes, c’est peut-être un peu excessif, mais toutes les équipes sont différentes et ont des idées sur la meilleure façon pour elles de gagner. Dans certains cas, c’est nécessaire. Avec lui, il est un gros morceau de leur équipe, il en fait beaucoup pour eux et ça ne me surprend pas », a raconté le vétéran défenseur qui aura 30 ans vendredi.

Carlson n’a pas franchi la barre des 30 minutes de jeu une seule fois cette saison, son sommet de 28:06 ayant été établi il y a deux semaines contre Columbus. Son entraîneur Todd Rearden, lui-même un ancien arrière du temps où il jouait, cherche à préserver son énergie, en particulier pour diriger le jeu de puissance, où il est premier dans la LNH (4:08 minutes par match, alors que Chabot est huitième à 3:34).

« Ottawa est chanceux de l’avoir. Il [Chabot] a tout un futur devant lui alors qu’il continue à grandir et à s’améliorer chaque soir. Il est le fun à regarder aller, c’est certain. Il est très efficace. C’est tout un bloc sur lequel bâtir dans le cadre d’une reconstruction. Ils ont surpassé les attentes déjà cette saison comme équipe », a souligné Rearden, blaguant que pendant sa carrière, il avait peut-être joué 30 minutes, mais « lors de deux matches additionnés, ou peut-être dans les mineures ».

Toujours au sujet de Chabot, il a noté qu’il « fait ça sans même suer. J’ai été chanceux de voir Chris Pronger faire ça quand j’étais à Saint-Louis. Ce sont des joueurs différents de la façon dont ils jouent, mais lui aussi, son chandail était sec après un match de 30 minutes, alors que j’étais trempe en lavette après mes 10-12 minutes. Tout le monde est différent... Avec John, on gère ses minutes. C’est un gars qui ne rate presque pas de matches, il est très tenace. On se fie beaucoup à lui et ça l’a aidé à grandir comme joueur, mais on veut que nos autres joueurs aient du succès aussi. Ce sont des joueurs différents [Chabot et Carlson], ils ont des similarités, mais le coup de patin de Chabot est tellement fluide que ça lui permet de jouer beaucoup, alors que John doit travailler plus, avec un physique plus imposant et un coup de patin au-dessus de la moyenne », a ajouté Rearden, qui a joué 183 matches dans la LNH avec Edmonton, Saint-Louis et Phoenix.

Carlson dit qu’il le ressent quand il franchit le cap de la vingtaine de minutes. « Passer de 21-22 à 24-25 minutes, en fonction du match, parfois c’est plus difficile de jouer moins et plus facile de jouer plus. Mais quand on parle de ces chiffres [dans la trentaine], tu le sais que tu es sur la glace plus que tu es assis sur le banc et ce n’est pas facile à faire », note-t-il.

Sénateurs

Quand Chabot surveille Lafrenière

Alexis Lafrenière ne fait pas seulement saliver les amateurs des Sénateurs ces jours-ci, mais aussi ses joueurs.

Encore plus après l’avoir vu en action depuis une dizaine de jours aux championnats du monde juniors. L’espoir numéro un en vue du prochain repêchage de la LNH a récolté 10 points en cinq parties, aidant le Canada à gagner la médaille d’or dimanche contre la Russie à Ostrava, en République tchèque.

Sénateurs

Du renfort contre les Capitals

Craig Anderson est l’unique survivant de la dernière victoire des Sénateurs à Washington... il y a déjà six ans.

Anthony Duclair jouait alors dans la LHJMQ sous les ordres de Patrick Roy à Québec. Thomas Chabot disputait sa saison recrue à Saint-Jean chez les Sea Dogs tandis que Dylan DeMelo faisait la découverte de la Ligue américaine à Worcester, au Massachusetts.

Sénateurs

Anderson refuse de s’en faire

C’était le jour du concours annuel d’habiletés des Sénateurs d’Ottawa. Dimanche après-midi, au Centre Canadian Tire, Christian Jaros a remporté le concours du patineur le plus rapide. Nick Paul a conservé la couronne du joueur au lancer frappé le plus puissant. Colin White a remporté le concours de précision.

Rien de bien mémorable. Rien pour marquer l’imaginaire des quelques milliers de fans qui s’étaient rendus à Kanata pour l’occasion.

Sénateurs

Le Lightning arrache un gain aux Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa avaient le puissant Lightning de Tampa Bay dans les câbles, mais ils ont été incapables de les achever samedi soir au Centre Canadian Tire.

Les visiteurs ont arraché une victoire de 5-3 grâce à trois buts en troisième période, incluant le but vainqueur de Tyler Johnson avec 90 secondes à jouer au temps réglementaire qui brisait l’égalité en cette soirée où les 13 914 amateurs présents dans les gradins en ont eu pour leur argent.

Avant un but dans un filet désert d’Alex Killorn pour confirmer la sixième victoire de suite du Lightning, et la quatrième défaite consécutive des Sénateurs, ces derniers pensaient avoir créé l’égalité par l’entremise de Colin White, mais le but de celui-ci a été refusé parce qu’il avait redirigée une rondelle qui retombait du ciel après son tir sur la barre horizontale à la manière d’un joueur de soccer, avec son casque.

«J’étais dans le moment et j’ai pensé que si la rondelle tombait au sol et qu’elle faisait un drôle de bond, avec un défenseur proche, je ne pourrais peut-être pas compter. Je ne connaissais pas le règlement à cet instant, donc j’ai pensé essayer ça. Le règlement est le règlement, on ne peut pas se plaindre. Je vais le savoir à l’avenir, je ne pensais juste pas être capable de la frapper avec mon bâton», a raconté White après son jeu bizarre survenu à 1:09 minute de la fin.

Après un premier tiers sans but, les Sénateurs avaient pris les devants 3-2 en deuxième grâce aux buts de Chris Tierney en désavantage numérique, Jean-Gabriel Pageau en avantage, et Mark Borowiecki à huit secondes de la fin de l’engagement.

Pageau a profité d’une belle passe de Drake Batherson, le meilleur compteur de la Ligue américaine rappelé de Belleville quelques heures avant le match vu qu’Anthony Duclair, le meilleur compteur du club, a déclaré forfait en raison d’un pied endolori après avoir bloqué un tir jeudi dernier. Le Gatinois égalait son sommet en carrière avec un 19e but cette saison, un premier sur l’attaque à cinq.

«C’était le ‘fun’ d’être de retour et de jouer dans une telle atmosphère, c’était ‘cool’, mais c’est dommage qu’on ait perdu, a noté Batherson. J’ai eu de bonnes chances et j’ai essayé de capitaliser, de créer de bonnes chances de compter... Mon temps va venir (dans la LNH), je suis juste content d’avoir eu l’appel ce matin. Je ne savais pas qu’il (Duclair) était blessé.»

«Il a été très bon, il patinait mieux qu’au début de l’année (il a joué les deux premiers matches de la saison avant d’être rétrogradé). Il a été bon défensivement et sur le jeu de puissance, il a fait probablement plus de jeux sur le flanc que n’importe qui cette saison. Il a été impressionnant», a souligné l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Borowiecki avait célébré son cinquième but de la saison en mettant un genou par terre, mais gaucher jouant à droite de Thomas Chabot exceptionnellement, il s’est fait battre par Braden Point sur le but égalisateur à mi-chemin du troisième tiers, ce dernier freinant pour le laisser passer avant de surprendre le gardien Craig Anderson du côté rapproché. 

«Une équipe comme ça qui a des canons autant en avant qu’en défensive, ils ont commencé à arriver en vagues en troisième et c’était difficile, ils ont tellement d’armes et nous avons essayé de traverser la tempête. Malheureusement, nous n’avons pas joué de façon assez serrée et ils nous l’ont fait payer. Ça fait partie de l’apprentissage pour notre groupe», a dit Borowiecki.

Anderson a fait face à 27 lancers devant son filet, alors que son vis-à-vis Curtis McElhinney a été mis à l’épreuve 28 fois à l’autre bout.

«Nous avons bien joué, je pense que nous avons obtenu plus de chances de compter qu’eux. C’était notre meilleur match au niveau du patinage des deux dernières semaines, nous étions sur la rondelle et nous avons obtenu des chances de compter... Ce n’est pas facile contre un club qui cherche à gagner la coupe Stanley maintenant», analysait Smith.

Ce dernier a utilisé le vétéran Mikkel Boedker pour une rare fois, reléguant le robuste Scott Sabourin aux gradins.

Les Sénateurs, qui avaient une victoire de 4-2 et un revers en prolongation de 4-3 contre le Lightning cette saison, rendra maintenant visite aux Capitals de Washington mardi soir.

Sénateurs

Brännström retourne faire ses classes

Le bonheur de Mike Reilly aura fait le malheur d’Erik Brännström dans le camp des Sénateurs.

Le défenseur recrue de 20 ans a été retourné aux Senators de Belleville vendredi, on présume pour le reste de la présente campagne à moins qu’il y ait une autre épidémie de blessures – ou d’échanges – à la ligne bleue. L’arrière acquis jeudi du Canadien devrait prendre la place du jeune Suédois à la pointe sur la deuxième unité du jeu de puissance. Brännström tentera quant à lui de se refaire une confiance dans la Ligue américaine de hockey.

Sénateurs

Chance inespérée pour Reilly avec les Sénateurs

En débarquant dans la capitale nationale, Mike Reilly ne s’est pas plaint du traitement que lui ont réservé Claude Julien et le Canadien de Montréal cette saison. Il espère cependant sauter sur l’occasion de jouer plus souvent avec les Sénateurs d’Ottawa, surtout que l’entraîneur-chef D.J. Smith a l’intention de l’utiliser à la pointe sur sa deuxième unité d’avantage numérique.

Avec le Tricolore, l’arrière de 26 ans originaire de Chicago n’avait disputé que 14 parties, récoltant quatre passes, alors que la saison dernière, il avait été utilisé lors de 57 matches, où il a amassé 3 buts et 11 points.

Sénateurs

Les Sénateurs doublés par les Panthers

Les Sénateurs d’Ottawa ont commencé l’année 2020, et complété leur première moitié de saison, d’une bien mauvaise manière jeudi soir au Centre Canadian Tire.

Concédant quatre buts sans réplique aux Panthers de la Floride au cours du deuxième vingt, ils se sont inclinés 6-3 devant leur habituelle petite foule de 10 991 amateurs.

Alors qu’ils se sont forgé une réputation d’équipe qui travaille sans relâche la plupart du temps au cours de cette première mi-campagne sous les ordres de D.J. Smith, ils ont connu un relâchement assez remarquable en concédant deux buts à la dernière minute de cette période médiane fatidique, ce qui les a sortis du match.

Les Panthers (21-14-5) n’en demandaient pas tant, eux qui mènent la LNH pour les buts au deuxième tiers cette saison avec 60 (incluant 5 lors de leur gain de 6-1 contre Ottawa le mois dernier à Sunrise).

Evgenii Dadonov, son deuxième du match, Noel Acciari, Frank Vatrano et Colton Sceviour ont assommé les locaux avec leurs buts qui ont lancé leur club en avant 5-2, avance qu’ils ont réussi à protéger en troisième malgré un but tardif de Connor Brown, Jonathan Huberdeau ajoutant un but d’assurance dans un filet désert.

« On n’a pas joué à notre façon en deuxième période... Je ne dirais pas qu’ils ont travaillé plus fort que nous, plutôt plus intelligemment, a analysé l’entraîneur-chef D.J. Smith après coup. Il n’y a pas d’excuses, tu peux travailler chaque jour, tu n’as pas besoin d’avoir le plus de talent. C’est ce qu’on a fait (en première moitié de saison). Mais en deuxième, nous avons été sloppys, négligents. On a triché. Ce sont des choses que nous n’avons pas faites, ce n’est pas notre équipe. C’est une leçon pour nous, quand tu joues de cette façon, tu vas en manger une dans la LNH. » 

Tyler Ennis et Chris Tierney avaient lancé les locaux en avant 2-1 au premier engagement, ce dernier sur une belle passe d’Anthony Duclair, nommé récipiendaire de la coupe Molson (trois étoiles) pour le mois de décembre avant la rencontre. Avec ses 21 buts et 11 passes, Duclair est certes la plus belle révélation de cette première moitié de saison, lui qui représentera l’équipe au Match des étoiles de la LNH à la fin du mois.

Ennis, qui a préparé le but de Brown, n’a pas mâché ses mots dans le vestiaire des perdants. « On s’est endormis, tout simplement. Pour la première fois depuis un long moment, l’adversaire a travaillé plus fort que nous en deuxième et on ne gagnera pas des matches à domicile en jouant comme ça. On n’a pas assez bien “compétitionné”. »

Le gardien Craig Anderson a alloué les cinq buts sur les 30 tirs dirigés vers lui, Smith disant qu’il a été « abandonné » par ses coéquipiers.

« On a manqué de constance un peu, c’est quelque chose sur quoi on va devoir travailler en deuxième moitié de saison, estimait le centre gatinois Jean-Gabriel Pageau, qui a limité les dégâts contre le trio de Huberdeau, Aleksander Barkov et Mike Hoffman. Nous sommes sortis de la manière qu’on voulait en première période, une de nos meilleures de la saison. Les deux derniers buts à la dernière minute ont fait mal, si tu t’en vas en troisième avec un recul d’un but, tu as encore une chance de gagner. En compter trois en 20 minutes contre une bonne équipe, c’est difficile. »

D.J. Smith ose espérer que l’arrivée du défenseur Mike Reilly va aider une brigade défensive qui se fait embouteiller dans sa zone en l’absence de trois réguliers. « Il devrait nous aider à sortir la rondelle plus efficacement, il peut aussi jouer sur le jeu de puissance et il est un bon patineur, il devrait nous aider alors qu’il se rapporte à sa troisième équipe. »

Après 41 parties, les Sénateurs (16-20-5) ont quand même beaucoup mieux joué à domicile (11-6-2) qu’à l’étranger (5-14-3), malgré ce revers.

>> Sommaire

+

Sénateurs

Un cadeau du jour de l’An pour Balcers

Rudolfs Balcers a dû attendre plus longtemps que prévu pour endosser l’uniforme des Sénateurs pour une première fois cette saison.

Rappelé de Belleville le premier jour de l’an 2020 (mercredi, pour ceux qui perdent le fil des jours pendant le temps des Fêtes), l’attaquant letton a affronté les Panthers jeudi soir, prenant place aux côtés de Colin White et Tyler Ennis.

Balcers avait connu un excellent camp d’entraînement et il allait être de l’alignement partant pour le tout premier match de la campagne à Toronto au début d’octobre, mais une sérieuse blessure à un genou subie à l’avant-dernier match du calendrier pré-saison a contrecarré ce plan.

Quand il a été rétabli au milieu de novembre, il a été cédé aux petits Senators et il a immédiatement commencé à produire, amassant au moins un point à ses 15 premiers matches sans avoir l’appel attendu. Ce n’est que maintenant qu’il a été blanchi lors de trois de ses quatre dernières sorties à Belleville que le « grand club » lui a fait  signe, le rapatriant peu après avoir rétrogradé le centre Jean-Christophe Beaudin mercredi matin.

« Ça a pris un bout de temps, mais j’avais du plaisir à jouer là-bas. Après la blessure, ça m’a pris un peu de temps à retrouver le rythme, retrouver mes jambes. Mais je pense que je joue avec ardeur et je suis content d’être de retour maintenant... Je me suis concentré sur mon jeu et ce que j’avais à faire en espérant que ce jour viendrait », a souligné Balcers en matinée, lui qui a fini son séjour à Belleville avec 8 buts et 24 points en 19 matches.

Un des nombreux joueurs obtenus de San Jose dans l’échange d’Erik Karlsson en septembre 2018, Balcers est habitué maintenant d’avoir un tel cadeau du Nouvel An, lui qui avait aussi obtenu une promotion au début janvier l’an dernier. À son deuxième match dans la LNH, le 6 janvier contre les Hurricanes de la Caroline, il a compté son premier but en carrière, au Centre Canadian Tire.

Il avait terminé la campagne dans la LNH, amassant 14 points, dont 5 buts, en 36 parties.

Le jeune homme de 22 ans a laissé entendre cet automne quand il a recommencé à patiner qu’il avait été pas mal découragé quand il s’est fait mal à Vancouver, mais son moral n’est plus affecté maintenant.

« J’avais joué de bons matches et ça s’en venait bien pour moi, mais ça peut arriver à tout moment et il n’y a rien qu’on puisse y faire, a-t-il dit. Je me sens bien maintenant et je suis excité de revenir. »

« Il a fait du bon travail dans la Ligue américaine, amassant beaucoup de points. Maintenant, il doit prouver qu’il peut le faire “en haut”, être un joueur dangereux en attaque. En même temps, il va devoir faire les choses loin de la rondelle qui lui permettront de rester dans la ligue. Mais on pense qu’il est un bon espoir, on a hâte de voir ce qu’il peut faire... », a noté l’entraîneur-chef D.J. Smith.

Son retour en ville a fait un heureux de Colin White, qui a pu reprendre sa place à sa position naturelle de centre, après quelques semaines passées à l’aile droite.

« Il (Balcers) est un joueur très habile qui était en feu dans la LAH, il comptait beaucoup de buts et ça va être le fun de jouer avec lui. Je surveille les sommaires (à Belleville) et les mêmes noms reviennent souvent, dont le sien. C’est excitant de voir ça, surtout avec lui, qui était ici longtemps l’an dernier... C’est certain que je suis plus à l’aise au centre, j’ai joué là toute ma vie. C’est plus facile, il y a beaucoup moins de jeux à faire le long des bandes », a indiqué White.

Sénateurs

Les Penguins trop forts pour les Sénateurs

Si les Sénateurs d’Ottawa ont des résolutions à prendre au début d’une nouvelle année et d’une nouvelle décennie, ce serait de trouver le moyen de gagner plus souvent à l’étranger, de un, et de faire de même au PPG Paints Arena de Pittsburgh.

Ils ont continué d’en arracher dans cet amphithéâtre lundi soir lors de leur dernière partie de 2019, les Penguins de Pittsburgh les dominant à nouveau pour l’emporter 5-2 même en l’absence de leur meilleur joueur, Sidney Crosby.