Le biathlète de Wakefield, Teo Sanchez, a participé aux championnats du monde juniors en Estonie.

Sanchez s’est amusé aux Mondiaux juniors

Le biathlète Teo Sanchez a disputé ses dernières courses internationales en carrière dans les rangs juniors.

Le produit du club Chelsea Nordiq, qui s’entraîne depuis deux ans à Canmore au Biathlon Alberta Training Center, est revenu lundi de l’Estonie. Plus précisément d’Otepaa où se déroulaient les Championnats du monde juniors.

« Je n’ai peut-être pas eu un bon voyage au chapitre des résultats, mais je me suis tout de même beaucoup amusé », a affirmé Sanchez, dont la meilleure performance a été une 17e position au relais masculin 4 x 7,5 km.

Le jeune homme âgé de 20 ans, qui a grandi à Wakefield, a aussi terminé 53e, 57e et 58e respectivement aux sprints, à la poursuite et à l’épreuve individuelle de 15 km. « J’ai eu des courses difficiles », a-t-il avoué.

Lors d’une de ses sorties, des crampes l’ont ralenti. Il y a eu aussi cette chute lors de la première boucle du relais.

« C’était un tracé difficile. C’était glacé par endroits. C’est la première fois que ça m’arrivait de tomber, a relaté Sanchez.

«Cette chute a fait en sorte que notre équipe s’est retrouvée alors dernière», a-t-il ajouté. Malchance ou pas, Sanchez a retenu un truc de cette deuxième participation à des championnats du monde. Il était de l’aventure en 2016 en Roumanie dans la catégorie benjamin.

«Je ressors avec la conviction d’être capable de bien batailler sur la scène internationale», a-t-il soutenu.

Surtout, sa présence en Estonie venait couronner un beau retour à la compétition.

Sa saison 2016-2017 avait pris fin de façon prématurée en janvier après une tournée, le mois auparavant, en Europe. Les médecins lui ont diagnostiqué une mononucléose.

«Dès le début de la saison en novembre, j’avais noté que je n’étais pas aussi rapide que par le passé. Plus ça avançait, plus la situation empirait. C’était clair que quelque chose n’allait pas bien. En plus, je n’avais pas de plaisir.»

Le retour à l’entraînement a été pénible. Sanchez a dû retrouver la forme physique. Puis son instructeur est décédé durant l’été.

«Ce fut une période très émotive», a-t-il reconnu.

Mais les morceaux du casse-tête sont finalement retombés en place en décembre dernier lors de courses sur le circuit junior IBU. Il y a eu notamment cette 19e place en Italie.

«Mon meilleur résultat international dans les rangs juniors», a souligné Teo Sanchez.

Un pas important l’attend en principe dans les prochains mois. Ce sera le passage dans les rangs seniors.

«Avec les gros noms. Les deux à trois premières saisons s’avèrent habituellement difficiles.»

Sanchez n’a pas encore décidé officiellement s’il poursuivra sa carrière.

«Pas que j’ai peur du défi. Concourir pendant quatre autres années, c’était un engagement important. Je dois y penser», a-t-il rappelé.

En attendant, l’athlète de l’Outaouais va conclure sa saison à la fin mars avec une participation aux championnats canadiens au Nouveau-Brunswick.