Juan Antonio Samaranch fils, vice-président du CIO

Samaranch approuve le bilan environnemental en vue des JO de Pékin

La fabrication de neige artificielle aux Jeux olympiques de Pékin en 2022 n’aura pas de conséquences durables sur l’environnement dans la région aride du nord de la Chine, a affirmé le vice-président du CIO, Juan Antonio Samaranch fils.

Samaranch a déclaré à l’Associated Press que la qualité de l’air et de l’eau de Pékin s’améliorait constamment et qu’il était «très confiant et à l’aise» avec les assurances fournies par les organisateurs locaux au sujet de l’environnement.

«On peut voir presque tous les mois une amélioration des conditions de vie, de la qualité de l’air et de la qualité de l’eau», a-t-il précisé.

Samaranch a également déclaré que le CIO ne soulèvera pas de questions liées au bilan des droits de l’homme, souvent critiqué en Chine.

La ville de Pékin et ses environs ne reçoivent généralement qu’une mince couche de neige pendant le long et sec hiver et elle dépendra beaucoup de la neige artificielle pour de nombreux événements olympiques d’hiver. Les événements nordiques se dérouleront à la station de ski de Zhaolong, dans la province voisine du Hebei, qui reçoit généralement plus de neige naturelle.

Les questions environnementales, notamment la mauvaise qualité de l’air à Pékin, ont constitué des préoccupations majeures lors de la course à l’obtention des Jeux de 2022. Toutefois, les efforts visant à réduire les émissions des automobiles et la fermeture ou la délocalisation des usines fortement polluantes ont entraîné une amélioration sensible de la qualité de l’air dans la ville.

Le bilan du parti communiste chinois en matière de droits de la personne est également préoccupant et la Commission des droits de l’homme des Nations unies a demandé des comptes à la Chine ce mois-ci, notamment au sujet de l’internement de centaine de milliers de musulmans dans des camps d’endoctrinement politique.

Samaranch a toutefois déclaré que le CIO n’aborde pas ces questions au-delà de la garantie que ces droits sont protégés «dans le contexte des Jeux olympiques».

«Nous ne pouvons pas aller plus loin que ça, a-t-il dit. Pas plus ici qu’ailleurs. Si nous commençions à le faire, nous aurions de sérieux problèmes car il y a toujours quelqu’un qui n’aime pas quelque chose que l’autre a fait. C’est une question très délicate et très complexe.»

Pékin a remporté le scrutin pour organiser les Jeux en 2015, aux dépens d’Almaty, au Kazakhstan, lors d’un vote lui permettant de devenir la première ville à tenir les Jeux olympiques d’été et d’hiver.

Le Comité international olympique a ajouté sept épreuves aux Jeux de Pékin en 2022, créant un programme où 109 médailles d’or seront décernées.