Bobby Ryan, qui a joué avec à peu près tous les centres des Sénateurs, sera jumelé à Matt Duchene.

Ryan connaît bien Duchene

Il avait beau péter le feu avec Derick Brassard et Mark Stone en début de saison, Bobby Ryan va bel et bien tenter de former un nouveau duo infernal avec Matt Duchene à son retour au jeu après une absence de huit matches en raison d’un index fracturé.

L’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa Guy Boucher pense qu’en déployant ainsi son ailier droit américain, il pourrait mieux équilibrer les forces sur ses deux premiers trios et avoir, dans les faits, « deux premières lignes, ce qu’ont les clubs élites dans la ligue », a-t-il expliqué mercredi après avoir convié son équipe à un premier entraînement depuis son retour de Suède, dimanche dernier.

Ryan a joué avec à peu près tous les centres des Sénateurs depuis son arrivée en 2013, de Jason Spezza à Kyle Turris en passant par Mika Zibanejad, Zack Smith, Jean-Gabriel Pageau et Brassard, donc ce n’est pas un essai de plus qui va le déranger.

D’abord et avant tout, il est content de pouvoir réintégrer l’alignement avec un peu d’avance, sa blessure étant survenue il y a un peu plus de trois semaines en bloquant un tir de Ron Hainsey, des Maple Leafs. Sur le coup, les médecins de l’équipe — et lui-même — avaient estimé qu’il devrait s’absenter pendant un mois.

« Je suis vraiment content de la progression, je me sens bien alors que ça fait environ une semaine et demie que je peux effectuer des tirs, a-t-il raconté d’entrée de jeu après sa première pratique avec ses coéquipiers. Ça a été vraiment plate parce que tu ne peux rien faire pour accélérer le processus, j’ai juste essayé de garder mes jambes en forme en patinant beaucoup avec Boro (Mark Borowiecki) et Dono (Shean Donovan, le directeur du développement des joueurs). Je suis content où je suis rendu maintenant. »

Ryan a laissé entendre qu’il ne changera pas de gants protecteurs, et qu’il n’ajoutera pas non plus de protection supplémentaire à ceux-ci afin de protéger ses mains, lui qui a subi plusieurs autres fractures du genre au cours des trois dernières saisons. « Quand une rondelle arrive directement sur un doigt, peu importe à quel point tu as du rembourrage, il va probablement casser. Je risque d’être un peu hésitant à bloquer des lancers au début, mais l’instinct va prendre le dessus, j’imagine. Il y a cependant des manières plus orthodoxes de bloquer des tirs et je vais essayer de me placer en meilleure position », a-t-il noté.

Concernant Duchene, il a été heureux qu’il s’amène du Colorado dans la transaction à trois clubs qui a vu Turris aboutir à Nashville.

« Je le connais depuis longtemps, il avait patiné avec nous à Anaheim quand il avait 17 ans et qu’il se préparait pour son repêchage, son oncle Bill Brown a été entraîneur adjoint de mon club junior (Owen Sound). Nous avons eu de bonnes conversations, on voit la glace de la même façon. Je pense que nous allons être bons ensemble après une petite période d’ajustement pour nous deux. On devrait pouvoir bâtir une bonne chimie », a-t-il souligné.

Duchene pense aussi que leur familiarité qui remonte à une dizaine d’années devrait les aider maintenant qu’ils se retrouvent ensemble à Ottawa, avec Ryan Dzingel comme ailier gauche si les trios concoctés par Boucher mercredi — Mike Hoffman a été jumelé à Brassard et Stone — durent.

« Je le connais depuis ces camps que mon oncle organisait à Anaheim. Il est aussi talentueux que je me souvenais. Mes coéquipiers m’ont dit qu’il jouait du hockey inspiré (avant sa blessure) et je suis excité de jouer avec lui », a noté le nouveau numéro 95.

« Si ça peut marcher entre Bobby et Matt, ça nous donnerait un bon punch “un-deux”. Les bons clubs sont bâtis comme ça, regardez Pittsburgh avec (Sidney) Crosby sur un trio, (Evgeny) Malkin et (Phil) Kessel sur un autre. Tu ne sais pas lequel de ces trios matcher, puis ils ont de la profondeur de qualité ensuite », a souligné Guy Boucher.

Ryan sera à la recherche d’un premier but cette saison, lui qui avait six passes à sa fiche en huit parties avant de s’absenter. Duchene, lui, est en quête d’un premier point dans son nouvel uniforme, ayant été blanchi lors des deux matches à Stockholm contre son ancien club.

WIDEMAN RESTE EN AVANT

Guy Boucher a décidé de continuer son expérience tentée lors du deuxième match à Stockholm, soit de convertir le défenseur Chris Wideman en attaquant, ce qui lui donnerait beaucoup de flexibilité si celui-ci peut faire l’ajustement à long terme.

« Au lieu d’y aller avec sept défenseurs et 11 attaquants, je voulais le faire pratiquer en avant pour lui donner des répétitions. J’ai aimé son match (samedi), il a été excellent et n’a pas commis d’erreurs. On peut le ramener à la défense à tout moment, ce qu’on a fait (en troisième période). Comme défenseur, il a une bonne conscience défensive dans sa zone, il revenait souvent comme troisième homme. Il patine bien et il apporte de l’offensive. Et il est droitier, ce qu’on a probablement besoin sur ce (quatrième) trio (avec Nate Thompson et Alexandre Burrows) », a expliqué Boucher mercredi.

Wideman ne serait pas le premier défenseur à faire une telle transition, ne serait-ce que temporairement, Chris Phillips et Christoph Schubert l’ayant fait par le passé.