Russell Martin et les Blue Jays avaient affronté les Pirates de Pittsburgh au Stade olympique l'an dernier.

Russell Martin souhaite voir la plus grosse foule possible au Stade

MONTRÉAL — Russell Martin souhaite voir « le plus de gens possible » au Stade olympique pour les deux matches préparatoires des Blue Jays de Toronto, lundi et mardi prochains, afin d’envoyer le message le plus fort possible aux autorités du Baseball majeur.

« C’est une question de force du nombre, a déclaré Martin au cours d’une téléconférence, même si le relationniste des Jays ne souhaitait pas que l’avenir du baseball à Montréal soit abordé. Plus il y aura de monde, plus ça enverra un message fort au Baseball majeur, que ça démontrera tout l’engouement. »

Il appert toutefois que les quelque 50 000 spectateurs qui y assisteront représentent déjà un « message fort » aux yeux du Baseball majeur, selon John McHale fils, vice-président administration de la MLB.

« Je pense qu’une moyenne de 25 000 spectateurs par rencontre, c’est tout un signal », a-t-il déclaré au cours d’un entretien téléphonique avec La Presse canadienne.

Jacques Aubé, vice-président exécutif et chef de l’exploitation d’evenko, promoteur des deux rencontres face aux Cardinals de St. Louis, a confirmé mardi que déjà plus de 40 000 billets avaient trouvé preneurs et qu’il visait « 25 000, voire 30 000 spectateurs » par rencontre.

Une meilleure campagne
Ennuyé par les blessures une grande partie de la dernière campagne, Martin souhaite évidemment rebondir cette saison. Pour ce faire, il a modifié son entraînement au cours de l’hiver et il se présentera avec une dizaine de livres de plus sur les losanges.

« Il y a deux ans, j’étais trop maigre, a-t-il noté. Là, je vais jouer autour de 215 livres. Je me sens très bien, je suis en grande forme physiquement et je ne souffre d’aucune blessure. »

Afin de maximiser ses performances, Martin souhaiterait voir son utilisation modifiée, en disputant deux matches sur trois derrière le marbre et l’autre à l’avant-champ.

« C’est ce qui s’était produit à ma deuxième saison à Pittsburgh et j’avais été en grande forme toute la campagne. »

Il avait d’ailleurs connu l’une de ses meilleures saisons en carrière avec des moyennes de ,290/, 402/, 430. Même s’il avait été limité à 111 rencontres, il avait frappé 11 circuits et 20 doubles en plus de produire 67 points, des chiffres qui lui avaient permis de terminer au 13e rang du scrutin du joueur par excellence de la Nationale.

Martin se dit d’ailleurs très à l’aise au troisième coussin.

« Ma préparation est mieux cette année, car j’y ai déjà joué quelques matches. J’ai même amorcé une rencontre au troisième, alors que dans une autre, j’ai joué derrière le marbre quelques manches avant de me retrouver à l’avant-champ, a-t-il rappelé. L’an dernier, nous avions besoin de mon coup de bâton dans la formation, surtout avec Josh Donaldson qui était blessé pendant ce temps-là. Je suis capable de relever ce défi. C’est vraiment une position où je suis confortable. La transition du marbre vers le troisième but est plutôt naturelle pour moi. »