Le botteur des Blue Bombers de Winnipeg, Justin Medlock, a privé le Rouge et Noir d'Ottawa et ses partisans d'une victoire, vendredi soir.

Victimes du même scénario

Un autre match, une autre défaite crève-coeur pour le Rouge et Noir dans la dernière seconde de jeu.
Cette fois-ci, c'est le botteur des Blue Bombers de Winnipeg, Justin Medlock, qui a réussi un placement de 37 verges pour donner une victoire de 33-30 aux visiteurs, vendredi soir, devant 23 725 spectateurs détrempés à la Place TD. Des huées se sont fait entendre lorsque la partie a pris fin.
Quelques amateurs ont même réclamé en criant le retour au jeu du retraité Henry Burris. Un signe que la patience des mordus de l'équipe tire vers sa fin.
On peut les comprendre.
La fiche du Rouge et Noir passe à 1-5-1 après sept matches. Sept parties qui se sont toutes décidées par un écart de cinq points au moins.
Puis leur prochain adversaire sera les Eskimos d'Edmonton, la seule équipe toujours invaincue dans la LCF.
« Nous nous sommes creusé un trou très profond. Il va falloir trouver une façon de s'en sortir », a avoué l'entraîneur-chef Rick Campbell.
Il reste que le moral n'a jamais été aussi bas dans le vestiaire de son équipe. Le secondeur Tank Reed ne cachait pas sa frustration.
« C'est très difficile de perdre de la même maudite façon semaine après semaine », a-t-il laissé tomber.
Ottawa s'était incliné sur un placement dans la dernière seconde de jeu, il y a 12 jours, à Toronto.
Pourtant, le Rouge et Noir détenait une avance de sept points avec cinq minutes à écouler. Le receveur Greg Ellingson avait capté une passe de touché de 20 verges du quart-arrière Trevor Harris.
Mais Medlock a réussi trois placements et un simple pour aider les siens à arracher une victoire en territoire ennemi.
« Il faut faire un meilleur travail défensivement en fin de partie. Tu ne peux pas te contenter de limiter l'autre club à des placements. Tu dois carrément provoquer des revirements », a soutenu Tank Reed.
Un peu plus loin, Harris essayait de demeurer positif. « Vous pouvez me traiter de fou, mais je continue de croire que cette équipe va coller plusieurs victoires consécutives », a-t-il lancé.
Harris a complété 27 de ses 39 passes pour 263 verges et deux touchés. Son vis-à-vis Matt Nichols a amassé 319 verges.
Cette partie s'avérait une réunion de famille pour deux joueurs du Rouge et Noir. Khalil Bass et Quincy McDuffie affrontaient leur ancien club.
Le secondeur Bass a connu son meilleur match depuis son arrivée à Ottawa, réussissant quatre plaqués dont un sac. Quant à McDuffie qui disputait une première partie avec les champions de la coupe Grey, il a été spectaculaire sur les unités spéciales. Le rapide joueur a réussi notamment des retours de botté de 33 et 50 verges.
Quoi d'autre faut-il retenir ?
Que le Rouge et Noir a perdu les services de son meilleur joueur de ligne défensive au troisième quart. L'ailier Arnaud Gascon-Nadon a terminé la partie sur les lignes de côté sans les épaulettes dans un rôle de spectateur.
L'équipe est déjà privée du plaqueur Connor Williams, qui a subi une commotion cérébrale tôt en juillet.
Le porteur de ballon William Powell s'est aussi retrouvé une fois de plus à l'infirmerie. Tout ça après avoir marqué un touché en deuxième demie sur une course de 52 verges.
On a vu le soigneur lui masser longtemps la cuisse de la jambe droite.
Le maraudeur canadien Adam Berger s'est aussi ajouté à la liste des éclopés dans les dernières minutes de jeu, tout comme le bloqueur Jake Silas, qui disputait un premier match en 2017.
Incapables de mettre le doigt sur le bobo
Antoine Pruneau saignait encore du nez, une quinzaine de minutes après une autre fin de partie cruelle pour ses coéquipiers et lui.
Ça ne semblait pas l'embêter. Ce qui le dérangeait ? « On dit souvent que nous sommes une bonne équipe... Il va falloir commencer à le prouver... C'est le temps que le même scénario cesse de se répéter. »
Le maraudeur québécois était toutefois incapable de mettre le doigt sur le bobo. Comment expliquer que le Rouge et Noir échappe une partie après une autre ? Le club pourrait facilement être invaincu.
« Je ne suis pas capable de mettre le doigt sur ce qui ne fonctionne pas... Je te dirais qu'on doit peut-être réussir plus de gros jeux, à commencer par moi. »
Pruneau est un peu dur sur lui. Il a fait sa part en ce vendredi soir par moments misérables, rabattant une passe du quart adverse tard dans la partie.
On l'a retrouvé aussi au milieu d'un jeu fort controversé en première demie. Le Rouge et Noir était convaincu qu'il avait repris possession d'un ballon échappé par Timothy Flanders. L'entraîneur-chef Rick Campbell avançait que la passe du quart Matt Nichols était derrière la ligne de jeu. Qu'il s'agissait une passe latérale.
Les préposés à la reprise vidéo de la LCF ont jugé que non. Que tout était beau. « Il va falloir que je regarde la séquence à nouveau... C'était très serré comme jeu. J'espère simplement que les officiels n'ont pas commis une erreur », a soutenu Pruneau.
Il s'agissait de la première partie du Rouge et Noir depuis que la LCF a modifié ses règles en milieu de semaine. Les équipes sont maintenant limitées à une seule reprise vidéo par match.
Chaque club disposait auparavant de deux contestations. Il pouvait en recevoir une troisième si l'entraîneur-chef avait gain de cause lors des deux premières reprises.