Le quart-arrière Trevor Harris rentre au vestiaire après la défaite des siens.

Une défaite qui fait mal chez le Rouge et Noir

EDMONTON — Kyries Hebert s’avérait le dernier joueur du Rouge et Noir qui avait encore son uniforme complet sur le dos, vingt minutes après la défaite. Il refusait de l’enlever.

Le vétéran secondeur venait peut-être de disputer son dernier match en carrière. La tristesse se lisait sur son visage.

« En tant que capitaine et leader, je veux juste m’assurer de ne pas pleurer tant que je ne suis pas arrivé chez moi », a dit Hebert, qui participait seulement à un deuxième match de la coupe Grey depuis ses débuts dans la LCF en 2004.

« C’est très dur... Très dur... J’aime ce sport. J’aime mes coéquipiers. J’aime cette équipe. Je ne l’échangerais pas pour aucune des autres au sein desquelles j’ai joué. Je suis fier des gars ici. »

Plus loin, le quart-arrière Trevor Harris peinait aussi à retenir ses larmes.

« Je suis peiné, car je voulais tellement que les gars dans ce vestiaire puissent célébrer une conquête de la coupe Grey. C’est ce qui fait mal. »

Harris l’a avoué. « Je n’ai pas joué mon meilleur match », a-t-il déploré.

« J’ai fait de bonnes passes, d’autres jeux moins bons. »

Ce qui l’a réconforté ?

« Quatre-vingts pour cent des joueurs sont déjà venus me voir pour me dire à quel point ils m’aiment. Ça fait du bien. »

Harris a mis une chose au clair. Il veut revenir chez le Rouge et Noir en 2019 et venger ce revers.

« Absolument », a-t-il soutenu sans hésitation.

Quant au maraudeur Antoine Pruneau, il revivait un peu les émotions vécues en 2015. Le Rouge et Noir avait alors perdu en finale contre Edmonton.

« Ce n’est pas le résultat auquel je m’attendais ce soir », a-t-il dit.

« Je ne sais pas exactement ce que je ressens en ce moment, mais ce n’est pas le fun », a-t-il enchaîné.

L’entraîneur-chef Rick Campbell, lui, a rappelé que « c’est difficile de gagner un championnat ». « C’est pourquoi perdre dans ce match fait mal », a-t-il dit.

« Mais je suis fier de dire que je dirige cette équipe. Nos joueurs se sont battus. »

+

Les Stampeders de Calgary ont enfin mis la main sur la coupe Grey, eux qui s'étaient inclinés dans le match décisif deux années consécutives.

SOULAGEMENT CHEZ LES STAMPEDERS

EDMONTON – La troisième fois aura été la bonne pour les Stampeders après des défaites crève-coeur en 2016 puis 2017.

«Nous avons appris de nos échecs du passé. Ça se voyait sur le terrain», a soutenu le quart Bo Levi Mitchell, qui a été nommé joueur par excellence du match de la coupe Grey. Toute la semaine, ses coéquipiers et lui se sont fait rappeler leur revers en prolongation contre Ottawa, il y a deux ans. «Maintenant, tout le monde peut arrêter de parler de ça, a affirmé le secondeur Alex Singleton.

«C’est du passé. Nous sommes les meilleurs. Nous sommes les champions.» Le centre-arrière gatinois William Langlais était un autre qui célébrait. Il avait vécu le revers contre le Rouge et Noir mais aussi celui aux mains des Argonauts de Toronto, l’an dernier, dans la neige à la Place TD. «C’est un soulagement, a-t-il dit à RDS. Une pression qui n’est plus sur mes épaules. On a dit qu’on allait sortir pendant quatre quarts, jouer 60 minutes. C’est ça qu’on a fait. Nous l’avons fait dans les trois phases de jeu. Tout le monde a produit.»

Langlais a rendu hommage à Mitchell. «On a eu beaucoup blessures au poste de receveur. D’autres ont «steppé up». Bo Levi, c’est un des meilleurs joueurs de la LCF. Je suis content.»

Dans l’espoir de connaître un dénouement différent des deux années différentes, Calgary avait décidé de modifier sa routine des deux années précédentes dans la semaine menant au match de la coupe Grey.

L’équipe a notamment changé d’hôtel, s’éloignant des festivités tenues au centre-ville. «Loin des distractions afin de penser uniquement au match, a souligné Bo Levi Mitchell.

«Cela a fonctionné», a-t-il ajouté. Et ce même si des joueurs de l’équipe sont restés coincés dans un ascenseur en panne pendant une heure la veille du match!

Le receveur Bakari Grant, lui, multipliait les accolades dans le vestiaire des nouveaux champions. Il remportait enfin la coupe Grey à sa huitième saison dans la LCF.

Le joueur américain de 31 ans avait perdu en 2013 et 2014 en tant que membre des Tiger-Cats de Hamilton puis en 2016 avec les Stampeders. Il avait passé la saison dernière en Saskatchewan avant de revenir en Alberta cet automne. 

«C’est pourquoi je suis revenu ici. Dans l’espoir de gagner... dans l’espoir de mettre enfin sur une bague sur un de ces cinq doigts», a-t-il dit en agitant une de ses mains.