Isaac Lauzon, qui évoluait avec le Vert et Or de Sherbrooke l'an dernier, espère être repêché par un club de la LCF en mai.

Un mois de mars déterminant

Isaac Lauzon baigne dans l'incertitude ces jours-ci. Sa carrière universitaire est terminée après quatre saisons chez le Vert et Or de Sherbrooke. Est-ce qu'il jouera à nouveau au football?
Le demi offensif originaire de l'Outaouais espère bien que oui. Mais son sort repose en partie entre les mains des dépisteurs de la Ligue canadienne de football (LCF).
Des gens qui vont le surveiller de près le mois prochain.
Lauzon, qui fait 6'1'' et 225 livres, participera à un camp d'évaluation régional de la LCF, le 10 mars, à Montréal. Si tout va bien, on l'invitera par la suite au camp national présenté une dizaine de jours plus tard à Régina.
De bonnes performances pourraient lui valoir d'être repêché en mai par un des neuf clubs. C'est son souhait. « Pour la première fois, je n'ai aucune idée dans quelle direction ma vie s'en va », avoue l'athlète âgé de 24 ans.
C'est pourquoi il a décidé de mettre ses études en gestion financière sur la glace pendant une session. C'est pourquoi aussi il part ce week-end en direction de Miami, en Floride. « Je vais aller m'entraîner à un centre de développement des joueurs de la NFL pour être prêt en vue du camp d'évaluation », explique-t-il.
« Je suis à un cheveu de réaliser mon rêve. J'ai décidé de mettre le paquet. »
Des équipes de la LCF s'intéressent à lui. Ça, on le sait. Ce qu'on sait aussi ? Elles veulent le voir de plus près avant de dépenser un choix au repêchage sur lui.
Lauzon a passé son lot de temps à l'infirmerie durant son séjour chez le Vert et Or. Une blessure à l'aine lui a coûté une partie de sa deuxième saison. Même chose l'année suivante. « Ce n'était pas un bon timing. Cela m'a privé d'une participation au Défi Est-Ouest », dit-il.
Cet événement s'avère une première parade devant les dépisteurs. Une première occasion de participer à des évaluations physiques. Des tests physiques similaires à ceux qui attendent Isaac Lauzon en mars à Montréal. « Je suis assez rapide pour un gars de ma grosseur. Si j'arrive en pleine forme, je sais que je suis capable d'obtenir de très bons résultats. »
Lauzon a réussi à demeurer en santé en 2016. Il a pu participer aux huit joutes du Vert et Or, portant le ballon 66 fois pour des gains de 234 verges et deux touchés.
C'est surtout son efficacité dans un autre aspect du jeu qui a retenu l'attention. « J'ai pris l'initiative de demander à l'entraîneur de m'utiliser sur toutes les unités spéciales. Et quand j'en ai parlé aux dépisteurs de la LCF par la suite, ils disaient beaucoup aimer les joueurs capables de tout faire. »
Sa polyvalence pourrait l'aider. Un peu comme ce fut le cas pour un autre produit de l'Outaouais, William Langlais.
Ce centre-arrière a été repêché en troisième ronde en 2015 par les Stampeders de Calgary. Il est devenu rapidement une pièce de leurs unités spéciales, participant au match de la coupe Grey en novembre dernier.
Isaac Lauzon ne sera pas l'unique ancien joueur des Griffons du Cégep de l'Outaouais à se pointer à un camp d'évaluation de la LCF. Le receveur Oumar Touré, qui fait 6'4'' et 247 livres, a aussi été convoqué en vue du rendez-vous de Montréal.