Rick Campbell a démissionné de son poste d'entraîneur-chef du Rouge et Noir lundi matin.

Un discours émotif pour Rick Campbell

Rick Campbell a livré un discours très émotif lorsqu’il s’est présenté devant les journalistes, lundi matin, dans le salon des médias de la Place TD. Nous avons traduit l’essentiel de son message et nous vous le présentons aujourd’hui.

«Ottawa... Je ne connaissais pas très bien cette ville, au départ. Je ne connaissais personne, en fait. J’ai simplement constaté que les gens d’OSEG avaient une vision. Ils voulaient développer un projet pour toute la communauté. Je pense à Roger (Greenberg), John (Ruddy), John (Pugh), Jeff (Hunt) et Bill (Shenkman)... J’apprécie tout ce qu’ils ont fait pour moi. Et je veux remercier Marcel (Desjardins) de m’avoir offert ma première opportunité de travailler comme entraîneur-chef. 

Je suis heureux d’avoir pu côtoyer autant de gens de qualité dans l’entourage de l’équipe. Je trouve ça difficile, aujourd’hui. Je comptais sur l’appui de 11 bons adjoints, cette saison. J’étais entouré de gens de talent qui n’ont pas été capables, ensemble, de livrer la marchandise.

À LIRE AUSSI: L'entraîneur Rick Campbell quitte le Rouge et Noir

> Qui sera le nouvel entraîneur-chef du Rouge et Noir?

Nous avons tous des familles. Nous avons des maisons. Les entraîneurs de football mènent de drôles de vie. Nous devons nous déplacer aux quatre coins de l’Amérique du Nord pour vivre notre passion. J’ai apprécié l’implication de chaque membre du groupe.

J’ai croisé des joueurs, hier soir. J’ai pu en croiser quelques-uns par hasard alors que je rentrais à pied à la maison. C’est très difficile pour moi. Antoine Pruneau, Brendan Gillanders, Brad Sinopoli... Je ne pourrai pas tous les nommer. Il y a Nolan MacMillan... Je pense surtout aux gars qui sont avec nous depuis le tout début. Ce sont de bonnes personnes. Ce sont de solides individus. Le Rouge et Noir est vraiment chanceux de pouvoir compter sur ces gens. J’espère qu’on va toujours leur offrir le soutien et l’encadrement dont ils ont besoin. Ils vont me manquer.

C’est dur.

Voilà. Ce sont mes remerciements. Je suis convaincu que j’oublie des gens. Je veux remercier la Ville. Les partisans. Nous avons vécu ensemble des moments magiques que je n’oublierai jamais. Marcher sur...»

NDLR: Campbell s’accorde alors une pause de plusieurs secondes. Il verse quelques larmes.

«Je vous dirais que je suis désolé. Mais je ne suis pas désolé. Je suis triste.

Marcher sur la rue Bank, durant la parade de la Coupe Grey. Vous vous en souvenez? Je marchais dans mon quartier! C’était génial. Je vais garder tous ces bons souvenirs en mémoire. Et je vais les chérir.»