Le demi défensif du Rouge et Noir, Rico Murray, et sa bande ont vu trois de leurs touchés être annulés en raison de pénalités la semaine dernière.

Trop indisciplinés

Une semaine plus tard, le demi défensif Rico Murray (photo) a encore une crotte sur le cœur. Ses coéquipiers aussi.

Le Rouge et Noir a accordé 40 points à son dernier match contre les Blue Bombers de Winnipeg. Il ne ressemblait en rien à la formation qui aligne la deuxième meilleure défensive de la LCF.

« C’était tout simplement honteux », a avoué Murray avant le départ du Rouge et Noir vers Edmonton.

Son équipe tentera de rebondir samedi contre les Eskimos.

« Notre attaque a marqué 32 points la semaine dernière et nous avons perdu. Elle avait fait sa part. Ça fait mal d’encaisser une défaite dans ce temps-là.

«En fait, il n’y a pas d’excuse.»

Embauché durant l’hiver, Murray est rapidement devenu une voix très écoutée dans le vestiaire du Rouge et Noir. Il a gagné la coupe Grey l’an dernier et s’avère encore un des joueurs défensifs les plus efficaces à travers le circuit.

«Il va falloir arrêter de se tirer dans le pied. Nous avons écopé de trop de pénalités lors de notre dernier match... Des pénalités coûteuses notamment en fin de match. Tu ne peux pas espérer gagner à l’automne en jouant de la sorte.»

Ottawa a écopé de 12 pénalités pour 174 verges. Il y avait de tout, notamment rudesse sur le quart-arrière et des blocs illégaux.

Lors du match précédent, Murray et sa bande avaient vu trois de leurs touchés être annulés en raison de pénalités.

«Toute la semaine, les entraîneurs ont martelé un mot... Discipline, a souligné le vétéran de six saisons.

«Nous l’avons vu sur bande vidéo. Nous n’avons pas perdu le dernier match parce que nous avions perdu nos batailles individuelles. C’est nos mauvaises pénalités qui nous ont coulées. La bonne nouvelle ? Ça se corrige.»

L’autre bonne nouvelle ?

Le Rouge et Noir affrontera une équipe qui en arrache drôlement après un début de saison du tonnerre.

Les Eskimos ont perdu cinq de leurs six derniers matches et occupent le dernier rang de la division Ouest. Ils n’ont pas marqué de touché offensif à leurs deux dernières sorties.

«Oui, mais ils ont Mike Reilly», a rappelé un joueur du Rouge et Noir qui écoutait non loin l’entrevue de Murray avec le journaliste.

Reilly, le joueur par excellence de la dernière saison dans la LCF, éprouve sa part de difficultés.

Les statistiques ne mentent pas.

Le quart-arrière étoile des Eskimos a été victime de 11 sacs et six interceptions lors des trois derniers matches, dont une défaite de 28-15 contre Ottawa le 22 septembre.

«Il faut se concentrer sur nous-mêmes et montrer que nous avons appris de nos erreurs de la semaine précédente», a soutenu Rico Murray.

Quelques changements ont été apportés à la défensive en vue de ce prochain match. Devin Butler effectuera un premier départ au sein de la tertiaire. Chris Ackie, acquis des Alouettes, va partager le travail avec Kyries Hebert à un des postes de secondeurs.

Le plaqueur Blaine Woodson disputera aussi un premier match en tant que réserviste. Et ce sera le retour de l’ailier défensif Avery Ellis, qui était blessé depuis le mois de juillet.

Pour un deuxième match de suite, Jean-Philippe Bolduc remplacera son ami Antoine Pruneau à titre de maraudeur.

Cette visite à Edmonton pourrait ne pas être la seule pour le Rouge et Noir en 2018.

Le match de la coupe Grey est prévu justement au Commonwealth Stadium le 25 novembre.

+

William Powell

POWELL SE RAPPROCHE D'UN RECORD

William Powell s’est tapé un peu de recherche ces dernières semaines.

« Je voulais en savoir plus sur les porteurs de ballon qui ont marqué l’histoire d’Ottawa », a confié le demi offensif du Rouge et Noir qui mène la LCF avec 1235 verges au sol après 14 parties.

Le joueur américain natif du Texas se rapproche du record de Reggie Barnes, qui avait récolté 1486 verges en 1991 chez les défunts Rough Riders. Il s’agit de la plus importante production pour un porteur de ballon d’une équipe d’Ottawa.

Josh Ranek avait amassé 1157 verges en 2005 chez les défunts Renegades.

« Je sais qui est Reggie Barnes, a lancé Powell à la grande surprise du journaliste du Droit.

«J’ai lu à son sujet sur le web», a-t-il ajouté.

Drôle de coïncidence, Barnes aura 51 ans le 19 octobre. C’est la date du prochain match local du Rouge et Noir.

Une partie contre Hamilton durant laquelle Powell pourrait bien battre le record de Barnes. Disons que ce n’est pas le genre de cadeau de fête que l’ancienne vedette des Riders aimerait !

«Je n’ai jamais été un joueur qui accorde de l’importance aux exploits individuels, a rappelé Powell. C’est plutôt le reflet du travail d’équipe quand un joueur atteint des sommets.»

Le demi du Rouge et Noir renouera samedi avec une défensive des Eskimos qui avait été incapable de le stopper lors du dernier affrontement entre les deux. Il avait couru 23 fois avec le ballon pour 147 verges.