Le quart-arrière Trevor Harris a participé dimanche à un premier entraînement complet du Rouge et Noir depuis cette blessure à un genou subie le 31 mai dernier contre Montréal.

Trevor Harris prêt pour le premier match

Son fils Trenton venait de lui remettre un sac à surprises en guise de cadeau après l’entraînement. Il fallait voir le sourire sur le visage de Trevor Harris, surtout quand il a découvert une barre de chocolat parsemée d’amandes.

Déjà que le quart-arrière du Rouge et Noir était de bonne humeur en ce dimanche de la fête des Pères à la Place TD. Il participait à un premier entraînement complet depuis cette blessure à un genou subie lors du premier match hors-concours, le 31 mai, contre les Alouettes de Montréal.

Ajoutez à cela que ses coéquipiers et lui trônent déjà au premier rang de la division Est de la Ligue canadienne de football (LCF) sans avoir même disputé une partie officielle. « Nous sommes la seule équipe invaincue », a-t-il lancé, sourire en coin.

Harris a vu les Alouettes de Montréal, les Tiger-Cats de Hamilton et les Argonauts de Toronto perdre leur premier match de la saison régulière durant le week-end. Pendant ce temps, Ottawa profitait d’une semaine de congé.

Un repos qui a fait l’affaire du quart étoile. « Une semaine qui fait une grande différence pour moi, je dois l’avouer », a-t-il dit au sujet de son état de santé.

Est-ce qu’il aurait été en mesure de jouer durant le dernier week-end.

« J’aurais trouvé une façon d’être en uniforme », a-t-il dit.

Harris a répété qu’il sera prêt en vue du premier match, jeudi, lorsque les Roughriders de la Saskatchewan débarqueront dans la capitale nationale. Il a regardé la première joute des prochains adversaires, un gain de 27-19 contre les Argonauts, champions en titre.

« J’ai aussi analysé une centaine de fois plusieurs séquences sur bande vidéo », a-t-il assuré.

Les Riders ont limité les Argos à 265 verges de gains à l’attaque en plus de réussir trois sacs contre leur quart Ricky Ray.

« Ils sont très rapides, très agressifs et très physiques. C’est une défensive qui joue avec passion et émotions, ce qui s’avère rare dans cette ligue-ci », a analysé Harris, qui entamera sa deuxième saison en tant que quart numéro un du Rouge et Noir. Il était le joueur le plus productif à sa position l’an dernier dans la LCF avant de se blesser à l’épaule en septembre.

Harris a tout de même terminé la saison au premier rang avec 30 passes de touché. Il a récolté plus de 4679 verges, le quatrième plus haut total derrière Bo Levi Mitchell, Ricky Ray et Mike Reilly.

Reste à voir si le Rouge et Noir sera capable de bien le protéger et le tenir loin de l’infirmerie.

Tous les yeux étaient notamment rivés dimanche sur la ligne offensive se trouvant devant Trevor Harris. Le vétéran bloqueur étoile SirVincent Rogers était à son poste, tout comme le centre Alex Mateas. Mais le vétéran garde à droite, Nolan MacMillan, trop souvent blessé, n’a participé à aucune répétition. Il était remplacé par le garde à gauche Jon Gott.

Deux jeunes, Evan Johnson et Mark Korte, complétaient l’unité. Le premier, qui a disputé quelques parties en 2017 en tant que garde, a été muté en bloqueur à droite. Le second, qui est un choix de première ronde en mai, s’est entraîné en tant que garde à gauche.

S’il affronte les Riders, il serait le plus jeune joueur de ligne de la LCF. Korte ne va fêter ses 22 ans qu’en août prochain.

Le Rouge et Noir s’entraînera encore deux autres fois, lundi et mardi, en vue de ce premier match, une reprise de la demi-finale de l’Est en novembre dernier.

NOËL EN JUIN POUR THOMAS

Un truc a frappé rapidement Noel Thomas en se promenant dans les rues de sa nouvelle ville d’adoption.

« Que c’est propre ici », a souligné le receveur recrue du Rouge et Noir. Le natif de Norwalk, au Connecticut, a passé une partie de la saison dernière dans la NFL. Plus précisément à Détroit chez les Lions.

C’est sa maman qui sera heureuse de savoir que fiston aime bien Ottawa.

« Je ne connaissais rien de la ville. Mais ma mère, elle, a fait ses recherches. Elle m’avait envoyé plusieurs photos trouvées sur le web. Elle me disait que c’était beau. »

Thomas a eu l’occasion de visiter un peu la région la semaine dernière pendant que l’équipe profitait d’un congé. C’était sa première pause en un mois.

L’athlète de 6’1’’ et 205 livres a connu un camp d’entraînement du tonnerre. Il a été le deuxième receveur le plus productif avec huit réceptions et 98 verges en deux matches hors-concours.

Et si les derniers jours à l’entraînement offrent un indice, c’est que Thomas n’a pas seulement percé l’alignement, mais qu’il sera un des joueurs partants à l’offensive.

Le Rouge et Noir faisait appel encore à quatre receveurs américains, dont Greg Ellingson, Diontae Spencer et Dominique Rhymes, lors de l’entraînement dimanche.

« Je me compte choyé de pouvoir apprendre de Greg et Diontae », a dit Thomas, bien au courant de la saison fructueuse connue par le duo de receveurs en 2017.

Record à UConn

L’an dernier, le nouveau venu avait pu apprendre d’un autre duo de receveurs talentueux, mais dans la NFL. Il était coéquipier de Goldent Tate et Marvin Jones pendant cinq semaines lors du premier tiers de la saison.

« J’étais sur l’alignement d’entraînement. J’étais comme une éponge. J’ai essayé d’absorber le plus d’information afin de devenir un meilleur receveur. »

Thomas s’amène à Ottawa en étant détenteur du record du plus grand nombre de réceptions et de verges en une saison pour un receveur chez les Huskies de l’université Connecticut. Il a capté 100 passes pour 1179 verges en 2016.