Patrick Lavoie a inscrit un touché dimanche. « Je me sens mal pour Drew », a-t-il avoué en commentant la blessure de son quart-arrière.

Tate se blesse dans la victoire

Le Rouge et Noir a peut-être gagné dimanche au stade Percival-Molson, mais il en est ressorti amoché. Il a notamment perdu un autre quart-arrière.
À son premier départ en remplacement du blessé Trevor Harris, le vétéran Drew Tate n'a pas terminé le match remporté 29-11 par Ottawa contre les pauvres Alouettes de Montréal. En fait, il ne s'est jamais rendu jusqu'à la mi-temps.
Tate a été plaqué par-derrière dans la dernière minute de la première demie alors que le Rouge et Noir cognait à la ligne des buts adverses. Il a passé de longues minutes au sol, lui qui a déjà été victime de plusieurs commotions cérébrales durant sa carrière.
Sa dernière remonte en juin lors du camp d'entraînement à la Place TD.
La direction assure que le coco n'est pas touché. Ce serait possiblement l'épaule.
« Nous pensions qu'il n'avait que le souffle court au début... Mais il ne se sentait pas bien après la mi-temps. C'est pourquoi il n'est pas revenu au jeu », a soutenu l'entraîneur-chef Rick Campbell après le gain important des siens.
Une victoire qui permet à Ottawa (5-7-1) de reprendre possession du premier rang de la division Est avec cinq parties à disputer en saison régulière.
« Il faut coller des victoires et au plus vite si nous voulons participer à nouveau au match de la coupe Grey. C'est un bon départ », a ajouté l'ailier défensif Jonathan Newsome, auteur de deux sacs.
Ce dernier se préoccupait toutefois de l'état de santé de Tate, qui avait brillé pendant les 29 premières minutes de jeu.
Le quart âgé de 32 ans a complété 21 de ses 29 passes pour 185 verges et un touché à Patrick Lavoie. Il a aussi commis une interception.
Surtout, Tate n'a pas été victime de sac. Il se débarrassait du ballon rapidement.
Tout le contraire de Harris, le quart numéro un de l'équipe qui soigne une épaule disloquée.
« Il connaissait tout un match puis il se blesse. Je me sens mal pour Drew, qui attendait cette chance depuis un bout de temps », a affirmé Lavoie, bien au fait du passé de son coéquipier.
Tate baigne dans la LCF depuis la fin des années 2000. Mais chaque fois qu'il a obtenu une occasion en tant que partant, une blessure l'a envoyé à l'infirmerie.
Pour le reste, Lavoie, Newsome et Campbell étaient satisfaits de la performance du Rouge et Noir. Particulièrement en première demie. Ottawa a eu possession du ballon pendant 20 minutes et 47 secondes. Surtout il a alloué seulement deux premiers essais aux Alouettes.
Résultat, l'équipe de la capitale menait 22-3 en retraitant au vestiaire.
Ce fut l'opposé du match précédent durant lequel le Rouge et Noir tirait de l'arrière par 16 points contre Hamilton. « Nous étions à plat pour entamer cette partie. Là, nous étions prêts dès le premier jeu », a avoué Lavoie, qui a capté cinq passes pour 50 verges.
Appelé en relève à Tate, Ryan Lindley a connu des hauts et des bas. Il a complété sept de ses 14 passes pour 76 verges et une interception. « Je lui ai dit que c'était ironique qu'il lance ses premières passes dans la LCF à Montréal », a soutenu le directeur général Marcel Desjardins.
C'est que Lindley a été surnommé « Steve Vachon » par ses coéquipiers francophones. L'ancien quart de la NFL a déjà appris plusieurs subtilités de la langue de Molières.
Reste à voir maintenant s'il sera le partant samedi prochain à Winnipeg.
« Il est trop tôt pour connaître la nature et la gravité de la blessure à Drew. Il faudra voir les résultats d'une batterie de tests médicaux », a affirmé Desjardins.
Pour l'instant, ce sont deux recrues, Danny Collins et Will Arndt, qui viendront épauler Lindley contre les Bombers. « Nous allons regarder les options disponibles, mais nous serons à l'aise de miser sur ces trois joueurs s'il le faut, a ajouté le DG du Rouge et Noir.
«Ryan possède tout de même de l'expérience dans les rangs pros.»
Autre touché spectaculaire de Spencer
Diontae Spencer ignorait s'il avait assez d'énergie pour galoper jusque dans la zone des buts.
Le rapide receveur du Rouge et Noir a réussi un autre jeu spectaculaire. Cette fois-ci, il a inscrit un touché sur un retour de placement raté par les Alouettes tôt au second quart. Il a porté le ballon sur... 113 verges.
«J'étais à sec une fois rendu à l'autre bout. Ce fut une journée chaude et humide. Ce sont des conditions épuisantes», a-t-il dit.
Diontae Spencer (85)
Spencer avait marqué un touché similaire plus tôt dans la saison contre Calgary. Il avait ramené le ballon sur 96 verges contre les Stampeders de Calgary.
«Je ne me fatiguerai jamais de faire de pareils jeux. C'est tellement excitant et cela aide l'équipe, a-t-il rappelé, assis devant son casier.
«Quel jeu de sa part, a fait remarquer un peu plus loin dans le vestiaire, le botteur Brett Maher. Cela est survenu à un moment important.»
Le touché de Spencer a permis au Rouge et Noir de gonfler son avance à 19-3 à la suite d'une transformation de deux points. Les Alouettes auraient pu rétrécir la marge à 11-6 si le botteur Boris Bede avait réussi sa tentative de placement de 54 verges.
«Je dirais que ces jeux-là, les touchés sur les retours de placement raté, ont toujours le don de changer l'allure d'une partie. J'ai vu pareilles choses survenir à plusieurs reprises depuis que je travaille dans cette ligue-ci», a affirmé l'entraîneur-chef Rick Campbell, un ancien coordonnateur des unités spéciales à ses débuts dans la LCF.
Spencer, lui, a tenu à rendre hommage à ses coéquipiers. «Il y a eu plusieurs blocs importants devant moi qui m'ont permis de traverser le terrain sans être touché, a-t-il noté.
«Je vais devoir par contre visionner la bande vidéo du match. Je vais prendre en note les numéros de ces joueurs qui ont bloqué pour moi. Je vais probablement les gâter au restaurant. C'est sûr que je vais les récompenser, d'une façon ou d'une autre.»